La Page devrait bientôt s'afficher... Merci d'attendre!

Pas envie d'attendre ? Cliquez ici !
 

Index du Forum :: Portail :: FAQ :: Rechercher
Rechercher un message Liste des membres Groupes Profil Messages Connexion/Deconnexion Inscription

Eh, Vagabond ... Si tu penses t'installer ici, où si tu veux y réfléchir, commence par aller ici ...
Suite à l'accostage... [A.C.A.]

 
Poster un nouveau sujet       etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyril Valtiel



Hors ligne



Messages: 121
Inscrit le: 24 Jan 2015

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 17:01 (2015)    Sujet du message: Suite à l'accostage... [A.C.A.] Répondre en citant

Citation:
Cela ne faisait guère longtemps qu'il avait accosté sur les rives du compté vampirique, près de Tarinh, après avoir navigué sur la mer séparant Faranor du royaume de Siliria. Slayne avait par la suite quitté les voies maritimes pour fuir un mal de mer persistant qu'il avait découvert en même temps qu'il prenait le large de ses terres glacées puis rejoint les abords de la grande citée de Nocturnia sur le dos de Sklady, sa monture attitrée qu'il avait fait venir avec lui à fond de cale.

Le voyage terrestre c'était montré infiniment plus agréable pour le Nordique que celui qu'il avait réalisé nauséeux à la proue du navire l'ayant débarqué sur les terres Siliriennes. Sklady bien que peu habituée à un climat tempérée avançait à bonne allure pour une ourse à crête découvrant pour la première fois des route non enneigées et glacées. Et c'est au trot donc qu'il découvrit le royaume humain sous domination Vampirique, sans toute fois parvenir à discerner l'influence des suceurs de sang dans la région, chose dont il n'était ni au courant ni même soucieux de percer éventuellement à jour. Insouciant il s'intéressait pourtant de tout au fil de la route le guidant vers la capitale Vampirique, vivant de quelques rapines auprès des escortes qu'il croisait sur son chemin ou de rapides assauts auprès de caravanes marchandes...
Mais une telle vie ne pouvait perdurer longtemps en l'état. Slayne n'était pas un homme assez accommodant pour se satisfaire d'une vie de bandit de grand chemin, il avait un but autrement plus élevé, un rêve, une mission même ! Et ce devoir ne pouvait se marier plus longtemps avec un vagabondage improductif quoique presque reposant comparé au mode de vie antécédent du guerrier du Nord.

Il lui fallait dès lors une dernière rapine capable de lui assurer assez de richesse pour aborder la grande ville de Nocturnia sans avoir à se soucier du fond de sa bourse. Et pour cela il fallait attendre la bonne victime celle qui, de part son statut et son apparence se révélerait assez généreuse une fois plumée pour assurer un fond monétaire conséquent au Nordique. Hors malheureusement de telles cibles ne couraient pas les alentours de la ville de Nocturnia, même si cette dernière drainait en grande partie les richesses du comté. Mais Slayne était patient et croyait en se propre chance, qui finit d'ailleurs par se manifester une fois la nuit tombée, alors que le guerrier avait laissé Sklady au milieu d'un petit bois et attendait à l'orée, caché derrière les arbres, que ne passe sa future victime...

Victime qui se révéla en la personne d'une jeune femme à la beauté éthérée et gracile... Slayne ne connaissait pas ce type de féminité toute en finesse et nervosité, les femmes de son peuple étant plus athlétiques bien que tout autant belles dans un genre très éloigné. Mais au delà du charme qui tentait de le saisir il ne manqua pas de remarquer les bijoux finement ciselé que portait sa future victime et le motivaient à surgir devant sa proie, épée bâtarde au poing !

-Arrête-toi là petite nobliarde ! Et donne moi bijoux et fortune ou tu risque de devoir subir des désagréments passablement douloureux ! Éructa le Nordique avec un sourire candide d'un loup venant de mettre au abois une jolie biche.

Mais la-dite biche n'était peut-être pas sans cornes ni applomb pour faire front à son prédateur cette fois-là...


_________________

Citation:
Une fois encore, ce serait décevant... Pourquoi m'entêtais-je toujours à vouloir faire bonne figure auprès des miens, alors que tout ce à quoi j'avais droit, c'était à une condescendance parfaitement déplacée et inutile? Telle était la question... La question suivante étant: sachant ce que je savais, pourquoi n'y remédiais-je pas? Peut-être, finalement, parce que ça m'était égal. Après tout, par deux fois j'avais tenté de prévenir ces fous, par deux fois ils m'avaient fait taire... La première fois avait été plus difficile à supporter que la seconde, mais finalement, le temps montrait son action bénéfique, effaçant jour après jour un peu plus d'Amaryllis de mes souvenirs, malgré mes vaines tentatives pour le repousser... Quoiqu'il en soit, aussi stupides puissent me paraître mes contemporains, je dois dire que... Leur stupidité me sert autant qu'elle me dessert. En effet, les dames sont toujours curieuses de connaître leur avenir, même si celui-ci est aussi vide et morne qu'une toile qui n'aurait pas encore été peinte. Au début bien sûr, j'ai tenté d'être honnête et de leur dire gentiment que je ne voyais rien, tout simplement parce que leur vie ne comportait aucune péripétie qui daigne la peine d'être prédite... Mais sous leurs réclamations incessantes, sous la limite de leur harcèlement, j'avais mis mes remords de côté et avait commencé à leur mentir, leur inventant une vie... Là était tout l'art que j'avais appris à maîtriser sur le tas. Rester aussi vague que possible, tout en étant précise. Comment? C'est simple. Dire des choses comme: des souvenirs du passé vont vous rattraper... Et ce ne serait qu'à la cliente de faire ses propres interprétations. Voilà à quoi j'étais réduite, pour passer le temps...

Mais finalement, je ne sais pas de quoi je me plains. Ces petites intrigues, aussi minables soient-elles, paient les traites de mon domaines et de mes employés et m'assure le train de vie confortable auquel j'ai toujours été prédestinée et dans lequel je suis toujours restée, hors mises quelques années de mon humanité dont le souvenir se perd, ainsi que lors de la seconde guerre où je fus honteusement emprisonnée à tort. Et puis le moins que l'on puisse dire, c'est que les aristocrates ont la main leste question paiement... Et toujours d'avance. Même si je ne leur en donne pas toujours pour leur argent. Pierreries, petits coffrets remplis de pièces d'or... Tout y passe, et moi j'agrandis allègrement ma garde robe sur mesure. J'ai l'éternité devant moi, je suis en droit de me faire plaisir, vous ne pensez pas? Moi je le pense, et je ne me gène pas. C'est pour toutes ces raisons que j'étais en route depuis mon petit domaine jusqu'à notre capitale. Cette fois, je n'avais pas eu envie de me changer en animal pour couvrir la distance qui m'en séparait, et avait grimpé sur un cheval. La bête était splendide, une jument tout ce qu'il y avait de plus docile, d'un noir de jais. Cette bête était ma préférée, c'était sans doute pour cela que, lorsque je devais me travestir en cheval, je prenais son apparence à elle, toujours. Je ne sais pas, je ne fais que rarement ma propre psychanalyse voyez-vous.

Quoiqu'il en soit, j'étais montée sur elle. J'avais, pour l'occasion, une nouvelle tenue. De fines arabesques de métal doré, comprenez en or, enserraient mon buste et cachaient ce qu'il y avait à cacher de ma poitrine. Autour de mes bras, hissés au-dessus de mes maigres biceps, deux bracelets d'or également retenaient des pans de voile blancs qui couvraient mes bras d'une façon élégante, quant à ma taille, elle était encerclée d'une ceinture, dorée également, qui retenait un jupe ample d'un amoncellement de voiles blancs. enfin, j'avais coiffée ma jolie couronne dorée serties de rubis, et laissé mes cheveux tranquilles pour une fois. Finalement, les sentir ballants sur mes épaules était plutôt agréable. Sans oublier que les jolies pierres rouges dans ma coiffe allaient parfaitement bien avec la petite pierre qui pendait à une chaîne autour de mon cou, goutant indécemment jusqu'à la naissance de ma gorge. La pierre brillait d'ailleurs, c'était une bonne chose. Comment je le savais? Parce que j'étais en train de la regarder, laissant la jument aller à son rythme paresseux vers la capitale des buveurs de sang.

Ce qui me fit en détourner le regard? Une silhouette bougeant dans le coin de mon oeil, silhouette qui, sous le clair de lune naissant, ne tarda pas à prendre l'aspect d'un jeune humanoïde, armé qui plus est. Voilà qui était amusant. Avec flemme, je tirai sur les rennes de ma docile monture et attendait la suite des évènements, qui ne tarda pas à tomber sous la forme de menaces qui... Me firent rire. Discrètement, j'arrivais à étouffer la chose derrière mes doigts, mais m'est avis que je ne tromperai personne.

"Nobliarde? Voilà une insulte qui a de quoi me glacer le sang, en effet... Est-ce un couteau à beurre émoussé que je vois là?"

C'est plus fort que moi, je me mets à rire un peu plus fort. Les humains... Ils sont si... Si... Si divertissants!

"Je dois m'avouer curieuse cependant. Quel genre de désagrément puis-je encourir sous ton joug mon ami, si je refuse de te livrer ce que tu demandes? Car enfin... Si la nuit n'était point si obscure, tu verrais que mes bijoux font partie intégrante de mes vêtements, et que, de ce fait, si je t'en faisais cadeau, je me retrouverai complètement nue... Est-ce là ce que tu souhaites? Laisser une pauvre femme entièrement nue, la nuit, dans la campagne? Si tel est ton souhait, achève moi. Car je ne saurai rentrer en ma demeure sans le vêtement... Tu ne peux imaginer ce que peut subir une femme dont on doute de la vertu."

Mensonge éhonté, mais... Que voulez-vous, ça m'amuse. Et j'ai envie de voir s'il a une once de conscience. Si tel est le cas, je lui donnerai volontiers ma bourse pleine de pierreries en revenant de mes prédictions hebdomadaires. Ce serait en effet la moindre des choses pour remercier un homme qui se serait voulu galant, même si son but premier aurait été de me détrousser... Dans le cas contraire, je lui rirai au nez bien évidemment, et il n'aurait rien du tout. Que voulez-vous, je suis comme ça...


----------

Citation:
Bon assurément Slayne n'avait pas escompté sur la réaction présente de Shaiya... mais plutôt sur de la surprise et éventuellement de la crainte mais apparemment la demoiselle ne semblait pas empressée de trembler de crainte ! Ce qui chagrinait beaucoup le Nordique qui n'aimais pas à devoir user de plus de persuasion que le strict nécessaire. Enfin quoi depuis quant une frêle femme se moquait-elle ouvertement d'un potentiel agresseur aux biceps plus épais de les cuisses de la belle ?!? Ce n'était pas vraiment très sage, même si l'agressée se trouvait en selle d'un cheval qui semblait assez leste pour fuir au galop en cas de besoin. Après tout pour atteindre le galop encore faut-il avoir le temps d'éperonner sa monture sans être prise de cour par une lame posée sur son sein...

-Vous pourriez avoir la politesse de ne pas vous moquer quant bien même vous êtes assez folle pour ne pas me craindre damoiselle ! siffla le Nordique, passablement vexé et dérouté par l'assurance de la vampire qu'il tenait toujours en peu d'estime quant à ses capacités à lui tenir tête d'un quelconque façon autre que purement verbale. -Quant à comparer mon épée avec un couteau à beurre faut-il que la nuit vous rende aveugle pour confondre, à moins que je doive non pas éprouver l'efficacité de la lame par votre sens de la vue mais plutôt sur celui de votre touché en vous la pointant sur la gorge ?!?

Avançant vers la cavalière, Slayne leva son bras armé pour pointer sa lame grisâtre et ciselée sur Shaiya, la garde dorée représentant deux serre de corbeaux brilla à la lumière lunaire avec la même lueur que les bijoux dorés de sa victime proclamée... ce jouet était bel et bien capable de tuer, et l'avait déjà fait mainte fois !

-Me montrer compréhensif envers une donzelle qui se moque ouvertement de moi ? Vous ne pensez pas abuser quelque peu de votre futur agresseur non ? commenta par la suite le Nordique en plongeant sans s'en rendre compte dans un jeu verbal que menait allègrement la caïnite envers lui. -Mais je ne suis pas un monstre, surtout envers une personne aussi faible que vous l'êtes... continua t-il avec assurance -Je consent à troquer ma cape contre vos richesses et vous éviter la honte publique dont vous me dites devoir craindre l'arrivée...

Détachant la lourde boucle de cuivre qui refermait son manteau de fourrure dans lequel il voyageait, Slayne laissa choir le vêtement à terre devant la jument de Shaiya, découvrant à la lune ses habits de cuirs couvrant des muscles saillant sous une peau pâle et parcourue de ci de là par des veines témoignant à elles seules du gout de l'effort physique du nordique taillé dans le roc.
C'était un geste un peu étonnant venant du guerrier mais il n'était pas à même d'affronter les manières de la Vampire... là d'où il venait les femmes étaient bien moins subtiles, et même ne craignaient jamais pour leur vertus aussi il avait du mal à comprendre de quoi Shaiya parlait quant à ses craintes d'outrages ! Les Nordiques de ce point de vue là au moins avaient des centaines d'années d'avance dans les mœurs et tenaient les femmes en au moins aussi haute estime que les individus mâles, aussi les viols n'étaient même pas des crimes envisageables pour eux...

_________________

Citation:
Ohoh... Il semblerait que je l'ai vexé... C'est un fait tout à fait délectable, je m'en réjouis. Mais il est de bonne composition, il se laissa même tenter par me fournir une réponse. C'est charmant... Aussi faible que moi? Il est mignon... Je devais avoir plus de vingt fois son âge, et des capacités qu'il n'imaginerait même pas dans ses rêves les plus fous, et moi je suis faible? Je sentis ma bouche s'étirer plus largement malgré moi, mais parvins à grand peine à me retenir de rire à nouveau. Il m'offrit une cape? Comme c'est aimable à lui! Cela dit, il ne sembla pas comprendre la nature de mon problème. D'ailleurs, j'en profitais pour remarquer que sa cape n'a rien de conventionnelle. Il n'est donc pas d'ici! Il doit ignorer ce que je suis! Oh, tout cela est absolument charmant et promet moult rebondissements!

Ecartant délicatement sa lame de ma gorge, du bout de l'index, avec douceur pour ne pas lui laisser craindre quelque représailles, je choisis de lui offrir un sourire aimable. Il m'avait proposé une cape, c'était très louable de sa part, mais bien insuffisant.

"Messire, votre cape est fort jolie, mais je crains que vous ne vous trompiez sur mon compte. Voyez-vous, je ne puis vous laisser mes vêtements. Ils n'ont pas la même valeur que votre bien, et... Sans vouloir vous offenser, je crois que vous porteriez bien mal mes tenues, moins bien que moi du moins et je pense que vous en conviendrez. Votre musculature, assurément impressionnante, les déformerait et cela, je ne puis l'accepter. Ils sont un moyen d'exprimer ce que je suis, je vous prie donc de reconsidérer votre rapt et de changer de victime... Je saurai vous offrir une juste compensation, je vous le promets."

Autant l'orienter dans la direction qu'il me plairait qu'il emprunte. Et puis, si cela peut m'éviter d'avoir à me battre pour mes propres tenues, ça ne peut qu'être une bonne chose. Quoiqu'il en soit, il ne m'effraie pas. En même temps, je me demande bien ce qui pourrait m'effrayer.
Je choisis par la suite de faire un geste vers lui, et mets mes deux jambes d'un seul et même côté de ma selle, pour glisser doucement à terre. Naturellement, la grâce vampirique oblige, je fais à peine un bruit lorsque mon poids vient à toucher le sol via mes pieds. Ainsi désarmée devant lui, il doit se sentir puissant... Bien plus que si j'étais restée perchée sur mon cheval. L'objectif est toutefois qu'il me laisse repartir avec ma tenue, il ne faut pas l'oublier. Pour cela, il faut que j'essaie de le mettre en confiance. Est-ce que je vais lui révéler ma nature ainsi que celle des habitants des environs? Peut-être, peut-être pas. Il le découvrirait lui-même bien assez tôt de toutes façons.

Toujours dans l'optique de lui montrer que je ne lui veux pas de mal, pas pour l'instant du moins, je me baisse pour ramasser sa cape et la lui tend.

"Je conçois que vous soyez dans le besoin, mais... De grâce, laissez-moi repartir indemne... Je sais que la parole d'une étrangère ne doit pas valoir grand chose à vos yeux, mais je puis vous assurer que si vous vous montrez indulgent envers moi, vous n'aurez pas à le regretter."

Ma bouche continue de sourire et mes yeux bleus restent ancrés sur lui. J'aurai toujours la possibilité de fuir, ayant de toute façon d'ores et déjà décidé de la forme à adopter pour le semer sans encombres, mais... C'était bien plus amusant de voir jusqu'où les humains, dont la compagnie intéressante se fait rare ces jours-ci, étaient capables d'aller...

----------

Citation:
La victime n'était définitivement pas décidée à y mettre un peu de bonne volonté, mais la rebufade était trop fine pour réellement pousser Slayne à réagir avec la violence à laquelle il était autrement accoutumé ! Mais s'il n'en menait pas large face à Shaiya le penser déjà vaincu était une douce folie. S'il laissa l'éthérée cavalière repousser son arme et descendre en bas de sa monture Slayne n'en oublia pas pour autant le rôle qu'il c'était donné et l'ascendant qu'il se trouvait dès lors posséder sur la vampire.
Aussi ne recula t-il pas d'un puce ni ne baissa t-il sa garde quant sa victime s'approcha à son tour, sourire aimable aux lèvres. Par la Mana si elel pensait l'avoir déjà charmé et prit en ses filets elle serait bien vite déçue ! Il n'était pas assez sage pour s'émouvoir d'une seule beauté gracile, aussi féline puisse-telle se révéler dans ses gestes habiles et chargé d'une délicatesse toute féminine !

-Fort malheureusement pour vous vos mots ne m'atteignent pas comme vous semblez l'espérer, ou vous oubliez le détail clef de notre situation : Vous ne marchandez pas que ma cape contre vos effets personnels mais aussi votre vie, si vous l'estimez moins que vos breloques d'or je peux fort bien couper court à la transaction et vous éviter tout soucis par la même occasion. Les morts ne sont-ils pas libéré des dilemmes de l'existence dans vos croyances à vous continentaux ?

Sans que l'épée ne repointe sur les chairs exposées, le ton adopté laissait soudainement entendre que non, aussi courtois qu'il se montre Slayne n'était pas non plus prêt à marchander avec une personne qu'il jugeait à sa merci.

-Je ne vois vraiment pas ce que vous pourriez m'offrir de plus que ce que je vais vous arracher de force damoiselle ! Aussi soyez sage et épargnez-vous les désagréments que les muscles que vous imaginez avec irrespect vêtu de vos quelques habits pourraient vous faire subir si je décidais à me motiver un peu plus à votre encontre !

Il ne reprend pas la cape, ni ne fait un geste de trop... de glace comme sa banquise natale le voilà aussi aimable qu'un iceberg dérivant dans le courant que tente d'imposer Shaiya et certes il la suit et se laisse guider par la voix de la courtisane mais ne laisse maintenant que bien peu d'emprise supplémentaire se faire sur sa personne. Et de galamment courtois le voilà se révélant galamment menaçant, pour de bon.

_________________

Citation:
J'aurai beaucoup ri si j'avais été à même de savoir ce que Slayne avait l'impression de me voir faire alors que je me contentais d'essayer de m'éviter un vol superflu, et de lui faire perdre son temps autant que le mien. Tel n'étant pas le cas, il n'est pas utile de m'étaler sur ce fait, et face à la réaction du guerrier, moi je ne peux faire qu'une seule chose: soupirer. Profondément, de lassitude. Je détourne le regard, le baisse... Visiblement, son insistance me chagrine. Il ne veut pas de sa cape? Parfait. Je la garde en main, pour le moment. De l'autre, je laisse filer mes doigts et les regarde faire le long de l'encolure de ma jument.

"Comme je vous l'ai dit, j'aimerai mieux mourir que de vous laisser me dénuder. Seulement, je crois que ce jour n'est pas encore arrivé..."

Autant rester vague pour le moment, il n'a pas l'air enclin à être violent dans la précipitation. Alors j'en profite. Mes yeux quittent ma bête et se dardent sur le guerrier pour le dévisager avec intensité.

"Je ne vous demanderai qu'une chose... Ayez l'amabilité de prendre soin de mon cheval. C'est une jument calme et docile, elle ne vous causera pas de problème. Ne soyez pas cruel s'il vous plaît."

J'aurai pu claquer sa croupe, et la jument serait repartie d'elle-même à mes écuries, mais je n'aime pas lever la main sur les animaux... D'une faon générale, je n'aime pas la violence. Raison pour laquelle l'idée de luter contre cet homme pour la possession de mes vêtements ne m'intéresse pas le moins du monde.

"Je terminerai en vous disant ceci: Monsieur, les morts de chez nous ne sont absolument pas délivrés des dilemnes de l'existence... Ils sont même bien pire..."

C'est ce moment que je choisis pour orchestrer ma fuite. Sans crier gare, je lui envoie sa cape dans la figure et profite de l'effet de surprise pour me métamorphoser en chauve-souris. Ca ne me prend qu'une seconde à peine, et la pierre, rendue petite pour s'adapter à ma taille dorénavant réduite n'émettant plus de lumière, c'est noire comme la nuit que je peux prendre mon envol et fuir cachée en son sein sans demander mon reste et sans lui laisser l'ombre d'un vêtement... Car oui, mes vêtements se transforment avec moi. Ils font mes ailes lorsque je suis chauve-souris, mes plumes lorsque je suis oiseau, ou mon pelage lorsque je suis félin... Cet homme n'aura strictement rien eu de moi et m'aura claqué au nez toutes les portes que je lui tenais grandes ouvertes... Tant pis pour lui. J'espère simplement qu'il ne fera pas de mal à mon cheval. J'y tiens tout de même à ma bête...

Enfin, pour l'heure, j'ai d'autres choses à penser. En l'occurrence, me presser d'arriver à la capitale, sans trop me presser pour autant. Il faut me laisser le temps de reprendre mon apparence naturelle... J'essaierai de manger un peu avant d'aller voir mes clients, et ensuite... Et bien, je rentrerai chez moi.

----------

Citation:
Enfin l'expression de Shaiya changeait un peu et quittait l'amusement pour rejoindre un air plus grave qui s'il n'était pas celui qu'escomptait Slayne à savoir chargé d'une crainte certaine faisait au moins disparaitre le sourire de la victime présumée derrière une grimace de lassitude. Ce qui ne manqua pas de mettre un début de doute dans l'entreprise du Nordique... après tout il avait beau se savoir un guerrier de valeur il demeurait sur une terre inconnue peuplée de personne tout aussi étranges à ses yeux. Et, pire, ici régnait la Magie et les utilisateurs des sortilèges étaient malheureusement trop courant aux goût du guerrier qui, s'il ne craignait guère les effets de puissances occultes sur sa propre personne en vint à craindre que la frêle jeune femme lui faisant face ne soit finalement pas si banale que ce qu'il avait escompté au premier regard.

-Voilà un bien mauvais choix que vous me faites deviner ici damoiselle ! Je tâcherais d'éviter tout de même de vous laisser pour morte mais...

Mais avant qu'il ne finisse de répondre à la blême Caïnite lui jetait sa lourde pelisse de fourrure au visage et bien que prompt à réagir Slayne prit une fraction de seconde de trop pour la dégager de son champ de vision et voir un spectacle peu commun ! De féminin le corps de Shaiya devenait bestial et se recomposait en une parfaite imitation de... d'un être velu et muni d'ailes membraneuses. Un animal inconnu de Faranor et de sa faune glacée et surtout reptilienne.
L'étonnement empêcha le Guerrier de se saisir de la bête qui se mit à battre des ailes et se soulever dans les airs par petits à-coups typiques. Les réflexes aiguisés de l'athlétique agresseur ne pouvait le servir que si son esprit en donnait l'ordre hors là son esprit demeurait figé de stupeur, et fort peu enclin à capturer la nouvelle apparence de shiya avant qu'elle ne finisse de prendre son envol et soit hors de portée.

Résultat : Slayne suivit des yeux la silhouette de la chauve-souri se dirigeant vers les remparts de Nocturnia et quant il revient de sa surprise une violente bouffée d'indignation colora son visage d'écarlate ! Quelles étaient ses manières ?!? Fuir alors qu'il avait encore la générosité de ne pas l'occire sur la seconde ?!? Qu'il l'avait épargnée et lui permettait de ne pas rentrer intégralement nue chez elle mais munie d'une chaude pelisse qui la couvriraient de pieds en cap ?!? Avait-elle jamais compris qu'il aurait put, dut peut-être, la tuer sans sourciller alors qu'elle passait sur sa monture sans même se donner la peine de l'intercepter et lui laisser le loisir de dire un mot ?!?
De rage il leva sa lame sur la jument qui demeurait paisiblement devant lui, mais se retint de justesse de lui fendre l'encolure en deux... C'eut été un terrible gâchis et puis cette bête de monte semblait valoir un certain prix ! Sans y être expert et bien qu'il lui préférait Sklady le Nordique n'était pas assez bête pour ne pas jauger la valeur de revente de la jument...
C'est ainsi que la trainant par la bride derrière lui, il vint rejoindre son ourse de monte personnelle et sans daigner jeter un seul regard à la confortable selle de la bête de Shaiya qu'il considérait avec une méfiance extrême il fit prendre à l'ursidée qui lui servait de monture le chemin de Nocturnia afin d'y revendre l'équidée...


Revenir en haut
Publicité








MessagePosté le: Mer 28 Jan - 17:01 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Suite à l'accostage... [A.C.A.]'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Voici les logos des Partenaires des Comptines d'Eckmül Votre logo ici ? Cliquez !
Si vous trouvez que le cadre du forum est trop petit, maintenez la touche Ctrl enfoncée puis avancez avec la molette de votre souris .
Les illustrations et textes présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs, ayant-droits et autres titulaires de droits divers. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande de la part des personnes mentionnées ci-avant. © MC PRODUCTIONS / ARLESTON / TARQUIN / MOURIER / NIEUDAN
Cliquez ici pour voir les crédits complets.

Powered by phpBB © 2001, 2017 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. (All rights reserved.) and Rebuilded by RenArt .
Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | Contacter Webmestre Traduction par : phpBB-fr.com