La Page devrait bientôt s'afficher... Merci d'attendre!

Pas envie d'attendre ? Cliquez ici !
 

Index du Forum :: Portail :: FAQ :: Rechercher
Rechercher un message Liste des membres Groupes Profil Messages Connexion/Deconnexion Inscription

Eh, Vagabond ... Si tu penses t'installer ici, où si tu veux y réfléchir, commence par aller ici ...
Home Dark Home (Liz)

 
Poster un nouveau sujet       etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyril Valtiel



Hors ligne



Messages: 121
Inscrit le: 24 Jan 2015

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 19:46 (2015)    Sujet du message: Home Dark Home (Liz) Répondre en citant

Citation:
Pas de grandes missions en ce moment. Il avait réglé cele qu'il avait a faire, avait empoché son argent et avait fait son rapport au chef des Mercenaires. En tant que Bras Droit il y a certaines choses qu'il devait faire, des contraintes en plus sur son boulot. Entre la supervisation du camp, les demandes du chef a son égard, les missions a remplir et la reconnaissance du territoire c'est qu'il n'avait pas le temps de s'ennuyer le petit Datar. Le problème dans tout ca c'était d'avoir une vie personnelle a côté de sa vie professionelle. Pas une mince affaire quand on sait que Datar pass ele plus clair de son temps au campement et ne met que très rarement le nez chez lui. Le voila donc dans un de ses rares moments de répis dans sa demeure, du moins celle de sa famille, il y a bien longtemps. L'ancienne demeure de l'ancienne Grande Prêtresse de son époque... celle qui avait été sa mère et celle qui avait été assassinée par le traitre, égorgée devant son peuple pour un simple morceau de météorite.

L'endroit était a peu près propre mais il n'était pas une fée du logis, alors deci de là la poussière s'accumulait parfois, et Datar étant trop fénéant il ne faisait bien sûr pas le ménage. Le salon était immense, un grand canapé et quelques fauteuils disposés en demi cercle devant une belle cheminée. Le tout sur un sl en marbre blanc, comme celui que l'on trouve dans les temples. Au fond un grand escalier en bois foncé qui menait a l'étage et aux chambres. La demeure était vraiment grande.. trop grande pour un seul homme et c'est pour cette raison que Datar n'y revenait pas souvent. Il se sentait mal a l'aise ici.. pas a sa place. C'est comme s'il restait ici une odeur familière qui le mettait dans un état de rare mélancolie. Il poussa un soupire las en allant se vautrer dans un des canapés, regardant la cheminée vide qui devait s'ennuyer de ne plus abriter un feu chaleureux et crépitant. Passant sa main dans sa chevelure noire il se demandait encore pourquoi il était venu ici. Ha oui.. la bibliothèque. Il devrait y avoir un livre sur l'Alusia, la météorite qui était la cause de la naissance des elfes noirs.

Il avait préparer son retour, il allait devoir rester quelques temps ici, une semaine tout au plus mais une chose était sûr il n'allait pas survivre dans un environnement pareil, tout seul qui plus est! Il avait donc demandé a ce qu'une servante vienne a son domicile et s'occupe de rendre l'endroit un peu plus agréable a vivre, le temps qu'il serait là. Bien sur il payait bien et il ne posait pas de questions. Pour le moment il avait besoin d'un peu de repos le temps de se remettre de son voyage en attendant que la servante ne montre le bout de son nez.


----------

Citation:
C'était une journée que Lizia ne pensait pas passer à travailler, ou du moins elle ne voulait pas interrompre ses activités. Pourtant elle y était forcée, non seulement d'être méprisée, elle devait effectuer les tâches ingrates. Elle n'avait pas à se plaindre de la charge de travail. Car à vrai dire en peu de temps, elle s'etait faite une réputation qui lui retiré toute proposition de travail.

Elle n'avait pas été assez dissuasive la dernière fois, et la rumeur n'avez pas assez courue pour résigner tous ces riches elfes. Elle se dit qu'un jour elle y remédierait, mais pas maintenant. Elle était sur une nouvelle robe quand on l'interrompit en lui demandant de se rendre chez cet elfe pour faire son office. C'était l'une des chose les plus agaçante pour Lizia, et elle se dit de régler cette affaire rapidement.

Elle se vétit avec la plus grande hâte, optant pour un habit pratique sans abandonner totalement son essence de femme provocante. C'est ainsi qu'elle entra dans la grande demeure de son client en jupe légére de teinte cyan descendant au niveau de ses genoux, et d'un haut dont le décolleté sans être audacieux, ne masqué pour le moins du monde le caractére généreux de sa poitrine. Complétement concentrée à penser à sa nouvelle création, elle en oublia les rudiments de la politesse, que de toute façon elle effectué rarement ou avec dépits. Elle se mit au travail, frottant les contours de la cheminée complétement noircie de suie tout en marmonnant des mots en rapport avec sa futur robe. C'est en finissant la façade de la cheminée qu'elle dit d'une voix séche sans même regarder l'individus qu'elle savait dans la piéce :
_"Je vais faire cette piéce, ensuite vous me direz ce qu'il restera à faire.Ceci fait, je prendrai congé"


----------

Citation:
C'était pas humain d'avoir une vie aussi mouvementée que ca! Franchement qu'est ce qu'il avait fait pour mériter ca?! Il commençait a somnoler doucement quand il entendit frapper a la porte. Il grommela un peu avant de dire un "entrez" assez agacé. Pas moyen de se reposer tranquilement. De toute façon il avait bien trop de choses a faire pour songer a dormir sereinement aujourd'hui. La servante était entré, pas le moindre mot de courtoisie et ca lui allait très bien. Il avait autre chose a faire que de lui expliquer en détail ce qu'elle devait faire, de toutes façons ca se voyait très bien! Il y avait de la poussière partout, elle avait de quoi s'occuper largement. Il s'étira un peu dans son canapé avant de se lever. Ramenant ses longs cheveux noirs en arrière, Datar jeta un oeil a la servante quand celle ci lui adressa enfin la parole. Hé bien, le temps qu'elle finisse de nettoyer le salon il avait du travail a faire a la bibliothèque.

"Contentes toi de faire le salon et la chambre au fond du couloir, a l'étage."

Fit-il en se dirigeant vers l'escalier. Il n'avait pas l'intention de rester ici bien longtemps, juste le salon et la chambre suffiront largement puisqu'il allait passer le plus clair de son temps a la bibliothèque a la recherche d'un recueil sur l'Alusia. Il en baillait d'avance tellement la tache s'avérait être ardue. Il gravit quelques marches de l'escalier avant de s'arrêter.

"Ha! Et a la bibliothèque aussi!"

Fit-il a l'adresse de la jeune fille.

"Vu l'état du salon, ca doit être bourré de poussière en haut..."

Dit-il pour lui même d'une voix plus basse alors qu'il montait le restant de marches en grimaçant. Il arriva a l'étage sans problèmes, reprenant vite ses marques. Il ralenti un peu en passant devant la chambre de sa mère et ne résista pas a l'envie d'y entrer. L'endroit sentait le renfermé, les volets étaient fermés mais on devinait facilement un grand lit a baldaquin et un tableau sur le mur, un portrait de femme. Une ravissante elfe a la longue chevelure d'ébène et au diadème imposant: l'ancienne Grande Prêtresse et la mère de Datar. Il l'observa un moment, observant le pendentif qu'elle avait autour du coup, une pierre noire aux éclat de gemmes bleutées et dorées: l'Alusia. Il se passa la main autour du cou et attrapa le pendentif qu'il avait au bout d'une chaine en argent... le même que celui sur le tableau. Datar poussa un soupire las avant de quitter la pièce, rangeant le pendentif sous sa chemise.

La bibliothèque était un peu plus loin dans le couloir. La pièce était énorme, des étagères touchant le haut plafond étaient remplis de livres en tout genre, certains, les plus hauts, n'étaient accessible qu'avec une haute échelle. Il allait devoir éplucher tout ces livres un a un avant de trouver ce qui l'interessait vraiment. Il poussa un long soupire avant de commencer, prenant d'abord les libres les plus bas avant d'aller s'installer derrière le bureau, éclairer par une lanterne a la lumière vive, il commençait sa lecture, lente et périlleuse.


----------

Citation:
Lizia était sans conteste surprise par la nonchalance de l'elfe, et elle culpabilisa de pas avoir porté plus d'attention à son client d'entré. On l'aurait sermonné pour son manque de courtoisie mais lui non. Elle se demanda si son client n'était pas atteint de ce malaise qui parfois ronge les elfe trouvant la vie trop longue. Il ne l'avait même pas regardé...

Elle reprit ses esprits, et constata l'ampleur de la tâche qui l'attendait. Assurément elle allait en avoir pour un bon moment... Un point qui aurait normalement rendue folle Lizia, mais pas aujourd'hui; l'elfe avait piqué sa curiosité. Et puis qui était-il pour vivre dans pareil habitation? On n'abandonne pas pareille batisse dans la crasse et la saleté sans raison valable. Tout du moins si elle avait pareil demeure, elle y ferait fort attention.

Aprés avoir finit la premiére salle, au bout d'un temps qui dura une éternité, elle hésita un instant et fit le tour des piéces. Il fallait avouer que cet elfe lui laisser un gout amére.. il l'avait complétement ignoré. Certe elle était venue de maniére froide et elle avait même fait mieux niveau vestimentaire, mais elle s'attendait à plus d'attention. Une partie d'elle souhaitant garder l'honneur se dit qu'il l'avait bien remarqué. Mais elle voulait en être certaine. C'était là, le genre de préoccupation superficielle qui permettait à Lizia d'enchainer les journées sans perdre le moral. Réfléchissant à un petit plan tout en vérifiant que son client était bien occupée, elle repartit de l'immense demeure avec la conviction qu'il ne s'inquièterait pas et peut être même, ne remarquerait il même pas sa temporaire disparition.

Lizia était vraiment incontrôlable et ce noble qu'elle pensait être légérement blasé en comprendrait l'ampleur dans peu. Elle se hâta à retourner chez elle, ne pouvant s'absenter trop longtemps tout de même. Arrivé chez elle, elle en claqua la porte d'entrée et alla à sa chambre. Sa "demeure" à elle etait des plus modeste, sans même fenêtre ce qui au fond l'arrangée parfois. Comme dans ce moment, ou elle n'avait pas le temps de s'inquieter des yeux perçants des elfes. C'est en toute vitesse qu'elle se déshabilla de son habit de fortune pour commencer à mettre de véritables habits. Elle avait fait le plus gros du ménage, mais il lui restait un brin de travail ce qu'il la poussa à enfiler les bas de son aube rouge*. Certe elle avait plus pratique mais c'etait la robe qui demandait le moins de préparation. Elle finit en vitesse en se teintant les lévres à partir de pigments rouge vif qu'elle seule semblait utilisée. Elle se regarda rapidement dans le miroir et se dit qu'elle aurait la certitude si il l'avait remarqué ou non: Son comportement le vendrait!

Elle arriva à nouveau devant la demeure de son client en mettant un peu plus de temps qu'a l'allez, mais elle ne voulait pas arriver pleine de sueurs. Elle espera qu'il n'avait pas remarqué son départ ou que du moins il n'avait fait que l'attendre. Elle avait eu le temps de peaufiner son discours, ce serait parfait. Elle arriva devant l'entrée de la seule piéce qu'elle n'avait fouillé et ou logiquement son client était encore. Elle frappa deux petits coups à la porte et entra doucement tout en s'exprimant d'une voix des plus douces:
-"Excusez-moi, vous étes-la?"


----------

Citation:
La première pile de livre qu'il avait prit ne donna rien d'interessant. Les recueils parlaient de tout et de rien, de la nature, du pouvoirs des plantes et des potions que l'on pouvait en tirer, mais rien sur l'Alusia ou sur une quelconque pierre météorite. Il poussa un soupire énervé avant de repousser le tas de livres qu'il ne prit même pas la peine de ranger correctement, se contentant de les garder en pyramide instable sur un coin de son bureau. Il s eleva de nouveau et en reprit d'autres, un peu plus ancien et plus volumineux que les autres. Il déposa le toit sur le bureau avant de se rendre compte qu'il n'aurait probablement pas assez de lumière. Il alla donc ouvrir la fenêtre rouillée de la pièce, grand fenêtre volumineuse qui une fois ouverte laissa entrer un maximum de lumière dans la pièce poussiéreuse. Et c'est là qu'il la vit, la petite servante... elle repartait vers la grande ville. Il aurait pu lui courir après et la trainer par la peau des fesses pour qu'elle revienne a son poste mais il préféra la laisser partir. Il avait autre chose a faire et le travail allait être pénible et laborieux. Il retourna donc s'assoir derrière le bureau en poussant un soupire las, ouvrant le premier livre de la nouvelle séléction.

Il se passa bien quelques minutes, lentes et creuses, avant que Datar ne sorte le nez de son livre. Pas grand chose... mais il avait lu plusieurs passage qui faisait référence a une "énergie bleue". C'était assez étrange et on ne disait rien d eplus sur cette fameuse énergie. Ce qui avait intrigué Datar c'était surtout le fait que cetet énergie était presque mystique, un peu comme celle qui entoure son épée quand il la dégaine de son fourreau. Impossible cependant de savoir s'il s'agissait bien de l'énergie de l'Alusia ou d'une aure source de puissance, mais dans tout les cas il était sur une piste. Il referma le livre et prit le suivant en prenant soin de mettre celui qui l'avait interessé de côté. Le nouvel ouvrage promettait de se lire rapidement car il semblait s'agir d'un journal, écrit par un elfe du nom de Davariel. Ca parlait de la guerre contre les drows, de la révolte du peuple.. et de la mort de la Grande Prêtresse de l'époque: la mère de Datar. Il était plongé dans la lecture du carnet quand il entendit quelqu'un frapper légèrement a la porte avant de voir la servante entrer. Tiens, elle était donc revenu? Datar ferma le carnet avant de regarder la jeune fille. Il y avait quelque chose de changer chez elle... Ha oui! La robe! Ce n'était pas la même que tout a l'heure apparement. Et c'était surement moins pratique pour ce qu'elle avait a faire!

"Apparement oui..."

Fit-il en se levant de son fauteuil, contournant le bureau pour lui faire face.

"Vous avez finit le salon? La chambre est celle au fond du couloir, a gauche."

Fit-il d'une voix las. Que pouvait-il dire d'autre de toute façon? Lui faire un compliment? Ho que non c'était bien loin de sa nature! Il désigna la jeune fille du doigt et en particulier la robe qu'elle portait.

"Je pense que cette accoutrement sera nettement moins pratique pour ce que vous avez a faire... Il y a une raison particulière a votre changement de tenue?"

Fit-il sans comprendre le pourquoi du comment. C'est vrai quoi. Elle était là pour nettoyer et hop en quelques minutes la voila qui revient habiller de cette robe là. C'était a ne plus rien y comprendre.


----------

Citation:
Comme prévu l'elfe n'avait pas bougé ou du moins n'avait pas fait tout un scandale de son allez-retour en ville. Intérieurement Lizia savourait ce trait, les nobles en général aimaient se rappeler leur entiére suprématie en rappelant quelques petits gens à l'ordre. Il prit la parole d'un ton des plus ennuyant en lui demandant ses progrès dans sa tâche ménagère.
"_J'ai fini le salon et la premiére des chambres. Ce lieux est à nouveau habitable si l'on puis dire. répliqua t'elle
_Je pense que cette accoutrement sera nettement moins pratique pour ce que vous avez a faire... Il y a une raison particulière a votre changement de tenue?" répondit-il
Lizia savourait intérieurement bien qu'a demi teinte l'attention de l'elfe.. incroyable, cet être si ..décalé de la realité avait remarqué! Mais ce fut au dernier instant une légére poussée de colére qui prit le dessus lorsque le mot accoutrement resonna dans sa tête.

!"_Un accoutrement? Comment pouvez vous qualifier cette création de cette maniére? Sachez d'autant plus qu'elle est parfaitement pratique " dit elle séchement.
"_Et c'est par ailleurs une tenue qui plait souvent, mais ce n'est à peine impressionnant que vous trouvez à me dire cela... ajouta t'elle de maniére cynique.
"J'ignore ce que vous cherchez, et sans doute est-ce trop compliqué pour une humble servante, mais je gage que l'on n'apprenne la vie et le savoir vivre dans quelques livres poussiéreux! Et pour tout vous dire cette robe, il s'agit de ma création ! finit elle par avouer repartant dans un coup de vent.

Elle dit à haute voix qu'elle allait s'occuper de la dernière chambre. Et tout bas elle pensa qu'elle en avait peut être dit trop, mais elle espérait ''réveiller'' cet elfe de sa torpeur. Ce n'etait pas la maison qui avait besoin d'une servante! Un elfe empoussiéré voila ce qu'elle avait face à lui!
Un accoutrement.. Lizia grommeler sans s'interrompre et cela lui permit d'une part de faire le necessaire dans la dite piéce mais aussi de le faire de manière rapide. Elle se surprit elle même quand elle eut fini. Elle regarda la piéce plus en détail, et particuliérement le tableau qui était le coeur de la piéce. Elle observa le portrait de la femme dépeinte puis se mit sur le lit sortant de quoi travailler sa future robe. Aprés tout elle avait fait en moins de temps que prévue la piéce, elle pouvait se permettre une petite pause. Elle se dit que de toute façon, l'elfe pouvait rester toute la nuit dans ses livres. Il y avait sans doute peu de chance qu'il revienne
.

----------

Citation:
Si Datar c'était attendu a ca il aurait tenu sa langue. Non pas qu'il craignait les griffes de cette tigresse en furie mais il avait un mal de crâne et les cris de crécelle de la jeune fille n'arrangeait rien. Il grimaca légèrement en l'écoutant monter sur ses grands chevaux, d'ailleurs il ne comprenait pas pourquoi elle avait cette réaction pour une... une robe? C'était juste un ama de bouts de tissus en tout genre cousus les uns les autres, rien de plus. Et voila ce que c'était que de dire ce qu'on pense tout haut au lieu d ele penser tout bas... ou bien de le formuler différement. Accoutrement.. il n'y avait pourtant rien de péjoratif, du moins pour lui. Il n'était pas un fin connaisseur de la mode ou de toutes ces choses là, il aimait la qualité des étoffes mais sans plus. Même s'il ne peut admettre qu'il aimait les vêtements de bonne manufacture il n'allait pas non plus tomber en extase devant une chemise! Alors que la jeune fille se mette en rogne pour ca.. incompréhensible. Il la laissa donc continuer sans se poser de questions jusqu'a ce qu'elle tourne enfin les talons en prétextant du ménage.

Il soupira un bon coup, bien content de retrouver le calme de la bibliothèque silencieuse. Il aurait pu lui courir après pour lui demander pardon ou pour lui foutre une claque... enfin ca, ca aurait été le cas si il avait eu un tant soit peu d'interet pour la jeune fille. Le problème c'est qu'il n'en avait pas. Elle pouvait bien le claquer, l'insulter ou le mépriser avec rage ca ne changeait pas ses convictions. Les gens n'étaient là que pour être utiliser, rien de plus, il ne servait a rien de s'attacher a eux sauf a s'attirer des ennuis. Et des ennuis il en avait bien assez comme ca pour pouvoir se permettre d'en prendre de nouveaux. Il replongea donc le nez dans ses livres en terminant celui qu'il avait commencé. Passant sa main dans ses cheveux d'ébène il bailla légèrement, c'était assez agaçant de lire toujours les mêmes choses dans des ouvrages différents bien que celui ci soit passablement étrange. Il s'agissait d'un journal intime. Ce Davariel était un personnage étrange et ce qu'il écrivait dans ces lignes était quelque chose qui n'aurait peut être jamais du quitter cet bibliothèque. Même Datar n'en revenait pas de ce qu'il lisait sous ses yeux. Il prit un air plus soucieux, plus sérieux... il comprenait petit a petit certaines choses.

********************
Journal de Davariel (extraits)

Je ne supporte plus de devoir la regarder de loin alors qu'il est évident que ma place est a ses côtés. Je n'arrive pas a oublier cette nuit que nous avons passéensemble et je sais pourtant que c'est interdit par nos lois. Abigwël veut que l'on se revoir le plus souvent possible mais nous n'arriveront pas a nous cacher éternellement, alors nous allons partir! Il faut que je l'emmène loin d'ici!

------

Abigwël ne se sent plus en sécurité... elle dit qu'il se passe des choses qu'elle ne peut plus contrôler! En plus de ca elle est enceinte. Elle doit faure croire a tout le monde que c'est l'enfant d'lele et de son mari mais je ne suis pas un idiot, je le sais! C'est notre enfant qu'elle porte! C'est mon fils qui grandit au creux de ses entrailles et je devrais le voir grandir de loin.

------

Le mari de la Prêtresse est mort au combat, tombé a la guerre. Je peux enfin me rapprocher d'elle au grand jour mais je dois faire attention. J'aurais voulu approcher Datar, le connaitre mais mon fils est plus farouche que je ne le pensais. Il semble avoir besoin de liberté lui aussi, comme si ce monde l'étouffait tout comme nous. Bientot nous allons partir tout les trois et nous serons enfin une famille unie.

------

La guerre a éclaté! Au sein même de notre peuple! Mon dieu! Abigwël m'a donné un livre, elle m'a demandé de le cacher, de m'enfuir avec et de ne jamais revenir. Mais je ne peux pas, je ne peux pas la laisser toute seule ici! Alors j'ai caché le livre... je l'ai caché là où nous nous retrouvions, dans notre endroit secret. Personne ne le trouvera jamais. Le livre est caché là, sous le regard bienveillant de ma chère et tendre a tout jamais. Et c'est un secret que seul l'Alusia elle même pourra dévoiler...
**************************

C'était a ne rien y comprendre. Tout ce qu'il avait toujours cru sur lui même, tout ce qu'il avait cru savoir sur sa propre famille. Il était bien loin du compte. Celui qu'il avait considérer comme son père ne l'était pas... et celui qui était son père avait toujours été une simple figurant dans l'histoire de sa vie. Il lui fallut plusieurs minutes pour s'en remettre, de longues minutes de silence avant qu'il ne relise plusieurs passage. "Caché là sous le regard bienveillant de ma chère et tendre a tout jamais." Qu'est ce qu'il avait bien voulu dire par là?

Il avait trop d'idées en tête pour réfléchir, il avait besoin de repos. Il se leva et quitta la bibliothèque et se dirigea, la tête basse , en direction de la chambre de sa mère. Il ouvrit la porte et fut surprit de voir la , la jeune fille. Depuis combien de temps est-ce qu'elle était ici?

"Mais qu'est ce que vous faites ici?"


----------

Citation:
L'esquisse prenait forme, et l'habit qu'elle venait de déssiner était originale au vue de ses précédentes créations. Pour tout dire elle s'etait inspiré du portrait de la femme qui siégeait dans la piéce ou elle s'était installée. Inspirer, était un grand mot, mais cette femme lui avait donné l'idée d'une robe purement officiel, digne d'une cérémonie. En son hommage, elle avait même reproduit la femme sur son calepin, lui rendant toute la noblesse et la grace qu'elle possédait jadis. Elle songea quelques fois à son client, mais ne culpabilisa jamais. Elle préférait oublier leurs ''dialogue'' en se concentrant sur son travail. Et Lizia était justement trés satisfaite de ce dernier. Elle savourait son résultat alors qu'elle entendit les pas de l'elfe s'approcher. La porte s'ouvrit, laissant rapidement place à l'interrogation :
"Mais qu'est ce que vous faites ici?"
"J'ai fini en avance. Et ne voulant pas vous déranger, je reste ici. Habiter un peu cet endroit, ne pourra que le rendre plus vivant. Le ménage ne résout pas tout dit elle en souriant.
Lizia se leva du lit et poursuivit.
Si vous avez autres chose à me demander, je suis libre. J'ai eu le temps de faire ce que je voulais": dit elle en montrant le dessin.
"Vous pouvez le garder, et l'offrir en présent à cette dame si elle revient un jour."
C'est juste en finissant sa phrase que Lizia remarqua le visage de l'elfe, et se dit qu'elle avait peut être fait une bourde.


----------

Citation:
Datar pensait que la jeune fille était déjà partit d'ici, s'en doute retourner chez elle après la discussion plutôt houleuse qu'ils avaient eu... mais il s'était trompé. La voila là, dans la chambre de sa mère, confortablement assise sur lit a baldaquin. Elle ne semblait pas vraiment surprise de le voir là et son excuse ne lui faisait ni chaud ni froid. Si elle avait finoit son travail pourquoi n'était-elle pas tout simplement rentrée chez elle? Ha oui! Question bête, évidemment elle attendait surement son paiement. Ba oui l'argent tombait pas du ciel et cette jeune fille était a son service pour aujourd'hui. Il soupira légèrement en pensant qu'il devrait se défaire d'une partie de son argent mais il n'eut pas le temps d'attraper la petite bourse a sa taille que la jeune fille venait déjà dans sa direction, avec un petit carnet a la main. Il attrapa le carnet quand elle le lui donna et observa le dessin. C'était sa mère, les traits étaient doux, bien dessinés, on la reconnaissait au premier coup d'oeil. Elle avait juste une robe différente de celle qu'elle avait sur le portrait, quelque chose de plus protocolaire. Il esquissa une légère grimace quand la jeune fille lui dit qu'il n'aurait qu'a le lui donné quand elle reviendrait. Regardant une dernière fois le dessin il redonna le carnet a la dessinatrice en relevant son regard froid d'acier sur elle.

"Je doute qu'elle revienne un jour.. de là où elle se trouve personne n'en revient jamais."

Fit-il en haussant les épaules comme s'il parlait d'une tierce personne pour qui il n'avait que peu d'affection. Et c'était le cas, outre le fait que c'était sa mère pour lui ce n'était pas grand monde. Elle lui avait mentit pendant tout ce temps... et finalement ce n'était peut être pas plus mal qu'elle soit morte. Si elle était encore en vie aujourd'hui ce serait peut être lui qui l'aurait égorgée a l'heure qu'il est. Il regarda un moment le grand tableau dans la chambre qui était plongée dans la demi obscurité et se remémora la phrase du livre.

"Sous son regard a jamais..."

Fit-il a demi voix, parlant plus pour lui que pour les autres, il semblait réfléchir plus intenssément maintenant qu'il avait un doute. Et si le livre était caché ici? En plein milieu de la demeure, depuis le début il l'avait sous les yeux sans rien se douter. Il grimaca un moment avant de contourner la jeune fille pour aller regarder le portrait de plus près. Qu'est ce qu'elle regardait comme ca? Il suivit du regard la trajectoire et arriva a l'aurre bout de la pièce, sur le mur opposé a celui où se trouvait le portrait. Il y avait la cheminée, ca faisait bien longtemps qu'elle n'avait plus servit, elle devait être complètement bouchée maintenant. Datar se mit a genoux devant la cheminée, sa main passant sur la vieille pierre, caressant chaque parcelles afin de découvrir quelque chose. Peut être qu'il se trompait finalement mais on ne sait jamais. Et puis soudain il sentit quelque chose sous ses doigts. Il retira la poussière pour enfin voir un trou parfaitement bien creusé dans la roche, entouré d'arabesques elles aussi garvés dans la pierre mais un peu moins profondément.

"Qu'est ce que...."

Il ne comprenait pas vraiment, voila qu'il était bloqué. Un trou? Allons bon pour y mettre quoi? Qu'est ce qu'il était de cette taille là pour aller dans un trou comme.... Hoooo! Mais bien sur! Le Livre de l'Alusia ne peut être découvert que par l'Alusia elle même. Il ouvrit légèrement quelques boutons de sa chemise noire et sortit le pendentif qu'il avait autour du cou. Une chaine en argent au bout de laquelle se balancait un petit morceau de roche, finement scisellé et taillé. Il hésita un moment avant de regarder la jeune fille qui était toujours là et qui semblait ne rien comprendre. Il arracha son pendentif, cassant la chaine et regardant le tout dans sa main avant de glisser le pendentif dans la fente sur la cheminée. L'Alusia brilla d'un éclat bleu intense qui l'aveugla presque. Les gravure sur la pierre devinrent d'un bleu intense et brillant, formant une arabesque sur toute la cheminée. Il y eut un bruit sourd, un raclement et soudain le fond de la cheminée s'ouvrit, découvrant un passage caché qui donnait sur un escalier sombre. Il y avait de la poussière partout dans la chambre a présent et Datar toussa un peu avant d'agiter sa main devant son visage pour chasser le nuage de fumée.

"Et bien... je crois qu'il va falloir nettoyer de nouveau."
Fit-il en se relevant et en époussiérant un peu ses vêtements.


----------

Citation:
Lizia s'était mordue la lévre en attendant la réaction de l'elfe. Assurément elle avait fait une bourde.. Et oui, elle en avait fait une. Une demande de pardon allait bientôt eclore de ses lévres même lorsque l'elfe parut ailleurs. Il n'avait pas l'air profondément peiné malgré ses paroles, et il semblait même trés concentré. Lizia suivit son regard un peu bétement peut être, mais elle ne comprennait pas sa soudaine agitation.

En une fraction de seconde le regard de l'elfe avait regagné tout le pétillant et la fougue, que Lizia trouvait trés manquante chez cet individus. L'expression de la demi-elfe oscillait entre un leger amusement à voir ce grand enfant agité et l'incompréhenssion. Elle se tint dérriére lui, observant ses agissements. Il s'était maintenant agenouillé face à la cheminée tout en baragouinant des propos insensés.. Lizia songea à une lubie de noble, mais elle se ravisa en apercevant un bijoux qu'elle avait juré avoir déja vu.. Elle regarda à nouveau un oeil sur son dessin, et sur le portrait.. c'était le même!

Cette découverte s'accompagna d'un profond vacarme et d'un soulévement de poussiére peu ordinaire.
-"Mais qu'est ce que ??! Lizia toussota, et observa plusieurs longues secondes ce qu'il venait de se passer."
L'éttonement céda vite la place à une certaine rage. D'un geste, il avait ruiné quelques heures de travail.
"Et bien... je crois qu'il va falloir nettoyer de nouveaux": se permit-il
-"Mais vous !! s'exclama t'elle en s'emportant avant de reprendre son sang-froid difficilement.
-"Je le ferais MAIS il me faut savoir si vous voulez continuer votre carnage et *elle regarda le passage qu'il venait d'ouvrir* et .. faire je ne sais quoi d'autre. Si vous avez fini vos expériences veuillez sortir de cette chambre , déposez vos affaires à l'entrée et ramenez moi de quoi nettoyer. Je pense qu'un sceau ne sera pas de trop. dit elle calmement sans oser regarder l'état de ses habits.


----------

Citation:
Datar se passa une main dans les cheveux pour se dabarasser de l'éventuelle poussière qui aurait put s'y loger avant de regarder la jeune fille. Elle semblait un peu irrité, il faut bien avouer que Datar n'était pas le plus doué dans les relations sociales mais alors là il avait fait fort! La chambre était dans un état pitoyable, les draps et la litérie étaient recouverte de poussière sans parler des rideaux qui étaient noircis de crasse. u.Un beau bordel en trentes secondes seulement. Il esquissa un léger soupire avant de regarder de nouveau la jeune fille qui avait gardé son calme au prix d'un terrible effort avant de secouer doucement la tête.

"Je crois qu'il va falloir attendre un peu dans ce cas..."

Fit-il en arrachant le pendentif du creux où il c'était logé dans la cheminée. Il brillait intenssément de son habituelle lueur bleutée, comme une flamme invisible et incertaine. Ca serait suffisant comme éclairage pour inspecter ce sous terrain... Il poussa un soupire las, pourquoi diable est-ce que ca arriverait toujours a lui ce genre d'histoire? Il lanca un regard noir au tableau et a sa mère ... heureusement qu'elle était morte finalement, sinon il l'aurait tué de ses propres mains pour lui avoir aussi honteusement mentit! Il remit le pendentif autour de son cou, qui ne cessait de briller intensément, lui éclairant une partie de l'escalier sombre qui s'étendait sous ses pieds. Pas question d'y aller sans un minimum de préparation a savoir son arme. Il vérifia la présence de son épée a sa taille, oui tout allait bien. Au pire des cas il avait toujours son pouvoir. Il prit même le temps de s'attacher les cheveux en queue de cheval pour ne pas être géné, révélant ainsi la couleur de ses yeux: gris acier. Datar regarda enfin la jeune fille.. qu'est ce qu'il allait bien pourvoir faire d'elle?

"Alors? Vous faites quoi? Vous restez ici a m'attendre ou vous vous joignez a moi? ... Je vous laisse le choix."


----------

Citation:
Lizia ne s'attendait guére à des excuses pour le carnage, et elle avait raison de ne pas espérer. Aprés tout l'on ne changerait pas l'ordre du monde.. Les riches ont toujours le dernier mot. Cependant elle esperait bien en tirer un supplément financier de la bourde de son client. Non mais, elle y avait passé du temps tout de même. Piquer au vif et malgré son apparent calme, Lizia devait se défouler , faire quelques chose.. autre que du ménage.

""Alors? Vous faites quoi? Vous restez ici a m'attendre ou vous vous joignez a moi? ... Je vous laisse le choix. demanda t'ill
"Pff, quelle question. Je ne suis pas un rat de bibliothéque .. lança t'elle d'une façon hautaine, avançant dans le passage dévoilé d'une allure fiére laissant l'elfe un peu éttoné en arrière.
"Il faut bien que quelqu'un vous surveille" dit elle depuis l'intérieur du passage.

Plus elle s'enfonçait plus Lizia ronchonnait, déballant quantité de reproches assourdissant qui résonnent à travers les parois du secret passage découvert. En bref, le pauvre elfe aurait a l'écouter à sa charge la réparation de ses habits, et le dédommagement pour le temps qu'elle avait perdue et du travail à refaire à payer bien entendue.. Et aussi faire un geste pour la seance garderie qui était entrain de se dérouler.
Lizia aurait presque entendue l'elfe soupirer si il l'avait entendue distinctement se plaindre.
Lizia ne regardait pas vraiment ou elle marchait, et s'arréta un instant regardant derriére elle. La lumiére de la chambre n'éclairait plus assez le passage. Il fallait attendre l'elfe.


Revenir en haut
Publicité








MessagePosté le: Mer 28 Jan - 19:46 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Home Dark Home (Liz)'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Voici les logos des Partenaires des Comptines d'Eckmül Votre logo ici ? Cliquez !
Si vous trouvez que le cadre du forum est trop petit, maintenez la touche Ctrl enfoncée puis avancez avec la molette de votre souris .
Les illustrations et textes présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs, ayant-droits et autres titulaires de droits divers. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande de la part des personnes mentionnées ci-avant. © MC PRODUCTIONS / ARLESTON / TARQUIN / MOURIER / NIEUDAN
Cliquez ici pour voir les crédits complets.

Powered by phpBB © 2001, 2017 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. (All rights reserved.) and Rebuilded by RenArt .
Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | Contacter Webmestre Traduction par : phpBB-fr.com