La Page devrait bientôt s'afficher... Merci d'attendre!

Pas envie d'attendre ? Cliquez ici !
 

Index du Forum :: Portail :: FAQ :: Rechercher
Rechercher un message Liste des membres Groupes Profil Messages Connexion/Deconnexion Inscription

Eh, Vagabond ... Si tu penses t'installer ici, où si tu veux y réfléchir, commence par aller ici ...
[/!\]Instinct contre conscience (PV Elzebeth Laureline) [Hen

 
Poster un nouveau sujet       etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyril Valtiel



Hors ligne



Messages: 121
Inscrit le: 24 Jan 2015

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 22:36 (2015)    Sujet du message: [/!\]Instinct contre conscience (PV Elzebeth Laureline) [Hen Répondre en citant

Citation:
Quel idiot avait-il été ? Croire stupidement que tous accepterais sa nature sans sourciller.
Qu’il n’avait qu’à faire étalage de toute la bonne volonté du monde pour gommer derrière un sourire tous les méfaits d’une espèce maudite par les dieux eux même.

Jed ne s’était toujours pas remis de sa dernière mésaventure, son sang damné cognait fort à ses tempes et sa peau brulée par le soleil lui hurlait de toutes ses forces qu’elle avait besoin de sang, de beaucoup de sang…

Mais ça, il ne pouvait pas s’y résoudre… Du sang, il s’en était procuré en quantité, il avait tué pour l’avoir, il n’en avait pas laissé une goutte et pourtant, et pourtant la soif était toujours là, insatiable…

L’évidence était claire dans la tête du tourmentée vampire, il lui fallait un sang bien plus riche que ce qu’il s’autorisait habituellement, il lui fallait le sang d’une créature dotée d’une âme complexe, un humain, un centaure, un elfe… un démon aussi… si seulement il pouvait tomber sur un démon, ou un de ses elfes sombres aux desseins cruelles… il les aurait tué et vidé sans arrière pensée, il se serait laisser aller à ses instincts sans résister. Il aurait pu gouter à l’extase absolue d’être un monstre prenant la vie d’autre monstre. Si seulement les choses pouvait être aussi simple…

Le fil de ses pensées se délitait lentement tandis qu’il errait, combattant inlassablement ses propres envies en pensant se diriger vers la forêt corrompue. Bientôt une odeur vint lui exciter les narines, il se prit a espérer… deux petites secondes… l’odeur ne portait aucune marque de corruption. Insidieusement guidés par ses instincts maléfiques, il s’était rapproché d’une cité forestière. Ce constat effectué, il prit la fuite, s’éloignant le plus possible pour finalement s’écrouler contre le tronc rassurant d’un arbre ancestrale.

Il devait se calmer, contenir la soif de sang, il inspira profondément, cherchant au fond de lui un semblant de paix intérieur. Son agitation se fit plus légère quand, au cœur de sa détresse il eut retrouvé un semblant de réconfort, repensant à son frère qui, il s’en persuadait, veillait toujours sur lui. Cette simple idée, permit à son embryon de conscience de forcir en lui, de retrouver sa clairvoyance ; il savait ce qu’il devait faire : il devait se contrôler, traquer de nouveau une créature, s’abreuver de son sang, ne pas la tuer et attendre que la crise passe, pour au moins pouvoir se rapprocher de la forêt corrompue, au plus retrouvé la sérénité propre au vampire repu.

Il s’apprêta à se relever quand une nouvelle odeur lui parvint. Une odeur horriblement familière, un elfe était sur le point de croiser sa route et risquait de sérieusement mettre à l’épreuve le contrôle qu’il avait si difficilement acquis sur ses appétits.

_______________

Citation:
Enfin arrivée chez l'elfe qu'elle suivait, d'ailleurs, elle se sentait un peu comme un animal domestique...Un petit chien... Mais un petit chien mignon ! Se consolait-elle.

Qu'allait-elle faire, après avoir pris repos chez cet homme ? Qu'allait-il advenir d'elle ? Elle ne cessait d'y penser, si seulement la mort pouvait la fauchée, ça serait tellement plus simple...

La noirceur reposante des abysses, lui silences de mort, leurs calme glacial...
Alors qu'elle pensait à l'étreinte douce et froide que pouvait lui procurer la mort, elle vit l'elfe des bois qui s'en allait, la laissant seule dans cette maison inconnue... Non pas terrifiée, au contraire, soulagée, elle sortie discrètement...

Se baladant entre les arbres...Chantonnant une chanson elfique qu'elle avait entendue petite, et que sa émoire avait retenue, sans vraiment savoir d'où elle venait...
Elle marchât comme ça, un moment, touchant tout les arbres du bouts des doigts...
Quand elle tombât face à cet homme, l'air complétement déshorianté, fébrile et surtout....Très pâle...

Elle le regardât un long moment, ses yeux émerveillés par la surprise qu'est l'inconnu.
Elle l'apprenait par cœur, en quelques secondes, elle avait appris toutes les facettes de son visage.

- "Bonjour."

Dit elle sans crainte.

-"Vous êtes un vampire ? C'est vrai que vous buvez du sang ? Vous allez me tuée ?"

Continuât-elle en souriant au vampire, heureuse de faire sa connaissance, sa curiosité étant trop difficille à contenir.


----------

Citation:
La première chose après l’odeur qui vint éveiller ses sens furent des paroles, un chant qu’il reconnut comme étant une berceuse.

Il ferma les yeux, se concentrant avec effort sur ces paroles aux significations inconnues mais à la mélodie absolument merveilleuse, douce et apaisante pour un esprit troublé comme le sien.

Il aurait bien voulu s’endormir au son de cette jolie voix, mais les gens comme lui ne dormaient jamais et surtout, surtout, l’odeur qui nimbait le son était bien trop appétissante pour qu’il coure le risque de laisser sa conscience s’effacer au profit de ses instincts carnassiers.

Il aurait sans doute dû s’enfuir, s’épargner cette rencontre aux conséquences possiblement dramatiques, mais il ne pu s’y résoudre, la bête lui intimait de rester, et son âme souhaitait le mettre au défis. Il devait se montrer capable de dompter ses accès meurtriers. C’était la seule solution si il voulait vivre en tant qu’être vertueux.

Il sentit vite la personne atteindre son niveau, n’ouvrant pas les yeux pour laisser le temps à son odorat de se calmer avant de devoir en plus calmer son excitation visuelle devant des veines palpitantes. Il espéra stupidement que la jeune fille, car il savait que c’était un individu féminin, qui s’était arrêtée près de lui, se rendrait compte de sa nature et prendrais ses jambes à son cou. Il espéra que le temps qui s‘écoulait dans le silence allait être utilisé par l’étrangère pour calmer ses peurs avant de détaler. Il vit son espoir se briser lorsqu’elle le salua.

Une déception qui fut suivi d’une forme de stupéfaction infantile. En effet, la curieuse elfe s’était exprimé avec une joie enfantine absolument imprévue. Plus étonnant encore, elle ne montrait aucune crainte alors qu’elle avait déterminé son origine vampirique et avais évoqué le danger qu’elle encourait avec une candeur des plus gênante.

Il ouvrit les yeux pour découvrir, non pas une elfe encore enfant, mais bien une jeune femme parfaitement formée, qui le gratifiait d’un sourire innocent.
Il n’avait pour ainsi dire, jamais été aussi interloqué de sa vie :

- « Je … hé bien oui… je suis un vampire… »

Bon sang, elle parlait de boire du sang… il avait tellement soif…
Il resta assis, faisant mine d’avaler une salive inexistante.

- « Oui, je bois du sang… mais vous savez, il est préférable que nous ne tuions pas nos proie, ça nous permet de reboire par la suite… enfin… je ne vais pas vous tuer donc. »

Avait-il eu besoin d’être aussi précis ? Bien sur que non, mais il était trop troublé pour parler avec plus de subtilité.

- « Je ne vous fait pas peur ? »

Il la regarda intensément, plantant ses yeux émeraude dans les siens, il n’y décelait aucune peur. C’était peu commun.

_________________

Citation:
Elle n'avait de cesse de le regarder, appréciant le moindre de ses geste.. Se délectant de ses paroles, du son de sa voix, elle qui n'avait pas l'habitude de voir du monde...

Elle remarquât que le vampire était comme...Mal à l'aise, elle en déduit qu'il avait faim... Elle sortit doucement sans geste brusque, son bras de sous sa cape blanche passée..
Tendis son poignet vers le jeune homme, ses yeux bleu perçants poignardant à présent ceux de son interlocuteur..

-"Vous avez faim... N'est-il pas ? Prenez mon sang, il n'est pas précieux. Il ne me sert à rien.

Elle envoyait son poignet en avant en regardant le jeune homme.. Ses yeux bleus étant calmes, son visage doux et souriant, elle ne voulait pas le mettre en colère, bien qu'elle n'en ai nullement peur...

-"Je vous en prie.. Ne me dites pas non.."

Insistât-elle, n'ayant pas peur de la douleur, ni de la mort..


----------

Citation:
La scène était surréaliste, il était là, assis sous l’ombre d’un sage, à combattre une faim honteuse et interdite. Et elle arrivait, avec son innocence et sa beauté angélique, agissant probablement sans même se rendre compte du risque qu’elle prenait. Lui proposant avec un naturel éloquent son propre sang pour l’aider.

C’était sa voix qui était la plus bouleversante… il y lisait de la sollicitude, de la peine à son égard et plus intense encore un profond déni de soit même. Il se demanda aussitôt qui était-elle ? Pourquoi était-elle si… pure ? Si inconsciente ?
Il aurait du refuser, mais quand ses yeux se posèrent sur son poignet, il sentit ses sens chavirer : la chair était menue, d’un blanc presque aussi laiteux que son propre teint de créature morte, au limite de la transparence… cruelle transparence qui dévoilait tout un réseau de vaisseaux sanguins appétissants pour la bête vampirique.
Son œil averti pouvait presque y palper ses lentes pulsations, son nez de chasseur en devinait tous les arômes floraux et sucrées.

Il lui aurait été impossible de reculer devant une telle offre, Jed ne reculerait pas… mais il allait tout de même y mettre les formes.

Il se saisit avec douceur et tendresse du membre offert, et il la regarda avec intensité :

- « C’est très aimable à vous… mais vous devez bien comprendre que l'on n'offre pas son sang aussi facilement à un individu de mon espèce. »

Il la scrutait du regard, analysant chacune de ses expressions faciales :

- « Ne vous offrez pas trop facilement aux gens, surtout quand il est question de sang et de vampire, tous ne sont pas aussi mesurés que moi, et ont bien moins de valeur en tant qu’individu que le peu de valeur que vous pensez avoir de vous-même. »

Il aurait pu la rassurer sur la valeur qu’elle croyait donner à son sang, mais il préféra s’abstenir, il avait trop faim et il n’avait aucune envie de faire la leçon à quelqu’un qu’il ne connaissait pas.
Lentement, il approcha ses lèvres du poignet aux veines saillantes, les y appliquant dans un baiser à la sensualité envoutante. Ses crocs éprouvèrent la résistance de la peau diaphane, l’égratignant superficiellement. Il murmura alors, d’une vois toute transformée, chaude et passionnée :

- « Vous sentirez un petite douleurs au début, peut-être une gêne devant cette expérience nouvelle, mais par la suite vous vous rendrez compte que c’est plaisant. N’y prenez pas trop gouts, ce délice est mortel. »

Et ses crocs percèrent la chair, percèrent les vaisseaux, libérant ainsi le merveilleux liquide carmin qu’il guida de sa langue vers le fond de sa bouche, empêchant toute fuite grâce à l’action de ses lèvres, pressant doucement le membre entre ses mâchoire pour contrôler le flux. Il s’abreuva avec lenteur, évaluant la taille de la jeune femme et la quantité de sang dans son corps ; il s’imposa une limite qui ne vint que trop tôt. Calmant le flux d’un geste de la langue, scellant la blessure d’un baiser, il se retira avec lenteur, se léchant lèvres et dents.
Il se releva, calme et serein, prêt à retenir la jeune fille si celle-ci avait des vertiges :

- « Je ne vous remercierais jamais assez noble dame »

Il lui gratifia d’un regard plein de reconnaissance. Il ne savait pas qui elle était, il ne savait pas si il avait abusé d’une pauvre innocente un peu trop candide, mais ce début d’échange lui avais réchauffé ce que certain appelle le cœur.


_________________

Citation:
Elle l'écoutait et le regardait faire, se doutant qu'il la prenant pour une imbécile, qui offre tout ce qu'une femme peux offrir à un homme, ou un vampire...
Elle souriait doucement, ne fût pas choquée par la froideur de sa peau, la sienne n'étant pas si chaude que ça.. Elle ne prêtait pas vraiment attention aux formes qu'il mettait dans l'accomplissement de sa tâche, elle le regardait, c'est tout.. Le trouvant ainsi beau...
Puis elle relevât la tête, aussi frigide qu'un démone à qui l'ont dirait qu'on l'aime.. Semblant ne pas sentir la douleur, ni le plaisir..
Elle avait les yeux mouillé de larmes naissantes alors qu'elle souriant toujours, sourire constant..
Elle baissât de nouveau la tête, remarquant les similitude entre la peau du vampire et la sienne, aimant ce point "commun".

-"Vôtre peau...Est si blanche... C'est la que je remarque, qu'enfaite...Moi aussi, j'ai l'air morte."

Elle souriait à ses paroles funeste, enlevant son poignet quand il eu finit. Aucuns vertiges, aucunes marque de fatigue, ou de faiblesse.

-"Vôtre corps et souillé et vôtre âme impure.. Mais cela n'empêche pas que vous ayez un certain charme.. N'allez pas croire, que je suis sôte, ou... Infantile.
Cette idée serait une grave erreur."

Elle souriait encore, cela en était presque perturbant.

-"Je repousse les limites, celle de mon corps... Mais visiblement, je suis plutôt résistante à la douleur."

Elle rit, se désespérant seule, se sentant vide, seule et incomprise..

-"Bon... Et bien..."

Dit-elle en se tournant légèrement.

-"Ce fût pour moi un honneur de vous servir de repas, je ne vais pas troubler vôtre sérénité plus longtemps. Quelqu'un vous attends sûrement quelque part.

Elle humât l'air ambiant

-" Et à en croire ce parfum si...Reconnaissable, votre désir et grand, désir quelconque, bien sûr. Alors il fraudais trouver quelque chose pour que ça ce calme..

Elle souriait en disant ça comme si elle parlait de météo.

-"Je ne vous ennuie pas plus longtemps."

Elle se mit à marcher lentement, comme pour une balade en sens inverse, par là où elle était arrivée.


----------

Citation:
Ayant retrouvé son aplomb, il fut surpris de découvrir chez la jeune femme un visage bien différent, comme si en lui prenant de son sang, il lui avait également pris autre chose… sa chaleur… Non pas celle de son corps mais celle qui avait animé sa candeur première.

Les larmes qui avaient pris naissance dans ses beaux yeux céruléens semblaient avoir déchiré un masque de générosité cachant en dessous, celui de la douleur.

Il l’écouta, regrettant aussitôt son appétit, notant mentalement chacune de ses paroles sans s’offusquer d’aucune façon, frissonnant juste en découvrant derrière ces paroles à l’assommante vérité, une froideur dont il se croyait, en sa qualité de non-mort, l’unique détenteur environnant. Elle lui tourna, ensuite, le dos, ayant réalisé sa besogne, le faisant frissonner de nouveau en évoquant une personne qui l’attendait.

Personne ne l’attendait nulle part.

Il l’a laissa cependant partir, murmurant juste assez fort pour qu’elle puisse entendre :

- « Vous ne m’avez nullement ennuyé... »

Il l’a regarda ainsi partir, se posant moult interrogations, la première étant… Venait-il de rencontrer un fantôme ? Ces sens lui indiquaient que non… mais que savait-il des spectres au fond ?

Il enregistra son odeur, palpa son état... pourquoi agissait-il ainsi ? Sa soif n'était pas assouvie mais la bête était muselée, repue qu'elle était par ce sang au bouquet si diversifié. Elle allait partir, seule,... Il n'était pas question qu'il la laisse ainsi, d'un bond souple et silencieux vers les branchages il la rattrapa depuis les hautes strates pour se laisser tomber, tel une ombre à ses côtés. Allait-elle être surprise ? Apeuré ? Il l'apaiserait d'un sourire :

- « J’espère que vous ne prendrez pas ombrage à ce que je tienne à vous raccompagner. Votre présence m’est plutôt agréable et je n’ai pas le cœur à laisser une personne aussi mystérieuse dans un état de solitude. »

Croisant machinalement ses bras dans son dos, il l'as suivi donc :

- « Je remarque d’ailleurs que nous ne nous sommes pas présenté. »

Il passe ses mains jointes derrière sa nuque, l’observant toujours avec une certaine malice, fort désireux de la détendre un peu.

- « Je m’appelle Jed, j’habite près d’une cité elfique assez loin d’ici »

Chemin faisant, il resta très attentif à ses expressions, trouvant une deuxième raison pour sourire, une pensée un peu idiote : Non, ce ne pouvait pas être un spectre. Les morts n'ont pas si bon gout.

_________________

Citation:
Alors qu'elle s'éloignait du vampire... Elle plaçât ses mains sur son ventre et marchât comme ça, un petit moment en chantonnant la même chanson enfantine... Elle avait les yeux fermés, mais elle marchait droit... Esquivant tout les arbres par on ne sais quelle chance... Puis elle ouvrit les yeux, entendant le bruissement léger des feuilles écrasées par la chute d'un objet...Ou d'une personne...

Elle ne sourcillat pas, nullement effrayée, ni surprise...

-"Tient...Vous revoilà..."

Elle ne le regardait pas... Elle écoutait sa voix, la fessant résonner dans sa tête, pour s'en souvenir à jamais...

-"Je me prénomme Laurëleï... Izildurne Laurëleï... Je n'ai pas de....Maison, ni de lieu de vie, je hère... Un jeune elfe m'a proposer de vivre chez lui quelque temps... Je ne sais pas encore ce que je vais devoir donner en guise de remerciement... Mais ça risque d'êtres drôle..

Elle souriait, alors que l'on sent très bien qu'elle a la mort dans l'âme, et la douleur au ventre...
Elle restait droite, stoïque.. Elle enlevât ses mains de sur son ventre pour les laissées balancées de chaque coter de sa fine silhouette...

-"Jed... C'est...Original...Jolie... Jed..."

Elle répétait son prénom dans sa tête, le trouvant beau, et peu commun, à la hauteur de celui qui le porte... Elle continuait à marcher, puis elle dit d'une voix fluette...

-"Au fait, je n'ai aucune idée d'où je vais, je crois que je suis perdue."

Elle rit, non pas stréssée, juste...Amusée.

-------------

Citation:
Jed avait devant lui un bien curieux phénomène : une façade joyeuse et naïve servant d’écran à une situation aux connotations profondément mélancolique. C’était pour le moins intriguant, triste surtout…
Son ventre l'intriguait, elle semblait le soutenir comme si elle avait mal ou peur pour lui, l'idée un peu stupide de l'imaginer enceinte l'effleura... en tout cas, cela ne semblait pas être une blessure, l'odeur du sang serait venu lui chatouiller les narines et éveiller ses instincts.
Il laissa ses interrogations en suspens, lui laissant tout le loisir de lui révéler ce qu'elle aurait décider d'elle même, se concentrant donc sur des problèmes plus futiles et immédiats.

- « Hum, vous êtes perdue ? Hé bien nous pouvons toujours tenter de retrouver votre chemin. Connaissez-vous le nom de ce jeune elfe chez qui vous logez ? Nous pourrions rejoindre la cité la plus proche et demander ou l’on peut trouver votre hôte. »

Il leva les yeux au ciel, observant celui-ci à travers la canopée, le jour y était encore solidement ancré.

- « Les dieux ne me permettrons pas de vous accompagner jusque dans la cité par contre, à moins que nous fassions un long détour par chez moi. Mais bon, cela vous ferais perdre un temps sans doute précieux. »

Il se maudit lui-même pour son manque de prévoyance, il avait une cape à capuche couvrante chez lui, à l’opacité absolue… il fallait vraiment qu’il songe à se départir des sombres pensées qu’elle lui inspirait et se décider à la garder constamment à portée de main.

_________________

Citation:
Elle marchait toujours...Puis elle s'arrètas soudain et se laissât tombée au sol, enlevant sa cape et s'appuyant à une arbre.

-"L'homme chez qui je loge se prénomme Nathanaël. Mais je n'ai nullement envie de retrouver sa maison, ni lui, et encore moi d'aller dans une cité.. Trop de monde, trop de bruit, trop de lumière et trop de regards indiscrets vers ma poitrine. Ça a le dont de m'énervée."

Elle affichait un sourire amusée, puis lançât :

-"Je sais que je vous intrigue... Posée vos questions, et ensuite vous pourrez enfin vous délivrez de moi, qui suis un pois mine de rien."

Elle le regardait, son sourire s'étant éteint, laissant place à une mine douloureuse et triste... Elle ramassait les feuilles et les déchiquetaient pour s'occuper les mains... Elle n'osait plus le regarder maintenant que "le rideau" était tomber... Sa poitrine se soulevait et s'abaissait à un rythme un peu plus soutenus maintenant qu'elle n'avait plus à cacher son mal êtres, elle rajustait sa jupe sur ses genoux en l'époussetant, comme pour essayer de palier à son stress..

-"Allons...Ne soyez pas "Timide"... Je vous écoute.".

Elle relevât d'un mouvement gracieux la tête pour poignarder les yeux du vampire des siens.

----------

Citation:
Sa surprise fut grande quand il la vit s’affaisser au sol sans crier gare. Il crut d’abord à un évanouissement, mais son regard croisant bien vite le sien, il remarqua qu’il n’en était rien. Elle semblait s’être juste laisser aller à son dépit. Laissant sans doute choir, par la même occasion une partie de son masque, laissant tomber au sol une partie de son fardeau.

Il la regardant intensément dans les yeux, l’écoutant attentivement, un léger sourire s’esquissant sur ses lèvres en constatant que l’une de ses remarques allait plus loin. Il n’avait pas en commun que la couleur de peau. La différence se faisant sur ses deux dernières remarque : il n’avait pas de poitrine et était tellement habitué à dompter sa soif qu’il ne s’énervait plus que difficilement, tant que l’on ne venait pas taquiner ses cordes sensibles qu’il prenait grand soin de cacher.

Elle lui offrit un dernier sourire, avant de se montrer d’une perspicacité qui assomma quelque peu Jed sous la honte : il aurait voulu être capable de moins donner l’impression de l’avoir considéré comme une bête curieuse.

- « Vous n’êtes pas un poids Laureleï… Pour le moment d’ailleurs, votre rencontre à été plutôt bénéfique, puisque vous m’avez aidé sans sourcillé à apaiser mes cruels instincts. Vous méritez des louanges pour ce geste. »

Il s’était accroupi devant elle, observant avec douleur sa détresse et sa tension.

- « Dites moi, jeune elfe, si vous n’avez pas envie d’aller dans une cité, ni de rejoindre ce Nathanaël, de quoi avez-vous envie ? »

A peine eut-il poser cette question qu’il se surprit à craindre la réponse, incapable qu’il était de rendre à son regard l’intense détermination qui animait habituellement ses pupilles.


_________________

Citation:
Elle le regardait, voyant qu'il avait compris qu'elle se laissait légèrement allée à la mélancolie...
Elle se demandait pourquoi ce vampire restait ici, avec elle...?
Elle qui n'avait aucune importance au yeux du prédateur qu'il "tait, elle ne comprenait pas pourquoi il perdait son temps avec une femme aussi insignifiante qu'elle... Lorsque la question qu'il lui posât ne fit qu'un tours dans son esprit, elle répondit d'une voix lourde de vérité, larmoyante de douleur...

-'...Mourir."

Elle se relevât, honteuse de cet aveux qu'elle n'avait jamais fait... Elle voulut fuir, courir loin pour qu'il ne puisse pas la jugée, pour qu'il ne puisse pas avoir pitier... Mais elle n'y arrivait pas, elle était trop faible pour s'enfuir, la volonté l'avait lâchée, elle lui tournât le dos pour se ressaisir..

Elle se retournât alors, son sourire ré-apparut.

-"Bref ! Et vous, que voulez-vous ?"

Elle lui souriat, le regardant droit dans les yeux... Lui mentant honteusement... Elle mentais rien qu'en souriant.

----------

Citation:
Le verbe fut lâché comme une pierre au milieu d’un océan troublé.

« Mourir »

Il chercha dans ses yeux une réponse, une explication à ce désir…
Elle n’était pas la première à avoir contracté ce genre d’envie, lui-même l’avait indirectement demandé pour pouvoir protéger celui qu’il admirait, lui-même s’était retrouvé confronté à quelque chose qui ne désirait rien de plus que de pouvoir mourir tranquillement, mettre un terme à son tourment, à son existence contre nature. Devait-il considérer que la jeune fille qui se trouvait devant lui vivait le même tourment ?
Il espérait trouver une réponse à cette interrogation dans ses yeux, mais elle ne lui en laissa pas le temps, elle s’esquivait à son regard.

Il ne savait comment réagir, quelle attitude à adopter, quels mots prononcer… sans même qu’il n'eut pu y imposer aucune forme de contrôle, son esprit forma par réflexe une demande, ses lèvres se muèrent en dépit de sa conscience, laissant échapper dans un souffle ce simple mot :

- « Pourquoi ?... »

Il était resté quasi-immobile, se relevant juste pour lui laisser le loisir d’aller ou elle voulait, quitte à devoir la rattraper par la suite si elle fuyait. Elle resta cependant immobile, dos à lui, Jed se demandant si il devait la rassurer, la toucher… une fois de plus il n’eut pas le temps de se décider, elle s’était retourné, ayant reconstitué un semblant de masque jovial.

Le vampire comprit alors… son masque la protégeait d’elle-même, d’un prédateur bien plus insidieux et cruel que le plus monstrueux des démons ou le plus pervers des vampires. Elle avait au fond de l’âme sa propre bête meurtrière.

Il relâcha ses épaules, s’approchant d’elle, main tendue pour effleurer sa joue à la fraicheur éthérée :

- « Je cherche à honorer quelqu’un que j’aimais beaucoup, je cherche à faire de mes erreurs passées une force pour parvenir à rendre hommage à celui qui m’as fait comme je suis. »

Ses yeux plongés dans les siens, il resta parfaitement neutre, doux dans son expression, un sourire à peine esquissé.

- « Je cherche désormais une place que j’espère forger de mes mains, à la seule force de ma volonté. C’est je pense la meilleurs chose à faire quand on croit n’en avoir nulle part. »

Son regard d’émeraude brûlait de nouveau de toute la force de sa détermination, cherchant à la percer dans son âme, consumant ainsi sa douleur.


_________________

Citation:
Alors qu'elle ne répondait pas à son "Pourquoi ?" Qu'elle n'y répondrait pas...Qu'elle ne voulais pas...
Elle retenant avec force ses larmes, la tâche était difficile...Retenir des larmes qui ne sont jamais sorties et qui ne demande que ça...
Elle fixait le vampire, l'écoutait...Les yeux brouillés de larmes qui trahissait son sourire jovial et sa douceur... Elle clignait légèrement des yeux, pour ne pas avoir à faire tomber la moindre larme sur son visage...
Alors que la main du vampire, froide mais douce, venait toucher sa peau fraiche pour une vivante...Ses larmes tombèrent, sans pouvoir les retenir...

Elle pleurait, pleurait à chaudes larmes, ne sâchant plus où se mettre tellement sa hontee était grande, tellement énervée contre elle même, énervée de se montrée si faible...
Elle gigotait dans tout les sens, semblant paumée, elle baissât les yeux, puis la tête, fixant ses pieds comme s'ils allait lui donner une réponse...
Puis d'une voix chargée de sanglots, elle balbutia :

-"Je vous pris de m'éxcusée je...Je suis trop...Pardon, excusez moi...Je suis désolée... Quelle idiote..."

Elle pleurait maintenant en de douloureux sanglots, comme si ses larmes se vengeaient d'avoir si longtemps été ravalées..


----------

Citation:
Qu’avait-il espéré ? Il ne le savait pas vraiment au fond. Il avait fait une rencontre, avait ressenti de l’empathie, avait cherché à accéder à ce semblant d’humanité dont il avait tant besoin pour continuer à croire en ses convictions. Et maintenant ?

Maintenant il se retrouvait devant une jeune fille en larmes, s’excusant mystérieusement pour un péché qu’il ne comprenait pas. Tout ce qu’il voyait était de la détresse, peut-être un appel à l’aide masqué derrière les sanglots. Sans trop penser à ce qu’il faisait, il tira Izildurne contre lui, la serrant dans ses bras et faisant reposer sa tête secouée par l’émotion contre son torse froid.

Ce qu’il regrettait d’être si glacé, il aurait voulu pouvoir la réchauffer un peu... il lui frotta donc le dos, espérant générer ne serait-ce qu’un peu de chaleur sous l’effet de la friction.

Se laissant gagné par une certaine forme de sérénité intérieur, il pencha son visage contre ses cheveux et la berça imperceptiblement, murmurant :

- « Ne vous excusez pas… Vous n’avez rien fait de mal… personne ne vous fait de reproche… »

Il huma longuement son parfum, envoyant paitre le monstre qui l’habitait avec une autorité absolue.
Il resta ainsi immobile, perdant totalement la notion du temps ; s’était-il écoulé plusieurs minutes ? Quelques secondes ? Quelle importance…

Il entrouvrit de nouveau les lèvres :

- « Écoutez, je veux que vous vous trouvez une place à vous, ici, dans la forêt, sous la protection de la lumière de Gaïa. Vous vous en sentez capable ? »

Il espéra de tout cœur qu’elle accepte, refusant obstinément de devoir l'abandonner. Si il n’était pas capable d’aider ne serait-ce qu’une seule personne, alors il ne serait jamais capable de faire de sa malédiction, quelque chose de bien pour tous.


----------

Citation:
Elle s'en voulait tellement, de pleurer, elle ne voulais pas que ce vampire, qui n'en avait que foutre d'elle (à sa pensée) prénne cela comme un cinéma fait pour avoir une aide quelconque, ou êtres réconfortée...
Son corps avait simplement dit ce que sa bouche et son cerveau n'aurait jamais dit : "Au secours"...

Elle sursautât violemment quand elle se sentit tirée en avant, et que sa chute était enfaite la confrontation de sa tête contre le torse du vampire, elle fût paniquée, elle qui n'avait jamais fait cela que parce qu'on la forçait, elle se débattît quelque instants, faiblement...Avant de se laissée faire...
Apréciant finalement la froideur du jeune homme... Elle serrait les poing, non pas par colère, mais par gène...
Ne sachant pas quoi faire...

Soudain son salut, une question...
Et quelle question...
Son esprit repris le dessus, mentant de nouveau, avec une habillée presque naturelle, elle s'en chatirait plus tard.
Car oui, elle se punissait pour chaque mensonge prodigué, enfaite, elle se punissait tout le temps...

-"...Oui....Bien sûr...J'essayerais..."

Elle tira discrétement sur ses manches longues... Se haïssant en cet instant... Elle posât son front contre le torse du vampire pour soupirer, les yeux fermés...Un instant de paix, alors que d'ici une heure, la tempéte de son tourment ferât rage à nouveau...
Un autre ouragan dans la vie de la jeune elfe, une autre bataille perdue... Elle restait là, immobile contre cet inconnu... Se demandant ce qu'il va advenir d'elle, maintenant...


----------

Citation:
Chaque pulsation dans le corps d’Izildurne était ressentie par le prédateur inassumé qu’il était. Et donc, même si il avait beaucoup de mal à comprendre les choses de l’esprit, le langage du corps était devenu pour lui quelque chose d’absolument limpide.

Il ressentit sa peur première, sa gêne seconde, son trouble de tierce position pour finalement se muer en froide assurance tandis qu’il lui parlait.
Ce que cachaient chacune de ses réactions ne lui était cependant pas accessible, aussi se contenta-t-il d’apprécier l’apaisement qu’il semblait avoir générer dans l’âme de la jeune fille.

Elle lui disait qu’elle essaierait de se trouver une place elle aussi.
Il en était rassuré.

Il lui laissa alors tout le loisir d’agir à sa guise, relâchant doucement son étreinte et relevant son visage, la laissant cependant reposer contre lui. Il continua à parler de sa voix douce et sérieuse, signe de sa sérénité intérieure.

- « Bien… Voulez-vous que je vous emmène quelque part ? »

Il posa ses yeux sur elle, glissant ses doigts dans ses cheveux.

- « Je ne veux pas vous laisser tant que je ne vous aurez pas déposée dans un lieu que vous pourrez considérer comme un foyer. Vous savez, vous devriez essayer de rencontrer la lumière de Gaïa, la grande prêtresse de la nature qui veille sur tous les elfes, Omitsu Ashenvalle. Je suis sûr qu’elle saura vous apporter toute l’aide dont vous avez, je pense, grandement besoin. »

Il était embêté de ne pas pouvoir faire plus, après tout il n’était qu’un vampire toléré par ici. Son cœur se serait volontier serré à cette pensée, si celui-ci n’avait pas été noirci par la malédiction du sang. L’avantage d’être un être maudit était que l’on s’habituait vite à la solitude.

_________________

Citation:
Elle essayait de calmer son cœur qui s'emballait en nombres de pulsations fortes et rapides...
Profitant une dernière fois de l'étreinte glacée du vampire...Profitant de la paix qu'il lui inspirait....
De la confiance peu commune qu'elle avait placé en cet inconnu...
Elle s'écartât, doucement, presque à regret de lui.. Le regardant, sans vraiment savoir quoi dire, les yeux troublés par la crainte et la solitude.

-"Je n'ai aucuns endroit à moi, rien de...Concret...Il y a chez Nathanael... Mais je...Je ne veux pas...Je ne lui fais pas confiance je crois... Je pense que vus ne pouvez pas grand chose pour moi, occupée vous de vous, je pense que c'est plus important, je n'ai pas de valeur, vous.. Vous pouvez faire de grande choses. Je suis certaine que vous arriverez à vos fins..."

Elle esquiçat un sourire triste, triste, mais vrai... Elle le regardait avec un air des plus sincère... Certaine qu'il pouvait s'en sortir... Elle remit sa cape en lui tournant le dos, celui-ci jonché de cicatrices, en nombre incalculable, partout... De grosses cicatrices...

Une fois sa cape enfilée, elle se remit face à lui... Frissonnant quand il passe ses doigts dans ses cheveux...

-"Pourquoi...Pourquoi vous restez..? Pourquoi vous ne partez pas ?.. Je ne suis...Qu'une elfe, rien d'autre... Je suis insignifiante pour vous... Il ne faudrais pas que vous vous en fassiez pour moi..."

Elle baissât la tête, tripotant le tissus de sa cape nerveusement...


----------

Citation:
Il la laissa s’écarter, prendre le contrôle de ses désirs et refuser une fois de plus sa proposition de foyer. Il lui faudra sans doute prendre les devants… Ça ne lui plaisait pas, mais l’idée de l’abandonner à sa solitude lui déplaisait bien plus.
Il savait cependant qu’il n’arriverait pas à lui faire hausser le niveau de l’estime qu’elle avait pour elle-même, pas aujourd’hui du moins.

Il hocha d’ailleurs négativement de la tête quand elle évoqua son absence de valeur, avant de sourire quand elle le flatta.

A cela, il la remercia par une élégante révérence, qui lui fit relever la tête au moment même ou elle finissait sa phrase :

- « Je vous remercie de votre confiance en mes capacités et en mon avenir, j’aimerais cependant que vous ayez plus confiance en vous-même, je ne sais pas ce que vous avez dû traverser, les erreurs que vous avez commises… mais vous me semblez jeune, vous devriez ne pas baisser les bras. Vous devriez essayer de vous prouvez que vous êtes vous aussi capable de grande chose. Je vous prie donc de bien vouloir chercher à contacter la grande prêtresse »

Il se releva complètement, lui rendant son sourire, le sien étant gâché par la tristesse qu’il lisait toujours en elle.

- « Je lui enverrais un message parlant de vous, je ne veux pas que vous pensiez que vous êtes seule. »

La suite le troubla au plus au point, elle s’était retournée dévoilant un dos nu avant de le cacher prestement sous sa cape, cependant le petit temps de latence fut bien suffisant pour permettre au vampire d’en détailler les horribles stigmates, signe d’une maltraitance à la barbarie écœurante.

Il tenta de se reprendre, chose finalement assez aisée quand on était un vampire au fort passé guerrier… suffisamment fort pour pouvoir rester calme devant ce genre de spectacle, mais pas assez pour l’accepter sans haine.

Une haine qu’il canalisa dans une douce et quelque peu tremblante caresse capillaire à l’égard de son interlocutrice :

- « Je reste car je me suis convaincu d’avoir gardé une âme, je ne pars pas car vous abandonner ne serait pas quelque chose de juste. Vous n’êtes peut-être qu’une elfe mais vous n’êtes pas insignifiante, je m’en fais pour vous car vous ne vous en faites pas assez pour vous-même. »

Sa main froide, vint alors de nouveau lui caresser le visage, la température de celle-ci avait légèrement forci, quelques dégrées à peine, signe de l’activité bactérienne qui s’y étais concentrée.

- « Ces cicatrices que j’ai vu sur votre dos… qui vous les as faites ? »

Il releva son visage, restant neutre, impassible. Plongeant dans ses yeux un regard plein de compassion. Au fond de ses propres yeux, cacher dans la noirceur des iris, une lueur prédatrice prenait naissance.

_________________

Citation:
Elle l'écoutait, elle écoutait tout ses dires... Elle rougissait légèrement parfois... Admirant la grâce dont il fessait preuve, le trouvant incroyablement beau, et d'une belle prestance... Elle secouât la tête négativement à l'entente du mot : Prêtresse.

Elle ne voulais pas, elle n'y irait pas, mais s'il fallait mentir pour qu'il puisse reprendre sa route et qu'il la laisse mourir, alors elle le ferais... Elle ne répondit pas pour le moment, son ésprit était torturé, elle ne comprenait pas comment il pouvait avoir de la compassion pour elle...
Elle ne le méritait pas ! Elle était laide, sans intelligence et par dessus tout elle déprimait ! Qu'avait-elle pour suscité la compassion ?...

C'est alors qu'elle frémissât, cette sensation créât en elle le plus grand effrois... L'inconnu...
Qu'est -ce que c'était ?.. Comment avait il fait ?!
Elle se tournât vers lui, les yeux écarquillés, les frissons qu'il avait laissé sur sa peau la troublèrent... Elle n'avait jamais frémit, juste de peur... Et là, elle savait qu'elle n'avait pas peur ! Quelle sensation étrange....Étrange et...Agréable... Aurait-il des pouvoirs magique ?
C'est alors qu'elle entendit sa question, et qu'elle y répondit, de manière très naturelle.... Encore sous le choc de ses découvertes sensitive..

-"Je me suis enfuit des mains de 4 hommes qui m'ont violée et asservie pendant une dizaine d'années... Il m'avait recueillit alors que des vagabonds on massacrer ma famille et mon village... Puis...Certaines, c'est moi qui me les administre, mais juste pour me punir ! "

Elle tendit ses bras qu'elle avait découverts, un spectacle dur à voir, des cicatrices partout, certaine à peine refermées, d'autres mal cicatrisées, ses bras était un véritable champ de bataille... Pour elle c'était normal... On lui avait appris à se punir...


----------

Citation:
Viol, asservissement, massacre, punition… Au fur et à mesure du récit d’Izildurne, son regard vint se parer de la couleur du sang. Il devint hors de lui. La bête sanguinaire qui rôdait dans son esprit riait, crachait, susurrait,… elle savait qu’elle allait pouvoir laisser libre court à ses appétits dans quelques temps.

Le corps traversé par une sourde tension, Jed vint humer l’odeur de l’elfe meurtrie, collant son visage dans le creux de sa gorge, en ayant pris soin de baragouiner un : « Excusez-moi ».

Ses gestes étaient plus brusques que ce qu’il aurait voulu, quelques grognements s’échappaient par moment de sa gorge tandis qu’il analysait chaque odeur. Il retraça ainsi son parcours : un elfe, des centaures, des orcs… ces odeurs étaient les plus marquantes, celles qui l’intéressaient devait toujours être là, masquées sous toutes les autres. Ils distilleraient ce qu’il captait, il identifierait l’odeur des coupables, il les traquerait, il les confronterait, il les tuerait…

Tous le corps du chasseur fut secoué d’un frisson intense tandis qu’il se détacha de son interlocutrice, tentant de trouver dans son analyse olfactive, un garde fou, lui permettant de se calmer… il le trouva, donnant l’impression de reprendre un souffle qui ne lui était plus utile depuis longtemps :

- « Veuillez… m’excusez de… mon comportement… »

Il haletait, encore soumis à une profonde excitation bestiale, intérieurement pourtant, il souriait, il avait trouvé…

Il tenta alors de reprendre contact avec la réalité, espérant ne pas apeurer celle qui avait tant souffert. Il lui montra ses yeux couleur rubis.

- « Je ne laisserais pas passer pareilles infamies… ma justice frappera les responsable de vos blessures. »

Milles questions l’assaillirent : Devait-il partir dés maintenant à leur recherche ? Devait-il l’emmener avec lui, lui permettant d’assister à la fin de ses anciens tortionnaires ? Ou alors devait-il attendre ? Attendre d’être sûr qu’elle puisse se réfugier quelque part, dans un lieu ou elle se sentirait en sécurité, si du moins un tel lieu pouvait exister…

Il se contenta de rester devant elle, haletant, hurlant intérieurement, attendant sa réaction.

_________________

Citation:
Elle se raidit d'un coup, le laissant faire...
Ayant compris ce qu'il fessait...
Elle frémit de nouveau, ne pouvant retenir un soupire qui s'échappât de sa bouche sans même qu'elle ne comprenne comment...
Sa peau était couverte de frissons alors que le vampire fouillait son passé olfactif... Docilement, elle le laissât mener son enquête, le regardant alors qu'il se reculait...
Un léger sourire au lèvres, un sourire sadique, sourire horriblement haineux...
Un elant de confiance ou de fierté l'habitât, elle se côlat à lui...
Doucement...
Elle se mit sur la pointe des pieds et murmurât à son oreille, sa voix était provocante mais restait douce...:

-"Vous pensez que je suis faible...? Pas vrai...? Vous pensez, que j'ai peur de les re-croisés, hein...? Vous voulez me vengée..?"

Elle se mordit les lèvre en souriant, un air fièrement sadique... Elle fit froller ses lèvres dans le cou du vampire..

-"Pas besoin d'êtres vampire pour êtres prédateur... Je les aient tués...Haha...Tué est faible, je les aient torturés...Je les ai ridiculisés..."

Elle embrassât doucement son cou

-"Je ne suis pas vampire...Mais j'ai bu jusqu'à la dernière goutte de leurs sang infâme...Pour qu'a jamais, il habite ma haine, et qu'il paye leurs offices..."

Elle s'éloignât doucement, le regardant, son visage redevenant doux, doux et frêle...


----------

Citation:
La bête intérieure cracha sa haine et son dépit, on lui avait retiré ses jouets, on l’avait privé de sa dose de sang et de violence. Elle voulu hurler, mais le manège que lui offrait l'apparemment pas si frêle elfe sylvestre sembla lui plaire, l’exciter même. Elle ronronna bientôt en accord avec les paroles venimeuses de Laureleï.

Jed lui, ne savait que penser, comment réagir, tiraillé entre le monstre et l’humain, il trancha.
Souriant aux attentions de la belle, il la laissa tranquillement jouer avec son corps mort.

- « Je suis bien heureux que vous vous montrez enfin plus combattive… »

Il avait vu juste, très juste même, cette jeune dame avait au fond de l’âme un monstre bien plus cruel que celui qui habitait la sienne. La question était maintenant de savoir, quelle attitude il allait devoir suivre. Sa charmante interlocutrice venait-elle de se changer irréversiblement en ce monstre de cruauté ? C’était peu probable car elle avait déjà du montrer ce visage pour châtier les misérables. Était-elle consciente de sa noirceur ? Impossible à deviner, mais peut-être était-ce la raison de son dégout d’elle-même…

Sa plongée dans ses pensées musela inconsciemment sa bête, celle-ci se serait vite montrée incontrôlable avec sa soif inassouvie et son excitation démesurée. C’est pourquoi il retrouva une grande partie de son humanité.

- « Sachez que je vérifierais vos dires, je rechercherais les corps pourrissants de vos bourreaux pour contempler de mes propres yeux, la réalité de votre justice. »

Il fit alors un pas vers elle, ne sachant plus si il parlait à la bête ou à la belle :

- « Si vous n’avez nulle part ou aller, sachez que ma porte est ouverte, si vous le désirez je peux vous offrir ma compagnie, pour le temps qu’il vous plaira. Pour ma part, je trouve votre personne particulièrement stimulante et je souffrirais d’en être ainsi privé. »

Ponctuant sa phrase, il effectua une seconde révérence, se relevant en tendant une main délicatement entrouverte à son attention, imitant ainsi les manières d’un gentilhomme.


_________________

Citation:
Elle le regardait, rougissante d'avoir monter sa bête à elle... Elle l'écoutait, elle avait peur de l'avoir dégouté, elle se justifiât...

-"Je...Je ne suis pas un monstre... Sâchez que j'ai fais cela par...Vengeance, pure et dure, j'ai simplement voulut leurs faire subir ce qu'il m'ont fait subir, je les aient...Tués pour me vengée...Ma haine est grande, mais elle est apaisée, la seule chose qui me reste c'est ma solitude... Car je suis seule, je ne fait que très rarement confiance... J'ai peur d'avoir mal, et de...Me venger à nouveau..."

Elle souriât timidement à cette révérences... Attrapant doucement sa main...La sienne étant devenue chaude, elle frissonnât doucement au contact de sa peau froide, sensation qu'elle commençait à adorer...

-"J'en serait honorée... C'est mieux que de dormir dehors, ou chez un elfe au méthodes douteuses..."

Elle rabaissât ses manches, ses joues rosie par quelques effets qu'il pourrait faire à la jeune elfe...
Elle le suivrais, aveuglement peut êtres...
Mais qu'avait-elle a perdre ?...
La vie ?..
Alors tant mieux...


----------

Citation:
Ce qu’il entendit lui fit retrouver un sourire sincère, déchargé qu’il était de toutes ses interrogations.
Heureux d’avoir pu comprendre et su faire plaisir à la jeune fille, heureux d’avoir su dominer et vaincre son sombre instinct.

Il fut parcouru d’une intense vague de chaleur lorsqu’il sentit la main elfique se glisser dans la sienne, il la serra à peine, scellant ainsi les prémices de leurs futurs liens.

- « Je suis tout aussi heureux d’apprendre que vous ne voulez pas vous considérer comme un monstre. Le monde est mauvais et il faut parfois se montrer plus mauvais que lui pour ne pas se laisser engloutir. Mais… tant qu’au fond, on reste fidèle à nos convictions, il n’est pas utile de se condamner outre mesure pour nos faiblesses, toute la beauté du monde ne repose pas sur nos seules épaules. »

Il l’amena doucement vers lui, souriant toujours, la regardant intensément :

- « Hé bien maintenant vous n’êtes plus seule. »

Un peu joueur, il cru bon de préciser :

- «Étant un vampire, je ne peux pas vous promettre de ne pas vous faire mal, quoique, vous n’avez pas l’air d’être en sucre. Mais si vous deviez un jour vous venger de moi… »

Ses yeux se muèrent instantanément en rubis éclatant ; mutation inoffensive cependant tant la bête était parfaitement maintenu enchainée :

- « … Ce ne sera peut-être pas une si mauvaise chose… »

Sa phrase se perdit dans un souffle entrecoupé de gloussements.
Sa vis-à-vis n’en sembla pas apeurée pour autant, lui offrant finalement une réponse inespérée.

- « Vous honorez mon hospitalité ! Voulez vous que je vous porte ou vous pensez vous capable de me suivre dans les branchages ? »

Il leva alors les yeux vers les basses strates de la canopée, son domaine de prédilection pour se déplacer à travers les bois. L’endroit au monde ou il se sentait le plus libre.

_________________

Citation:
Elle sourit, un sourire franc, qui transformait son visage, il était lumineux et doux, quoi que provocateur par moment.
La voilà soulagée, quelqu'un partageais son fardeau, quelqu'un savait...

Elle n'était plus seule... Mais... Pour combien de temps ?...
Pour le moment, elle ne fessait pas attention à ce détail, buvant les paroles du vampire, sa voix l'envoutait complètement, sans le montrer pour autant...
Elle sentit la légère pression qu'il administrait à sa main, elle rougit presque imperceptiblement...

-"Si le monde devait reposer sur mes épaules, il ne serait que ténèbres... Non pas que je souhaite faire le mal... Non... Mais je me plait dans les ténèbres, parfois je me dit que je ne suis pas à ma place...Je suis une elfe qui rejette la lumière, qui vit dans l'ombre... Dont l'esprit est entravé par la haine et le sang...J'aurais dû naître vampire... C'est certain...

Elle sourit, trouvant ça situation amusante... Les prochaines phrases du vampire provoquât des frissons contre la peau de la jeune femme, elle le regardait dés lors avec plus de fièvre, soutenant son regard... Le dévorant des yeux...

-"Je ne crains plus la douleur physique.. Mais psychologique... J'y suis très sensible... Mon corps peu souffrir mille tourments... Ça ne me dérange pas, parfois même j'y prend gouts... Mais la torture psychologique me met hors de moi..."


Elle rivât ses yeux vers la cimes des hauts chêne centenaires qui peuplaient la forêts.
Elle feint une grimace, alors que ses branchages sont une promenades de santé pour elle, la seule chose dont elle avait envie, c'était de voir ce dont il était capable.

Elle prit un air faussement embarrassé, lui fessant comprendre qu'elle pouvait le faire, mais qu'elle préférait le voir à l'œuvre...

-"Je ne suis qu'une pauvre elfe affaiblie, je n'y arriverais jamais."

Elle sourit légèrement en fesant un clin d'oeil au vampire... Passant devant lui, lui tournant le dos..


----------

Citation:
D’un simple regard le message passa, elle jouait. Il allait jouer.
Lui caressant le bout des doigts du pouce, il laissa son sourire s’élargir pour dévoiler sa dentition parfaite et éclatante de créature hemophage.

- « Allons, allons, je suis certain que vous êtes parfaitement capable de quelques prouesses acrobatiques. Regardez. »

Il lui rendit un clin d’œil espiègle avant de laisser sa main s’échapper, pour s’approcher d’un arbre, cherchant un objectif, évaluant le tracé de son parcours.
Il se tourna vers elle et lui lança un sourire plein d’entrain :

- « Regardez comme c’est facile »

Il n’eut même pas besoin de trop se tasser, s’élevant d’un bond rectiligne, propulsé d’une simple et vive pression du pieds à une hauteur suffisante pour atteindre une branche basse, puis s’appuyant dessus il fléchit le genoux, se donnant plus d’élan pour le prochain bond, prenant un second appuie huit mètres plus haut pour finalement se propulser à près de onze mètre sur la branche solide et bien droite de ce qui était un hêtre.

Fier sur son beau perchoir, il s'accroupi complètement, les mains reposant sur la vénérable écorce, le visage penché vers la jolie elfe en contrebas

- « Vous voyez ? »

Et il éclata de rire, ayant hâte de l’observer en mouvement.

_________________

Citation:
Elle sourit, asser fascinée par sa méthode...
Elle le regardait avec le plus grand inéteret...
Appréciant chacun de ses mouvement, essayant de calculer pour elle même le chemin qu'elle allait prendre...

Une fois qu'il fût arrivé en haut, elle applaudit par réflexe, pleine d'entrain...Puis murmurât :

-"A moi maintenant..."

Elle attrapât une branche a sa hauteur, se propulsant en avant pour s'enrouler autours, pour enfin se lever, en parfait équilibre, marchant jusqu'au tronc...
Bondissant sur l'arbre d'en face aux branches plus hautes et accessible, se rattrapant par les bras, se tractant pour se mettre debout, sautant comme ça, d'arbre en arbre, montant au fur et a mesure, puis d'un coup...

Disparue, à force de sauter...
Disparue...
Plus un bruit, plus un mouvement, elle s'était évaporée..

Puis soudain elle tombât derrière le vampire étant monter un peu plus haut pour pouvoir redescendre sur la même branche que lui...
Elle souriait, essoufflée...
Posant une main sur sa poitrine comme pour s'aidée a reprendre son souffle...


----------

Citation:
Enhardit par les applaudissements ludiques, il se releva pour lui faire une troisième révérence, il adorait vraiment cette petite torsion du corps, si solennelle.

Il l’observa donc avec intérêt, la regardant faire preuve de l’agilité qui était propre à sa race. Il se laissa envouter par ses mouvements félins, gracieux et démonstratifs d’une force insoupçonnée sous cette peau si blanche et frêle. Il eut même le plaisir de la voir faire preuve d’espièglerie, profitant d’un jeu de feuillage pour disparaitre à sa vue.

Il sourit, la cherchant des yeux, laissant son odorat au repos. Son ouïe indompté ne venant même pas gâcher les effets de la belle acrobate.

Les sens à peine entravés, Il eu le plaisir de se laisser surprendre, de sursauter en pivotant vers elle, manquant presque de perdre son équilibre sous le choc de l'apparition.

Il lui rendit son sourire amusé :

- « Un pauvre elfe affaibli effectivement »

Il tendit un index et un majeur joint pour venir le poser sur son front, imprimant une légère poussée, signe de complicité.
Lui souriant toujours avec chaleur il haussa un sourcil moqueur, une lueur de défis étincelant dans son regard :

- « Attrapez-moi… »

Et il couru le long du support arboricole, prenant appuie au limite de la rigidité de la branche pour s’élancer sur une autre toute proche, courant de nouveau, sautant, se déplaçant ainsi avec grâce et vélocité sous le couvert forestier.

_________________

Citation:
Elle reprenait petit à petit son souffle, alors qu'elle rougissait en le regardant, fixant son visage..
Le trouvant décidément d'une beauté indescriptible..
Ses doigts froids posés sur son front bouillant lui procurèrent un bien êtres asser étonnant, en effet, la chaleur de son corps avait énormément augmenter avec l'effort.
OU peut-êtres était-ce un peu lui, qui la réchauffait ?..

Puis vint ce défis ! Quelle fût sa joie quand elle l'entendit prononcer cette micro-phrase...
Elle le regardait partir, son étonnante connaissance de leur terrain de jeu lui serait précieuse..

Elle bondit de branche en branche jusqu'à la cime de l'arbre où ils était perchés plus tôt, le regardant d'en haut, voyant tout à se niveau...
Puis elle se laissât tomber dans le vide, pendant quelques secondes, puis attrapât une branche avec force, la vitesse déployée la mettant à quatre pattes sur cette branche, nez à nez avec les vampire, elle se redressât un peu...
Sa cape s'était agrippée dans les arbres lors de sa chute, la voilà en corset noir, de longues manche blanches fendues cachait ses bras, mais laissait ses épaules dénudées ainsi que sa poitrine haletante, respirant à toute allure, l'effort et l'adrénaline, quel cocktail...

Elle attrapât sa chemise du bouts des doigts en le fixant dans les yeux, ses longs cheveux d'ébène tombant sur son visage...
Puis elle murmurât :

-"Attrapé..."


----------

Citation:
Liberté ! Extase ! Tels étaient les mots qui décrivait le mieux l’état du vampire tandis qu’il évoluait dans les branchages. Gardant cependant pieds avec la réalité pour ne pas oublier qu’il était sensé se faire traquer par sa camarade de jeu, il osa un coup d’œil derrière, voulant la regarder… il ne trouva rien. L’avait-il semé ? Il ralentit quelque peu, la cherchant à l’odeur.

Sa recherche fut cependant vaine, l’imprévisible Laureleï venant tout juste de surgir devant lui.
Surprit, il se laissa tomber sur les fesses, glissant un peu sous le corps gracile qui lui faisait obstacle. Une expression d’étonnement ravi imprimé dans le regard.

Elle l’empoigna, lui posa une main sur l’écorce, l’autre sur l’épaule elfique.
Son sourire semblait ne plus jamais pouvoir s’effacer :

- « Wow ! Quel incroyable talent ! Moi, terrible vampire, je me suis fait capturer par une simple petite elfe. »

Enchanté devant tant d’astuce et d’agilité, il vint frotter son nez contre celui de sa partenaire de jeu.

- « Nous nous retrouvons donc égale à égale… »

Il se sentait étrange face à elle, il se savait mort, il se savait absolument frigide et insensible aux délices que connaissant les vivants. Mais il avait l’impression que cela n’avait pas vraiment d’importance pour faire son bonheur, qu’il pouvait prendre plaisir autrement qu’en s’abreuvant d’un sang à la saveur enivrante. Son corps était inerte mais son esprit pouvait encore jouir.

_________________

Citation:
Elle lui souriait, fière de l'avoir ainsi piégé, se rends à peine compte que leurs position n'est pas vraiment conventionelle, en rougit, mais s'en contre fous, ce sens bien, comme ça.

Elle sentit sur son épaule, la main froide du vampire, sa peau à elle était chaude, son sang bouillonnait à l'intérieur d'elle, elle le regardait, présque tendrement, elle passat timidement le bout de son index sur le visage du vampire avant de le retirer aussi vite, le carmin montant à ses joues, ne comprenant pas réellement l'effet que lui fesait cet homme.

Elle fermât doucement les yeux alors que le vampire jouait avec son nez, elle sourit comme une enfant en rouvrant les yeux... Frottant doucement son nez au sien..

Disant d'une voix douce..:

-"Egale à égale...Quel honneur vous me faites..."

Elle sourit de nouveau, un sourire vrai et timide..
Sa main lâchant délicatement la chemise du vampire...
Effleurant son torse en envoyant sa main contre l'écorce..


----------

Citation:
Il soupira lentement, masquant volontairement une improbable volonté qui naissait dans son esprit, la regardant avec complicité. Il glissa son visage contre la joue bouillante, aspirant sa chaleur par les pore de sa peau d'albâtre pour la diffuser dans son corps, se donnant ainsi l’impression d’être vivant.
Ses paupières se fermèrent, écoutant le rythme soutenu de la pulsation sanguine, le concert interne de la jeune fille venant imprimer à son esprit une exquise vibration.

Il aimait cette sensation, l’envie de boire se trouvant étrangement surpasser par le plaisir de cette simple découverte tactile et auditive. Le poussant à chercher à amplifier cette symphonie.

Sa main vint glisser le long de l'épaule de Laureleï, glissant sur ses flancs pour s’arrêter à la hanche, remontant plus doucement encore, la caressant tendrement en un lent ressac.

Lui, écoutait son sang qui chantait, son rythme qui cognait contre sa peau. Il garda les yeux clos en se détachant d’elle, désirant vite revenir gouter à sa chaleur, ne les ouvrant grand que pour lui murmurer :

- « L’honneur est mérité… vous m’avez battu… »

Une tendresse indescriptible affiché au fond du regard, il s’approcha lentement de son visage à l’irrésistible teinte vermeille. Ses yeux intimement plongés en elle, il ne vint les clorent qu’a la dernière minute.
Ses lèvres figées à quelques millimètres de celles de l’elfe, refusant d’aller plus loin... seul.

_________________

Citation:
Elle soupira également, pas pour les même raisons, son estomac noué...
Elle découvrait l'inconu : les sensations que procure la douceur.

Que ce passait il sous sa peau pour qu'elle se sente brulante ?
Qu'avait-il fait à son cœur pour qu'il s'emballe de cette manière ?..
Son pouls s'affolant quand il la touche...
Ses bras tremblants, elle se mordit les lèvres discrètement...
Sans vraiment comprendre la raison de ce geste.

Alors qu'elle lisait en ses yeux, elle remarquât son rapprochement, son sang ne fit qu'un tour...
Elle sentait son cœur battre à tout rompre, impression que son cœur va sortir de sa poitrine, qui se soulève déjas asser souvent sous l'effet d'une respiration rapide...

Alors que les lèvres du vampire n'était qu'a quelques millimètres des siennes, elle rougit...
Devenant aussi rouge que le sang...
Prenant son courage à de mains, guidée par son cœur et non par sa raison...

Elle effleurât timidement les lèvres du vampire...
Appréciant sa froideur..
Espérant que sa chaleur à elle pourrait le réchauffé quelques peu...
Elle laissât ses lèvres glisser sur les siennes, sans pour autant lui donner un franc baiser...
La timidité, quelle connerie...


----------

Citation:
Le contact se fit, léger en apparence, mais pour un vampire ce n’était guère important… la chaleur de l’un se diluait dans l’autre, l’enivrant parfum sanguin venait éblouir ses sens : une nouvelle forme d’appétit venait de naitre en lui.

D’une pression de la main sur l’écorce il se redressa un peu, venant appuyer ses lèvres avec plus d’intensité qu’un simple effleurement. Il bougea son corps avec souplesse, ne voulant pas heurter Laureleï, ne voulant pas la frôler trop pressement. Avec un calme absolu, une lenteur maitrisée, il se retrouva assis en amazone sur leur support, fort d’une plus grande stabilité, il vint presser délicatement les flancs de l’elfe contre le siens, caressant doucement son visage de l’autre.

Le baiser prit fin, il ouvrit les yeux, son front venant se poser contre celui de sa compagne, leurs deux nez presque joints :

- « Je ne sais pas qui a attrapé l’autre cette fois… mais je m’en moque un peu je crois, en cette instant je suis suis heureux. »

Il resta immobile, sa main reposant de nouveau sur l’écorce, l’autre sur les flancs de sa charmante interlocutrice, la maintenant toujours fermement, de peur qu’elle ne tombe.

_________________

Citation:
Elle sentît ses sens s'embrasé, une faim inconnu grimpant en son bas ventre, presque difficile à supporter..
Alors qu'elle sentait les lèvres du vampire collées au siennes, elle posât doucement ca main contre la cuisse de celui-ci, comme pour s'aidée à me pas flanchée.

Son corps n'était plus qu'une surface réactive, se couvrant d'épais frissons quand son charmant interlocuteur la touchait.
Sa main contre ses hanches fire comme l'effet d'une bombe en elle, contenant les gestes déplacés que son corp aurait tant aimer faire.
Apprenant ce que le mot : désir, veux dire..

Elle participât au baiser avant que celui-ci ne se termine, desséchant son emprise sur la cuisse du jeune homme...
Elle balbutia, sous le choc de la découverte de l'excitation...:

-"Je...H...Je ne sais pas je crois bien que j'ai rater une partie des règles de jeu."

Elle restait immobile contre lui, profitant de la "force" qu'il déployait pour la tenir...


----------

Citation:
Il écouta sa réponse et il se mit à rire, un rire cristallin et franc qui vint mourir dans un baiser sur son adorable petit nez. La perte du chaleureux contact de sa main sur sa cuisse fut la cause d'un gros manque sur son corps avide de chaleur, mais il en tira un plus grand plaisir dans l'évocation de cette sensation passée.

- « Je t’avouerais que je suis moi-même perdu là dedans… »

Son baiser descendit alors sur le visage attendrissant de Laureleï, prenant possession de ses lèvres douces et sucrées, se montrant par la même occasion un peu plus fougueux. Sa langue venant, trop vivement à son gout, tracer un lent et long sillon horizontal en guise de final.

- « …Mais je me sens bien dans cette perdition… »

Son visage glissa le long de la joue incendiaire, ses lèvres s’approchant de l’oreille elfique au lobe délicat, la caressant d’un baiser avant de souffler la fin de sa pensée :

- « … puisque c’est avec toi. »

Une barrière venait d’être abattue, il était temps.
Seulement, maintenant qu’elle était, il se demandait ou aller. Plus loin, dés maintenant ? Il ne savait pas. L’idée lui faisait un peu peur, car il savait qu’une chose lui était interdite, du fait de sa mort clinique. Le handicap pouvait être contourné, mais l’idée était affolante. Pas maintenant se convainquit-il.
Jed se contenta donc de rester immobile, testant son équilibre précaire pour permettre à sa main libre de venir caresser ce si doux visage, la chevelure parfumée, désirant partager pour toujours cet instant d’éternité : celui où deux êtres isolés au milieu d’un paradis végétal, savoure le simple plaisir d’être ensemble, liés l'un à l'autre en une douce étreinte.

_________________

Citation:
Elle le regardait rire, avec une certaine admiration...
Se disant qu'elle ne regrette pas de lui avoir donner son sang, et qu'elle le referait s'il le lui demandait.
Elle écoutait avec la plus grande attention, tandis qu'elle remettait sa main contre la cuisse du vampire.

Elle savourait le gout des lèvres du vampire, commençant à ne plus pouvoir se passer du froid de sa peau, la douceur dont il fessait preuve, laissant parfois place à une fougue qu'elle regrettait déjas lorsqu'elle se finissait, sa timidité naturelle semblant s'évaporée contre les lèvres de son partenaire..

Elle tremblât alors lorsque le vampire se collait contre sa joue, serrant discrètement les poings pour retenir sa respiration qui s'envolait en de courtes inspirations et expiration sous l'effet que lui prodiguait le vampire.
Un soupire lui échappa lors du court baiser qu'il lui donnât, ses paroles renforcèrent l'effet...

Elle balbutiât :

-"Je...je ne sais pas..Quoi dire, quoi penser...De ce que vous venez de me dire..."

Lui mentait-elle ? Lui disait-il simplement ce qu'elle avait envie d'entendre depuis des années ?
Si c'était le cas, elle s'en trouverais détruite, mais à quoi bon penser à cela ?..
Elle qui rêvait à la mort, lui voilà une grande occasion d'êtres brisée encore plus, la limite qui la retenait entre la vie et la mort serait largement franchie, et elle pourrait enfin se laissée tombée dans le vide, du haut des arbres centenaires, ses seuls amis... Son petit corps fracassés au sol, ne se remettrait jamais d'une telle chute...

"Nous verrons " Se disait elle... " Nous verrons..."

Elle se blottit dans les bras du vampire, doucement...Sans trop le bousculer...

---------

Citation:
Un souvenir que l’on amplifie d’un contact, le retour d’une chaleur familière dont on avait à peine eu le temps de regretter le départ, tout ceci vint lentement provoquer l'évolution d'une simple étreinte un peu timide vers quelque chose de plus intense.
Les bras vampirique se resserrant de plus en plus autour du corps à la chaleur si plaisante, le visage aux yeux clos s’enfouissant lentement contre une gorge à la douceur exquise, un long souffle venant doucement chatouiller une peau vibrante de vie.

Le temps s’arrêta. Dans les esprits du moins.
Jed resta ainsi immobile durant une période qu’il était incapable de déterminer : Une heure ? Dix minutes ? 15 secondes ? A ces yeux cela n’avait plus d’importance, il avait été libéré des contraintes de la mortalité et de l'urgence, mais il craignait d'être perçu comme ennuyeux.
Il s’arracha donc à son état passif, parvenant avec difficulté à s’extirper du doux écrin de chaleur que formait la peau de sa compagne pour la regarder, elle. Si belle… même pour quelqu’un qui n’était sensé ne plus pouvoir jouir des désirs des vivants.

Il se laissa de nouveaux gagner par le bonheur de la contemplation, restant fixe quelques secondes avant de se remémorer les dernières paroles de Laureleï. Il brisa donc le silence, son index venant doucement caresser les paupières de l’elfe :

- « je t’avouerais ne pas savoir quoi dire non plus, mes pensées s’envolent… si je devais m’écouter, je demanderais à me transformer en statue de pierre pour rester éternellement dans tes bras… »

Il ressenti une certaine honte à avoir ainsi proférer une idée aussi ridicule, cherchant aussitôt à l’adoucir :

- « … Il vaut bien mieux ne pas trop réfléchir, et laisser nos instincts nous guider… »

Il obliqua légèrement la tête laissant la commissure de ses lèvres effleurer celle de la jeune femme, ne se lassant pas de parcourir ce visage du sien, agissant un peu comme un animal affectueux.
Il la parcouru lentement avant de s’arrêter, lèvres au niveau de sa pommette, pour inspirer lentement, hésitant grandement à revenir à la réalité :

- « J’espère que vous m’excuserez d’être aussi... lascif… je… vous me… je ne sais pas comment le décrire, je me sens étrange avec vous, étrangement bien et… vivant. »

Il se détacha un peu d’elle, la maintenant toujours contre lui, se mordant la lèvre en se sentant particulièrement maladroit. Il avait vécu pendant cinquante ans à ne penser qu’a devenir plus fort, à garder en tête ses idéaux et ses buts, à se croire mort et maudit… Voilà que désormais il se trouvais démuni face à quelque chose dont il s’était cru banni à jamais : l’affection.

_________________

Citation:
Elle savourait leurs immobilité, se nourrissant de leurs bien êtres...
Se sentant vivre dans ses bras, elle aurait aimé que ce moment dur éternellement...
Que ce moment soit leurs lots à eux, qu'ils ne puissent plus vivre autrement...
Elle plantait ses yeux dans les siens quand il la regardait, le trouvant si beau...
Une beauté d'une autre nature...
Une beauté presque parfaite à ses yeux..

Elle n'entendais quasiment plus ce qu'il disait tellement son monde de douleur avait disparue, elle était ailleurs, loin...
Et lui était la seule chose dont elle avait envie, il était le seul à lui avoir donne cette sensation de liberté...

Son ouïe se réveillât lorsque qu'il dit...

"Pour rester éternellement dans tes bras..."

Le rouge montât alors à ses joues, elle aurait aimer dire quelque chose de pertinent mais elle en était pas capable..
Elle était heureuse, heureuse avec lui...
Elle se laissât embrasser, participant au baiser avec toute la douceur et l'affection qu'elle lui portait, elle laissait parler son cœur, pour une fois, au travers de ses faits...

Elle répondit d'une voix douce, sincère et pleine de sentiments :

-"Vous êtes tout pardonnez, je me sens comme vous...Je me sens bien...Envie, j'ai l'impression de re-naître...Dans un monde meilleur, je vis....Enfin...

Elle regrettât son éloignement, elle aurait aimer l'avoir pour toujours contre elle, mais n'affichait pas cette sensation sur son visage, pour ne pas le contraindre à quoi que se soit, elle voulait qu'il soit heureux, c'est tout...


----------

Citation:
Il l’étreignit une dernière fois, profitant encore de sa chaleur avant de se décider à reprendre contact avec le monde. Porteur d'une réalité qui lui rappela à l'ordre quant à leur objectif précédent.
il affermit donc sa prise sur le corps elfique dans une brusque pression qui la surprendrait peut-être, il s’empressa d'ailleurs de lui dédier un sourire rassurant, son nez et son front effleurant toujours ceux de Laureleï.
La tenant bien, il se laissa glisser de leur perchoir pour atterrir, bien campé sur ses jambes, sur une branches en contrebas. Celle-ci ploya un peu sous le poids nouvellement supporté mais ne fit pas entendre le moindre craquement, il avait bien su évaluer sa résistance. Portant toujours sa compagne, il passa une mains sous ses genoux, l’autre la soutenant sous les omoplates, il lui tendit ensuite son cou pour qu’elle y passe ses mains avant de la regarder tendrement :

- « Je sais que tu peux courir aussi vite que moi, mais j’aime te porter contre moi… »

Il haussa les épaules, lui offrant une moue malicieuse :

- « …Mais si tu me trouve trop égoïste, je peux te laisser faire la course jusque chez moi, après tout… »

Il la pressa d’un petit coup de nez taquin :

- « … ça pourrais être amusant. »

Aussitôt il se mit en route, évoluant de branche en branche en la tenant vigoureusement, se servant du faible poids de la jeune comme d'un nouvelle élément d’inertie au gré de son déplacement bondissant.
Il était en ce moment insouciamment heureux. Mais au fur et à mesure qu’il approchait de son objectif, de sombre idées venait l'accabler : il n’avait rien à lui offrir et elle devait prendre en main son destin, elle semblait ne pas vouloir s’adresser à la grande prêtresse, elle devrait donc chercher ailleurs… il devrait peut-être la laisser partir… il balaya vivement ses mauvaises pensées de sa tête, la suite des événements viendrait bien assez tôt pour lui gâcher le plaisir d’être enfin en compagnie d'une personne capable de faire vibrer l'âme qui craignait avoir perdu.

_________________

Citation:
Elle décidât de se laissée portée, pour une fois, elle qui aimait tellement gambadé de branches en branches, là en ce moment, elle préférais êtres dans ses bras, elle adorait plus que tout qu'il l'emmène là où il avait envie, elle le suivrait n'importe où maintenant de toute manière...
Elle le sentait affectueux envers elle, à sa plus grande surprise, il semblait avoir une âme, une âme douce...
Et s'il fallait le nourire, elle le ferait, autant de fois qu'il le faudrait, après tout, il ne pouvait rien à sa circonstance de vampire...?
Nous avons faims de fruits, et eux, de sang..
.Où est le problèmes...?

Alors que Jed progréssait dans les arbres, elle le sentait penssif...
Le savait inquiet...
Pour elle ?...
Pour lui...?

Elle demandât d'une voix douce...:

-"Qu'est ce qui vous tracasse...? Ne me dites pas "rien"... Ça se sent, ça se voit... Parlez moi... Jaimerais...Pouvoir vous aidez, moi aussi, croyez-moi, je ne vous veux aucun mal, bien au contraire.."

Elle le regardait, les yeux pleins de compassion, d'envie d'aidée, d'affection...
Elle aimerait tellement pouvoir partager des choses avec lui...
Elle voulait savoir, ce qui l'attendait...
Et ce qui tracassait son compagnon...


----------

Citation:
Il ne répondit pas tout de suite à la question de Laureleï, faisant mine de se concentrer sur son déplacement. Concentration qui n’était d’ailleurs qu’à moitié feinte, tant cette activité lui demandait d’important efforts mentaux pour évaluer son parcours, gérer le surplus de poids, la résistance des branches, et tout un tas de données qu’il n’était pas encore capable de deviner instinctivement.

Cela ne l'accaparait cependant pas totalement, il avait l'habitude de d'agir et de réfléchir en même temps, ce qui l'occupait vraiment était sa réflexion sur ce qu’il pouvait bien lui répondre, sa première idée étant de dire tout bêtement « rien ». il garda donc son regard fixe vers sa destination, répondant en tentant de rester le plus neutre possible :

- « je m’inquiète pour vous… de ce que je peux vous offrir…de là ou vous voulez mener vos pas… »

Il marqua une pause, hésitant toujours car son esprit avait du mal à ordonner ses idées tout en continuant à courir, l'habitude ne suffisait pas face à l'important trouble qui l'agitait :

- « Vous savez… je suis… enfin je me suis mis aux services des elfes, car j’aime leur idéaux, j’aime leur amour de la nature et leur respect de la vie, mais eux, ils ne m’aiment pas, je ne suis pas sûr de pouvoir vous aider avec eux et… j’aimerais vous aider… mais je… »

Ces pensées étaient trop flous, il pensait trop, beaucoup trop…

- « j’ai juste l’impression que nous devrions nous séparer bientôt et ça me fend le c… »

Encore un arrêt, il allait parler de cœur, or le siens était maudit, noir et mort, il n'aimait guère l'évoquer

- « Disons que cela m’attriste, j’aurais tant voulu être un elfe… »

C’était en partie faux, il aurait juste aimé que leur deux situations soit moins instable pour avoir l’assurance de ne pas risquer de la perdre. Il ne voulait pas se l'avouer, il ne le comprenait pas mais... ce qu'il ressentait dépassait la simple affection.

_________________

Citation:
A entendre ses mots....Elle tremblait, elle pleurait...
Tombant à terre, sur ses genoux...
Le regardant, le fixant...
L'air suppliant, elle ne voulais pas qu'il la laisse, jamais...
Elle aggripat son pantalon, la tête basse...
Elle laissât son coeur parler...:

-" Je ne veux pas que vous me laissiez, je ne veux pas que vous m'abandonniez..
Je ne veux pas d'une vie d'elfe, je suis une elfe qui a tuer, qui ne respecte plus sa vie...
Sauf que depuis votre venue, je me sent libre, je me sent bien...
Je ne veux pas d'une vie simple...
Je veux juste....
Je veux simplement êtres avec vous, même si la vie m'en coute, je n'y tient pas, je vous donnerait mon cœur et mon âme pour simplement vous permettre d'êtres un elfe, je le ferait, si vous me le demandiez, je vous donnerait mon immortalité elfique...
Mais je ne veux pas vivre sans vous...

Elle pleurait encore, se sentant ridicule, mais tout ce qu'elle dit est vrai et pensé...


----------

Citation:
Il fut pris de court par la réaction de la jeune fille, devant se rétablir difficilement sur une branche basse pour encaisser le relâchement de son adorable fardeau aux yeux bleus. Il plia sur ses genoux, heurtant l’écorce de ses fesses, la laissant ensuite, doucement s’affaler contre lui. Une sensation qui compensait amplement l'inconfort que lui procurais les excroissances végétales.
Puis elle l’agrippa vivement, et c'est alors qu'il sentit son organisme s’agiter d’un soubresaut à l’origine inconnu. Son sang ? Impossible…

Il n’eut cependant pas le temps de réfléchir à l’origine du phénomène car elle fondit contre lui, laissant ses mots finirent de tuer toutes la malédiction qui le rongeait, museler l'être froid et mort dans un recoin inaccessible de son esprit. c'est ainsi qu'il se pencha sur elle avec au cœur bien plus d’humanité qu’il ne s'était jamais cru capable de posséder, son héritage vampirique ne se ressentant plus qu’a travers son absence de chaleur corporel :

- « Je ne vous laisserais pas, je ne veux pas vous laissez seule… jamais… »

Il vint doucement lui caresser les cheveux, flattant sa joue en se penchant lentement vers elle, l’étreignant avec tendresse.

- « J’essaierais de vous faire respecter votre vie, j’essaierais de ne pas être un frein pour vous, j’essaierais de gagner le respect de ceux qui vivent ici pour ne pas salir votre nom, j’essaierais de ne pas avoir à vous quitter pour la simple raison je ne suis rien qu’un immonde vampire. »

Il ne pouvait pas pleurer, mais il espérait que ces caresses suffiraient à lui faire ressentir sa détresse à l’idée de la faire souffrir, de la perdre.
Se calmant lentement en la sentant faire de même, il se laissa encore tomber, atterrissant avec elle dans un lit de mousse particulièrement humide et épais. Jed avait cependant tout pris pour lui, en retombant dos en premier, Laurelei protégée entre ses bras. Absolument pas gêné par l’eau dont s’était gorgé ses vêtements, il entama avec elle un long baiser.

----------

Citation:
Elle pleurant tandis qu'il parlait, massant doucement le haut de la cuisse de Jed, comme pour se calmée, pour calmer ses pleures..
Elle ne voulait pas qu'il la quitte...Elle...Elle l'aimait ! Et elle ne voulait pas qu'il la laisse seule, elle ne se voyait plus sans lui... C'est alors qu'elle compris...:

-"Vous ne comprenez pas... Je n'ai pas de nom, les elfes on entérés ma famille, il y a bien longtemps, je suis née en territoire Lycan...
Nous avont fuis vers les cité elfiques, où mes parents furent assassinés, je n'ai pas d'attache ici, je connait le monde Lycan mieu que le monde elfique...
Les montagne où vivent les loups sont ma demeure...
Il savent que je suis sur le terres, il savent aussi que je suis amie des vampires, que j'aimerais en êtres une, mais ils ne me tuerais jamais...Ni mes amis...
Tout simplement parce que je suis la meilleure protection qu'il puisse avoir, je sais parlementer avec les étrangérs qui pourrait se plaindrent des lycans, j'ai même...
Une maison là bas, une maison qu'un elfe m'a donner...
Je ne suis plus une elfe, plus en mon âme, et depuis bien longtemps, le peuple elfique m'a laissée tombée, ne croyez pas trop que les elfes sont les plus sages et les plus compréhensif, il s'en vont, et vous laisse, dés que votre problème est asser...
Fâcheux...

Elle se laissât tombée avec lui dans la mousse en contre-bas...
L'embrassant, au debut doucement...
Ensuite, légèrement plus fougueusement, passant ses mains contre ses épaules...
Le regarde...

-"Je n'ai pas peur des elfes..."


----------

Citation:
Le baiser dura, longuement, très longuement. Il redressa un peu son buste, s’appuyant sur ses coudes, sa tête ondulant d’avant en arrière à une cadence qui lui était dictée par son désir.

Une part de lui s’abandonnait complètement, mais une autre avait été particulièrement choquée par les paroles de la jeune elfe : Ainsi, sa famille avait été renié… Qu’avait-ils bien pu faire pour se retrouver forcés à l’exil ? Sur la montagne des loups qui plus est… il y avait pire, mais difficilement plus éloigné de leur forêt d’origine.
Il était cependant quelque peu heureux d’apprendre que malgré ses dires passés, elle avait un lieu ou elle était chez elle… mais si loin toutefois…

Cette histoire le lycan, agita un peu son organisme, une sorte de frisson d’excitation le parcourant. Il avait déjà été confronté à eu durant la première partie de sa vie vampirique, il en avait gardé un souvenir assez grisant d’ailleurs, se souvenant du gout particulièrement riche de leur sang et de la sauvagerie qu’il déployait en se battant.
Se sentirait-il de taille à y retourner ? Il ne savait pas… il aimait tant la forêt sacrée… et elle ? A quel point l’aimait-il ? Il ne se rendit même pas compte de l’importance de sa dernière pensée, tout dévoré qu’il était par son baiser, il s’était d’ailleurs totalement redressé, l’enlaçant assis en d’ailleurs sur leur tapis de mousse, la langue étant parti chercher la sienne pour l’entrainer dans une danse passionnée. Il profita encore un peu de ses lèvres avant d'y mettre un terme à regret, devant balayer un doute :

- « Mais… maintenant ? Vous comptez repartir chez les loups ? »

L’idée lui faisait un peu mal, une certaine frustration prenant naissance en lui à l’idée de voir perdre quelqu’un qui le faisait vibrer qu’autrement que par les saveurs de son sang.

_________________

Citation:
Elle le serrait fort contre sa poitrine, son corps brulant d'un désirs ardent, elle essayait de se calmée...
En vint, retenant ses gestes qui se fessaient de plus en plus sensuels, par moment provocateurs...
Elle l'embrassait passionnément, passant ses deux mains contre le torse du vampire...
Puis la question surgit...
Elle sourit doucement, le regardant droit dans les yeux avec un regard doux et aimant..

-"J'irais où vous irez, je n'ai aucunes attache... Sauf...Vous, peut êtres..."

Elle le rassura d'un regard doux, ses mains massant doucement son torse, elle le regardait avec affection, un affection dépassant les limite de l'amitié..
Elle le dévorait du regard enfaite...
Se retenant de l'embrasser...


----------

Citation:
Il se sentait un peu égoïste, mais la réponse de Laureleï le rassura, il était son attache, on ne quitte pas un point d'attache… il aurait dû en avoir peur, lui qui était enchaîné par tant de choses, mais en ce moment il n’y pensait guère, seule comptait pour lui, le plaisir qu’il ressentait actuellement en enlaçant la jolie jeune elfe.

Il aurait dû penser aux restrictions de sa condition maudite, mais la chaleur que sa compagne instillait dans son corps lui faisait perdre toute prudence, toute crainte, c’était si agréable de jouir ainsi différemment qu’a travers une bête sanguinaire. Totalement détendu, c'est avec une fluidité mesurée qu'il se délesta de sa tunique, dévoilant ainsi son torse d'albâtre à la belle. Puis il se pencha contre son épaule, la couvrant de baisers, la dénudant lentement à chaque mouvement de ses lèvres. Sensuel et efficace, le vampire découvris bientôt complètement toute l’épaule, a qui il offrit un dernier baiser avant de se redresser lentement :

- « Je serais vraiment heureux d’être ton point d’attache… »

Sur ce il se pencha de nouveaux, faisant glisser le tissus le long du bras pour parcourir la peau si chaude de ses lèvres fraiche et gourmande.
Il se redressa finalement, serein mais le corps encore profondément agité par le désir. Avec une maitrise absolu de ses geste il la fit se blottir contre lui, la joue contre ses pectoraux.

- « Il me faudra juste être bien solide… »

Il se calme lentement, la caressant avec tendresse, les yeux clos pour profiter pleinement de chaque sensation.

_________________

Citation:
Elle frémissait contre lui, passant le bouts de ses doigts contre son torse, ses lèvres chaudes venant embrasser sa peau glacée, ses lèvres parcourant son torse de haut en bas, ses doigts redessinant ses muscles...
Suivant les mouvements de son corps, se laissant totalement faire, embrassant doucement son cou, mordillant légèrement...
Se blotissant contre lui, sa joue bouillante contre son torse froid, elle posait ses deux mains sur les hanches du vampire, ecoutant le vide en sa poitrine...
Triste que son coeur ne puisse pas battre pour quelqu'un...
Elle resait là, immobille contre lui, essayant de calmer la fièvre qu'il avait éveillé en elle...
Restant là, contre lui...
Se demandant si vraiment, elle n'allait pas êtres un poid pour lui...
Se demandant ce qu'il ressentait pour elle...
Perdue dans ses pensés...

Imaginant le pire, elle en pleurerait présque...Et si enfait, elle ne lui inspirait que la pitié ?
Si il ne voulait simplement pas la détruire, il n'en avait peut êtres rien à faire d'elle.
Elle avait sûrement moin de charme que d'autre elfes...
Encore moin belle que les femmes vampire...
D'un coup son sourire se ternit, elle avait peur, peur qu'il ne fasse tout ça simplement parce qu'il avait pitier d'elle, cette pauvre sotte reniée de tous, abandonner par les elfes et par tout autres chose... Elle, elle l'affectionnait beaucoups...
Mais eut êtres était-ce juste elle...
Pas lui...
Elle baissât alors la tête...
Retenant ses larmes...


----------

Citation:
Il garda ses paupières baissées, ressentant intensément chaque mouvement de Laureleï sur son corps à la sensibilité mis à vif. il exultait profondément alors que pourtant le sang qui le faisait réagir était si clair en lui. Voilà qui ébranlait sérieusement ses convictions et lui laissait entrevoir quelque chose d’absolument inouïe : Que ressentirait-il si il gonflait son organisme de sang et s’adonnait à la tendresse avec sa compagne ? Un orgasme au moindre contact ? Plus encore ? Il balaya l’idée pernicieuse, n’ayant pas très envie de vider de nouveau son… son amour.

Il ouvrit grand les yeux, comprenant enfin, lui qui se croyait maudit, dépourvu d’âme, voilà qu’il s’était ouvert à sa part d’humanité, qu’il avait ressenti du plaisir, des émotions et qu’il avait oublié toutes les mesures de prudence qu’on lui avait pourtant violemment inculqué. Il ressentait de l’amour…
Il desserra un peu son étreinte, caressant plus doucement le corps offert, effleurant juste, lui offrant ainsi une plus grande liberté de mouvement. Il ne la regardait cependant pas, tout interloqué qu'il était par ce qu’il venait de comprendre, incapable de faire autre chose que de regarder dans le vague, s’habituant peu à peu à cette idée.
Des larmes aurait pu couler le long de ses joues froides, mais qu’importe l’esprit, le corps restait immanquablement inapte à de nombreuses choses qui sont l’apanage des vivants.

Un discret sourire ce dessina malgré tout sur son visage de marbre et enfin il se repencha vers son amante… découvrant avec surprise et peine une profonde tristesse dans son regard :

- « Pourquoi es-tu si triste mon cœur ? »

Il n’avait pas pu retenir ce surnom idiot et mièvre, mais… pourtant frappant par sa symbolique : son cœur était mort, il le ferait battre en elle.
Il passa délicatement ses doigts sous le visage, la forçant à le regarder, et il se penchant contre elle, embrassa ses yeux et ses paupières :

- « Je veux moi aussi t’aider… te savoir triste me rend… triste… »

C’était idiot mais une fois de plus c’était vrai, il était damné mais vivait librement à travers elle, ce qu’il ressentait n’était que le reflet de ce qu’elle vivait. Fort de cette vérité, il se rendit compte qu'il lui était impossible de songer à la quitter ou à continuer son existence sans elle, désormais. Vivre était trop enivrant pour songer à en perdre la possibilité.


_________________

Citation:
Elle relevât la tête...

"...Mon cœur..?"

Les yeux pleins de larmes elle le fixait...

L'avait-il vraiment dit...? Avait-elle mal compris ?..
Non, non...Il l'avait dit... Il l'avait appeler " Mon cœur"...
Elle se sentait secouée... Elle posât sa main sur son ventre, celui-ci était délicieusement noué...
Une sensation d'amour et de désir incomparable la rongeait...
Son teint se fît rosé par le désir et son corps brulant de passion et d'amour...
Elle reculât de quelque millimètres, effrayée par l'envie qui la consumait...
Elle regardait le vampire, son envie bien visible, une interrogation au fond des yeux...
Ne connaissant pas cette douce torture...

Elle articulât d'une voix chaude et tremblante...:

-"J'avais...H...J'avais juste peur que...Vous ne m'appréciez pas de la même manière que moi...Mais je...Je me suis trompée visiblement..."

Elle se collât à lui, doucement, sans geste brusque, approchant lentement ses lèvres des siennes, effleurant sa peau glacé de la sienne, bouillante...
Vient doucement mordre sa lèvre inférieure pour enfin venir l'embrasser...
Venant chercher sa langue, jouant passionnément du bout de la sienne contre celle du vampire..


----------

Citation:
Il ne savait pas ce qu’il avait fait ou dit pour la rassurer à ce point, mais cela avait été efficace. Elle qui semblait si timide et apeurée dans ses bras prenait désormais une assurance nouvelle, des réflexes plus instinctif, plus vrai. Et ce regain de joie pure se répercuta bien vite sur l’état physique du vampire : devenant plus sensible encore à ses attentions, ressentant presque les mêmes sensations, au doux contact de la peau de Laureleï, que ce qu’il aurait pu ressentir du temps où il était humain.

- « Si vous pensiez que je ne vous appréciait pas suffisamment à votre gout, vous vous trompiez surement. »

Son corps épousa parfaitement celle de son amante, et d’un geste à la douceur surnaturelle il fit glisser le reste de la tunique elfique le long des bras de la jeune fille. Celle-ci retomba en un petit tas près des cuisses féminines, se gorgeant peu à peu d’humidité.
Un détail bien négligeable quand dans le même temps, des lèvres aussi suaves que celle de Laureleï venaient se présenter avec passion devant celle du jeune homme. Une invitation qu'il se garda bien de refuser, les acceptant avec plaisir, laissant l'impétueuse langue prendre possession de son corps et chercher sa partenaire de ballet.

- « Si vous n’auriez représenté peu de chose à mes yeux, il y aurait bien longtemps que mes appétits auraient pris le dessus pour vous dévorer… vous m’êtes bien trop précieuse, bien trop vitale, pour que je laisse mes instincts prendre le dessus sur mon âme. »

Le baiser avait été brisé pour laisser ces quelques mots un peu maladroit s’échapper, bref intermède, car bientôt les lèvres affamées vinrent reprendre leur dû.
Les mains vampiriques venait inlassablement parcourir le corps douloureusement couturé de la jeune fille, suivant du doigt ses formes, mais aussi les marques de son calvaire passé. Les sentir ainsi, rappelèrent à Jed, ce qu’avait vécu l’elfe, et affermirent son désir de protection, il ne laisserait plus personne lui faire du mal, tel était l’un des nouveaux but de son existence maudite.

_________________

Citation:
Ses sens était à vifs, son corps était devenue une surface hyper-réactive...
Les mots du vampire ne firent qu'accentués cette sensation...
elle se couvrait alors de frissons, sa peau le désirant, ayant presque oublier son manque de chaleur, sa froideur...
Cette sensation si étrange, le froid de ses mains..De son torse..Cela ne fessait que la mettre hors d'état... Elle aimait, enfaite, elle l'aimait...
Elle aimait sa soif de sang, elle aimait sa douceur, elle aimait son coter sombre, elle aimait son étreinte glacée, elle aimait ses carrèsses de glace qui la rendait de braise... Elle l'adorait...

Elle pouvait sentir le tissus de sa tunique glisser contre sa peau...
Dénudant sa poitrine, ronde et ferme, jeune...
Celle-ci durcit par un désir ardent...
Elle collât sa poitrine chaude à son torse gelé en un sourire, ne cessant pas de l'embrasser pour autant.. Posant ses deux mains contre la nuque de Jed...
Retenant ses soupires, calmant sa respiration... Elle poussant un :

-"H...Jed j'ai..."

Ne finissant pas sa phrase, honteuse d'avoir envie de lui de cette manière...

Ses doigts sur ses cicatrices firent comme un boum, lui arrachèrent un frémissement d'un autre monde.. Tellement habituée à ce que ses zones face mal, que le contact délicieux des mains de son amant contre celle--ci ne furent que divines carrèsses...
Elle vient embrasser son cou, à la méthode d'un vampire, mordillant légèrement, le taquinant...Le cherchant un peu...


----------

Citation:
Qu’avait-elle voulu dire ? Avait-elle froid ? Elle frissonnait beaucoup mais pas comme le font ceux qui souffre d’un manque de chaleur. Avait-elle mal ? C’était peut-être ça, son corps était si horriblement balafré, il attisait peut-être ses douleurs en la caressant si fougueusement, il se refréna donc, tentant de se concentrer sur des zones vierges. La chaleur qu’il tirait du bout de ses doigts étant de toute façon la même partout, lui procurant les mêmes exquises sensations tactiles qui se propageait quoiqu’il fasse avec la même intensité au fond de son corps.

- « Je suis désolé… »

Il souffla ses excuses avec de profond remords cachés au fond de ses pupilles, lui offrant alors sa gorge en gage contre les erreurs qu’il pensait avoir commises, se soumettant corps et âme à ses appétits, luttant intérieurement pour ne pas laisser ses taquineries lui faire perdre les pédales. Si il se succombait et se laisser aller à faire de même, il risquait bien de se retrouver à s’abreuver de son sang sans y prendre gare, tant l’excitation qu’il contenait était puissante.

- « Je… t’ai fais mal ? »

Il était en train de fondre de plaisir sous l'effet des petites dents elfiques quand il posa sa question emprunt d'une timidité absolue. Il ne supportait déjà pas l’idée de recevoir une réponse affirmative, ne supporterait pas l’idée d’avoir pu la blesser.

_________________

Citation:
Elle mordillait et suçotait toujours son cou, doucement...
Puis elle se mis à rire doucement, Remontant vers son oreille, laissant sa langue trainer tout le long de son cou...
Murmurant :

-"Non...J'ai simplement...Envie de vous..."

Elle rougit, au comble de la gène, ses mains massant plus timidement la nuque du beau vampire, passant ses lèvres contre sa joue froide...
L'embrassant avec délicatesse avant de baissé la tête, ce demandant ce qu'il va penser de tout cela...
Ses mains redescendant peu à peu le long de son dos, ses longs cheveux tombant contre sa poitrine nue..

-"J'espère que je ne me rend pas trop ridicule..."

Elle eue un rire nerveux, baissant les yeux et encore un peu plus la tête, retirant ses main de son dos, son corp ne désirant que lui, mais elle se sentait légèrement mal à l'aise, elle attendait une réponse, un geste...Un refus, peut êtres...


----------

Citation:
La sentir si pleine d’appétit pour lui avait un effet des plus enchanteur pour la psyché du vampire. dans ses gestes passionnés elle donnait l’impression de vouloir le dévorer tout entier, et il adorait ça, surtout que c’était lui qui habituellement se délectait des autres. Les rôles semblait inversé et le paradoxe était absolument délicieux. Il la laissa donc faire comme elle voulait, son plaisir grandissant follement à mesure qu’elle gagnait en fougue.
Le plaisir qu’elle prenait était déjà pour lui un détrompeur quant à ses craintes mais ses paroles finirent de le rassurer, lui ouvrant même les yeux sur les désirs les désirs de la jeune fille.

Il resta un instant stupéfait, se sachant presque impuissant il avait peur de la décevoir... mais sa crainte fut vite balayé quand dans un simple examen des réactions de son corps, il se rendit compte du miracle : malgré le peu de sang frais que contenait son organisme, celui-ci était parvenu à montrer tous les signes du désir sexuel, un miracle rendu possible par la grande excitation charnel qui le secouait intérieurement. Il n’aurait donc pas à s’abreuver de nouveau… pas pour le moment du moins.

Un peu rasséréné par son constat, il dû supporter la frustration de sentir les chaleureuses mains de son amante quitter sa peau avide de contact. Il la regarda se pencher loin de son corps de marbre, la trouvant d’une beauté époustouflante ainsi masqué en partie par sa cascade de cheveux de jais :

- « Tu es loin d’être ridicule… Laureleï… tu es trop splendide pour l’être »

Il l’empoigna aussitôt avec une fougue jamais déployé avec elle jusque là, Il la caressa plus intensément encore, son visage collé contre le siens, les lèvres tendu prêtes à emprisonner les siennes, tout juste arrêté dans leur mouvement pour murmurer ces derniers mots :

- « Je t’aime… »


_________________

Citation:
Elle se laissait saisir, se plaquant contre son corps de marbre, soupirant de bien contre sa peau...
Elle l'embrassait fougueusement, ses mains empoignant doucement son cou...
Venant dévorer le haut de son torse en de fiévreux baisers, ses lèvres se délectant de sa peau de nacre...
Sa langue glissant doucement contre ses épaules.
Ses dents mordillant par endroit...

Puis, les deux mots qu'ils prononçât...
Ses deux seuls mots....
Elle rougit, elle frémit... Elle l'embrassât avec une passion jamais montrer encore... Ne dessoudant ses lèvres des siennes que pour répondre...:

-"Moi aussi, je t'aime..."

Emprisonnant de nouveaux ses lèvres, calant légèrement plus son bassin contre celui du vampire...
Le provoquant vraiment, cette fois ci...
Ses lèvres se fessant prédatrices des siennes...


----------

Citation:
Les mots avaient été échangés et le sceau était rompu, Jed vibrait littéralement d’amour et il savait qu’il pouvait désormais se lâcher complètement sans risquer de perdre la raison sous l’effet de ses instincts de prédateurs. Il pourrait s’adonner complètement à l’abandon dans les bras de celle qu’il aimait.

Il la laissa tout d’abord le gouter avec un appétit à la voracité particulièrement flatteuse pour l’homme qu’il était, puis, le feu intérieur de sa passion le guidant avec autorité, il l’agrippa fermement contre lui, basculant son corps pour déposer le corps de Laureleï dos au matelas de mousse qui leur servait de couche. Il prit un peu de distance avec elle, autant que le lui permettait son bras tendu ; sa main s’étant refermée sur la nuque elfique et il l’observa longuement, les yeux animés par des flammes végétales, symbole de sa saine passion.

Ayant rassasié sa vue, il se pencha enfin sur elle l’embrassant vivement sur les lèvres pour descendre rapidement le long de sa mâchoire, parcourant sa gorge de ses lèvres et de sa langue avec un appétit non contenu. Il continua pourtant sa course sans se focaliser sur la veine carotide pourtant si séduisante de sa compagne, parcourant le corps frémissant avec une fougue inconnue des humains et des elfes, une forme maitrisée de la sauvagerie des vampires. La poitrine fut atteinte, ferme et ronde, elle réclamait un traitement spécial, qu’il offrit de bon cœur, nimbant chaque cicatrice rencontrée de la salive qui imbibait sa langue, il s’attarda longuement, très longuement, pour finalement s’y arracher et descendre à nouveau le long du ventre, prenant encore une fois son temps, ses baisers enflammées ne manquant pas une parcelle de peau.

La main libre suivit le mouvement, glissa sur les flancs embrasés avec délicatesse pour atteindre la frontière entre le tissus et la chair, pour se glisser dessous, en quête de l’attache qui fut défaite une fois découverte... tout avait été réalisé avec une élégance calculée, et c'est avec une sauvagerie propre au grand prédateur qu'il brisa cette valse envoutante, envoyant valser l’étoffe qui ceinturait Laureleï.

Main et lèvres s’étaient finalement retrouvées devant la dernière barrière de coton, un rempart qui serait bientôt abattu. Un doigt vint effleurer le délicat tissu tandis que le tendre visage se releva pour chercher le regard de la jeune elfe, plantant ses iris dans les siens pour partager avec elle un dernier moment de complicité mutuel. Sa seconde main, prisonnière jusque là, se libéra de sous la nuque à la chaleur enivrante, glissant jusqu'à la cuisse de son amante, l’emprisonnant de sa poigne. Il lui sourit, heureux, ivre d’elle, et plongea vers son entre-jambe, s’arrêtant pile au contact de la fine protection entre lui et l’intimité désirée. Lentement il y déposa un baiser avant de glisser sa langue sous un interstice, la faisant voyager malgré l’entrave de tissus, goutant la chair avec extase.

Puis finalement, il fit glisser le sous-vêtement, dénudant entièrement la sublime elfe dont il était tombé amoureux. Il fut époustouflé par la vision qui s’offrit à lui, prenant un peu de recul pour la parcourir du regard, appréciant chaque parcelle de son corps haletant, prenant une photo mentale. Il tourna de nouveau son regard vers le sien :

- « Tu es si belle… »

Et il se replaça entre les cuisses entrouvertes, ses deux mains posées de chaque cotés, le ventre reposant sur le lit de mousse, le visage s’approchant de l’intimité révélée… il y déposa un baiser, se maintenant lentement juste au dessus, soufflant légèrement avant de réitérer son acte de tendresse et de recommencer une troisième fois, moins douce celle-ci, car sa langue entra en jeu, effleurant timidement la fente offerte. Il prit une dernière pause avant de se décider enfin à la combler de ses attentions.

Son esprit en ce moment même était à vif, il se consumait complètement, échauffé par le frottement des cuisses de part et d’autre de ses oreilles, ses mains reprenant possession des hanches et pressant sous le coup de l’excitation. Le vampire était, cette fois, entièrement absorbé par un repas qui lui procurait bien plus d’ivresse que le plus noble des sangs.

_________________

Citation:
Ses joues rosirent, cet aveux, enfin, elle l'avait dit, elle le pensait, elle l'aimait, et voulait le gardé proche, d'elle, il était vampire...
Et alors ?...
Pour elle, c'était un elfe, un elfe avec un régime spécifique, le plus beau des elfe pour dire vrai...
Elle regardait son amant, poignardant ses yeux des yeux, essayant de lire ce qu'il pouvait bien ressentir, elle souriait doucement, remarquant qu'il s'abandonnait légèrement, elle n'avait pas peur, elle lui fessait confiance...
Puis même s'il la mordait, où était le problème..?
Il pourrait bien la tuée, elle n'en aurait pas grand chose à faire, tant qu'elle meurt contre lui, cela lui allait..

Elle continuait ses baisers enflammés, embrassant ses lèvres de glace, mordillant par moment sa peau froide, descendant le bout de sa langue brulante contre son cou, appréciant le petit gout si peu commun qu'avait sa peau..
Elle l'étreint fermement tandis qu'il l'agrippe. Maintenant allongée contre le lit de mousse, elle glisse ses deux mains dans ses cheveux, puis délicatement dans sa nuque, puis enfin griffer du bouts des ongles son dos, sans laisser de trace, doucement...
Elle le regardait alors qu'il s'éloignait d'elle, passant ses deux mains contre le torse du vampire, le fixant, ses yeux bleus animés par la chaleur et l'envie qu'il lui procurait.

Lorsque son amant se pencha sur elle, elle participât au baiser avec vivacité, ne cachant plus la passion qui l'habite, ni le désire qui lui brule le ventre.
Sent sa peau se couvrir d'épais frissons lorsqu'il entame sa descente, lui offrant son cou, lui offrant enfaite tout son corps.
S'étonnant de la douce sauvagerie qu'il met à l'œuvre, s'extasiant en silence à chacun de ses gestes, sa peau ne pouvant que frémir, son corps n'étant plus qu'une surface hyper-réactive..

Elle sentait sa poitrine durcie alors que les lèvres de son compagnons effleurait sa peau, ses mains vénèrent comme dans un réflexe dans la nuque et sur la tête du vampire, ne pouvant retenir un divin soupire...
Sa respiration se fessant de plus en plus saccadée et rapide...
Elle profitait de chacun de ses gestes, sa poitrine n'ayant jamais subit si doux traitement.
Ses mains suivait la descente de la tête de Jed, massant par moment sa nuque, prise de frémissements lorsqu'il embrasse son ventre, ses mains se glissant sur ses épaules, un nouveau soupire s'arrachant à ses lèvres.

C'est alors qu'elle rougit, se voyant ainsi dénudée, n'étant plus couverte que part son sous vêtement de coton fin, elle tremblât imperceptiblement, un peu gênée de cette quasi nudité...
Oubliant dans un gémissement incontrôlé sa gène, Sentant son bas ventre se déchiré en un frisson de plaisir, ses cuisses s'entrouvrant doucement comme d'un réflexe, rougissant maintenant quand il la regardait, son visage doucement torturé de désir et d'un plaisir naissant, lui rendant son sourire, sourire de courte duré, sa tête s'en allant en arrière dans un soupire, ses cuisses se resserrant doucement contre les oreilles de son partenaire..

Elle le laissât faire, son sous-vêtement abattue, elle était nue, jamais un homme ne l'avait mise complétement nue...
Elle le regardait, la gène ayant disparue, laissant place à son amour pour lui, le regardant, admirant son doux visage et son torse parfait...

-"Toi aussi, Jed...Tu es beau..."


Elle vit alors son visage replonger entre ses cuisses, son dos fût parcourue d'exquis frissons alors que son ventre se nouait d'un plaisir inconnue alors qu'il embrassait son intimité trop souvent brutalisée.
Elle poussant un gémissement en laissant sa tête tomber en arrière quand elle sentit la langue de son compagnon entré en jeu, ses deux mains sur la tête du vampire ne sachant plus quoi faire, affolée de plaisir, elle tirait doucement ses cheveux par moments, gémissant de plus en plus régulièrement, son plaisir l'enflammant, autant que son amour pour lui brulait...


----------

Citation:
Il se nourrissait d’elle, il n’y avait pas de mots plus adaptés à ce qu'il était en train de faire.
Ses lèvres se mouvaient et il recueillait en retour une substance vitale : l’expression du plaisir qu’il procurait à celle qu’il aimait. Jamais auparavant, il n’avait connu une telle extase, ressentant habituellement une honte farouche quand il s’emparait du sang des autres.

Cette fois-ci aucune honte ne l’habitait… au contraire. Il n’agissait pas par appétit, il agissait par amour et cela changeait tout. Le bonheur qu’il percevait était pur et parfait.
Il continua donc longuement son œuvre, jouissant de chacune de ses réactions. Éprouvant par symbiose tout le plaisir qui se cachait dans ses gémissements, dans les actions de ses mains affolées, dans les frissons de son corps, dans l’accélération continue de son rythme cardiaque... Il vibrait tout entier pour elle. Mais quelque chose lui manquait : son propre plaisir. Un plaisir qu’il assouvirait en se plongeant dans son regard azur.

Il stoppa donc ses traitements intimes, offrant tout de même un dernier et tendre baiser sur cette zone si sensible et précieuse, et il se reglissa entre les jambes de son amante, atteignant bien vite le niveau de ses yeux, ne perdant pas une minute pour l’embrasser ardemment. Son corps ondula contre le sien, l’entrainant dans une danse sensuelle qu’il rythmait inconsciemment au gré des battements de l’unique cœur du couple. Yeux clos dans son baiser, il les ouvrit finalement, adoucissant alors la pression de ses lèvres, jusqu'à réduire leur contact à un simple effleurement, une tendre caresse.
Il imprima à ses lèvres un mouvement glissant tandis qu’il jouissait de son magnifique regard :

- « Jamais… de ma vie… je n’avais été… aussi heureux… que maintenant… »

Les mots s’étaient échappés sans retenus, juste entrecoupés par l’émotion renversante qui secouait le corps vampirique. Si intense que son regard aurait probablement laissé couler un filet de larmes timides si ces glandes lacrymales n’avaient pas été asséchées par la malédiction.
Ses yeux se perdaient malgré tout, hypnotisés par ceux de sa compagne, le poussant à perdre toute notion de réalité autre que celle ou il était avec Laureleï, perdu au milieu de nulle part...

Quelque secondes à peine s'écoulèrent et il l’embrassa de nouveaux, fiévreusement, maladroitement peut-être, il ne contrôlait plus grand chose à vrai dire. Une main vint s'enfouir dans la chevelure d’ébène, l’autre s'occupait à flatter amoureusement les flancs brulants.

Pour une créature aussi insensible que devait l’être un vampire, Jed venait d’atteindre un niveau d’extase sensitif qui aurait dû lui être inaccessible. Ainsi, sans s’en rendre compte, il venait de briser l’une des chaines de sa malédiction : l’amour véritable était possible chez les damnés.

_________________

Citation:
Elle se sentait partir, loin, dans un monde où tout était douceur et plaisir, elle rougissait alors que des gémissements sortait d'entre ses lèvres tremblante sans qu'elle ne puisse les retenir, elle l'aimait, elle aimait ce qu'il lui fessait subir, elle se cambrait sous le plaisir..
Elle n'avait plus honte, elle s'abandonnait à lui, elle lui appartenait..

Elle le regardait alors qu'il revenait sur elle, son corps tremblant des reste de son plaisir, se sentant mouillée d'envie, elle le regardât dans les yeux intensément avant de le prendre par la nuque et de l'embrasser, il pouvait sentir en ce baiser tout l'amour qu'elle lui portait à cet instant : Fougueux et vif...
Ses cuisses se serrèrent contre son bassin, elle le sentait onduler contre elle, son propre bassin mouvant par moment, les yeux fermés elle s'adonnait à son baiser, effleurant maintenant ses lèvres, le regardant de nouveau... Se plongeant dans son regard, envoutant...

-"Jed je... Je suis heureuse, moi aussi... Avec toi... Heureuse, je ne l'ai jamais été, avant toi..."

Elle se confiait à lui, elle l'estimait plus que tout êtres sur cette terre, il la bouleversait, elle qui ne voulait plus vivre, maintenant...
Elle voulait, elle voulait vivre pour lui, la mort n'étant plus qu'un mauvais souvenirs...
Elle savourait ce moment, chaque seconde plus douce que l'autre...

Elle l'embrassât, fougueusement, la fièvre montant de nouveau en elle, voulant tout lui donner, tout...Sans exception..

----------

Citation:
Ces paroles étaient si belles, à l’image de celle qui les prononçait.
Plus aucun doute n’agitait l’esprit habituellement torturé du vampire, tout son être ne répondant plus qu’au bonheur d’aimer et d’être aimé. C’est ainsi qu’il laissait chacun de ses gestes lui venir avec un naturel jusque là insoupçonné.

Il savait ce qu’il devait faire désormais, se rappelant cette époque ou il était vivant et où il pouvait s’adonner pleinement à ce genre de plaisir charnel.
Tout ceci n’était plus que souvenirs à ses yeux, les souvenirs d’une époque révolue depuis qu’il avait été condamné à ne plus pouvoir jouir autrement que dans le sang. Futile condamnation finalement, puisque désormais il venait de se prouver à lui-même que le sang n’était plus sa seule source de plaisir.

Retrouvant ses automatisme, il pencha son corps sur un flanc et replia ses jambes pour défaire avec grâce ses chaussures et son propre pantalon, les première furent vite expédiées, le second du parcourir vivement les longues cuisses du jeune homme avant d’être envoyé au loin d’une énergique agitation des pieds : le caleçon fut ôté par la même voie.
Il rejoignit ainsi sa partenaire dans la nudité et se colla de plus belle contre son corps bouillonnant.

Il frissonnait énormément, totalement soumis à une excitation nouvelle et extatique, tandis que ses lèvres entrouvertes parcouraient lentement celles de la belle, amplifiant la sensualité du geste de son souffle suave.

- « J’ai… envie de toi… comme on envie les ceux qui ne sont pas maudit… »

Il ne lui offrit pas l’occasion de répondre, l’embrassant aussitôt. Son corps épousa parfaitement le siens, son torse puissant venant écraser, sans aucune violence, sa douce poitrine, ses hanches s’étant faufilées adroitement entre ses cuisses accueillantes.

Il patienta cependant un peu avant de s’inviter en elle, voulant s’assurer de rendre à ce moment toute la beauté qu’il devait incarner. Son intimité resta donc immobile, dardée aux portes du nirvana.

_________________

Citation:
Elle ne doutais plus, elle n'avait plus aucunes raisons de croire qu'il se riait d'elle, elle le laissait progresser dans ses gestes, ne cessant de penser à l'amour qu'elle lui portait maintenant.

Elle ne savait ce qu'il allait faire désormais, elle ne connaissait pas grand choses au relations, quel qu'elles soient, elle le regardait avec désir, ses yeux la trahissant, ceux-ci brillants d'une envie charnelle difficilement masquable.

Elle l'aidait alors à enlever son pantalon, le regardant par la suite plus en détail.. La peau blanche du vampire, quel spectacle magnifique, elle n'avait jamais rie vu d'aussi beau, pour elle, il était le plus désirable et le plus beau des hommes, et des créatures vivantes sur cette terre...

C'est alors qu'elle rougit vivement, remarquant avec naïveté que le caleçon de son amant était manquant... Elle détournât légèrement son regard, bien que sa curiosité lui susurrait de ne pas se gênée, elle eu un léger sourire nerveux en retournant ses yeux vers le visage de son compagnon...

Le contact de la peau froide de Jed contre la sienne brulante provoquât un frissons le long de son dos, sa poitrine plaquée contre le torse du vampire se durcie d'un coup...
Elle le laissait effleurer ses lèvres, les siennes tremblait d'un désir nouveau, inconnu...

C'est alors qu'elle se décidât à lui répondre :

-"J'ai....Également envie de toi.. Comme je n'ai jamais eu envie d'une autre personne..."

Elle le sentait entre ses cuisses, elle caressait doucement les haches de Jed en le regardant dans les yeux, venant délicatement embrasser les lèvres du vampire... Elle attendait la suite, sans crainte...


----------

Citation:
Les lèvres se joignirent, d’abord avec délicatesse puis, sous l’effet d’une pulsion charnel, le contact se fit plus vif, le corps du jeune vampire s’étend contracter soudainement tout contre le corps en fusion de son amante, un soubresaut qui provoqua l’état de grâce.

Sans même qu’il ne se soit rendu compte de ce qui allait se produire, il s’était introduis en elle. En plus de cinquante ans d’existence damnée, il n’avait jamais eu l’occasion de faire l’expérience du rapport intime, c’était sa première fois en tant que vampire et tout ce qu’il avait pu imaginer sur sa soi-disant frigidité venait de s’envoler, il ressentait presque tout ce qu’il ressentait habituellement du temps de son humanité : la chaleur, la plénitude, le bien-être charnel, l’émotion intense de savoir que l’on partage tout cela avec quelqu’un… tout ce qui était vraiment important y étais et même plus encore : le chant de son sang chauffé à vif et délicieusement comprimé remplaçait parfaitement l’inconvénient de posséder une peau insensible aux caresses. Jed vivait un bonheur parfait et il exprima sans gène en en long soupir aux yeux clos.

Il resta ainsi immobile, quelque seconde, tout juste entouré par une nature qui se préparait calmement à l’arrivée du crépuscule, jouissant délicieusement du simple plaisir d’être connecté à celle qu’il aimait. Puis lentement il ouvrit les yeux, se plongeant avec ivresse dans les pupilles céruléennes de Laureleï. Il se releva alors un peu, en appuie sur ses coudes pour libérer la jeune elfe de la pression de son corps dont la température avait certes quelques peu augmenté mais restait bien trop fraiche au toucher pour ne pas provoquer de frissons.
Il ne prononça aucun mot, n’échangeant avec elle qu’à travers ses yeux dans lesquels ne se lisait que tendresse, amour et désir. Les paupières se refermèrent à nouveaux alors que son visage se rapprochait précautionneusement de celui de son amour, ne s’arrêtant que lorsque les deux fronts ne furent plus séparé que par quelques millimètres, une profonde inspiration suivi cet arrêt, signe que le jeune amant humait avec délice les effluves de sa séduisante compagne. Il cherchait ainsi à jouir de chacun de ses sens, à profiter pleinement de chaque détails, ne rien négliger pour ne rien perdre d’un instant aussi parfait.

Les pupilles s’ouvrirent enfin, brillant d’une intensité bouleversante, délivrant ainsi un message que les lèvres de Jed ne voulait pas délivrer, celui qui annonce le début de la danse.
Compris ou pas, le ballet débuta, tous les muscles du jeune damné s’activèrent, d’abord lentement, amplement, pour permettre à sa partenaire de ressentir pleinement chacun de ses efforts.


_________________

Citation:
Elle embrassait tendrement son amant, la délicatesse étant de mise en première mesure, bien qu'elle fût vite remplacée par une pulsion de désir de la part de son compagnon, ce qui ne fût pas pour déplaire à l'elfe qui savourait le contact frais de la peau de glace du vampire contre la sienne, celle-ci se confondant presque à du magma...

Et c'est un ainsi qu'en un divin sursaut, l'impossible devint possible... Elle rougit d'un coup, puis cambrait sa poitrine, sentant son séduisant amant en elle.
Rêvait elle ?...
Non, non...
Elle ne rêvait pas, on l'aimait, on l'aimait puis on la gratifiait d'un amour charnel, sans qu'elle ne soit pas consentante, Tout son corps se détendît, sa bouche laissait un soupire s'échapper alors que ses mains venait se posées contre les flancs du vampire, massant de gestes doux et amoureux ses hanches.
Se disant en le regardant, qu'il était un homme bien, même vampire.. Il méritait considération, et elle l'aimait, alors, il était forcement bien..

Elle se laissait aller à la découverte de ses sens : Le contact, ici de glace, mais qui avait le dont de la rendre brulante, le bien-êtres, contre lui, tout allait bien, le désir, l'envie, difficile à cacher...
Elle partagait son plaisir avec quelqu'un, quelqu'un qu'elle aimait, par quel miracle en sont ils arrivés ici ?..
Elle ne le sait pas, mais à vrai dire, elle s'en fiche royalement, elle profite.
Elle profite de le sentir en elle, sur elle, contre ses lèvres, sur sa poitrine, entre ses cuisses...

Les baisers reprirent, doucement, peut êtres un peu plus intense...
Ses mains se firent plus fermes contre les hanches de son beau vampire, elle le sentait s'activé en elle, elle le sentait se mouvoir à l'intérieur de son ventre, elle envoyait alors sa tête en arrière, ses yeux se fermèrent divinement alors qu'elle lâchât un soupire d'allégresse..


----------

Citation:
De long frisson parcourait tout entier le corps du jeune maudit, ressentant avec une sensibilité surprenante l’intense plaisir d’être caressé par des mains envieuses et passionnées, une allégresse bien faible en comparaison d’une autre, bien plus complexe à envisager mais tellement plus bouleversante. La satisfaction de procurer l’extase à une personne que l’on chérie plus que tout, et le délice d’en recevoir par le biais d’une divine justice.

Plus son bien-être s’accentuait et plus ses mouvements se faisaient vifs et soutenus, s’attachant à toujours accroitre les sensations ressenties par son amour. Il était tellement désireux de la combler, il nourrissait un désir puissant de contrebalancer par ses actes toutes les souffrances qu'avait pu endurer son amante, de la purifier de toutes la douleur qui avait pu la souiller, il voulait ainsi exorcisé tout le malheur qui avait semblé s'abattre si injustement sur un être aussi merveilleux…
Il ferma les yeux et se concentra sur ce qu’il faisait avec toute la discipline qui lui avait été enseigné, adaptant son savoir martiale à cette autre domaine dans lequel il était encore débutant mais ou il désirait exceller plus que tout. Tout comme il s'était donné corps et âme à l'art de la guerre pour son frère, il ferait de même dans celui de l'amour pour elle.
Sa brûlante détermination nimbant presque son corps, il se mouva avec une concentration absolue, maitrisant chacune de ses ondulations avec la précision d'un maitre, se donnant tellement qu'il en oubliait tout ce qui existait autour de lui, tout excepté Laureleï : la seule entité étherienne méritant son intention en cet instant.

Ne laissant rien au hasard, il se mit en appuie sur ses genoux joints, libérant un de ses coudes pour permettre à une main vagabonde de caresser le si doux visage de l’elfe, la laissant ensuite s'égarer le long du corps surchauffé tandis que ses lèvres venaient encore et toujours se mêler aux siennes. L’esprit du vampire s’éteignit, laissant place à un instinct trop longtemps refoulé, sans doute un peu plus maladroit mais ô combien sincère.

_________________

Citation:
Extasiée... Le corps souffrant mille plaisir, laissant à jed tout droit sur elle...
S'en rendait-il compte ?..
Et puis, à quoi bon toutes ses questions ?
Le plaisir en elle montait comme la fièvre pour un malade, avide de la peau de marbre de son amant, folle des lèvres attentionné de l'homme qu'en cet instant, elle aime...
Ne demandant qu'à êtres à lui, ne voulant qu'êtres sienne, pour toute l'éternité dont ils sont tout les deux victime...
Ses cuisses se resserrent aux hanches de Jed...
Mêlé à un plaisir sur-puissant, l'envie de le faire se sentir humain, l'envie de lui rendre son cœur, quelque secondes, minutes... L'envie de lui offrir la chaleur d'un corps que le plaisir bouleverse...

Elle fermait les yeux, se laissant étonnée par le plaisir, se sentant partir dans un univers de volupté.
Ressentant chacun des efforts fait par son aimé, le sachant à l'écoute de la moindre des réaction du corps à fleurs de peau de la jeune elfe.
Elle soulève sa nuque, pour embrasser son amant déchu... ne pouvant retenir quelque gémissement, étouffés dans de longs soupires.

Puis soudain... Son bas ventre se resserre, sa tête se soulève alors que les bras de Laureleï entoure Jed avec une force surprenante, un plaisir, si puissant qui s'empare d'elle, son sexe se contractant contre celui de Jed, son corps entier frémissant, sa peau frissonnante se plaquât à celle de son homme...
L'orgasme : Puissant, surprenant...
Le plaisir à l'état pur....
Elle l'aimait c'était sûr...

"-H....Ha...Jed je....Ha...."


----------

Citation:
Ou était-il ? Que faisait-il ? Ou allait-il ? Tout ce qui avait, jusque là, pavé l'inconscient du jeune vampire venait de s’effriter en un même mouvement. A la place venait de s'épanouir une nouvelle forme d’existence, quelque chose contre lequel la damnation ne pouvait rien.

Qu’importe l’insensibilité de la peau, la stase du métabolisme, la soif dévorante qui gouverne habituellement… rien ne venait gâcher la jouissance de l’instant. Ce qui se réalisait en ce moment dépassait les paramètres habituellement pris en compte pour décrire de tels ébats. Aucun équivalent ne pouvait lutter face à tant d’extase, la conscience même semblait incapable de comprendre ce qui était en train de se produire. La forêt qui servait de décor à leur communion, ce qu’il faisait, le corps même de Laureleï, tout ces détails venaient de s’évaporer pour ne conserver qu’une seule et unique information : la félicité absolue que l’on ressent à ne former plus qu’un avec l’être aimé. De par l’alchimie de cette union, Jed accédait à la douce illusion de se sentir vivre, de sentir son cœur battre dans sa poitrine et de sentir son être bouillonner du fin fond de son corps.

Ce n’était pourtant pas encore le paroxysme, de nouveau degré de plaisir ce découvraient chaque seconde sous l’effet des réactions de son amante, qui doucement rendait tangible le monde onirique ou il s’était plongé, lui rappelant qu’au-delà de cette perfection, il y avait une réalité qui coexistait. Car oui, il ne rêvait pas ; la pression des fines cuisses de l’elfe sur son corps, la douceur de ses lèvres, ses irrésistibles gémissements,… tout cela agissaient de concert pour lui rappeler à quelle point tout ceci était réel.

Bientôt l’ultime limite fut franchise, une cascade de réactions indescriptibles s’enchainèrent autour du maudit, son corps nouvellement mis à vif se retrouva noyé dans un flot de délices purs, son sexe se vit demander une offrande. Et avant même que l'idée de ses incapacités ne viennent assombrir son âme, avant même que quoi que ce soit se matérialise dans son esprit, il jouit, déversant au fond du corps frémissants de sa compagne, sa semence stérile dans une explosion de sensations nouvelles et assommantes.

Et alors qu’il laissait son corps s’étendre de tout con long contre Laureleï, que ses bras se resserraient autour de ceux de la jeune fille, que ses mains ses glissaient sous ses épaules pour la serrer tout contre lui avant de se laisser choir sur un flanc : Il redevint conscient du monde, conscient de son acte, du miracle.

Comment avait-il put faire une chose pareil ? N’était il pas un mort-vivant ? N’appartenait-il pas à une race maudite, privée de tout ce qui tient à cœur aux mortels ?

Ses yeux se posèrent sur le visage si doux de son amante, la trouvant si belle, si parfaite… et c’est alors que la réponse lui vint tout naturellement : l’amour était une force bien plus puissante que sa damnation.

- « Oh… Laureleï… »

Sans même contrôler son geste, il affermit son étreinte, et vint enfouir son visage de marbre tout contre son cou, humant à plein poumon son odeur et se laissant caresser par sa chevelure.

- « …Merci… »

_________________

Pensait-elle...

"Est-ce que c'est juste, pour se sentir vivant...? Est-ce qu'il a un minimum d'affection pour...Moi...?"

Alors que le plaisir, puissant, vivifiant et tant attendu, se dispersait, elle tremblait, alors que l'homme qu'elle aime était désormais collée à elle, lové dans ses bras... Elle pensait.
A vrai dire, elle a peur.
Peur qu'elle ne soit qu'une des innombrables conquêtes qu'il avait bien pus faire auparavant, car oui, Jed est le plus bel homme (S'il en était encore un.) qui ne lui ai jamais été offert de voir.

Elle l'aimait, plus qu'elle n'a jamais aimé quiconque, elle jalousait toutes les femmes qu'il avait pus connaitre, elle les haïssaient toutes.
Elle retient quelque larmes, serrant Jed avec une force insoupçonnée, la crainte montant dans son ventre alors que son orgasme finissait à peine...
Elle sent son corps tremblée d'une terreur glaciale... Infondée ? Simple peur d'amoureuse ?
Ou réalité fracassante ? Vérité déprimante ?

Elle prit la tête de son aimé vampire entre ses mains tremblante, le regardant, troublée, apeurée comme une enfant qui perd sa mère dans une foule immense.

"-Jed je... Je vous en supplie, Jed, vous...Êtes l'homme que j'aime, promettez moi que vous ne vous jouez pas de moi, jurez moi que je ne suis pas l'une de vos conquêtes.. S'il vous plais, dites moi que vous ne m'avez pas utilisée, pour ensuite me laissée retourner dans les ténèbres..
Alors que dans vos bras je me sent en vie et emplie de joie, vous êtes en ce monde...
La seule chose qui puisse me rendre heureuse et me faire oublier ma douleur, ma souffrance, je vous en prie... Rassurez mes craintes.."

Elle ne puis plus retenir ses larmes, qui coulèrent alors qu'elle lui disait son amour...
Son visage éclairé d'une vérité pure : Elle l'aime, et elle l'aimera comme elle n'a jamais aimé, toujours...
Elle tuerais pour lui, se tuerait-elle pour son amour ?
Se n'est pas une question qu'il fallait se poser, son courage n'a d'égale que sa folie...
Laurëleï se sentait enfin heureuse, heureuse...Pour la première fois depuis 37 ans de misère, de viol, de coups, de désespoir...
Il ne pouvait êtres autre que son âme sœur ! Elle deviendrait même vampire si cela lui plairait... Elle serait prêtes à tout pour lui...
Le savait il..?

Son regard se plongeât dans celui de Jed, attendant une réponse.
L'espoir naissant alors au fond de ses yeux bleus cyan.
Attendant, peut-êtres, qui sait, la promesse d'un avenir à ses côtés, d'un avenir meilleur...[/quote]

----------

Citation:
Il profita longuement de cet instant d’apaisement total, réfléchissant à tout ce qui lui était arrivé ; aux épreuves endurées, à la douleur ressentie et à cette horrible sensation de perdition qui l’avait étreint au fur et à mesure du déroulement du fil des derniers événements qui s’étaient bousculés autour de son existence.

Cette jeune fille qu’il serrait dans ses bras semblait être arrivé au meilleur moment, celui ou il avait le plus besoin d’un point d’attache, d’un second souffle. Cadeau du destin ? Peut-être… mais encore fallait-il croire à ce genre de fable. Ce qui n’était pas le cas de Jed, tout ceci n’était sans doute qu’un heureux hasard, une chance qu’il se promettait de préserver du mieux qu’il pouvait.

En aurait-il vraiment besoin d’ailleurs ? Car il sentit bien vite la force insoupçonnée de son amante s’exerçer sur lui, preuve qu’elle était, elle aussi traversée par un nombre incalculable d’émotions fortes. Un long frisson l’inquiéta cependant, lui rappelant que malgré ses illusions, son corps était toujours aussi froid au toucher : son contact ne devait pas être des plus agréables… et pourtant, elle faisait tout pour le rendre plus étroit encore. A cela, il ne savait trop que penser, ni comment réagir, il était vrai que malheureusement, il prenait trop de plaisir à cette étreinte pour se désolidariser d’elle...

Mais ce léger aparté n’eut pas le temps de s’accaparer la conscience du damné, sa compagne s’agitait autour de lui, amenant ses petites mains si chaudes de chaque coté de son visage d’ivoire, pour guider son regard dans le sien. A cela, il n’opposa aucune résistance, prenant un plaisir immense face à ce nouveau contact, cette douceur inouïe qui voulait lui faire contempler le plus beau des visages.
Malheureusement ce fut un petit choc pour lui : naissant au fond de ces splendides yeux céruléens, des larmes s’écoulaient lentement sur les joues elfiques. Dans ce regard se lisait une infinie tristesse, une peur panique qui le bouleversèrent plus que toutes paroles, il n’eut d’ailleurs pas besoin d'entendre celles qui furent prononcées. Les yeux avaient parlé à leur place :

- « Je t’aime Laureleï… si fort… c’est… je n’arrive pas à croire à ce que je ressens… c’est si beau… si… chaud… je ne veux plus te quitter, je refuse d’imaginer m’éloigner de toi… »

La voix de l’elfe lui parvint tout de même aux oreilles et alors qu’il se penchait pour l’embrasser à nouveau, il ajouta :

- « Je ne t’abandonnerais jamais, quoiqu’il puisse m’en couter, je veux que tu vives avec moi, chez moi. Je devrais me rendre à la cité, je te présenterais pour qu’il te rende ta place ici, pour que tu sois quelqu’un… à mes cotés. »

Toujours plongé dans ses beaux yeux embués, il lui sourit.
A ses yeux, il ne pouvait pas y avoir de doutes sur la véracité de ses sentiments, ce qu’il ressentait était de l’amour, le sentiment improbable dont il se croyait banni au même titre qu’il l’était des rayons du soleil.
C’est ainsi qu’il se pencha sur son visage, buvant ses larmes en de vibrants baisers, gommant ainsi la tristesse qui se lisait sur son visage, une ombre qui n’avait pas lieu d’être.


Revenir en haut
Publicité








MessagePosté le: Lun 26 Jan - 22:36 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
[/!\]Instinct contre conscience (PV Elzebeth Laureline) [Hen'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Voici les logos des Partenaires des Comptines d'Eckmül Votre logo ici ? Cliquez !
Si vous trouvez que le cadre du forum est trop petit, maintenez la touche Ctrl enfoncée puis avancez avec la molette de votre souris .
Les illustrations et textes présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs, ayant-droits et autres titulaires de droits divers. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande de la part des personnes mentionnées ci-avant. © MC PRODUCTIONS / ARLESTON / TARQUIN / MOURIER / NIEUDAN
Cliquez ici pour voir les crédits complets.

Powered by phpBB © 2001, 2017 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. (All rights reserved.) and Rebuilded by RenArt .
Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | Contacter Webmestre Traduction par : phpBB-fr.com