La Page devrait bientôt s'afficher... Merci d'attendre!

Pas envie d'attendre ? Cliquez ici !
 

Index du Forum :: Portail :: FAQ :: Rechercher
Rechercher un message Liste des membres Groupes Profil Messages Connexion/Deconnexion Inscription

Eh, Vagabond ... Si tu penses t'installer ici, où si tu veux y réfléchir, commence par aller ici ...
Entretien avec un Empereur ( Pv Apollyon )

 
Poster un nouveau sujet       etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyril Valtiel



Hors ligne



Messages: 121
Inscrit le: 24 Jan 2015

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 22:57 (2015)    Sujet du message: Entretien avec un Empereur ( Pv Apollyon ) Répondre en citant

Citation:
Encore une journée qui semble des plus monotone pour le chef de cohorte. Effectivement, il était encore avec ses recrues au potentiel incommensurable, du moins ils l’avaient si on écoutait le général Crow mais pour Aekold… Il était proche du zéro absolu. Certains étaient limite dans le négatif au vue de leur prouesse guerrière. Il ne les suivait que du coin de l’œil d’ailleurs. Ce n’était pas qu’ils étaient tous mauvais, loin de là, un voir même deux avait les possibilités de devenir quelque chose dans l’armée démoniaque mais leur potentiel allait être gâche à cause du seigneur des ossements. Dommage n’est il pas ? Comme un réflèxe, Aekold sifflla un ancien chef de cohorte sous ses ordres. Ce dernier, bien qu’embêté par de manières, arriva à sa hauteur.

« Tu devrais éviter de me siffler devant Mes hommes. »

Quoi ? Qu’entendait-il ? Une remarque ? Une insubordination de l’homme qu’il avait placé à sa position actuelle ? Il oubliait ce qui lui devait… C’est d’un air exaspéré qu’il fixa l’effronté en le dévisageant durant quelques secondes. Aekold, dépassé pour ne pas savoir quoi répondre ? Pas du tout, mais il se retenait de ne pas l’écraser directement entre ses mains. Mais il prit un sourire calme et amical, posant sa main sur le dos de son interlocuteur pour l’écarter du groupe.

« Effectivement, tu as raison… »

Ses premiers mots étaient assez hauts pour que les soldats l’entendent mais le reste de la conversation allait devenir secrète et surtout entre eux.

« Mais si tu recommences à me parler comme si j’étais ton Egal… Tu vas finir six pieds sous terre avec comme seul épitaphe. Ci gît l’imprudent qui a défié un être supérieur à lui. »

Accompagnant ses mots aux gestes. Aekold fit pousser ses os à hauteur des phalanges. Les enfonçant dans le pourpoint du soldat qu’il pouvait ressentir sur sa chaire qui se frayé un passage dans sa chaire. Le regard du seigneur des ossements se fit plus dur, supérieur…

« Je me suis bien fait comprendre dit moi ? »

Mais la réponse du chef de cohorte n’arriva pas à ses oreilles. A quelques pas, dans le dos de Sanath. Il put entendre.

« Monsieur Sanath… L’empereur vous demande dans la salle de réunion. »

Le jeune messager se fit dévisager par l’ancien général, surpris par les mots de ce dernier. Aekold se dégagea de sa prise. S’approchant du démon nouvellement arrivé. Il le toisa du regard l’espace d’un instant, cherchant s’il y avait moquerie dans ses mots mais ce dernier semblait totalement sincère. Et bien, c’est d’un pas assuré qu’il se dirigea en direction de cette fameuse salle de réunion.

Un entretien personnel avec le digne empereur démoniaque. Privilège et accomplissement d’une vie de soldat voué à son royaume ? Pour Aekold, ce n’était pas le cas, tout peine mérite salaire. C’était le minimum que pouvait lui offrir le régent démoniaque. Le seigneur des ossements ne brillait qu’une chose… La place d’Apollyon lui-même. Voilà le vrai accomplissement d’une existence pour un démon de cet acabit, intérieurement, il était persuadé qu’un jour, dans une année, une décénnie, un siècle, il aurait cette fameuse place. Dans tout les cas, cet entretien était inespéré pour l’ancien général. Il allait peut être prendre la place d’éminence au coté de l’empereur voir prendre la place d’Abyss et l’avoir à sa botte. Ha, quelle plaisir cela serait. Mais trêve de rêverie. Il arrivait bientôt aux portes de la salle de réunion de l’empereur démoniaque. Frappant aux doubles portes de la demeure, il attendit sagement l’arrivée du majordome. Croisant les bras pour avoir une position d’impatient, il toisa l’homme ouvrant les doubles battants avant de suivre les pas de ce dernier qui l’amena en présence du démoniaque dirigeant. C’est d’une courbette légère qu’Aekold s’inclina pour montrer le respect qui est du à la personne face à lui.

« Vous m’avez fait demander. Et bien me voilà… »


----------

Citation:
L’Empereur souleva les immenses tentures menant aux terrasses de ses appartements et s’avança sur ses jardins surplombant la Cité Démoniaque, sa cité. Un vent violent balayait les pierres gravées formant les promontoires de pierre suspendus dans le vide, sifflant sordidement entre les entrelacs marbrés de quelques gargouilles, mordant les chaires minérales des prédécesseurs d’Apollyon, tous les illustres souverains démoniaques du passé étaient là, se dressant devant le ciel nuageux, surplombant l’empire qu’ils avaient bâtis les uns après les autres, oeuvrant à la prospection d’une des plus grandes puissances etherienne, les têtes couronnées marbré de silence gardant le secret de l’espoir de voir durant leur règne arriver le déclin total des anges. En sortant le Satyre s’était offert au vent, celui ci faisant geindre l‘argent de sa couronne. L’empereur était vêtu comme à sa nouvelle habitude d’une armure légère de cuir et de métal, portant dans le dos une cape, le tout dans un ensemble noir et argent. Lentement l’ancien ange s’avança vers les balustres de pierre et s’y appuya. D’un regard ample il caressa la ville en contrebas, toisant d’un air condescendant le royaume qu’il tenait en ses griffes et reconsidéra la tâche qu’il avait à accomplir avant de mener à bien ses plans.

Ici tout était à refaire après un demi siècle de déchéance et de décadence et c’est ce à quoi s’essayait le nouveau souverain, épurant l’administration des anciens démons au service de la Reine, ne gardant que ceux qu’ils savaient digne, fidèle, efficace ou prêt à se plier à la moindre de ses exigences. Ainsi, rapidement, il avait formé une nouvelle élite parmi la noblesse et la bourgeoisie démoniaque, ne gardant plus que des sangs purs dans ses rangs, se refusant à s’entourer du moindre bâtard métissé que les amours odieux avaient engendré et fait prospérer. Peu à peu il avait installé de nouveaux ordres, restructuré les anciens, refondu le Consulat, réformé les armées, portant à leur sommet celle qu’il estimait la plus efficace, une fille de l’Archidémon, Abyss Crow. Il ne s’était pas fait que des amis et des partisans ainsi, créant nombre de déclassés et par la même occasion de mécontents, mais qu’importait à Apollyon, c’était le prix de sa politique, il se refusait à gouverner sur des bases bancales et instables, il fallait de solides fondations aux Démons avant de conquérir le monde.

D’ailleurs pour cette ambition capricieuse qu’était la conquête du monde le satyre s’était offert le luxe d’une police secrète et de forces spéciales qu’il avait joliment nommé les Fléaux. Ces derniers se trouvaient être des soldats magiciens, maniant aussi bien les lames que les arcanes, décuplant ainsi les possibilités d’un commando classique, offrant au souverain la perspective de quelques frappes chirurgicales chez les anges ou chez les humains, lui offrant le moyen de sustenter à quelques envies de complots ou d’intervenir en soutien auprès d’une de ses légions lors de plus larges manœuvres… Mais il y avait un problème, le poste était à risque et les têtes chutaient plus aisément qu’en d’autres postes militaires. Récemment encore le chef de cette force spéciale, le Meneur des Fléaux, était mort lors d’une mission, libérant ainsi un poste que nombre de personnes convoitaient, car il offrait une influence et un poids avec peu d’équivalent au sein des démons et malgré les risques ceux qui faisaient savoir leur intérêt pour le poste étaient nombreux parmi les militaires. Seulement c’était Apollyon lui même qui se réservait le droit de nommer celui qu’il entendait bon pour ce poste.

Pour cela le satyre faisait appel aux conseils avisés de ses éminences qui l’entouraient, s’appuyant sur leur avis pour étayer le sien. De cette manière le nom d’Aekold Sanath était parvenu à ses oreilles impériales et c’était lui qu’il attendait en ce moment même. Car même si Apollyon ne doutait pas de la parole de ses conseillers il tenait à vérifier par lui même la compétence de l’officier et son aptitude de chef. Selon ses sources ce démon, de noble extraction, avait eut un parcours atypique, passant par les voies du banditisme avant que ses compétence à diriger les hommes ne soit reconnu et qu’il ne parvienne à se faire admettre parmi les officiers les plus importants de l’ancienne couronne. Cependant Apollyon lui avait préféré d’autres hommes pour la gouvernance des Légions et l’ancien général Sanath s’était retrouvé déclassé. Aujourd’hui c’était une nouvelle opportunité qui allait faire face à l’homme et que lui tendrait l’empereur, restait maintenant à voir si l’homme la saisirait…

Un domestique vint déranger la méditation d’Apollyon sur sa terrasse venteuse, l’informant avec cette soumission qu’ont les esclaves de l’arrivée de l’homme qu’il attendait. Acquiesçant distraitement Apollyon détourna son regard du vide qui lui faisait face et se dirigea d’un pas lent vers la salle de réunion, y pénétrant avant son hôte. La salle de réunion paraissait froide, et elle l’était malgré les torches l’éclairant depuis les murs, les tapisseries et autres lourdes draperies ornant les pierres épaisses ne parvenant pas à égayer les lieux. L’ensemble formait un cadre froidement beau et pompeux. Il y avait une table poursept personnes, finement ouvragée de bois précieux et d’argent et des sièges rembourrés du même acabit. Dans un coin de la pièce sur un piédestal de très petite taille sommeillait tranquillement le Trident du Démon, symbole de sa puissance magique. Enfin Sanath arriva, saluant l’Empereur avec le respect qu’il lui devait, ce à quoi Bélial répondit par un très léger hochement de tête. Dans la salle tout semblait indiquer qu’ici les conventions habituelles étaient atténuées et qu’on pouvait parler plus directement des choses si l’empereur vous y invitait. Celui-ci prit la parole pour répondre à son sujet.

« Effectivement officier Sanath, belle clairvoyance… »

Dit il avec une pointe de sarcasme, Apollyon n’aimait guère les paroles inutiles et à son sens énoncer l’évidence ne faisait pas partie des choses nécessaires, le souverain ne lui en tiendrait cependant pas rigueur. Il s’approcha de la table sur laquelle reposait une cruche et deux verres fins. Apollyon était amateur de bons vins et c’était un grand cru qui remplissait le cruchon, le satyre versa le liquide épais à la robe bordeaux dans les deux coupes et reprit.

« Je ne vais pas broder inutilement ce que j’ai à vous dire ni vous mentir. Je vous ai fait venir ici, car votre passif au sein de l’armée tend à prouver votre compétence et votre capacité au commandement. De plus il ne vous est connu à ce jour aucune proximité particulière avec vos supérieurs ou certains politiques et j‘ai besoin de quelque‘un qui je le sais ne prendra pas parti pour un de mes opposants indiscrets. »

Dit il en faisant rouler le vin dans le verre qu’il avait saisit de son bras de glace. C’était flatterie en effet, mais en flattant l’orgueil Apollyon comptait bien amadouer son interlocuteur. Selon ses informateurs Aekold était neutre, il ne tenait donc qu’à Apollyon de le rendre plus partisan de son propre règne. Il poursuivit du même ton:

« Mais venons en à l’essentiel, vous êtes donc en ces lieux car j’ai une mission à vous confier car je vous en pense digne. Une mission permanente, un nouveau poste en réalité serait plus juste. » Il marqua une courte pause. « Avez vous déjà entendu parler des Fléaux ? »

Se renseigna-t-il auprès de son interlocuteur alors qu’il buvait une première lampée de l’excellent breuvage comme pour se remettre de sa longue introduction. Les Fléaux étaient discrets malgré les portes que le nom de Fléau pouvait ouvrir et il était possible qu’il ne connaisse pas la substance que cachait ce nom. C’est pourquoi Apollyon se renseignait. Le faire un peu parler lui permettrait aussi d’en savoir un peu plus sur le respect qu’avait Aekold pour l’empereur et son attirance pour le pouvoir. La discussion avec l’empereur risquait de n’être qu’une longue succession de questions plus ou moins subtiles pour cerner au mieux l’officier démoniaque.

_________________

Citation:
Qu’est ce que… Pour qui se prenait l’empereur pour parler ainsi de la sorte au déchu Sanath ? Première réplique et premier contact des plus indélicats entre les deux hommes… Tout ce qui fallait pour exaspérer le prédisposé à devenir meneur des fléaux. Mais ce n’était pas l’heure, pas tout de suite, pas maintenant… Mais Aekold savait qu’un jour, il serait à la place prise par le satyre. Qu’il fera plier à sa demande les êtres les plus hauts des sphères démoniaques et cela, il se l’était promit. Même si son existence semblait être parcouru de haut et bas, que ce soit mental que social, mais cela le renforçait petit à petit. Il en sortait plus grand, au point ou il finira au dessus de tout être vivant sur ce caillou.

Mais revenons à nos moutons démoniaquement méchants. Les paroles hostiles de l’empereur glissèrent mentalement sur le corps du seigneur des ossements. Certes, Aekold en avait fait peut être un peu trop mais le protocole l’obligeait à faire cela. Si Apollyon était aussi bien renseigné sur lui. Il devait se douter que ce genre de politesse, Sanath ne l’appréciait que très peu. Il aimait la franchise et surtout, il était tellement imbus de sa personne qu’il était persuadé valoir mieux que l’intégralité du monde actuel. L’ancien général était invité à prendre une coupe de vin de la part de l’empereur. Ce qu’il fit en ayant un hochement de tête de remerciement, non ce n’était pas machinal, juste une politesse de sa part alors qu’il ouvrit grand les oreilles pour écouter, boire les paroles de son supérieur. Hochement de nouveau la tête à la fin de la phrase de son interlocuteur. Effectivement, il était acquis à tous les dignitaires qu’Aekold ne donnait sa personne et sa voix à aucun être de ce monde, Apollyon y compris. Seul l’armée pouvait profiter de son image, de son aura, de son savoir et des ses engagements. Si bien sur il avait tout cela à offrir.

" Vous êtes bien renseigné. J’aurais tendance à dire trop à mon gout en fait mais votre rang vous offre énormément de possibilité et cela… Juste en le demandant. Devant son pouvoir je ne peux que plier... "

Aekold Glissa le pied de la coupe entre l’index et le majeur. Levant cette dernière pour amener la liqueur démoniaque de son nez. Humant le parfum de la boisson alors que ses yeux se ferment à demi, se concentrant sur l’odeur alors que son regard se pose sur le corps de son interlocuteur. La question était posée. De mémoire, il n’avait entendu que des rumeurs, des ouï dires, des « on dit ». Certains soufflent qu’il s’agirait d’un groupe de guerriers mais rien de précis. Aekold était incapable de dire qui était les fléaux, du moins précisément comme le demandait Apollyon et ce sera, sans avoir une moindre hésitation dans sa voix, que le seigneur des ossements répondra.

" Je n’ai que des bribes volés ici et là au sein de diverses et multiples conversations. Si mon ouï ne m’a pas trahit, il s’agirait de soldats démons mais éloignés de l’armée… Je serais incapable de dire si ce sont des renégats, des insurgés ou quoi que ce soit d’autre pour être franc Empereur. Et je me permets de rajouter que je n'en ai cure. Les mythes ne m'intéressent pas plus que cela."

Prenant une gorgée du vin. L’ancien général ferma les yeux quelques instant, cherchant de quoi rajouter à la conversation mais rien ne vint. Ce n’était pas qu’il avait aucune conversation mais il n’avait rien à rajouter à sa réponse hormis cela.

" Mais pourquoi me demander cela ? Vous vous intéressez aux ouï dires et vous m’avez fait venir pour cela ?"

Le ton était neutre, mais le sou entendu était bien là. Faire venir Aekold pour ce genre de bêtise, de conversation creuse, même si l’empereur voulait être accompagné par un beau parleur. Le seigneur des ossements appréciait cette attention que lui offrait l’homme le plus important du monde mais il était bien au dessus de ce genre de petite attention. C’est donc un regard interrogateur qui se posera sur le satyre, attendant une réponse à sa question.


----------

Citation:
Apollyon eut cet horrible rictus que l’on appelle habituellement sourire lorsque son officier souligna la capacité d’information de l’empereur. Le satyre s’empara alors de sa coupe, venant prendre une gorgée du vin épais, savourant tout d’abord son parfum, puis la rondeur et la longueur en bouche et les arômes fruités du liquide, mais l’heure n’était pas à l’œnologie et il revint bien vite à la situation. Aekold venait de reprendre la parole, avouant par celle-ci son ignorance. Des ragots, des on-dit voilà ce sur quoi se baser ses rares connaissances sur les Fléaux et même si elles étaient principalement erronées elles soulevaient avec justesse le mystère qui planait au dessus de cette faction. Il faut dire que l’Empereur l’avait créé pour cela, pour pouvoir agir discrètement, par-dessus les lois et les accords, les alliances et les paix, partout dans le monde, s’ils étaient connus et ne restaient pas dans l’ombre cela s’avérerait fâcheux pour l’empire. À part leur race peu de chose semblaient les relier en temps de paix à la couronne démoniaque, en temps de guerre Apollyon avait pour eux des projets différents, mais cela il aurait l’occasion de l'expliquer expliquer en temps et en heures si Aekold s’avérait l’homme adapté à ce poste. L’empereur toisa son interlocuteur, un être qui lui était inférieur par nature pour lui, mais dont il devait et se méfier, et respecter pour ses actes. Apollyon reprit la parole.

« Vous apprendrez bien assez rapidement que l’information est le nerf de la guerre officier, et que notre vie de Démon n’est qu’un long conflit sourd et harassant… » Se permit il de lui faire remarquer avant de reprendre de son habituelle voix froide. « Je ne vous ais pas convoqué pour vous parler de mythes ou de ragots, vous vous en doutez je l’espère… »

Fit il en reprenant un peu du breuvage alcoolisé comme pour faire languir son interlocuteur qui semblait bien trop sur de lui. Une assurance qui trahissait sa très haute estime de sa personne. Il alla poser son verre sur la table, comme si la discussion allait prendre désormais une tournure plus grave, loin de l’apparente légèreté précédente.

« Ce que je vais désormais vous dire relève du secret défense et répéter quoi que ce soit de cette conversation hors de ces murs risquerait de nuire à toutes vos perspectives d’avenir, si tant est que vous puissiez en espérer un si cela arrive… »

Ses mots étaient sans équivoque, Aekold était prévenu, l’empereur ne pouvait pas se permettre de voir ses projets mis en périls par un seul homme, il n’hésiterait pas un instant à le faire tuer si cela se révélait un jour nécessaire. Les Fléaux devaient être un atout et non un poids pour l’empire, l’homme qui les dirigerait se devait de ne pas porter les marques de la traîtrise et devait savoir tenir sa langue. Le poste que pouvait briguer Aekold était un poste dangereux, Apollyon n‘allait pas le lui cacher, il s’agissait d’un rôle d’équilibriste, où la tactique et l’efficacité devaient rimer avec la discrétion et où l’échec n’était pas toléré, il serait si il l’acceptait au dessus des lois, mais en équilibre sur un fil précaire, un fil que l’empereur pourrait rompre à tout instant si il doutait un jour du dévouement et de la fiabilité de son officier. Le satyre finit par reprendre après avoir laisser le temps à son officier d’intégrer l’avertissement.

« Maintenant écoutez moi attentivement, le fait que je vous parle des fléaux est loin d’être anodin et je ne le fais pas par plaisir de converser avec vous, aussi agréable votre compagnie puisse-elle être. » Fit il en terminant sur une pointe d’ironie. « En effet, si je vous parle des Fléaux c’est parce qu’il s’agit là d’un groupe d’intervention autonome bien réel qui est affranchit de toutes les contraintes qu’imposent l’officialité. C’est un groupe restreint, composé de guerriers polyvalents, tant sur le plan des capacités martiales que magiques, une escouade encore jeune je ne vous le cache pas, mais dans lequel je place une grande importance et d‘importants moyens. Mais cette faction a besoin d‘un homme d‘expérience et de terrain pour la mener et pour l‘exploiter au meilleur de ses capacités, un homme aux épaules solides et possédant une autorité sans faille auprès de ses hommes, c‘est là que je souhaiterais vous voir intervenir. »

Apollyon marqua une nouvelle pause, tout en guettant les réactions de son interlocuteur. Il le sentait ambitieux, compétent et efficace, mais son dévouement lui semblait instable. Il était curieux de voir comment il assimilerait ces informations.


Revenir en haut
Publicité








MessagePosté le: Lun 26 Jan - 22:57 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Entretien avec un Empereur ( Pv Apollyon )'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Voici les logos des Partenaires des Comptines d'Eckmül Votre logo ici ? Cliquez !
Si vous trouvez que le cadre du forum est trop petit, maintenez la touche Ctrl enfoncée puis avancez avec la molette de votre souris .
Les illustrations et textes présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs, ayant-droits et autres titulaires de droits divers. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande de la part des personnes mentionnées ci-avant. © MC PRODUCTIONS / ARLESTON / TARQUIN / MOURIER / NIEUDAN
Cliquez ici pour voir les crédits complets.

Powered by phpBB © 2001, 2017 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. (All rights reserved.) and Rebuilded by RenArt .
Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | Contacter Webmestre Traduction par : phpBB-fr.com