La Page devrait bientôt s'afficher... Merci d'attendre!

Pas envie d'attendre ? Cliquez ici !
 

Index du Forum :: Portail :: FAQ :: Rechercher
Rechercher un message Liste des membres Groupes Profil Messages Connexion/Deconnexion Inscription

Eh, Vagabond ... Si tu penses t'installer ici, où si tu veux y réfléchir, commence par aller ici ...
Le Coeur a ses raisons que la Raison.. ne comprends pas (Raz

 
Poster un nouveau sujet       etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyril Valtiel



Hors ligne



Messages: 121
Inscrit le: 24 Jan 2015

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 23:24 (2015)    Sujet du message: Le Coeur a ses raisons que la Raison.. ne comprends pas (Raz Répondre en citant

Citation:
La plupart des hommes ont un moment dans leur vie où ils peuvent faire de grandes choses, c'est celui où rien ne leur semble impossible.

Il y a des jours, où lorsque le soleil se lève, les doutes de dispersent.... Où quand on ouvre les yeux, on sait que cette journée va être différente. Pas meilleure, pas pire que les autres mais juste différente. Comme si on s'apprêtait a passer un cap, a changer sa conduite du tout au tout. Il y a des jours comme ca, des jours bien différents des autres parce qu'on sait qu'a la fin de cette journée, soit on aura changé complètement, soit on sera capable de se rendre compte de certaines choses. Quoi qu'il en soit... ce jour là était un de ceux là. Sayuri c'était levé au petit matin, elle savait que sa journée serait riche en émotions, car elle avait demandé audience auprès de Raziel. Il fallait qu'elle le voit, qu'elle parle un peu avec lui, comme autrefois, comme au temps où ils étaient plus proches, unis dans le respect mutuel qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre... même si pour Sayuri il avait toujours été question de quelque chose de bien plus important qu'un simple respect.

Quittant son lit aux draps froissés, là où elle avait encore subit les attaques d'un miliers de cauchemars, elle se dirigea calmement vers la fenêtre, ouvrant les rideaux de soie bleuté pour laissé entrer le soleil dans la chambre a coucher. Dehors, le spectacle était a coupé le souffle. Le soleil se levait doucement sur les iles éparses, faisant briller d'un éclat scintillant les dalles pavé de marbre blanc dans la cour du palais où elle résidait. Asuria, patrie des ailés, lieux de paix et de pleinitude que Sayuri bercait du regard depuis qu'elle était née. C'était sa place.. ici. Nulle part ailleurs. C'était ici qu'elle avait grandit, ici qu'elle avait vécu, qu'elle avait son passé, son présent... et son futur. Du moins c'est là qu'elle devrait rester jusqu'a la fin de ses jours. Cependant depuis quelques temps maintenant c'est un autre avenir qu'elle voyait se profiler devant la proue de son navire, un avenir bien différent de celui auquel elle c'était attendu. Pour le moment encore incertain il ne restait rien de plus qu'une possibilité parmi tant d'autres.

Pas le temps de réfléchir, elle le faisait bien trop souvent ces derniers temps et ca ne lui avait apporté que des tracas supplémentaires, jamais de réponses a ses questions... Peut être que Raziel en aurait lui. Il avait toujours été un guide pour elle, pour les autre aussi, et quoi qu'il puisse arriver elle savait qu'elle aurait toujours pour lui un profond respect. A savoir maintenant si elle serait prête a choisir entre lui et Apollyon c'était une autre histoire. L'Amour ou le Devoir? Le Coeur ou la Raison? ... L'Un ou l'Autre? Elle quitta sa chambre, enroulée dans sa robe de chambre de soie blanche. Les domestiques étaient déjà là. Ils avaient ouvert les rideaux du salon ainsi que du bureau, avait préparé son bain et son déjeuner, il n'y avait plus qu'a en profiter, comme chaques jours. La paix avait du bon.. si seulement l'ennuie n'y était pas de paire. Elle soupira doucement en demandant a tout le monde de partir et se dirigea dans la salle de bain. La cuve de marbre qui servait de baignoire était fumante d'une eau chaude et remplie a ras bord. Elle ôta sa chemise qui glissa au sol, son pyjama suivit le même trajet et elle s'observa.. longtemps.. dans le grand miroir qui ornait le mur. De face puis de profil, gonflant son ventre un petit peu avant de revenir au naturel... Pas de changement, l'enfant qu'elle abritait en elle ne semblait pas encore lui tendre la peau et elle conservait encore son allure fine même si elle devinait la naissance d'un semblant de rebondi au bas ventre, invisible quand elle était habillée mais remarquable si on faisait attention quand elle était nue.

Elle préféra ne pas se poser plus de questions, personne n'était au courant sur Asuria, personne ne s'en doutait d'ailleurs, elle faisait ce qu'il fallait pour le cacher. Elle se détendit un peu dans son bain, sans regarder le temps passer. Quand enfin elle quitta la salle de bain, séchée et vêtue d'une longue robe blanche légère au décolleté plongeant, il était déjà l'heure de se mettre en marche vers la salle du trône. Une escorte l'attendait devant la porte de ses appartements, et ses sous bonne garde qu'elle fut accompagnée jusque devant la grande porte de la salle du trône. En quelques secondes, son calme se transforma en appréhenssion. Elle avait peur, elle perdait ses mots, les phrases se perdaient dans son esprit, tout s'embrouillait. Pourquoi aller le voir? Pourquoi lui parler? .. Non.. elle avait peur? Jamais de la vie! L'escorte se stoppa , laissant a Sayuri le soin de frapper a la porte, attendant calmement que la voix du Seigneur ne lui autorise a entrer.


----------

Citation:
Le jour se levait sur les îles d'Asuria. Les rayons transperçant les rideaux des demeures. La ville s'animait tranquillement, paisiblement. Marchands et artisans ouvraient leurs boutiques et leurs stands, mères et pères se préparant pour une nouvelle journée, simple, semblable aux autres jours, Fils et filles galopant dans les ruelles afin de rejoindre leurs écoles et académies. Un journée visiblement comme les autres. Peu à peu la ville s'ébruitait. L'on voyait tout d'ici. Un balcon perché sur une des tours du palais céleste. Ses yeux se laissaient vagabonder sur l'immense cité, le vent ne laissait de répit ni à ses cheveux, ni à ses vêtements. Raziel. Le Seigneur de ces terres divines, supérieures. Il se tenait là depuis déjà un moment. Assistant au spectacle que lui offrait le soleil, réveillant peu à peu sa propre cité. Plusieurs serviteurs s'introduisirent dans la pièce, portant des vêtements, de quoi manger plus que copieusement. L'Archange se fit habillé de vêtements clairs, dans les tons beiges et blancs, profita du petit déjeuné avant qu'un messager fit irruption.

« Seigneur, Votre première Voix, Dame Sayuri demande audience. »

Raziel fit signe au messager de sortir. Le messager comprit qu’il allait la recevoir et fit donc préparer une escorte. Une fois paré, Raziel sorti de sa chambre devant laquelle l’attendaient plusieurs soldats d’élite afin de l’escorter à la salle du trône. Une voix lui rappelait les différentes tâches de la journée tandis qu’ils marchaient. L’Archange était inquiet, tracassé. Que voulait donc Sayuri ? Il était rare qu’elle demande audience. Un mauvais pré-sentiment ? Non, improbable. Le Seigneur s’installa sur son trône alors que la Voix lui récitait encore le programme de la journée.

Quand enfin l’on frappa à la porte, Raziel hocha la tête et deux serviteurs tirèrent les lourdes portes afin de faire entrer sa Voix de la Génèse. Il attendit donc que celle-ci s’approche. Les gardes se mirent en position entre chaque colonne, dessinant le chemin vers le trône, portant bannières et lances. Le soleil pénétrait la pièce de toute part, grâce aux ouvertures multiples sur le côté et au plafond. Cette salle, bercée dans la chaleur du soleil inspirait un sentiment de calme et de sérénité, mêlé à un certain côté martial, les gardes disciplinés, silencieux et fiers.

Les yeux du souverain se posèrent sur Sayuri. Il ne distinguait pas totalement son visage, éblouit par le soleil. Il ne pouvait pas cerner l'objet de cette entrevue.

Que lui réservait donc cette audience ?


_________________

Citation:
C'est fou a quel point quand le moment fatidique approche, on se sent devenir une ombre. Les jambes en guimauves qui peinaient a supporter son faible poids, sa bouche qui se faisait pateuse et sa gorge qui devenait sèche. Nerveuse mais la tête haute, Sayuri attendit que les portes s'ouvrent en grand pour entrer dans la salle du trône, baignée de lumière et terriblement froide malgrè tout. Une pièce immense, impersonnelle, empli d'un parfum de fleur et de frais dans une décoration des plus simplistes. La tête haute, le regard posé sur celui de Raziel qu'elle captait de loin, elle avançait sans même un regard sur les serviteurs qui se trouvaient là, sa longue robe blanche virevoltant a chacun de ses pas, sa longue chevelure rose voltigeant derrière elle comme une cape soyeuse. Et son regard emeraude se teinta doucement de turquoise au fur et a mesure qu'elle avançait vers le trône de son Seigneur.Que dire, que faire, comme commencer la conversation? Est-ce qu'elle ne ferait pas mieux de tout abandonner?

Non...

Elle n'avait pas fait tout ce chemin pour rien, elle n'avait pas eu le courage d'arriver jusque là pour faire demi tour! C'était idiot a penser mais décevoir Raziel la terrifiait bien plus que de combattre seule une armée de démons... Parce que Raziel avait été tout pour elle depuis si longtemps, il représentait pour elle sa seule et unique famille depuis qu'elle avait trahie les siens, depuis qu'elle avait fait son choix. Il lui avait offert sa confiance sur un plateau d'argent quand tout le monde se méfiait d'elle, la fille du traitre, lui il avait accepté de la prendre sous son aile... et elle ne le remercierait jamais assez. Garce a lui, elle n'a jamais été seule un seul instant et c'est aussi grace a lui qu'elle avait pu faire ses preuves et restaurer son honneur au nom de sa famille.

Et c'est en arrivant devant le trône où était assis l'Archange qu'elle s'arrêta enfin et s'agenouilla devant lui, baissant le regard.

"Seigneur... Pardonnez moi de vous déranger, cependant j'avais grand besoin de m'entretenir avec vous."

Fit-elle avant de donner un petit coup d'oeil derrière elle, scrutant les serviteurs et les gardes qui partageaient la salle.

"En privée..."


----------

Citation:
Le Seigneur Raziel suivit l’avancée de sa première Voix vers le trône. Il ne remarqua rien d’inhabituel, peut-être seulement une démarche lourde, la fatigue ? Les gardes ne bronchaient pas, la tête bien droite, les bannières simplement secouées par le faible courant d'air. Peu importe. Une fois qu’elle fut arrivée devant lui, Raziel se leva de son trône et s’approcha de Sayuri.

« Jamais tu ne me déranges, Sayuri...»

Avant même qu’il ne put continuer, Sayuri sollicita une audience privée. Privée ? Pourquoi cela ? Qu’y avait-il d’aussi important pour une audience ? Raziel s’inquiéta, resongeant à son pré-sentiment. Noon, peut-être juste une information tactique ou autre. Raziel posa sa main sur l’épaule de Sayuri, comme pour lui faire signe de se relever. Ses yeux se posèrent alors sur la salle du trône, silencieuse, paisible. Seuls les oiseaux apportaient un peu de son, de leurs chants sereins. Sa voix s’éleva soudainement, brisant le silence.

« Laissez-nous… Tout le monde. »

Sans un bruit, les servants, Gardes, et autres personnes présentes libérèrent la salle en sortant par la salle principale. Raziel attendit que tout le monde soit sorti puis retourna s’asseoir. La salle paraissait inchangée, toujours silencieuse, bercée simplement par les chants des oiseaux.

« Bien, nous voilà seuls. »

Raziel n’ajouta rien, et se contenta d’écouter ce que Sayuri avait d’aussi important à dire.

_________________

Citation:
Sa voix.. depuis combien de temps n'avait-elle pas entendu sa voix? Autrefois il ne se passait pas une journée sans qu'elle ne vienne lui parler, autrefois elle se raccrochait a lui a chaque fois qu'elle se sentait fatiguée ou quelle se perdait. Autrefois, bien avant qu'il ne soit Archange, elle le regardait de loin, cet enfant choyé par la société, promis a un grand avenir, elle le regardait de loin et elle se disait que peut être un jour ils pourraient jouer tous ensemble, elle, Apollyon et lui. Autrefois elle pouvait penser a ses choses là sans que ca ne choque personne, aujourd'hui, mettre le nom de Raziel et celui d'Apollyon dans la même phrase était considéré comme une hérésie. Et pourtant depuis ce jour où elle avait revu l'ancien ange, depuis ce jour où le mensonge avait commencé a s'installer dans son coeur, depuis ce jour là, plus que jamais, elle avait envie que tout redevienne comme autrefois.

Elle sentit sa main sur son épaule et elle frissonna imperceptiblement en se relevant, tournant le dos a la porte bien qu'elle sache très bien que les serviteurs et les gardes étaient en train de quitter la salle. Les voila seuls... C'était quand la dernière fois que c'était arrivé? Ha oui.. le jour où elle avait demandé a Raziel de lui laisser sa chance, de ne pas se fier au fait qu'elle était la fille de Nengor et que quoi qu'il arrive elle donnerait sa vie pour sauver la sienne. Aujourd'hui 'était bien différent, elle n'allait pas le supplier, elle ne demanderait pas de l'aide.. elle avait juste besoin de lui dire la vérité, une partie de la vérité, parce que son coeur croulait sous le mensonge au point qu'elle ne se noie. Garder la tête hors de l'eau commençait a se faire difficile et elle avait besoin de celui qui avait toujours symboliser le radeau de sauvetage, son île de survie au milieu d'une immensité de confusion.

Elle le remercia d'un signe de la tête et attendit qu'il soit installé avant de poursuivre. Oui car il aurait besoin d'être assis pour entendre une telle nouvelle. Elle serra les poings et prit une longue inspiration avant de se jetter a l'eau.

"Il y a de cela plusieurs mois, bien avant le Tournoi des Braves, alors que vous m'aviez envoyé en mission sur les terres démoniaques, pour découvrir les forges et les mines de fer... Quand je suis rentrée, je vous ai dit avoir trouvé les mines... mais..."

Elle le regarda un moment, piuvant presque lire l'inquiétude sur son visage. Mon dieu comme elle s'en voulait de devoir lui imposer cela, comme elle s'en voulait de ne pas avoir été capable de le lui dire plus tot...

"Mais pour dire toute la vérité il se trouve que j'ai également trouvé autre chose la bas..."

Elle pinca un peu ses lèvres avant que son courage ne se regonfle suffisament pour que le nom maudit ne sorte d'entre ses lèvres.

"Apollyon... Bélial."


----------

Citation:
Les paroles de Sayuri résonnèrent dans sa tête, il ne les comprenait pas, ou ne voulait-il pas les comprendre ? Pourtant, demander une séance privée ainsi, dans la salle du trône, il y avait quelque chose de gros, très gros là derrière. Raziel passa sa main sous son menton réfléchissant à la signification exacte de la phrase. Apollyon Bélial, il y avait longtemps que ce nom n’avait été évoqué. Ce nom maudit, en ce lieu saint qu’était la salle du trône. Mais pas assez longtemps. Quand enfin Raziel posa son regard à nouveau sur Sayuri, il dénia dire quelque chose.

« Apollyon… Bélial, dis-tu ? Il y a bien longtemps que je n’avais entendu ce … nom… »

Raziel se leva de son siège, les mains tremblantes, espérant à une mécompréhension de sa part. Ce ton, cette audience privée, tout laissait à croire que c’était ce qu’il craignait. Comment réagir ? Comment faire ? Sayuri, sa fidèle Voix de la Génèse. Il osa timidement une question, espérant de tout cœur qu’il se soit fait une idée tordue de la chose.

« Et … Qu’as-tu à me dire … à son sujet ? »

Raziel lui tourna le dos en l’attente d’une réponse qu’il espérait purement d’ordre militaire. Un rapport d’espionnage ou autre. Mais ça n’avait pas de sens, elle lui aurait tout révéler pendant le « débriefing ». Il posa sa main contre le dossier de son trône et observa le ciel à travers les ouvertures. Il réfléchissait tout en restant attentif à la réponse de Sayuri. Comment réagir si c’était vrai ? Comment faire ? Il ne pouvait pas, même s’il le devait… Raziel, d'un naturel calme et bienveillant se retrouvait inquiet et impatient. Sayuri avait tout intérêt à dire ce qu'il voulait entendre, enfin, c'est ce qu'il se disait, au fond de lui.

_________________

Citation:
Il semblait calme face a la nouvelle, faisait preuve d'un certain détachement face a se qu'il venait d'apprendre. Mais Sayuri savait très bien que ce n'était qu'une facade, une belle facade bien faite qui cachait une terrible vérité que même elle avait du mal a admettre: Raziel était paniqué. Elle s'en voulait plus que tout au monde, plus que tout elle aurait voulu que ca se passe autrement. Et quand elle le vit se lever, les mains tremblantes, elle se fit une raison et se prépara même a se prendre une baffe bien méritée. Et pourtant Raziel ne s'approcha pas d'elle, comme si elle était.. contaminée. Non.. il avait peur, peur de ce qu'elle allait lui dire, peur de ce qu'il pourrait apprendre.. peur de savoir déjà a l'avance se qu'elle allait lui dire. Il lui demanda, sur un ton des plus naturel, se qu'elle pouvait lui dire sur Apollyon.

Entrée en phase critique...

Que dire, que faire, de quoi parler? Est-ce qu'elle devait lui dire la vérité? Toute la vérité au risque d'anéantir la confiance que Raziel avait pour elle? Au risque de l'anéantir lui? Non, elle ne pouvait pas faire ca, plutot mourir que de lire la deception dans son regard. Elle prit une grosse inspiration et fixa l'ange qui détournait obstinément son regard d'elle.

"Il.. est toujours en vie. Il n'a plus rien a voir avec celui que nous.. connaissions."

Fit-elle calmement en continuant de le regarder. Si elle s'arrêtait là, ca serait surement mieux.. et elle savait aussi que si elle s'arrêtait là son mal aise ne disparaitrait pas.

"Il a une demeure... cachée dans les montagnes... Je.. suis tombée dessus par hasard... Je..."

C'était insupportable. Elle aurait eu envie de hurler et de se jeter devant lui en le suppliant de la regarder! "Regardes moi Raziel!" Voila ce qu'elle avait envie de lui dire, qu'il la regarde pour comprendre qu'elle s'en voulait plus que tout au monde de lui avoir caché ca. Mais tout ce dont elle fut capable de faire c'est de mettre un genoux au sol, la tête basse.

"Je suis désolée... tellement désolée.. je regrette... je n'aurais jamais du... me laisser attendrir, me laisser tenter.. J'ai regarder en arrière et je me suis noyé dans le passé, un passé trop lointain, trop beau, perdu! Et je n'ai pas prit conscience que ce que je faisait pouvait vous blesser Seigneur! J'aurais du le combattre et vous apporter son coeur sur un plateau... mais tout ce dont j'ai été capable de faire... se fut de parler avec l'ennemi..."

Fit-elle en serrant les dents. Elle ne pouvait pas en dire plus, elle ne devait pas en dire plus, elle le savait, mais elle ne pouvait plus mentir a Raziel, c'était inssuportable.

"Soyez sur... que je ne lui ai rien dit de notre peuple, rien dit de vous Seigneur... j'aurais préférée mourir plutot que de mettre mon peuple en danger... ou vous Seigneur. Cet échange.. ne concernait que nous, qu'Apollyon et moi, rien de plus et... je vous en supplie.. Seigneur... ne m'en tenez pas rigueur..."


----------

Citation:
Raziel ferma les yeux, n’écoutant que la voix de sa conseillère. Elle avait de la peine à s’exprimer, Raziel faisait le tri dans ses dires. Elle ne pouvait plus reculer visiblement, elle devait avouer. L’Archange écouta tout, soupira, semblait paisible, calme. Il baissa la tête, resongeant à ce qu’elle disait. Raziel se retenait, ça se voyait. Les nerfs quasiment mis à vif. L’horreur d’apprendre que sa Première Voix, la personne en qui il avait placé toute sa confiance s’était ainsi rabaissée, s’était ainsi laissé « attendrir » par un démon, une créature infâme du vice. Le Seigneur dû se retenir d’en venir aux mains. Il était déçu, horriblement déçu de l’attitude de Sayuri. Déçu mais énervé. Allait-il perdre son calme ?

« Tu as…. osé mettre à l’épreuve la confiance que … Je t’ai offerte ? Ma confiance ? »

Sa voix tremblait légèrement, de colère, de déception. Raziel lâcha son trône pour faire quelque pas derrière le trône, resongeant à cette conversation. Attendrir par Apollyon, mais où avait-elle la tête bon sang ? Mais c’en était trop peu, ça ne devait pas être toute l’histoire qu’elle lui a racontée. Il se tourna alors enfin vers elle, évitant son regard.

« C’est tout ce que tu as à me dire ? »

Ses yeux dénièrent enfin se poser sur elle, cette fois-ci non plus bienveillant comme il avait l’habitude, mais menaçant. Qu’elle continue sur sa lancée, maintenant qu’elle y était, se disait-il. Au fond il espérait qu’elle en soit restée là, une conversation, mais venant de l’apôtre du mal et du vice, Apollyon, cela ne l’étonnerait pas qu’il y ait autre chose.

_________________

Citation:
Elle n'en pouvait plus, elle commançait même a se dire qu'elle avait peut être eu tord de lui dire tout ca... mais le pire c'est quand elle entendit enfin la voix de Raziel... Cependant ce qu'elle entendit lui brisa le coeur, bien plus que ce qu'elle aurait pu penser. Elle savait qu'elle l'avait déçu, elle savait que l'entendre lui ferait mal.. mais elle n'aurait jamais pensé que ca lui ferait autant de mal. La douleur qu'elle ressentait dans son coeur était sans doute la plus horrible qu'elle avait pu ressentir jusque là. Bien plus encore que celle qu'elle avait ressentit en tenant le cadavre de son père dans ses bras, bien plus encore que le jour des funérailles de son mari ou de son fils. Elle venait de décevoir celui pour qui elle aurait donné sa vie sansla moindre hésitation, celui qui lui avait tout donné et voila que maintenant elle l'avait trahi. Elle resta agenouillé au sol, tremblante, enragée contre elle même!

"Pa..Pardonnez moi..."

Fit-elle avant de relever la tête, regardant Raziel, son expression sur son visage la hanterait encore pour des nuits entières. Elle se releva lentement. Est-ce que c'était tout? Non bien sur que non ce n'était pas tout. Elle en était tombée amoureuse, amoureuse d'un démon, elle s'était offerte a lui et elle ne pouvait rien y faire, elle l'aimait. Et pourtant..; elle était encore là, elle continuait d'aider Raziel tout les jours, au quotidien, elle ne disait jamais rien de ce qui le concerne a son amant et elle continuait de veiller sur lui quoi qu'il arrive, elle refusait qu'on lui fasse le moindre mal. Et elle aurait aimé lui dire tout ca mais elle savait qu'elle ne supporterait pas de le voir plus en colère contre elle.

"C'est tout ce qui s'est passé Seigneur... il n'y eu rien d'autre..."

Fit-elle en soutenant son regard, lui montrant toute la peine qu'elle avait eu a lui mentir de la sorte.

"Raziel... je suis revenue ici, je ne suis pas resté... je suis revenue vers toi.. parce qu'a mes yeux tu compte bien plus que le passé que j'ai pu avoir avec lui. Je n'oublie pas les liens que nous avions autrefois avec lui mais.. je sais aussi voir quand une chose est perdue... Je suis revenue.. uniquement pour toi..."

Voila qu'elle le tutoyait maintenant, c'était bien beau. Est-ce qu'elle était vraiment revenue pour lui? Evidemment. Parce que son amour pour Apollyon était sincère mais qu'il avait plusieurs millénaires de retard, qu'il ne devait pas être et qu'il fallait se faire une raison. Un amour perdu.. ne pouvait pas revenir a la surface. Elle avait vécu un beau rêve mais il finirait par se transformer en cauchemars... Sa place était ici...


----------

Citation:
Raziel se tourna à nouveau. Il voyait bien que Sayuri était sincère, et dans quel état elle était après lui avoir menti. Elle lui disait qu’elle était revenue pour lui, pour Raziel. Revenue, c’est bien beau, mais pourquoi serait-elle restée ? A part captive d’un serviteur de l’Archidémon, il ne voyait pas. Quoi qu’il en soit, Raziel s’était senti trahis, même si quelque part il ne pouvait pas renier Sayuri qu’il considérait quelque part comme sa propre fille. Il retourna s’asseoir à son trône, le regard noir. Il en avait assez entendu pour aujourd’hui. Même si Sayuri a eu le courage de lui avouer cela, il aurait préféré ne rien entendre.

« Nous en avons terminé. »

Il détourna du regard et soupira. Ce fut un choc pour lui. Une trahison telle. Encore heureux qu’elle n’ait rien révélé, et encore, cela restait à prouver. Apollyon Bélial, comment a-t-elle pu parler avec cet être si infâme et corrompu ? Ce traître à son sang, ce souillon. Raziel attendait qu’elle se relève avant et qu’elle se retire. Il ne donna même pas l’ordre à ses gardes de l’escorter. Raziel ne tenait plus sur place. Dieu sait ce que cet Apollyon a pu faire à Sayuri. Une conversation ? Il y avait de nombreuses façons de tromper quelqu’un rien qu’avec des paroles. Il hésita presque à la faire espionner, mais tenta de rester calme et de dédramatiser. Il conclut cette entrevue simplement par…

« Laisses-moi. »

_________________

Citation:
Voila ce qu'elle craignait... qu'il termine l'entretient de cette façon... D'une manière si froide, si impersonnelle, comme si elle n'était plus rien a ses yeux, rien d'autre qu'une simple étrangère. Elle se sentait brisée de l'interieur, complètement vidée de toutes ses convinctions. Elle n'arriverait jamais a abandonner Raziel en voyant le mal que cela pouvait lui faire. Mais est-ce qu'elle aurait le courage d'abandonner Apollyon? Pour le moment elle ne voulait qu'une seule chose, remonter dans les bonnes grace de Raziel, rien d'autre, lui prouver que quoi qu'il arrive, elle serait toujours avec lui, de son côté. Elle inclina la tête respectueusement. Il n'y avait rien a ajouter maintenant qu'il avait clos l'entretient. Et pourtant elle ne se sentait pas mieux qu'avant, même après lui avoir avoué sa faute... Tout ca pour en revenir au même point de départ. Un esprit torturé, brisé en deux, tiraillé entre deux mondes.

"Je suis vraiment désolée Raziel... Ca ne se reproduira plus..."

Fit-elle en redressant la tête, Raziel lui imposant de quitter les lieux et de le laisser seul. Elle aurait aimé continuer sur une note moins colérique mais tout était dit et il était bien trop nerveux et rageux pour qu'elle puisse le faire changer de comportement a son égard.

"Je ne t'abandonnerais pas... quoi qu'il arrive. J'ai toujours était présente... même quand mon père a été mis a mort, je suis rester... parce que je croyais en mon peuple bien plus qu'aux liens du sang! Parce que je croyais en toi!"

Fit-elle en s'inclinant de nouveau.

"Et c'est encore le cas aujourd'hui..."

Fit-elle avant de faire volte face, quittant la salle pour se rendre dans ses appartements, la bas une tonne de travail l'attendait et même si elle n'avait pas le coeur a l'ouvrage... c'était la seule facon de prouver a Raziel qu'il pouvait encore compter sur elle.


Revenir en haut
Publicité








MessagePosté le: Lun 26 Jan - 23:24 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Le Coeur a ses raisons que la Raison.. ne comprends pas (Raz'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Voici les logos des Partenaires des Comptines d'Eckmül Votre logo ici ? Cliquez !
Si vous trouvez que le cadre du forum est trop petit, maintenez la touche Ctrl enfoncée puis avancez avec la molette de votre souris .
Les illustrations et textes présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs, ayant-droits et autres titulaires de droits divers. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande de la part des personnes mentionnées ci-avant. © MC PRODUCTIONS / ARLESTON / TARQUIN / MOURIER / NIEUDAN
Cliquez ici pour voir les crédits complets.

Powered by phpBB © 2001, 2017 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. (All rights reserved.) and Rebuilded by RenArt .
Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | Contacter Webmestre Traduction par : phpBB-fr.com