La Page devrait bientôt s'afficher... Merci d'attendre!

Pas envie d'attendre ? Cliquez ici !
 

Index du Forum :: Portail :: FAQ :: Rechercher
Rechercher un message Liste des membres Groupes Profil Messages Connexion/Deconnexion Inscription

Eh, Vagabond ... Si tu penses t'installer ici, où si tu veux y réfléchir, commence par aller ici ...
Une chasse salvatrice(PV Belrhän de Lorn)

 
Poster un nouveau sujet       etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyril Valtiel



Hors ligne



Messages: 121
Inscrit le: 24 Jan 2015

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 19:49 (2015)    Sujet du message: Une chasse salvatrice(PV Belrhän de Lorn) Répondre en citant

Citation:
Je soupirais et puis ouvrit les yeux pour fixer le ciel au dessus de moi, pas moyens de dormir, j'avais essayé le lit de ma chambre d'auberge, le plancher, et maintenant le toit, je n'y arrivais pas et c'est en soupirant que je retournais dans ma chambre. J'enfilais ma cape verte forêts et puis descendit dans la salle à manger. Il était près de minuit et pourtant il y avait des gens dans la salle, je comptais 7 personnes en tout plus une serveuse les propriétaire dormant, tous jouaient a des jeux plus ou moins légaux. Je regardais un hommes glissé une carte dans sa manche et un autre en sortir une de sous la table et puis soupirais de nouveau m'installant a une table au bord du mur, je commandais un verre d'alcool suivant toujours le manèges des joueurs et oubliant doucement cette faim qui me taraudait, je n'avais pas chassé depuis plusieurs mois s'était la saisons pour les humains et je ne pouvais risquer de me faire surprendre, voilà pourquoi j'en étais réduite à me nourrir des animaux que je croisais sur la route, et bientôt je ne pourrais plus me loger dans une auberge sous peine de tuer tout le monde. Ce fut a ce moment-là de mes réflexion que je vit une carte glissé de la mains d'un des hommes et lui entaillé la peau, la seconde d'après j'étais près de lui et venait de le mordre au cou. J'avais perdue le contrôle. Il tomba lourdement au sol alors que tous s'étaient figé et me fixait, j'eut le temps d'en tuer deux autres avant que quelqu'un ne cri. Cri qui fut étouffé encore une fois par moi, c'est alors que les 5 autres hommes dégainèrent leurs armes et m'encerclèrent. Je soupirais et puis en tuais deux avant que l'un ne tente de me frapper, il tomba comme les autres. Toutefois j'avais oublié la serveuse, elle venait de sortir dehors se mettant a courir direction la forêts, non mais quel idiote sérieusement.

J'entrais dans la forêts avec calme suivant son odeurs le sourire aux lèvres, vraiment trop facile comme proie la petite, c'est ce que je croyais jusqu'à ce que je me rende compte qu'elle m'avait fait tourné en rond. Ce n'était pas vraiment par faim que je la poursuivait mais bien parce que je ne pouvais pas me permettre de la laissé raconté ce qu'elle avait vue. Je la retrouvais rapidement caché et la tuait avant de retourner a l'auberge cherché les corps pour les amené dans la forêts et les jeter dans une crevasse. Je soupirais et puis revenait a moi, réalisant ma bévue, 8 corps vidée de leur sang par moi parce que j'avais perdue le contrôle. Respirant calmement, je frissonnais et puis retournais a l'auberge. Je ne pouvais pas resté, je prit donc mes valises le plus rapidement possible fermait ma cape et montait sur mon cheval m'enfonçant dans la forêts pour brouiller les pistes. Je chevauchais un moment et puis décidais de faire une halte dans ce qui ressemblais a une petite clairière, avec un point d'eau en son centre.


Avec plaisir je libérais mon cheval et me déshabillais lui laissant mes vêtements a gardé, j'avais besoin d'un bains, malgré mon grand talents pour ne pas salir les murs lorsque je me nourrissait le sang avait tâché ma peau et je voulais m'en débarrasser. Je plongeais donc dans l'eau et me mit a nager avec calme la nuit était encore jeune et je pouvais me le permettre. Mon corps se détendait doucement savourant le contact de l'Eau tiède, hum s'était bon, presque curatif. Je finit par sortir de l'eau et enfiler une robe noir comme la nuit le corset tout aussi noire. ¸Je soupirais et puis m'assit au sol regardant le ciel me perdant rapidement dans le fil de mes pensées...


--------------------

Citation:
Je n’avais pas eu à insister longtemps, deux trois sous entendus, des regards de braises, et voila que je sortais du bordel avec la patronne, et sa poule la plus luxueuse, son met de choix, celle que peut, ou presque, avaient eut la chance de s’envoyer… c’est presque ça que j’allais faire moi, mes les envoyer… pas de la manière dont elle l’imaginait, c’est certain. Une pendue à chaque bras, je collectionnais les blagues, multipliais les flatteries, et laissais tomber en cascade mes récits… factices, mes récits, puisque je n’ai rien d’un héros en réalité… ni du chevalier que je disais être.

Quoiqu’il en soit, nous nous enfonçâmes dans les bois, un petit chemin, puis deux, et elles m’annoncent que nous sommes à l’endroit rêvé pour faire notre petite affaire. J’affiche un petit sourire, et alors qu’elles prenaient, toutes deux adossées à un tronc, des postures plus suggestives les unes que les autres, je me contente de retirer ma ceinture, un sourire presque pervers planté sur le visage… La ceinture, c’est pas pour me dévêtir.. Mais pour les attacher.

Inutile de dire que le repas fut agréable… bien que le sang de la poule de luxe avait un gout que je ne connaissais pas, si bien que j’ai préféré la laisser en vie, d’abord parce que je pensais qu’elle avait une sorte de don, qu’elle n’était pas humaine peut être… la réalité était bien différente, madame oubliait sa vie de putain en s’envoyant à tout vas de l’opium sous toutes les formes possibles et imaginable. Instant de panique… qu’est-ce que je pourrais bien faire moi, maintenant que son sang était dans mon estomac, et qui ne tarderait pas à envahir tout mon système sanguin… réfléchissons…

Je me tapote la lèvre, pensif, et petit à petit… ce tapotement m’amuse, je ris un peu. Et oubliant petit à petit la raison pour laquelle je réfléchissais, je tourne les talons, et en chantonnant, je traverse les bois… étrange comme sensation, celle d’être drogué. Les arbres ont l’air de bouger, les feuilles s’animent comme des papillons. Bientôt, une racine bloque mon tibia, et comme le plus malchanceux des types, je m’étale au milieu d’un sentier. Lorsque je relève la tête, je suis nez à nez… avec deux trous énormes. Je cligne des yeux plusieurs fois, et en ricanant, je tend l’index et le majeur vers ses trous, l’index dans le trou gauche, le majeur dans le trou noir.

Je ne comprend que trop tard que ces deux trous ne sont rien d’autre que… les narines d’un cheval,qui me regarde avec ses yeux de bourrins et semblent se demander ce que je viens de faire. Je rigole un peu, l’opium parlant à ma place en réalité. J’attrape sans ménagement les joues du canasson et colle un énorme smack sur son nez.

« Faut pas te gêner surtout, je suis pas de ce bord là. »

Là, je cligne des yeux… mon regard sonde les environs, et je manque l’attaque cardiaque… enfin façon de parler… cette voix que je venais d’entendre… elle venait du cheval ! Si si… enfin, quelqu’un n’ayant rien consommé ne l’aurait pas entendu parlé, mais moi, canné à l’Opium, j’entendais… ou croyais entendre, l’équin parler.

« Attends, j’arrive »

Je regarde rapidement autour de moi… personne… de toute façon, un cheval tout seul au milieu de la forêt, c’est bien souvent le signe que des brigands ont attaqués quelqu’un. Quoiqu’il en soit, je grimpe sur la monture, qui me parlait encore…enfin la drogue me laissait penser que… Le résultat ? Navrant, rien de plus.

« Nan mais faut pas bouder Cheval, c’était qu’un bisou amical, rien de plus… allez avance… avance Cheval… fais pas ton susceptible ! »

Et voila qu’un bruit sur la droite attire mon attention… une personne ?! Une chasse salvatrice hein ? Bah tiens !

« J’vous jure… c’est le cheval qui m’a racolé ! »


--------------------

Citation:
Je sortis de mes pensées en entendant des pas venant de la forêts et la seconde d'après en me retournant j’aperçus une vision des plus drôle, un vampire du moins il y ressemblais mettais ses doigts dans le nez d'ébène, et puis ensuite il parla a son cheval. Elle restais silencieuse attendant de voir la suite, sa robe noir dissimulait une partie de son corps tout comme la cape. Vraiment surprenant que faisait-il ici en plus il semblait un peu dans les vapes pour ne pas dire complètement parti sur un nuage, un autre planète ou pire drogué. Je soupirais et puis me rapprochais dans le plus grand silence alors que je le voyais monter sur ébène. Mon cheval restant impassiblement en place, il ne bougeait que sous mes ordres. Avec un sourire je faisait un pas de plus faisant craquer une branche, l'homme se retourna alors et je souriais malicieusement en croisant mes bras pour le toiser:

"-Hum c'est mon cheval et je doute qu'il avance a moins que je ne lui ordonne... vous devriez descendre parce que je peux dire juste à la façon dont il se tient que sinon il vas vous faire descendre lui-même de sur son dos..."


Je souriait plus calmement et m'étant rapproché tendit une mains a l'homme pour l'aider a descendre, je me demandais ,au même moment, comment il réagirait, s'il me mordait il aurait une surprise qui que je doutât qu'il n'ait le temps de le faire, vue ma rapidité vampirique. Soupirant je le fixais toujours attendant une réaction et en croisant son regard j'eut la confirmation a mon hypothèse, il était drogué, pourtant les vampires ne pouvait pas se drogué, il devait donc avoir bu du sang vicié, dommage vraiment il en souffrirais lorsque l'effet s'estomperait. J'eut alors une idée me souvenant d'une chose de mon enfance au palais vampirique de mon père, un de mes servantes pour me persuadé de manger avait prit une cuillerée de compotes, elle en avait vomit du sang quelques minutes seulement après. Je soupirais s'était inutile, il était déjà intoxiqué me restait plus qu'à attendre qu'il revienne a lui.

Je sortis finalement des feuilles de mon sac et des fusais de couleur pour les lui tendre et le faire dessiner, après tout dans son état s'était la meilleure solution, quand a moi je me contentait d'attendre j'espérais qu'il redevienne normal avant le jour sinon je devrais bientôt trouvé un moyen de l'attirer dans une grotte non loin pour le protéger du soleil, une cape ne suffirait pas à le protéger. Je soupirais et puis remerciais le ciel d'avoir été éduqué par des vampires, ça m'aidait pour savoir comment réagir a beaucoup de situation. Je baissais la tête en soupirant, mon père m'avait renié maintenant et je ne le reverrais surement plus jamais. Je relevais le visage et puis fixait le ciel, il était 3 heure déjà. Me relevant je fixait mon compagnon et puis ajoutais:

"-Suit-moi tu es en danger en ce moment..."


Prenant les raines d'ébène j'attendis de voir sa réaction tranquillement caresant l'ecolure de mon animal avec tendresse...


-------------------

Citation:
Toujours sur la monture, je cligne des yeux à plusieurs reprises, visiblement ailleurs, il m’est difficile de ne pas rire tout seul. M’enfin, quoiqu’il en soit, je reste calme, mieux même, je me redresse avec élégance, me retenant de balancer une nouvelle tirade au cheval, qui, j’en étais persuadé, était entrain de me narguer en refusant de parler devant cette inconnue qui venait d’apparaître… le salaud de canasson, je suis sûr qu’il agit ainsi dans le but de me ridiculiser devant une dame… peut être est-il jaloux ? Si c’est bel et bien ça, notre relation s’arrête ici, je hais la jalousie !

Je descend donc, les mains jointes dans mon dos alors que me regard, brillant d’on ne sait quoi, se plante dans les prunelles de l’inconnue que je détaille des pieds à la tête, et de la tête au pied. Mes paupières clignent à plusieurs reprises. Je tourne la tête vers le canasson, qui n’avait plus l’air d’être bavard… dommage, c’est amusant, l’expression j’en parlerais à mon cheval prenait un nouveau sens dans ma tête.

Je joint donc mes mains dans mon dos, et regarde avec un air curieux cette inconnue qui tentait de me porter secours, ou de me conseiller, qu’importe, c’est du pareil au même en réalité. Je me pare donc d’un petit sourire en coin, et reste statique le temps qu’elle sorte je ne sais quoi… enfin sur le coup, je ne savais pas. A regarder de plus prés, voila qu’elle me sortait des fusains, et ma réaction rime, avec fusain : dédain. Le nez en l’air, pincé, les lèvres dépourvu du moindre sourire, je croise les bras devant mon torse, dans une posture ridiculement navrante, celle d’un gosse qu’on vient de priver de quelques choses.

« Et bien voila que je perd prés de mille cinq cent ans et qu’on me repousse dans un berceau, c’est blessant vous savez »

Bien sur que je joue, et ça, elle ne le sait pas, elle. Mes sens abusés par la drogue me laisse penser que cette femme est humaine, l’aura vampirique qui émane d’elle, je suis tout simplement trop défoncé pour la comprendre, aussi, je me surprend, l’espace de quelques secondes, à vouloir aller planter mes crocs dans cette gorge qui semble aisément accessible… quoique l’idée m’effraie un peu… et si son sang se met à me parler lui aussi, je fais quoi ?

La suite m’intrigue un peu, en danger ? Je lève la tête vers le ciel, c’est pas ça qui risque de me tuer déjà, nous sommes dans les bois, à l’ombre, et je suis assez ancien pour que le soleil ne me transforme pas en torche instantanément, sans compter qu’il y a de l’eau non loin. Je reporte mon attention sur elle, et me permet de lui rendre les fusains, en soufflant quelques mots.

« Je ne suis pas un gosse, vous savez… et je peux très bien rester là sans qu’il ne m’arrive rien…à moins que vous n’aviez vu dans les environs un chasseur de vampire, auquel cas, j’aurais peut être quelque chose à craindre… mais je dis bien peut être »

Je soupire simplement, et bougeant à la manière d’un zombie, je fais demi tour, et me dirige tout droit vers l’endroit d’où venait la demoiselle. Je suis défoncé c’est un fait, mais encore capable de sentir l’odeur de l’eau… et j’adore traîner prés des points d’eau, pour la bonne et simple raison qu’à chaque fois que je m’y pointe, je tombe sur quelqu’un dans son plus simple appareil. Et aussi parce que j’aime bien voir flotter des feuilles que je prend pour des bateaux j’avoue… en tout cas c’est certain, à partir de main, j’arrête les putains, si elles prennent tous des saloperies, j’vais finir toxicomane sans le savoir.

« Bon, vous venez, il faut que le cheval et moi terminions notre discussion, et il serait dommage que vous restiez toute seule… en plus, je pourrais avoir faim… »


----------

Citation:
Je me mit a rire, un rire clair et distinct alors que je fixais l'homme, il voulait continuer sa discussion avec Ébène mais en regardant mon cheval je devinais aisément que celui-ci ne le voulait pas mais la pas du tout je reprit mon souffle et puis reportais mon regard sur lui avec une certaine gêne soupirant je le regardais et puis respirais l'air ambiant avec sérieux, autres des randonneurs très éloigné et le village il n'y avait rien ni personne pour nous déranger. J'observais alors le ciel devenir légèrement plus pâle je pouvais déjà sentir la chaleur du soleil caresser ma peau qui elle y résistais mais s'était limite, je préférais mettre ma cape histoire d'être sur de ne pas me transformer en torche vivante, mais lui ne semblait pas s'en formalisé, il devait donc être très vieux plus que moi. Étant hybride je n'était pas obligé de me protéger du soleil mais je le faisait quand même car parfois je ressentait des picotement sur ma peau réaction qui je le savais était du au soleil comme si deux part de mon être se disputait pour une même chose. Je soupirais et puis ajoutais:

"-Désolé mais dans votre état c'est une des seules chose a laquel j'ai pensé... et puis on ne sait jamais vous pourriez vous perdre encore et tomber sur quelqu'un de pire que moi...je suis plutôt gentille pour une personne croisé dans un bois je vous dirait..."

Elle croisa les bras impassible tout en le fixant encore, je soupirais espérant que peut-être dans son cerveau il ait comprit la leçon on ne boit pas n'importe quel sang moi je l'avais comprit bien vite en plantant mes crocs dans le bras d'un des plus haut membres de la hiérarchie vampirique, par chance il avait trouvé ça adorable et je n'avais que mordue et non bue le sang et puis bon j'étais quand même la première de ma sorte en ce temps-là. Nous étions rares et j'avais grandit avec des vampires d'âge mur toute mon enfance et mon adolescence mais il me manquait une partie que je cherchais toujours pour grandir complètement, l'amour secouant la tête je me giflais intérieurement, mon cerveau était parti beaucoup trop loin là mais beaucoup trop. Ce fut lorsqu'il parla de nouveau que je tiquais il n'était pas un gamin certes mais il n'était pas non plus a jeun enfin bon je savais qu'il était un vampire et donc effectivement il ne courrait pas grand risques mais encore là s'était a voir avec son cerveau mélangé du moment. Quand il parla de faim par contre je me figeais légèrement et puis le regardais avec une froideur contenue:

"-Je vous déconseille mon sang et celui de mon cheval aussi par la même occasion...mais si vous voulez manger dite le moi je devrais aisément vous trouvez de quoi vous nourir..."

J'avais dit ça avec froideur mais pas sécheresse, et puis m'étais calmé réaction instinctive ça faisait vraiment trop longtemps que je me baladait seule dans ce monde moi, fermant les yeux un instant je les rouvrit et puis le regardais commençant a marché derrière lui ajoutant finalement:

"-Et où allons-nous?..."


Revenir en haut
Publicité








MessagePosté le: Mer 28 Jan - 19:49 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Une chasse salvatrice(PV Belrhän de Lorn)'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Voici les logos des Partenaires des Comptines d'Eckmül Votre logo ici ? Cliquez !
Si vous trouvez que le cadre du forum est trop petit, maintenez la touche Ctrl enfoncée puis avancez avec la molette de votre souris .
Les illustrations et textes présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs, ayant-droits et autres titulaires de droits divers. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande de la part des personnes mentionnées ci-avant. © MC PRODUCTIONS / ARLESTON / TARQUIN / MOURIER / NIEUDAN
Cliquez ici pour voir les crédits complets.

Powered by phpBB © 2001, 2017 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. (All rights reserved.) and Rebuilded by RenArt .
Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | Contacter Webmestre Traduction par : phpBB-fr.com