La Page devrait bientôt s'afficher... Merci d'attendre!

Pas envie d'attendre ? Cliquez ici !
 

Index du Forum :: Portail :: FAQ :: Rechercher
Rechercher un message Liste des membres Groupes Profil Messages Connexion/Deconnexion Inscription

Eh, Vagabond ... Si tu penses t'installer ici, où si tu veux y réfléchir, commence par aller ici ...
Un retour de mission bien mouvementé ( Pv Abyss )[/!\]

 
Poster un nouveau sujet       etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cyril Valtiel



Hors ligne



Messages: 121
Inscrit le: 24 Jan 2015

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 21:51 (2015)    Sujet du message: Un retour de mission bien mouvementé ( Pv Abyss )[/!\] Répondre en citant

Citation:
En voilà une mission qu’elle était intéressante pour les nouvelles recrues. Exploration, installation d’un camps, le tout encadré par l’illustre, le puissant, le meilleur des chef de cohorte en la personne de l’ancien, du décadent, du résidu de Grand Général Infernal en la personne d’Aekold Sanath.

Cette mission, classique en soit, devait juste servir à appréhender un groupe de bandits des Terres Sombres. L’idée était bonne, s’installer proche du dernier lieu de pillage de caravane… Même si la dernière qui passait proche de la troupe fut détournée de son itinéraire. Pour quelle raison ? Et bien, le chef de cohorte avait décidé qu’il était important d’avoir les produits de cette dernière. Eau et fruits. Il aurait bien prit plus mais c’est tout ce qu’elle possédée… Non, il y avait bien aussi des femmes, des enfants… Des esclaves en puissance mais Sanath voulait éviter justement de se faire remarquer… Si ce n’était pas déjà fait. Directement à son arrivé, il avait instauré un règne de la terreur. Le premier pas de travers d’une des nouvelles recrues et elle prenaient cher… Très cher, trop cher ? L’une d’elle avait finit par perdre un doigt, l’autre un nez cassé, quand ce n’était pas directement un bras. Soit disant qu’il voulait leur apprendre la vie difficile de l’armée démoniaque mais, intérieurement, il ne supportait plus sa position, il n’était devenue que l’ombre de lui-même. La pire chose qui pouvait lui arriver, il cauchemardait éveillé. Les recrues payaient pour ses choix. Le pire moment vint quand les poursuivies devinrent les assiégeants. Ils avaient bien remarqué que malgré ce camp de fortune montée. Il était aisément prenable. Défaut tactique de l’ancien général ? Du tout, il voulait utiliser ses hommes comme appât. Les faire sortir de leur trou pour les écraser et récupérer ce qu’il était venu chercher… Leurs têtes.

L’assaut fut bref et bien mal habile mais il fallait reconnaître une qualité à ces dégénérés de truands. Ils avaient le don d’hurler assez fort pour apeurer une partie des hommes. Le seigneur des ossements était resté en retrait. Envoyant simplement ses hommes se battre pour voir leur aptitudes au combat. Qui était bien présente mais autant sur le plan tactique que technique… C’était le néant le plus total. Heureusement qu’à la moitié des pertes démoniaques l’ancien général décida de se mêler aux festivités. La donne venait de changer et rapidement les têtes tombèrent aux pieds du maître des os. La moitié des recrues encore vivante, eurent pour ordre de remballer le campement, d’emballer les têtes dans les vêtements des morts. Aekold récupéra la monture du pseudo chef de bande pour s’installer dessus durant le retour. Accélérant de temps à autres le pas du destrier pour forcer la marche et don le retour vers la capitale. Il n’avait aucune retenue avec ces jeunes hommes et il n’était pas décidé à en avoir.

L’arrivée à la capitale se fit non sans mal pour les soldats. Ils étaient épuisés, rincés, ils n’en pouvaient plus et pourtant Aekold n’avait eu aucune pitié pour ses recrues qui avaient perdu leur frères d’arme la journée d’avant. Ils avaient voulu devenir soldat ? Alors la souffrance allait venir progressivement, ce n’était pas grand-chose pour le seigneur des ossements, ce qui leur avait fait subir. Cela ne faisait que commencer…

Une fois arrivée dans la cour. Le chef de Cohorte Sanath fit rompre la formation tout en faisant demander la générale Crow pour faire son rapport. Il attendit fièrement sur sa nouvelle monture. Patientant en attendant l’arrivée d’Abyss pour avoir le privilège de la toiser de haut l’espace d’une seconde. Mais il ne défiera pas plus longtemps son autorité et mettra pied à terre à son arrivée.


----------

Citation:
L'Archipel de Naya... Magnifiques terres inexploitées et... inoccupées? Peut être pas. C'est d'ailleurs ce que Abyss devait découvrir, sous les ordres de l'Empereur. Il fallait de nouvelles terres exploitables, de nouveaux lieux pour l'armée démoniaque. Mais avant ca il fallait d'abord voir si elles étaient libres.. et si elles ne l'étaient pas il fallait s'arranger pour qu'elles le deviennent, très vite! Avant toutes choses: construire un avant poste bien plus loin que les frontières des terres démoniaques, a la frontière du désert de Negaroth, soit disant pour prévenir une attaque plus tôt si une armée venait a traverser le désert en direction de la Cité Noire. Mais il en était tout autre: voir si la chaine Nayenne était habitée... et si le passage vers les plaines Natari était libre. Ca serait une excellente chose de pouvoir compter sur une terre aussi proche de la mer... et aussi proche du royaume humain. Voila donc le plan que Abyss avait mit sur pieds pour conquérir ce nouveau territoire. Elle c'était donné trois mois, seulement trois petits mois pour parvenir a faire mains basse sur les plaines Natari! Alors elle n'avait pas le temps de trainer! D'ailleurs c'était devenu bien rare de la voir déambuler dans les rues de la Cité Noire, le plus souvent elle était dehors, en expédition, assurant le transfers de quelques hommes et artisants vers l'avant poste en pleine construction.

Aujourd'hui encore elle était en mission et pour ce genre d'aventure elle comptait sur les meilleurs et les plus disciplinés. Son bras droit, Farenn et les capitaines les plus combattifs et les plus expérimentés ainsi que quelques simples soldats aux capacités évidentes. Depuis plusieurs jours elle était sur le terrain, a la frontière du désert Negaroth où elle avait établi un campement des plus ordonnés autour de la construction dune tour de guet. La construction avançait bien plus vite qu'elle ne l'aurait cru et ca venait sans doute de la bonne ambiance du camp. Même si les gradés encadraient d'une main de fer les plus inexpérimentés, l'ambiance n'était pas des plus autoritaires. Cahcun avait quelque chose a faire et temps qu'il le faisait bien tout se passerait bien. Abyss était dans sa tente de fortune, de toute évidence le confort n'était pas une priorité et c'était très bien comme ca, pas question d'être traitée mieux que ses hommes, il n'y avait pas de raison! C'est enfin quand son bras droit arriva dans la tente pour lui signaler des mouvements suspect aux alentours du campement que Abyss finit par quitter son espace personnel.

"Des messagers de la Cité Noire..."

Dit Farenn en restant un peu en retrait, laissant la Général aux devants pour les accueillir. Effectivement trois éclaireurs et un messagers s'arrêtèrent devant elle, mettant pieds a terre avant de s'incliner respectueusement devant la Générale.

"Droak Far'Niev, messager de la Cité Noire. L'empereur vous demande mon Général, le plus vite sera le mieux, mais rien ne presse."

"Un motif?"

"On ne m'en a pas informé mais il demande un rapport clair de l'évolution de la mission."

"Très bien... je pars de suite."

Fit-elle en demandant a ce qu'on prépare sa monture, un cerbère a trois tête. Elle laissa le commandement a son bras droit, lui donnant quelques règles a suivre et les choses a faire dans l'urgence, notamment l'envoie d'une patrouilles d'éclaireur aux alentours de la chaine Nayenne. Elle reviendrait le plus tôt possible mais en attendant elle avait plus urgent a faire. En cas de soucis qu'il envoit un messager... bien qu'elle espèrait qu'il n'y aurait aucuns soucis.

Une fois la bête prête, Abyss monta sur le cerbère et partit, encadré par les trois éclaireurs et le messager, pour retourner a la Cité Noire. Le voyage fut plus rapide que prévu, ils ne firent aucunes pauses et firent le voyage d'une traite au galop. Soul Edge a sa ceinture, l'épée semblait attendre le bon moment pour émettre un commentaire mais elle se taisait.. elle savait que Abyss était a cran en ce moment, elle n'avait pas l'esprit tranquille. Comme si elle sentait que petit a petit la guerre était proche... mais c'était encore trop lent. Il fallait accelerer un peu le mouvement et la conquête de nouvelles terres finirait peut être par déclencher une bataille interessante. Ils arrivèrent enfin aux porte de la Cité Noire et elle fut des plus surprises de voir Aekold là dans la cour.

"Qu'est ce que le Seigneur Sanath fais ici?"

Demanda-t-elle au messager.

"Il est revenu de mission... il a demandé a vous voir également. L'Empereur ne vous attendait pas si tôt, le mieux serait de vous présenter demain a la première heure."

Elle acquiéssa, elle c'était pressé pour rien. Le petit contingent s'éloigna d'elle pendant que la Générale s'arrêta devant Aekold, mettant pieds a terre et laissant son cerbère a son écuyer. La bête écumait de bave et devait avoir soif, et faim également, elle aurait besoin de lui en pleine forme dès le lendemain, car elle ne comptait pas s'éterniser ici après son entrevue avec l'Empereur. La démone se retrouva devant son ancien collègue, gardant un air neutre, une main sur le pommeau de Soul Edge.

"Ca faisait longtemps... Aekold...Tu as demandé a me voir?"

_________________

Citation:
Alors que la formation rompait, quelques regards des nouvelles recrues croisèrent le regard de l’ancien général. Comme s’ils cherchaient une sorte de réconfort dans sa dureté, un compliment, juste un regard polit ou amical mais Aekold restait neutre à leur égard alors qu’ils se dispersaient dans un petit brouhaha. Mais ce petit groupe ralentit quand les grognements d’une monstruosité tricéphales déboulèrent au sein de l’enceinte de pierres noires. Raclant le sol quand elle se stoppa net tout en râlant sous la pression de sa cavalière. Cette dernière était bien plus haute que lui. Le premier plan de l’ancien général venait de tomber à l’eau mais il allait faire comme si de rien n’était. Mais une chose le dérangea légèrement. Les yeux de ses recrues cherchèrent celui de la générale, comme s’ils savaient qu’elle était beaucoup plus accessible que le seigneur des ossements. Sa réputation de démone militaire à l’écoute de ses soldats semblait déjà avoir atteint les jeunes de l’unité du chef de cohortes. Une chose était claire dans la tête d’Aekold, ce genre de petits regards furtifs pour espérer attirer l’attention d’Abyss allait se payer tôt ou tard… Mais le choix était décidé et cela serait Très Tôt.

Alors de la seigneur des légions posa le pied à terre, il fit de même pour se retrouver à sa hauteur, baissant le regard pour fixer dans les yeux Abyss. Aekold croisa les bras contre son torse. Il portait juste un plastron de cuir qui couvrait ses pectoraux, des gants de cuirs couverts de sang et une jupe ample en cuir pour le combat qui se trouvait usé et couverte de sang, elle aussi.

« Ca faisait longtemps… Pourquoi je t’ai manqué ? »

Début des hostilités dans cette phrase accompagné du ton ironique de l’ancien général des armées ? Oui et non. Disons que ce don de casse couille était naturel chez lui et qu’il aimait en faire profiter tout le monde. Mais le sourire malicieux disparu du visage d’Aekold et il se mit à coté d’elle. Regardant les dernières troupes qui s’étaient stoppées dans la cours pour parler entre elles. Il tapotait calmement ses coudes à l’aide de ses doigts fins.

« Effectivement, j’ai demandé à VOUS voir pour faire mon rapport, rapport à mon supérieur hiérarchique… Vous aviez demandé un chef de cohorte pour un pillage de caravane et autres détournements de matières premières et bien au sein du royaume. Comme vous ne m’avez pas choisi pour votre idée d’extension de Royaume. J’ai décidé de prendre cette affaire en main. Et je dois avouer que les nouvelles recrues sont totalement décevantes. J’en ai perdu la moitié sur un simple assaut de truands dégénérés avec un pseudo leader à leur tête. »

Quittant le coté d’Abyss. Le seigneur des ossements s’approcha de l’ancienne monture de la cible. Saisissant un sac rougeâtre. Il le détache de la selle pour le laisse tomber à terre. Se pliant de toute sa hauteur, il défait le nœud pour dévoiler la tête du chef des brigands. Il déposa son pied sur le sommet du crâne du décédé tout en recroisant les bras sur son torse. Fermant les yeux, il soupire longuement avant de reprendre.

« Il faudra aussi dire au haut dignitaire Izüll que son fils est mort. Je sais qu’il fallait éviter de l’envoyer au premier plan mais il a prit l’initiative de mourir de la main des brigands… »

Une sorte d’excuse… Oui et non. Il avait perdu une recrue prometteuse, il avait été doué pour la lame et son charisme de noble avait touché quelques nouveaux venus. Enfin tout ce qu’il fallait retenir c’est que dans une simple escarmouche entre brigands inexpérimentés, jeunes recrues et un ancien seigneur des démons, gardant la totalité de ses pouvoirs… Il avait perdu plus de la moitié de ses jeunes démons. La raison semblait obscure encore à l’heure actuelle. En tout cas, il pensa que s’était de bon ton de rajouter.

« Mes stratégies de Chef de Cohorte ne sont pas encore au point... Il va falloir que je les travaille et pour cela j’ai besoin de nouvelles recrues Seigneur des légions… »

Oui, Aekold n’avait aucun remords à demander des nouveaux hommes pour tester ses techniques. Les pertes sont remplaçables. Ils n’ont aucun vrai talent… Alors, Abyss allait lui donner ces foutues troupes ou pas ?


----------

Citation:
Elle était épuisée, la fatigue accumulée au fil des jours commencait a se faire ressentir dans ses articulations et elle avait bien du mal a rester debout et a garder les yeux ouverts. Ce soir elle pourrait peut être espérer dormir quelques heures avant de reprendre la route.. avec un peu de chance, si d'ici là aucuns évènements ne venaient lui interdire un peu de repos bien mérité. Pour le moment elle avait encore tout un tas de choses a faire avant de se permettre de rentrer dans ses appartements, notament vérifier le chargement d'armes qui devait bientôt être envoyé vers son avant poste en construction, ainsi qu'un chargement de nouveaux matériaux pour finir la construction dans les temps. Sans parler que demain elle devrait voir l'Empereur et lui faire un compte rendu rapide des avancé du plan. Pour le moment ils n'avaient rien a redouter, a part un léger retard en début de construction qui avait été bien vite rattrapé il n'y avait rien a signaler. Les éclaireurs faisaient correctement leur travail si bien qu'il n'y avait eu aucunes attaques a déclarer, donc pas de pertes inutiles et donc une meilleure avancée du projet. De quoi être fière de faire son rapport a l'Empereur même si Abyss aurait préférée laisser cette tache aux messagers. Elle aurait vraiment préféré être aux côtés de ses hommes. Non pas qu'elle s'inquiètait pour eux, non elle les savait digne de confiance et de valeur, mais elle manquait d'actions... et cette endroit surprotegé n'arrangerait pas son manque d'adrénaline.

Et pour couronner le tout voila qu'elle avait affaire a Aekold. Non pas que l'ancien Général l'ennuyais, mais elle savait très bien qu'a chaque fois qu'ils se croisaient ils finissaient par se prendre le nez pour des broutilles. C'est donc en silence qu'elle le laissa parler en écoutant attentivement avant que son regard ne glisse vers les jeunes recrues en question. Ils s'inclinèrent respectueusement et Abyss hocha la tête dignement en signe de salutation. Ils avaient bien combattut, fierement et malheureusement beaucoup étaient tombés au combat. Elle fronça les sourcils quand Aekold parla du fils du consul... une ombre terne sur son joli rapport tout beau! Une tache sur une feuille blanche! Et en plus de ca il redemandait des hommes? Abyss garda le silence un long moment, très long moment avant de baisser les yeux vers la tête décapitée sur le sol. Toutes ses pertes pour... ca? Elle secoua légèrement la tête en gardant les yeux rivés sur la tête inanimée.

"J'ai bien peur... que ca ne soit pas possible.. Sire Sanath."

Fit-il en relevant doucement son regard vers lui, se tenant toujours bien droite, une main posée sur la garde de Soul Edge, sans faire attention aux démons autour d'eux qui pouvaient les observer.

"Vous perdez beaucoup trop d'hommes, Sire Sanath, et ce pour des missions banales. N'êtes vous donc plus a la hauteur de l'homme que vous étiez jadis? La perte de votre grade vous aurait-elle fait perdre vos capacités de grand combattant?"

Fit-elle en poussant un léger soupire.

"J'aurais pensé que vous n'auriez perdu que deux voir trois recrues pour une mission pareille... vous me décevez .. grandement."

Fit-elle calmement.

"Et c'est pour cette raison que je vous refuse des hommes supplémentaires! Vous garderez ceux que vous avez entrainés, vous améliorerez vos méthodes d'enseignements et vous en ferez des combattants digne de ce nom! Quand j'estimerais que vous avez rempli votre rôle de formateur et de guide.. quand vos soldats seront capables de dire fièrement qu'ils sont membres de l'armée de l'Empereur, alors a ce moment là seulement je vous donnerez d'autres recrues..."

Fit-elle en tournant les talons. Oui elle savait très bien que ce ton et ces paroles n'allaient pas plairent du tout a Aekold. Il avait le sang chaud, un sang bouillant dans les veine.. c'est ce qu'elle aimait chez lui. Mais elle aimait encore bien plus son peuple et ses hommes...

_________________

Citation:
La fatigue se lisait sur le visage et le corps de la belle Abyss. On aurait presque envi de la prendre entre ses bras et de la garder tout contre soi pour la dorloter et l’empêcher de faire trop de mouvements pour qu’elle puisse s’économiser, s’endormir, la voir se pelotonner entre ses bras. Enfin c’est ce que voudrait l’homme moyen mais Aekold était au dessus de cela et il ne voyait pas le corps d’Abyss ou son visage, lui n’avait qu’une chose en tête, sa demande devait être prise en compte par la générale des armées et elle devait plier à ses exigences comme tout belle inférieure qu’elle était en sa présence. Mais non, voilà qu’Abyss en avait décidé autrement, elle se devait de mettre son grain de sel dans l’engrenage des pensées d’Aekold et de son plan concernant les recrues. Au moins elle avait la tournure de phrase pour refuser son offre. Le seigneur déchu avait prévu ce refus. Après tout, il se moquait totalement qu’on lui refile juste une personne de plus ou aucune. Il voulait juste mettre le doigt sur le patriotisme d’Abyss. Lui faire mal ou cela été possible car oui, il avait la dent dur et cela… Elle le paierait encore de nombreux siècles.

« J’aurais au moins tenté ma chance Abyss… »

Retour de phrase, politesse ironique en réparti. Le géant démoniaque prit une longue inspiration, ses bras callés contre son torse se soulevant sous la force de sa respiration alors qu’il plissa à demi les yeux quand Abyss jugea bon de reprendre sa phrase pour le descendre purement et simplement… Lui, un incapable ? Un bon à rien incapable de gérer la moindre unité ? La perte de son rang aurait diminué ses capacités… Non, impossible ! Une chose était sur pour le seigneur des ossements, entre elle et lui. Il n’y avait pas une marche mais une tour, telle Babel. Abyss se trouvait au pied de cette architecture et lui trônait en son sommet. Et tôt ou tard, elle finirait par le savoir et à s’en mordre les doigts.

Abyss eut une réponse à toute cette bile qu’elle pouvait baver face au grand Sanath. Le grincement de dents nerveux de l’androgyne. L’état du seigneur des os passa du calme à une légère nervosité alors que ses yeux s’assombrirent un peu plus au fur et à mesure qu’elle le descendait en présence des recrues. Heureusement pour lui, seul quelques personnes pouvaient entendre leur échange verbal et cela était déjà beaucoup trop pour lui. D’ailleurs, si ses iris étaient le canon de revolver, il en aurait déjà tué plus d’un. Mais Aekold prit sur lui, il ne lâcha rien, pas un mot, par une injure, pas le moindre geste violent à l’encontre d’Abyss… Quelques temps au paravent, il l’aurait fait sans retenue mais il n’était plus qu’une ombre… Un simple chef de cohorte comme un autre. Alors la grande générale finit sa réprimande, faisant demi tour, tournant les talons pour se diriger vers les bâtiments de la caserne, sûrement ses appartements à la vue du chemin qu’elle empruntait. Se faisant violence, Aekold ferma la marche derrière elle, regardant le sol en se murant dans un mutisme lourd, seul le bruit des pas trahissait sa présence. Abyss pouvait se sentir que le déchu cherchait ses mots, à plusieurs reprises, il tentait d’ouvrir la bouche.

Quelques pas, les voilà qu’il pénétraient tout deux dans les couloirs. Ces derniers distribuaient l’artère principale et disparaissait dans des couloirs mal éclairés. C’est après quelque pas qu’Aekold chassa ses pensées pour rompre son silence.

« Seigneur des légions… »

Il interpella Abyss alors qu’il stoppa ses mouvements. Saisissant d’un mouvement sec le poignet de cette dernière, c’est dans une suite de mouvements vifs et calculés que la chaire du bras libre d’Aekold se déchira dans un bruit sourd, une lame d’os sortant à grande vitesse pour se caller sous la gorge de la belle démone. La collant contre le mur, sous une torche, très peu d’ombre pouvait les dissimuler mais le seigneur des ossements prenait le risque de parier sur le peu de passage en ce lieu. Serrant la mâchoire. C’est avec énervement qu’il crachera ses quelques mots.

« Que l’on se mette bien d’accord Abyss… Que je sois sous tes ordres c’est une chose mais que tu me traites comme un larbin décérébré inapte à gérer des soldats s’en est une autre. La seule chose qui nous sépare, c’est bel et bien ton rang mais tu sais tout comme moi que je n’ai rien d’autre à t’envier… Alors, je t’invite à ne plus renouveler cette petite mascarade. Quand tu as quelque chose à me dire, un message à me faire passer, tu viens me le dire en tête à tête… »

Abyss avait raison d’une certaine façon. Aekold avait le sang chaud, brûlant serait un terme plus adéquat et s’il n’avait, ne serait ce, qu’un douzième de cet ardeur pour sa patrie alors il serait certainement un soldat réputé et adoré de ses semblables mais les sphères démoniaques en avait voulu autrement et ce n’était pas l’amour du peuple qui le faisait vivre mais son amour propre…


----------

Citation:
Elle le sentait, même Soul Edge la prévenait du fond de son fourreau. Il fallait qu'elle reste sur ses gardes, car les bruits de pas qu'elle entendant derrière elle lui faisait bien comprendre que Aekold était de mauvaise humeur... pour son plus grand plaisir! Oui c'était un passe temps malhonnête et pour le moins pas très sympathique mais voir Aekold en colère n'avait pas de prix. Elle savait ce qu'elle risquait a chaque fois, une petite crise de colère, quelques brailleries a droite a gauche, des gérémiades tout au plus mais ca lui faisait un bien fou de le voir dans tout ses états pour quelques paroles provoquantes. C'était comme de faire s'enflammer un volcan a demi endormi qui explosait au moindre mouvement brusque! Et elle n'était pas prête de s'arrêter, pas même quand elle entendait derrière elle les pas du démon derrière elle, empli de rage et de colère. Elle prit volontairement la direction de ses appartements, entrant dans la tour et prenant un couloir a demi éclairé par des torchères discrètes.

C'est a ce moment là qu'il passa a l'offensive. Abyss se retint de lacher une vague psychique pour écouter ce qu'il avait a lui dire, car après tout il ne faisait pas celà pour rien non? Elle prit donc le temps d'écouter... et put vérifier que Aekold avait bien reçu sa leçon de la dernière fois, vu l'endroit où il avait choisit de la bloquer. Pile sous une torchère a la flamme vascillante. La lumière n'était pas énorme mais il y avait suffisament de lumière pour l'empecher de filer vers le Monde des Ombres. Malin... il avait retenu la leçon. Elle esquissa d'ailleurs un sourire, incapable de se retenir devant lui. Cependant les paroles qu'il venait de dire l'interessèrent plus qu'autre chose. Alors comme ca il n'aimait pas se faire rabaisser en publique? Hé bien qu'il commence avant tout par faire correctement les missions qui lui sont donnés. Mais le pire... c'était sans doute la lame d'os qu'il avait osé lui glisser sous la gorge. Le regard d'Abyss s'assombri considérablement, le fixant avec colère, une colère plus que justifiée.

Il ne lui fallut pas longtemps pour réagir a cet affront. Elle rassembla ses forces et lacha un vague psychique, une rafale psy, invisible mais avec une force suffisament puissante pour propulser le démon a l'autre bout du couloir jusqu'a lui faire percuter violament la paroi de pierre en face. Elle se décola du mur, sa liberté retrouvée, regardant l'ignoble individu qui avait osé porter la main sur elle.

"Ecoutes-moi bien Aekold. Que tu le veuilles ou non JE SUIS TA SUPERIEUR! Et je ne tolèrerais pas de manquement a la discipline, pas ici, pas avec moi! TU RESTES A TA PLACE!"

Fit-elle avec rage, sentant Soul Edge qui se réveillait dans son fourreau doucement, appelé par la haine et la rage. Elle vint s'agenouiller a côté de lui, prenant sa gorge entre ses doigts et rapprochant son visage du sien.

"Et ta place.. n'est pas a côté de la mienne! Pas maintenant, pas pour le moment! Quand tu auras fait tes preuves, quand tu m'auras prouvé que tu vaut plus que.. ca.. Alors oui, peut être que j'aurais une plus haute estime de toi, ancien général Aekold Sanath!"

Fit-elle en le fixant un moment... avant de déposer un baiser sur ses lèvres. Elle finit par le relacher, se reculant et se relevant, le regardant de haut en attendant qu'il ne se relève.

_________________

Citation:
Le seigneur des ossement, l’ancien officier haut gradé, le déchu… Il y avait tant de nom pour décrire l’être qu’était le puissant Sanath… Bientôt, de cette courte liste, on allait trouver, le faible ou le chien d’Abyss. Car il fallait bien l’avouer, cette dernière venait encore de le ridiculiser et cela dans un intervalle des plus restreints… Devant ses hommes, elle l’avait prit pour un enfant, sous cette torchère, elle avait envoyé bouler à l’autre bout de ce couloir. Seul sa griffe d’os avait retenue sa course, évitant une éventuelle cassure à hauteur de son dos. Cette manière de le repousser avait, et c’est déjà énorme pour l’ego du sieur Sanath, réussi à lui faire plier les jambes. De toute sa hauteur, le colosse à l’allure elfique venait de s’écrouler pour se retrouver, assis, appuyer à cette ranger de pierre qui lui avait servi d’amortisseur quelques secondes au paravent. Ses yeux embrumés sous la puissance du choc et sa réverbération dans son crâne avaient mit quelques temps à se remettre à fonctionner correctement. Seul ses oreilles avaient pu le prévenir du danger imminent qui s’approcher de lui. Les bottes de la belle et détestable démone s’approchaient de lui dans un rythme relativement nerveux alors que ses mots résonnaient encore aux oreilles du seigneur des os.

Ainsi non seulement elle s’auto proclamait au-dessus de lui dans tout points mais en plus elle espérait lui faire subir cela durant une bonne partie de son existence ? Mais attendez… Elle venait aussi de lui donner un ordre et pas n’importe quel genre d’ordre. Celui que l’on donne à un animal à quatre pattes qui est ravi de vous voir rentrer tard le soir. Bien que sonné, son amour propre en prenait un coup et comme un simple réflexe, une nouvelle lame d’os s’extirpa du bras dans un arrachement qu’Abyss ne connaissait que trop bien. Dans un geste désespéré, Aekold tenté de se relever à l’aide de ses armes improvisé qui avait fait de lui l’un des tueurs les plus méthodiques mais des plus sale qui existait au sein de l’armée démoniaque. Malgré cet élan de nervosité. La belle démoniaque le stoppa net dans cette tentative infructueuse. Aekold releva le visage à contre cœur. Les dents du démon grincèrent tout en entendant les dires de cette dernière. Bêtises, sottises, conneries que tout ce qu’elle pouvait dire. Voilà ce dont à quoi penser le déchu à ce moment précis. Dorénavant, il allait devoir attendre qu’elle se décide, qu’elle lui offre une chance de récupérer son statut pour qu’elle l’estime enfin... Rajoutez à cela le baiser sur le bord des lèvres, comme pour calmer un chien trop fougueux qui aurait eu tendance à s’énerver, une bonne engueulade, une caresse pour le féliciter pour son nouvel état de plénitude et on fait comme si de rien était… Non, Sanath n’allait pas jeter l’éponge, pas maintenant, la faiblesse de corps, il pouvait la connaître mais son esprit était aiguisé à tout moment et même maintenant ce dernier le fit réagir. Dans un premier temps, ce fut une réaction physique, il mordit la lèvre inférieure d’Abyss comme un chien qui mord la main tendue vers lui. Assez fort pour qu’elle puisse légèrement saigner alors qu’il passait sa langue à hauteur de ses dents comme pour récupérer le peu de chose qu’il avait pu lui voler. Même si son état n’était plus des plus frais. Il reprit un sourire amusé, narquois. Il ne voulait pas se montrer faible et baisser les bras. Pas devant quelqu’un qu’il jugeait inférieur à son talent, à son être tout entier. Le seigneur déchu leva les bras, plantant ses lames d’os dans le sol pour se redresser de toute sa hauteur. Il souffla lentement, reprenant son calme.

« Je me fou de ton avis, de ce que tu crois être, de ce que tu espères être pour les autres. Je sais ce que tu es et dans l’ordre naturel qui nous entoure… Tu es juste sous le prédateur que je suis. Tu es ma proie, tu l’as toujours été et tu ne changeras pas cette chaîne alimentaire. »

Suivant le geste à la parole… Aekold fit glisser lentement son pied gauche en avant, son corps se mit de trois quarts par rapport à Abyss. Tendant une pointe d’une de ses lames en direction de la gorge de la belle, il ferma à demi les yeux, se concentrant sur Abyss.

« Mais je te concède une chose… Tu as le don de m’énerver par de simple parole, j’aimais d’avantage quand notre relation n’était alimentée que par tes gémissants déchirant l’obscurité... Je t’offre la possibilité de me faire taire et je m’offre l’occasion de te faire ramper à mes pieds pour cette fois. Et je m’offre l’handicape. »

Finissant de se mettre en place. Il plaça une de ses lames vers le plafond alors que l’autre pointer toujours le corps de la somptueuse générale. Le marché était simple. Elle gagnait, il reconnaissait, au moins durant cette instant sa supériorité et elle serait libre de l’écraser comme il le mérite… Si c’était l’inverse. Elle allait subir les pires affronts que l’esprit dérangé de Sanath pouvait inventer.


----------

Citation:
Alors qu'elle fixait Aekold, elle pouvait entendre la voix stridente de Soul Edge dans sa tête, l'épée ne perdant jamais une seule occasion de mettre le doute dans l'esprit de la démone, cette fois c'était l'occasion de s'en donner a coeur joie. Il faut dire qu'avec le nombre de choses qui traversait l'esprit d'Abyss il était facile pour Soul Edge d'en faire quelque chose de malsain. La démone doutait.. pas d'elle évidemment mais d'Aekold. Ils avaient toujours joué au jeu du chat et de la souris, et elle s'en était toujours sortis avec des blessures, pas seulement physique malheureusement. Ils avaient tout deux des caractère diamétralement opposés, il n'y avait aucune chance pour qu'un jour ils arrivent a se comprendre. La seule chose qui faisait qu'ils s'attiraient l'un envers l'autres était purement physique, rien de plus. Abyss devait bien avouer que le charme du démon ne la laissait pas indifférente et ce depuis qu'elle le connaissait. Mais ca n'avait pas suffit... elle avait prit ca pour de l'amour a une certaine époque, elle était bien obligé de se rendre compte qu'elle c'était trompé lamentablement. Elle avait confondu "amour" et "attirance"...et elle se demandait bien combien de temps cette attirance allait durer...

*Mets-y un terme maintenant... Tue-le et ce sera réglé...*

*La ferme...*

*Tu trouveras un autre jouet... tu as l'éternité pour ca. Il te gène! Il te manque de respect! A toi! Et tu comptes le laisser faire?*

*La ferme!*

*Mais où est passé Abyss Crow? .. Qu'est ce que dirais ton père s'il te voyait là...la propre fille de l'Archidémon réduit a cette état de larve dégoulinante de sentimentalisme...*

*Soul Edge... encore une réfléxion et tu resteras un bon moment dans ton armoire...*

*.... Je HAIS les faibles....*

L'épée se tut enfin et Abyss retrouva le calme dans son esprit. Quelle idée elle avait eu franchement... de créer cette chose. Toujours est-il qu'Aekold c'était relevé et quand elle reprit conscience de ce qui l'entourait, il était de nouveau devant elle et lui proposait un étrange marché. Elle était sa proie? Depuis quand? Peut être... mais il l'était aussi a ses yeux. Elle devait refuser cette offre, aussi alléchante soit-elle, elle devait passer a autre chose, garder son statut quoi qu'il en coute! Elle le savait ca, elle le savait mieux que quiconque... Elle fronça les sourcils, laissant un silence pesant prendre place. Elle hésitait, Soul Edge le sentait mais pour éviter de se mettre la démone a dos, elle préfré rester muette. Finalement le regard de la démone s'adoucit. Elle se rapprocha du démon, venant passer ses bras autour de son cou et restant là devant lui en silence un moment.

"J'accepte l'offre... ce pendant que ce soit clair Aekold. Ce sera la dernière fois que tu poseras les mains sur moi..."

Fit-elle avec un sourire au coin des lèvres.

"Pas ici... Allons dans mes appartements..."

_________________

Citation:
Abyss semblait ailleurs durant la progression qu’il le séparait de l’ancien général. Perdu dans ses pensées ? On dirait bien, Seul le bruit de ses pas qui résonnait dans le couloir exigu confirmer qu’elle était bien présente physiquement. Mais ce petit interlude permit à Aekold de reprendre ses esprits tout en tentant de se redresser.

Une fois Abyss revenu parmi les démons. Elle lança ce qui sembla être une pique, une contrainte, une punition à vie… Interdiction de la toucher après ce qui allait se dérouler ? N’avait elle point compris le but du challenge, du défi qu’il lui proposait ? Comme si le fait de le rétrograder et de ne pas venir le voir, lui avait porté sur la conscience, qu’il avait ressenti un manque de douceur et de plaisir qu’il n’avait qu’avec elle. Abyss prenait le démon pour une fleur bleue qui n’avait d’yeux que pour elle ? Pour le déchu, il était clair qu’il fallait éclaircir quelques points avec elle avant de rebondir sur son invitation de la rejoindre dans sa chambre. Quand il sentit l’accolade arrivée entre eux. Aekold n’eut qu’un réflexe, agressif sur l’instant mais le mouvement n’était pas complet. Il plaça un avant bras sur son torse. La pointe d’os se plaça à hauteur de la gorge d’Abyss qui venait de se coller à lui. Ce fut la seule réaction qu’il offrit à cette dernière. Quelque chose n’allait pas, ils étaient définitivement sur deux longueurs d’onde différente et pourtant… Pourtant Aekold avait réussi à apprécier la compagnie de la générale mais leur manière de réfléchir, de voir les choses. La où Aekold ne voyait que lui et un… certes, un petit espace dans son monde pour elle. Elle voyait peuple, patriotisme, service, honneur. Elle était une guerrière, une leader, elle était faite pour diriger un pays d’une main de fer dans un gant de velours alors que le démon des os… Aurait eu le plaisir de jeter le gant de velours pour imposer ses choix et écraser le peuple. En cela, il ne pouvait s’entendre, il ne pouvait se compléter. A croire que l’attirance entre eux était réelle mais trop secondaire pour s’imposer.

« Je me fiche de tes règles, de ce que tu veux m’imposer. Tu veux toujours diriger, décider, mais en ce soirée. Je ne céderai pas une fois de plus devant tes caprices. Je t’offre le pouvoir de me faire taire et selon ta manière de faire… De le faire une bonne fois pour toute et tu veux… Malgré cela, encore imposer ta manière de faire, de diriger ce que tu ne peux contrôler. »

Relevant sa main libre. Il approcha l’extrémité de ses doigts sur une joue de la belle. Son regard s’adoucit, un léger sourire naquit sur le bord de ses lèvres. A cet instant… Il semblait serein et presque… Tendre ? Oui, s’était l’impression qu’il voulait offrir en tout cas. Il laissa son index caresser la commissure des lèvres d’Abyss alors qu’il secoua négativement la tête.

« Je refuse tes closes. Je refuse ta demande. Je refuse de me plier aux règles que tu instaures en cet instant. Car tu vas suivre les miennes. J’ai décidé de t’offrir une chance, tu l’acceptes ou non. »

Mettant de nouveau son corps au trois quart. Il se décolle délicatement d’Abyss alors qu’il souffle longuement à hauteur de la gorge de la démone. Laissant un souffle chaud mourir sur sa chaire alors qu’il laisse ses doigts glisser sur le visage de cette dernière alors qu’il passe finalement à coté d’elle pour se stopper à sa hauteur

« Suis moi… J’ai un lieu tout décidé pour cela… Et je te rassure, ce n’est pas devant tes chers hommes. Donc tu ne perdras pas ta crédibilité et je n’en gagnerai pas si c’est de cela dont tu as peur. »

Avant de reprendre sa route. Aekold soupira longuement. Il semblait ennuyé, il était persuadé que de toute manière, Abyss allait se défiler. Elle avait un don pour éviter la moindre confrontation avec Aekold.

« Si tu ne viens pas… Cela restera entre nous mais tu sauras aussi où est ta place en ma présence Abyss. »


----------

Citation:
Les doutes se dissipaient petit a petit, au fur et a mesure que la situation avançait. Cependant la démone ne pouvait s'empêcher de ressentir un malaise. Elle savait bien qu'elle aurait du mal a refuser l'offre de Aekold. Elle avait envie de lui, envie de se retrouver une fois de plus dans ses bras et de profiter du temps qu'il lui offrait. Cependant... elle savait aussi que se rendre aussi dépendante de lui ne la mènerait nul part. Il fallait qu'elle se fasse a l'idée qu'une Générale devait rester seule, peu importe les siècles ou les millénaires, il fallait qu'elle reste entièrement dévouée a son peuple, entièrement disponible. Il y avait des sentiments, des ressentis qui devaient être oublié, pour le bien de tout le monde. Et ce qu'elle pouvait ressentir pour Aekold en faisait partit. Elle ne devait pas se laisser avoir par des sentiments envers d'autres, aussi forts et sincères soit-ils, elle ne devait pas quitter des yeux son objectif principal: protéger son peuple et protéger l'Empereur. Aekold la distrayait énormément, elle aimait sa présence et elle appréciait son caractère même si plus d'une fois elle ne comprenait pas vraiment sa façon d'agir... elle aimait le fait qu'il puisse agir selon ses convictions et son instinct. Cependant... ca devait s'arrêter là...

Elle baissa les yeux un moment pour cacher son sourire avant de redresser la tête, observant Aekold qui s'avançait dans une certaine direction. Le choix était clair maintenant: le suivre et accepter certaine choses qui devraient rester secrètes, ou bien le laisser partir et rester a sa place. Suivre ses règles, juste une fois, juste se laisser aller a la facilité pour une seule fois, laisser Aekold servir de guide dans un monde qu'elle ne connait pas et accepter d'être rabaissé a l'état d'esclave. Mais une Générale ne pouvait se résoudre a devenir une esclave, le devoir d'une Générale passait bien avant ses petits désirs personnels! Abyss perdit son sourire, Aekold avait déjà bien avancé. Elle aurait pu faire demi tour, elle aurait pu choisir de l'abandonner là... mais ca n'aurait pas suffit, il fallait en finir avec tout ca. Ici... et maintenant.

Il ne lui fallut qu'une seconde a peine pour concentrer une nouvelle rafale psy, la faisant non pas se précipiter sur Aekold mais suivant le trajet du couloir a la perfection.. faisant s'éteindre les torchères a la flamme vacillante. Le bout du couloir où elle se trouvait fut immédiatement hapé par les ténèbres, un sourire étrange venant naitre sur les lèvres de la démone alors qu'elle disparaissait lentement dans les ombres. La rafale psy poursuivit sa route, perdant en force au fur et a mesure qu'elle avancait, éteignant les torches une a une jusqu'a ce qu'elle ne vienne propulser Aekold contre le mur avec moins de force que précédement... avant de disparaitre, sans plus de puissance. Le couloir était dans les ténèbres, sauf une petite partie, tout au bout du couloir qui semblait tellement loin, laissant Aekold dans les ténèbres. Et dans ce royaume de noirceur, il pouvait juste entendre une voix, semblant venir de nul part, semblant envahir l'espace et le temps, comme si les murs étaient vivants, comme si l'obscurité parlait d'elle même, dans un écho retentissant, un murmure glacial qui se propageait lentement.

"Donnes moi une seule bonne raison... de ne pas te tuer.. ici et maintenant... Aekold Sanath.. Une seule bonne raison...La seule bonne raison..."

Fit-la voix, l'écho, avant de s'éteindre.

_________________

Citation:
Un échange de regards, de sentiments tendres, de douceur, de chaleur… En un mot de mièvrerie avec un grand M. Mais cela étrangement… Vrai. Encore une supercherie du seigneur de la vanité qui savait ou amené les êtres là ou ils devaient aller ? Sûrement devait se penser Abyss. Aekold calculait sa vie, ses discutions, ses réflexions comme on jour aux échecs. Prévoir un coup d’avance, cela tout le monde sait le faire, mais lui savait où les gens allaient arriver car s’était lui qui mené la barque. Malgré sa naïveté amoureuse, la générale l’avait très bien compris et maintenant, elle marchait sur des œufs quand elle discutait avec lui. Elle devenait trop maligne pour une proie. C’était mauvais pour le sieur Sanath et pour preuve. Le temps d’une étreinte, de la dépasser de quelques pas. Voilà que les torchères étaient soufflées par la puissance psychique de la séduisante mais non moins dangereuse démone.

La mort des flammèches était accompagnée d’un grincement de dents. Aekold avait prévu cette éventualité mais en aucun… Il n’aurait cru Abyss capable de la mettre à l’épreuve. Pourquoi diantre se bornait elle ainsi à le défier en y mettant ses règles, la peur de perdre ? Cela était plus que probable mais le seigneur des ossements n’est pas homme à tourner les talons devant l’obscurité et les menaces verbales de son… Adversaire du moment.

« Je n'ai pas de raison à te donner... Pour une fois dans ta vie. Fait ce que tu as envi de faire et prend ma vie si c'est cela. Mais pourquoi chercher les complications alors que tu avais une solution que je t’offrais ? »

Écartant les bras. Il allongea l’extrémité de ses griffes d’os pour toucher les murs. Jaugeant la distance qui le séparer l’un de l’autre. Il voulait avoir une mobilité acceptable tout en restant une menace pour la belle et ce qui lui servait d’arme et qui se baladait fréquemment à sa ceinture.

« Tu te doutes de ce qui va arriver ? Tu vas tenter ta chance dans le noir et je ne doute pas que tu vas y arriver. Qui sait peut être prendre ton pied à cela. Mais si moi je n’en ressors pas entier… Tu ne risques pas de l’être non plus. »

Baissant le visage vers le sol, il écarta légèrement les jambes, prenant une position des plus stable alors que sa respiration se fait plus lente, plus calme, Aekold se concentrait alors que, quelques secondes après le début de la méditation, on put entendre des légers bruits étouffés. Pour la démone qui ayant le regard qui perce l’obscurité. Elle pouvait aisément discerner que les mouvements de son amant d’un soir. Il détachait soigneusement son plastron de cuir alors que ses omoplates semblaient muer d’une vie unique. Perçant et arrachant la chaire de leur propriétaire pour faire sortir une lame de chacune d’elle. Se courbant de manière à apparaître au dessus des épaules du démon. Ses armes de fortunes aux avants bras se rétractèrent légèrement alors que des coudes apparaissaient des larmes incurvées. Le démon serrait les dents pour ne lâcher aucun râle de douleur sous la naissance de ses armatures squelettique qui naissait de son propre corps.

« Mais tu sais…Il n’est pas… Encore trop tard pour reculer… Et accepter…mon… OFFRE. »

Chaque arrêt dans sa phrase traduisait une reprise de respiration difficile. Il souffrait de sa transformation et le sang des déchirements finissaient par cesser quand les os avait finit de pousser mais chaque naissance… était un défi pour son organisme. Le dernier mot accentué traduisait que le dernier rempart qu’il avait décidé d’employé, apparaissait. Ses cotes s’extirpèrent de la chaire, prenant du volume pour couvrir sa cage thoracique et remonté à la naissance de sa gorge, voir légèrement plus haut. Le couvrant comme le plastron qu’il avait il y a peu mais beaucoup plus résistant accompagné d’un gorgerin de sa propre nature.

La semi transformation accomplie. Aekold fit mouvoir ses doigts rapidement d’excitation. Oui, son corps était couvert de son propre sang et il avait usé de son dos pour faire de ce dernier l’arme vivante qu’il était. Mais cette adrénaline, il ne l’avait plus ressenti depuis des lustres. Affronter quelqu’un qui se croyait à sa hauteur et qu’il allait rabaisser au rang.

« D’esclave… En refusant ma demande. C’est à cela que tu t’exposes. Tu en as conscience. Je t’ai laissé le choix. Tu pouvais me rabaisser si tu me prenais une victoire digne d’une générale mais tu as préféré la ruse, la roublardise… La couardise. Et bien… Souviens toi de ton choix car moi je serais là pour te faire rappeler quand tu seras à mes pieds ma belle Abyss. »

Non, Aekold n’allait pas fuir vers une source de lumière et encore moins demander pardon. Ses mouvements lents ne trompaient par son adversaire. Il se mettait en position défensive et il semblait être prêt à toute confrontation, aussi lâche et déséquilibré soit-elle.


----------

Citation:
Elle était entré dans l'autre monde, le Monde des Ombres, elle sentait son pouvoir partout ici, les Ombres étaient partout, elles l'entouraient. Mais elle sentait aussi que son pouvoir se faisait absorber, lentement certes, comme pour rejoindre le néant abyssale d'où elle était née. Elle pourrait rester ici des heures, des jours et sentir son pouvoir disparaitre et son corps se fondre dans les Ombres. Seulement elle savait que ce bien être qu'elle pouvait ressentir était a double tranchant. Il la rendait plus forte, plus sereine mais il l'affaiblissait aussi, petit a petit. Elle avait donc apprit a faire attention au temps qu'elle passait ici. Une journée était déjà éprouvante pour elle, deux jours et elle commençait a s'affaiblir visiblement, trois jours... et elle jouait avec sa vie. Pour le moment elle ne ressentait pas d'affaiblissement majeur, elle était encore trop subjugué par la plénitude du lieu et ne ressentait que les effets bénéfiques du Monde des Ombres.

Elle voyait Aekold comme dans un miroir, elle le voyait comme en plein jour dans ce monde ténèbres, chacun de ses mouvements, elle sentait sa respiration comme si elle était proche de lui, elle pouvait même toucher ses muscles si elle tendait la main vers lui, elle pouvait sentir son parfum et même l'odeur de son sang qui coulait lentement sur son torse. Elle sourit doucement en le voyant ainsi, se doutant qu'il souffrait mais c'était plus fort qu'elle, elle aimait l'odeur de son sang, ca l'ennivrait. Elle garda donc le silence pendant sa transformation, restant là a l'observer dans le Monde des Ombres, comme si elle regardait un rêve les yeux ouverts. Elle se demandait bien comment ils avaient fait pour en arriver là, quel avait été le faux pas? Voila que maintenant les membres d'une même armée se combattaient entre eux? Non... inconcevable pour la démone. L'armée de son peuple devait rester unie!

Elle glissa doucement dans les Ombres, comme un serpent sinueux qui rampe lentement vers sa proie. Elle glissa derrière Aekold, invisible, même si elle se doutait qu'il devait a peu près savoir où elle se trouvait. Elle effleura son dos d'un soupire avant de s'éloigner. Elle revint vers lui, de face, glissant ses doigts sur son torse avant de s'éloigner une fois de plus, comme un courant d'air insaisissable. Elle lécha ses doigts teintés de sang, un sourire au coin des lèvres.

"Je ne souhaites pas prendre ta vie.... et tu le sais."

Fit-elle doucement, sa voix résonnant en écho étrange, se répercutant dans le couloir dont on ne voyait plus les limites.

"Mais je le ferais si cela est nécéssaire..."

Poursuivit l'écho alors que la démone se déplacait d'un bout a l'autre du Monde des Ombres. Une fois derrière lui, puis devant, puis en haut et même en bas, tournant autour de lui comme un requin autour de sa proie mais en gardant toujours une bonne distance. Même si elle était protégée dans le Monde des Ombres, elle savait aussi que cette protection était a double tranchant. Aussi, elle finit par quitter le Monde des Ombres, elle apparu devant Aekold, se demandant bien si la vision du démon lui permettait de voir en pleine nuit.

"Qu'est ce que tu attends de moi au juste? Soit clair... Un combat? Des excuses? Autre chose?"

Fit-elle en s'avançant d'un pas vers lui.

"Je ne m'abaisserais pas a des demandes infantiles, je ne m'abaisserais pas a des jeux puérils. Je suis, et je resterais, ta supérieure, que tu le veuilles ou non, que ca te fasse plaisir ou que ca t'ennerve, peu m'importe! Mais si ca t'inssuporte a ce point, tu peux toujours partir... quitte la Citadelle Noire! Car je ne tolèrerais pas qu'un homme tel que toi vienne remettre mon autorité en cause, pas dans cette Cité que j'ai moi même battit!"

Fit-il, le regard dur. Oui s'il fallait en arriver là, elle préfèrait encore le bannir de la Cité Noire plutot que de devoir lui faire comprendre d'une autre façon qu'elle en avait plus qu'assez de ses jeux de puissance!

"Tu esle seul responsable de ta déchéance. Si tu n'es pas satisfait de ce que tu es devenu tu ne dois t'en prendre qu'a toi même! J'ai été promu Seigneur des Légions parce que j'ai su prouver ma valeur aux yeux de mon Empereur. Tu as été dégradé parce que tu n'as pas été capable de faire tes preuves au moment où il le fallait... Tu n'as pas su te montrer supérieur a moi avant, tu n'y arriveras pas non plus maintenant!"

_________________

Citation:
Avez-vous déjà eu cette sensation, cette impression que le destin s’acharne sur vous ? Si c’est le cas. C’est un peu ce que ressentait le déchu à ce moment précis. Oui, il semblait dépasser par cette mouvance fluide qu’avait son adversaire en ce moment précis. Il la sentait l’observer mais il était impossible pour lui de la localiser car il était persuadé qu’Abyss était partout et nulle part à la fois. Cela le désorienté et pour cette raison. Il préféra fermer les yeux pour ne pas se fier à eux qui s’était, bien qu’habitué à la noirceur du couloir, traître quand votre ennemi est naît des ombres. Aekold sentait chaque souffle sur sa chaire encore dévoilé. Il ne cillait pas mais l’envi de se retourner à chaque instant était bien présent, mais s’il venait à faire cela, à suivre son instinct de survie. Le seigneur des ossements allait montrer qu’il était paniqué, anxieux et cela, il ne se le permettrait jamais. De ce fait, il prit sur lui et garda une mine sereine. Il voulait montrer à la personne face à lui que quoi qu’elle fasse… Elle irait droit dans le mur en l’affrontant.

« Ce que je veux… Ce que je voulais c’est que l’on s’affronte sur un terrain neutre. Que celui qui soit réellement le plus fort domine l’autre… Mais tu as préféré suivre la voie de la lâcheté. Sous tes airs supérieurs de démone de la bataille. Tu n’es rien d’autre qu’une charognard qui attend le moment propice pour frapper car tu es faible quand tu n’as pas tes artifices nocturnes. »

Aekold s’étira longuement avant de joindre ses poings fermés l’un contre l’autre. Forçant dessus. Abyss put entendre la totalité des os du corps du guerrier craqué. Comme si on venait de briser une armoire.

« HUM !! Ta vie… Ma vie… Cela n’a plus d’importance depuis que tu es passée à l’attaque. Même des excuses ne pourront rattraper ta pulsion. »

Le seigneur déchu ne put réprimer un grand soupir d’aise quand ses os se remirent en place après sa transformation lente et douloureuse. Maintenant, il semblait dans un état optimum, pour preuve, ses yeux se rouvrirent quand Abyss prit forme face à lui, non il ne l’a voyait pas clairement, ses yeux étaient habitué au noir et il ne pouvait que ressentir une présence, rien de plus. L’osseux affichait un sourire ravie et narquois. Définitivement, il semblait prêt à se battre mais aussi semblait prendre du plaisir à cette situation. L’enivrant parfum de la belle démone couplé à l’adrénaline de l’affrontement imminent. Que voulez vous de plus pour quelqu’un qui est persuadé d’écraser sa proie ?

Ainsi donc, le choix lui était donné ? Soit se rabaisser, ramper aux pieds de la non moins séduisante Abyss ou repousser ses avances et tourner le dos à son peuple pour lui faire comprendre que quoi qu’elle puisse faire. Aekold serait le mâle dominant dans la future relation.

« Je ne te demande pas de t’abaisser à mes pulsions, à mes demandes, à mes envies. Je te demande juste que tu te remettes à ta place dans notre relation. Que tu sois sous l’être que je suis. Tu l’as été durant quelques années, quand j’avais le même titre que toi… Mais ton don pour avoir le peuple avec toi t’a offert ce poste. Ce n’est pas tes qualités inexistantes de tacticienne ou de combattante qui ont été jugées… C’est juste ton amour réciproque avec le peuple qui fait que tu es là. Tu veux que je parte, tu penses que cela changera ce que tu penses de moi… »

Aekold perdit son sourire serein quand il entendit la fin de la phrase de la belle guerrière. Ainsi elle se croyait réellement supérieure à lui. Le déchu sera les poings, le tends de ce contenir pour lui répondre ses quelques mots.

« Tu n’es rien d’autre qu’une favorite Abyss. Tu le sais tout comme moi et tu l’as toujours été. Tu me juges alors que tu n’as aucune crédibilité. Tu ne sais pas ce que je vaux. Tu sais juste ce que je t’ai montré… Et d’ailleurs… Tu parles trop à mon goût et je vais te clouer sur place. »

Suivant le geste à la parole. Aekold arma son bras droit, durant le flot de phrases toute les plus idiotes les une que les autres que pouvait sortir Abyss, il avait profité de ce temps mort pour la localiser un peu plus précisément. Reculant le bras armé pour frapper avec vitesse, il laissa la précision de coté. La pointe d’os partait en direction de la hanche droite d’Abyss et le geste semblait bien décidé à l’atteindre de plein fouet et de ne pas stopper sa course au premier contact mais plutôt au premier sang en l’occurrence. Bien sur, un coup comme cela, transperçant la chaire des deux cotés ne pouvait que sonner une personne mais le coup était de toute évidence non mortel. Manque de précision ou voulu, tel était la question.


----------

Citation:
Il ne comprenait pas... il y avait tellement peu de chances qu'il comprenne, qu'il la comprenne, qu'il comprenne son peuple. Elle poussa un soupire de décéption, il n'y avait aucun espoir car il est bien difficile de remplir une coupe déjà pleine. Elle n'arriverait pas a lui faire comprendre ce qui la motivait et pourquoi elle serait toujours plus puissante que lui, quoi qu'il fasse, temps qu'il continuerait de penser avec cet état d'esprit. Elle avait perdu assez de temps avec lui, elle avait mis trop d'espoir en lui, des espoirs déçu. Elle avait cru en lui, bon gré mal gré, elle avait espéré pouvoir le faire entrer dans son monde, lui montrer ce qu'il loupait en restant aussi égoiste. A force de ne voir que sa petite personne, on oublie souvent que ce sont les autres qui nous regarde et qui nous juge. Elle avait été Générale, la voila maintenant Seigneur des Légions Démoniaques de tout l'Empire et Maitre d'Arme personel de l'Empereur. Elle n'était pas arrivé a ce niveau par hasard, elle n'avait payé personne, elle n'avait supplié personne. Elle avait juste fait ses preuves, des preuves suffisante pour gagner le respect de son peuple, l'admiration de ses soldats et la confiance de son Empereur.

Elle le laissa parler, l'écouta jusqu'au bout sans rien dire pour savoir ce qu'il pensait mais rien n'avait changé, elle avait juste la confirmation de ce qu'il était. Il la jalousait a un point qu'elle n'aurait jamais pu imaginer... et pour une raison qu'elle ignorait. Il la haïssait... alors qu'elle n'avait que son devoir. Pire encore: il la prenait pour une privilégiée, une favorite. Abyss ne put s'empécher de grogner légèrement. De quel droit se permettait-il de dire pareil idiotie! Elle serra les dents et fit ce qu'elle put pour ne pas lui sauter sa la gorge dans l'instant. Elle aurait du se laisser aller car Aekold lui n'avait pas hésiter et passa a l'action en quelques secondes. Voila que les subordonnés se mettaient a attaquer leur supérieur maintenant. Elle se concentra, il était rapide, elle aurait pu reculer mais elle se serait fait toucher au ventre. Elle risquait une petite entaille mais qui serait génante a la longue. Son esprit prit les devants et son psychique dévellopa de lui même une défense, instinctivement.

Le bouclier psy se mit en place juste a temps pour bloquer la lame de Aekold qui sembla buter dans le vide et pourtant le bouclier était bien là. Abyss se recula rapidement, comme si elle glissait et le bouclier disparu, ayant rempli son rôle. La démone regarda Aekold avec rage!

"Toi..."

Fit-elle comme un sifflement entre ses dents avant qu'une nouvelle vague psychique ne vienne se matérialiser, se dirigeant droit sur Aekold dans le but de le projetter de nouveau avec force a l'autre bour du couloir. Abyss ne jouait plus... les petits caprices d'Aekold passaient encore, elle pouvait supporter ses reproches et ses remarques sinueuses mais pas ses attaques! Pas sur une supérieur! Pas dans l'enceinte même de la Cité Noire!

"Je n'ai jamais été sous l'être que tu es Aekold, et je ne le serais jamais! Il serait temps que tu le comprenne. Et je ne suis pas non plus une... favorite! Tout ce que j'ai eu c'est parce que je l'ai mérité.. et tu le sais bien.. et c'est ca qui t'enrage! C'est de savoir que quoi que tu fasses, tu ne seras jamais a ma place!"

Fit-elle avec rage avant de dégainer Soul Edge. L'oeil de l'épée s'ouvrit... et se bloqua sur Aekold. Alors voila donc sa victime? Bien bien bien... Soul Edge semblait ravie, Abyss pouvait la sentir frémir d'excitation... et il ne lui fallut pas bien longtemps pour que sa voix stridente ne résonne dans l'esprit d'Aekold.

*Voila que tu te rebelle? .... Tu t'y prends terriblement mal mon cher Aekold... attaquer de face une Générale comme Crow? Et ca s'appelle un tacticien? HAHAHAHAHA Non décidement tu es bien a ta place comme chien de cohorte...*

Abyss ne pouvait pas entendre ce que disait son épée, mais elle se doutait que Soul Edge complotait, comme a chaque fois, dans son dos. Elle ne pouvait pas s'en empécher! Elle voulait la mort d'Abyss depuis qu'elle avait été créée mais elle savait aussi que c'était une pure auto destruction de sa part car personne a part Abyss n'était capable de la supporter, elle et ses gérémiades perpétuelles... Si Abyss mourrait, Soul Edge serait réduite a l'état d'artefact maudit et inutilisable. Mais la soif de destruction de l'épée était plus forte que sa raison...

*Tu ne connais donc pas le dicton? Soit proche de tes amis... et encore plus proche de tes ennemis... Tout tacticiens le saurais...Si tu veux tuer le Corbeau, tu ne peux le faire qu'avec un poignard planté dans son dos!*

Soul Edge continuait son manège... inlassablement alors qu'Abyss regardait Aekold, balancé entre la rage, le désir de le tuer et la compassion... le désir de lui donner une autre chance de comprendre.

"Il est encore temps de changer Aekold... je peux encore te montrer ce que tu t'évertue a fuir! Mets-toi a mon service, sous mes ordres! Et fais tes preuves!"

Fit-elle en le fixant.

"Ou bien va-t-en d'ici..."

Soul Edge frémit de nouveau.

*Voila une chance inesperée pour toi... accepte pauvre idiot! Accepte et gagne sa confiance... quand ses barrières seront tombées... tues-la! Je vais te dire un petit secret hum? Tu sais pourquoi elle hésite tant a te prendre ta misérable vie? Alors qu'elle pourrait aisément le faire... Tout simplement parce que notre bon vieux Corbeau a un coeur... et que tu y réside. HAHAHAHAHA Pathétique n'est ce pas? Je HAIS les faibles! Fais ce que je te dis... et tu connaitras la gloire! Tue Crow!*

"Ta réponse?"

_________________

Citation:
Avez-vous déjà ressenti une pression énorme stoppée par un mur ? Nul n’est censé savoir qu’une force exercé et arrêté net, avait, le plus souvent, la fracture, la cassure, l’explosion de l’objet qui avait percuté l’inanimé. C’est ce qui arriva à la lame d’os de son possesseur et comme ce dernier était une extension de son corps, aussi magique soit-il, elle restait une partie de son squelette et il ne put dissimulé une douleur que son visage traduisit alors que son os se brisait avec fracas sur le bouclier invisible. Comme s’ils étaient. Aekold lâcha en même temps ce fameux mot.

« Toi ! »

Mais il n’eut le temps de réagir à nouveau car la victime devenait agresseur et voilà que le déchu repartait en arrière sous une pression invisible et pourtant bien réel et connu par le démon. Sa dernière lame se planta dans un mur pour éviter sa chute en arrière. Impossibilité de réagir et de franchir cette défense, voilà qu’Abyss répondait à son interlocuteur avec un énervement, une pulsion de rage qu’Aekold n’avait jamais vu. Même ses pires recrues n’avaient vu ce visage qui semblait au bord de l’explosion quand la belle réussit à stopper le coup. Elle ne lui laissait aucun répit. Rajoutait à cela qu’un intrus se permettait d’explorer son crâne qui était encore embrumé par le choc récent.

« Ne te crois pas supérieur parce que tu as justement un rang au dessus du mien Abyss ! »

Non, cela, il ne pouvait l’admettre. Il ne voulait pas le faire et il ne le ferait… Jamais ? Qui sait. Sa réplique fut courte, loin du genre cinglant qu’il pouvait offrir dans son habitude mais quelqu’un ne cessait de l’harceler mentalement. Quelqu’un qui semblait vouloir le conseiller tout en le rabaissant. Comme s’il n’avait pas assez d’une seule personne pour faire cela. Voilà qu’une… Quoi d’ailleurs. C’était vrai ça. Qui pouvait se permettre de lui parler comme ça. Comme s’il n’en avait pas assez avec la générale. Son regard passa d’Abyss quelques instant comme pour chercher la chose qui pouvait bien l’intrusion. Cette nouvelle présence fut vite repérée et pour cause. La lame avec son énorme œil fixait sur lui qui la regardait avec mépris. Avec mépris ? Comme une arme pouvait se permettre de le rabaisser aussi.

* Je ne sais pas qui tu es et si tu peux entendre ce que je pense. Mais garde tes…Conseils pour toi. *

Aekold avait prit une pause quand il entendit la dernière phrase de cette dernière. Elle était loin d’être idiote. Mais se rabaisser, fléchir devant Abyss c’était admettre son infériorité. Et cela allait demander beaucoup de travail pour lui. D’ailleurs, non, il ne pouvait pas, il ne devait pas le faire. D’autant plus que la séduisante lui offrait une nouvelle chance. Encore… Elle devait réellement l’avoir en estime ou dans… Son cœur pour lui offrir encore cette dernière. Elle avait plein d’espoir pour lui. Elle voulait le faire changer, elle voulait le voir évoluer en bien, comme ELLE voudrait le voir au près d’elle.

C’était inespéré pour lui d’avoir le droit du choix. Un mot, juste un NON et il pouvait s’enfuir d’ici mais la tête basse, sans espoir d’avoir la puissance au quelle il inspire. Le respect qu’il méritait. Tout ceci, il le méritait. Il devait lui reprendre cette chose que l’on nomme POUVOIR. Le seigneur des ossements le voulait à tout prit et il allait l’avoir. Même si pour cela…

Aekold rétracta difficilement ses lames pour avoir une portée faible et surtout non offensive. Titubant, il avança d’un pas vers Abyss. Le regard rougeâtre chargé de haine envers elle quand la belle lui proposa sa rédition, de devenir son chien de cirque. Non, il n’allait pas… Un genou fléchit sous la fatigue. Ses cheveux ébènes encadrèrent son visage presque elfique alors qu’il clos à demi ses rubis. Une déférence malhabile mais elle était là.

« Je… Tu as gagné… Je me résigne…Mais à une condition… Laisse moi en semi liberté. Je voudrais quitter la région de temps à autre… S’il te plait ? »

Non, Abyss n’avait pas entendu de mot de travers. Pas une insulte, rien de tout cela. Aekold montrait bien une faiblesse à l’heure actuelle, il lui demandait en plus une permission. D’être en semi liberté. Un peu comme un chien que vous laissez courir pour se défouler. Il avait ravalé sa vanité, sa petite personne pour faire place à... Infériorité. Il n'y avait pas d'autre mot pour lui.

Docile Aekold ? Oui il l’était en apparence mais intérieurement. Il bouillonnait. Il ne revenait pas de ce qu’il venait de dire. Il était LA Vanité incarné et à cet instant même. Il n’était plus rien que le simple jouet d’Abyss. Oh oui, comme l’avait suggéré l’arme. Il allait prendre ce dont il avait besoin au près d’elle. Il allait entrer dans son jeu et la laisser gérer en apparence. Mais un jour, LE jour ou elle s’y attendrait le moins. Le destin lui tournera le dos pour offrir sa chance à la vanité et à son avatar. Ce jour sera peut être dans un mois, un an, un siècle mais il le sera et Aekold sera prendre cette chance de rétablir l’ordre naturel des choses pour écraser entre ses doigts Abyss et son ambition. La faire ramper sera encore trop gentil. Mais Aekold est censé. La demande de partir de temps à autre. Il en aura besoin pour se défaire de se fardeau qu’il s’impose. Il aura besoin d’expulser sa frustration pour ne pas perdre ce qu’il est.

Ce chemin sera long et pour lui difficile mais pour cela, Aekold est près au pire. Perdre son statut et n’être plus rien…


----------

Citation:
Elle se méfiait de Soul Edge comme de la peste! Elle savait très bien que depuis sa création cette épée ne cherchait qu'une seule chose: sa mort! Si elle n'était pas aussi attaché, psychologiquement parlant, a cette lame, ca ferait depuis bien longtemps qu'elle s'en serait débarassé. Malheureusement... si Soul Edge disparassait, c'était un peu d'elle même qui disparaissait également. Le seule réconfort qu'Abyss avait c'était de savoir que quand elle serait morte, une partie de son esprit survivrait dans Soul Edge. Pas la meilleure partie ca c'est sur, la partie la plus assoifée de pouvoir et la plus impatiente qui soit mais elle quand même. Elle se doutait bien que Soul Edge avait parlé a Aekold, elle le voyait sur son visage, elle voyait que le démon était assailli par la voix de l'épée qui résonnait dans sa tête. Ce qu'elle pouvait bien lui dire? Abyss n'en savait rien, quand Soul Edge parlait avec quelqu'un, la démone ne pouvait pas l'entendre. Mais elle se doutait bien qu'elle ne parlait pas de la pluie et du mauvais temps. Elle devait mettre au point une stratégie pour tué sa maitresse... enfin le point positif c'est qu'en pratiquement 9000 ans d'existence, Soul Edge n'a jamais réussit a venir a bout e son rêve le plus cher!

Aekold avait été blessé... sa lame d'os venait de se fracasser contre le bouclier psy. Abyss avait sentit sa force dans son esprit, elle avait même cru que le bouclier allait céder mais il avait résisté, même s'il avait exploser a la suite sous l'impact. La violence du choc lui avait donné la migraine quelques secondes avant que la douleur mentale ne se dissipe, absorbée par Soul Edge qui venait d'ouvrir son oeil. Abyss attendait patiemment, elle ne disait rien, elle laissait Soul Edge faire, comme a chaque fois, même si elle savait que son épée n'avait pas de bonnes intentions, jusque là elle avait toujours réussit a la contenir, elle et ses envies de destructions!

Aekold change finalement d'approche. Il s'avanca vers elle, Abyss prète a lui trancher la gorge dans l'instant si cela était vraiment necessaire. Mais finalement il mit un genoux a terre, plus par fatigue que par bonne volonté selon la démone qui garda tout de même ses distances, pensant a un mauvais piège de Soul Edge. Elle écouta le démon et quand il eut finit elle se contenta de garder le silence. Elle avait réussit a le faire changer d'avis.. a quel prix? Le voir demander poliement les choses lui donnait envie de vomir et la faisait même frissoner d'horreur. Elle rengaina son épée, Soul Edge émmettant un cri strident dans son esprit pour montrer qu'elle n'était pas d'accord... et finalement elle se tut. Son oeil se ferma.. et paisiblement elle se rendomrit dans son fourreau. Elle regarda un moment Aekold a terre en poussant un soupire devant sa demande. Elle finit par lui tendre la main, le visage toujours dissimulé par les ombre, masquant un léger sourire.

"Tu n'as pas a me demander la permission pour ca... Tu fais bien ce que tu veux. A condition que tu sois a ton postes quand j'en ai besoin et que tu remplisse tes missions en temps et en heure, le reste du temps t'es libre d'usage."

Fit-elle simplement.

"Tu quittes ton poste de Chef de Cohorte... Tu deviens mon Second!"

_________________

Citation:
Aekold n’en pouvait plus. Définitivement, il était dépassé par les événements et il ne voulait pas… Plus se battre. Il était fatigué par les affaires entre eux. Elle avait gagné car son esprit devenait défaillant. Son cerveau avait peut être été déconnecté après sa complainte. Le seigneur des ossements voulait définitivement tourner la page. Sa nouvelle faiblesse faisait de lui le dernier des démons. Il était tombé plus bas que terre et il le savait. Il ne pourrait jamais s’en relever. Ses yeux se hissèrent vers cette main tendue, remontant lentement vers l’épaule puis, toujours perdu, il cherchait le regard de son interlocutrice. Elle put lire sa résignation, sa défaite… Sa faiblesse.

Putain de BORDEL ! Mais pour qui se prenait elle à la fin ? Croyait-elle réellement à son baratin. Aux faux sentiments qu’il savait faire naître dans l’esprit et le cœur des gens qu’il avait décidé Il n’y croyait qu’à demi mais en tout cas, elle tentait tout de même sa chance avec lui. Aekold se doutait qu’intérieurement, elle hésitait, elle doutait de sa personne et de sa sincérité ? Allait-il lui en vouloir ? Nullement. Son but était justement qu’elle doute de lui. Qu’elle reste sur ses gardes, alors que lui serait docile comme un chiot. Aekold voulait réellement monter dans son estime en tant que démon de second ordre, il voulait qu’elle croie en lui, qu’elle mette toute sa conviction dans son changement. Qu’elle espère qu’il devienne l’être qu’elle veut au près d’elle, qu’il s’élève durant son apprentissage pour atteindre le rang qu’elle voudrait pour lui. Et Aekold espérait aussi la même chose. Le seigneur des ossements voulait la briser quand il aurait toute sa confiance. La voir se se fendre tel un miroir que l’on taperai lentement en le voyant se fissurer à chaque impact, aussi infime soit il pour finalement le voir s’effondrer sans espoir de le voir se réparer. C’était le programme qu’il avait en tête pour elle mais avant cela. La phase de son plan qui serait le plus longue, le plus dur pour sa Vanité, serait d’entrer dans les petits papiers du corbeau mais aussi d’obéir au moindres de ses désirs et ceux… Quelles qu’il soit. Et L’archi démon savait, tout comme lui, qu’il y aurait des moments intenses où son esprit ne devrait pas craquer sous peine de perdre le fruit de son dur labeur. Mais il pensait être prêt et il allait mettre sa propre force mentale à l’épreuve à partir de maintenant. Courage, détermination, vengeance et… Avidité. Voilà ce qui le tiendrai hors de l’eau jusqu’au jour J.

Mais reprenons le fil de cette scène. La main était toujours tendue vers lui alors que la voix mielleuse d’Abyss se fit entendre à deux reprises. Il n’avait pas à demander sa liberté… Mais elle avait pourtant sa rédition. Son regard semblait perdu durant cette première phase avant qu’il ne s’illumine à la nouvelle phrase. Ainsi, il gravissait tout de suite les échelons… Soit plus proche de tes ennemis que de tes amis. A croire qu’elle connaissait aussi cet art de la guerre. Cela devenait légèrement plus dur mais aussi plus... Pratique pour l’avoir à porter de main. Il pourrait ainsi la tester à maintes reprises sur ce qu’elle était prête à lui faire subir et ce qu’elle pouvait accepter de lui.

Finalement, ses lames biologiques disparurent dans son corps ainsi que sa protection de cartilage. Aekold se retrouva torse nu devant Abyss. Son ventre couvert de son propre sang ainsi que ses doigts. D’ailleurs ces derniers s’avancèrent lentement vers la main tendue de la générale alors que le visage de l’ancien général se relever aussi. Ses mèches ébène glissant sur son visage fin, presque elfique, ses deux rubis soutenaient toujours le regard d’Abyss. Il semblait de nouveau perdu en attendant la proposition… Non l’affirmation et c’est avec un petit étonnement qu’il dit ce simple mot.

« Merci. »

Alors qu’il saisissait la main d’Abyss pour se redresser de toute sa hauteur. Il avait reprit de sa stature quand il se mit droit comme à son habitude mais, définitivement, ces mouvements de politesse ne collaient pas du tout. Il devait avoir reçu un sacré choc pour ainsi plier l’échine. Avait-il prit conscience des mots d’Abyss. Pour elle, cela devait être une demi vérité. Mais cette demi vérité semblait bien présente à l’heure actuelle.


----------

Citation:
Son Second... son Bras Droit. Voila la place qu'elle lui laissait, non pas en récompense de sa rédition, mais plus elle serait proche de lui, plus elle pourrait réagir au plus vite s'il lui prenait l'envie de suivre les mauvais conseils de Soul Edge. Car ca ne faisait aucuns doutes que l'épée avait du se méler de choses qui ne la regardait pas, et pas de la meilleure façon qui soit... en donnant des conseils de mauvaise qualité. Cependant Abyss faisait aussi ca pour que Aekold fasse ses preuves. S'il voulait tellement être reconnu, s'il se pensait tellement supérieur a elle, voila que la démone lui donnait l'opportunité de le lui prouver, a elle et a l'Empereur. S'il arrivait a récupérer son grade et son statut en faisant des efforts, alors tout ca n'aura pas été fait en vain! Elle ne prenait pas plaisir a le voir dans cet état, pourtant elle aurait cru que le voir s'incliner devant elle la rendrait plus satisfaite... mais c'était l'inverse qui se produisait. Elle n'en tirait aucune gloire, elle ne ressentait aucune joie devant le spectacle du démon agenouillé devant elle, elle ne se sentait pas meilleure que lui... elle avait juste l'impression qu'elle n'avait plus rien a faire ici.. et elle se rendait compte de certaines choses.

Tout ca pour un statut... tout ca pour un grade. Abyss resta un moment les yeux dans le vide, en sentant la main de Aekold se glisser dans la sienne. Elle avait vécu si longtemps... elle avait bâtit cette cité de ses propre main alors qu'il n'y avait que néant sur ces terres. Elle avait posé la première pierre.. et la dernière. Elle connaissait chaque passages secrets de cet endroit, elle avait créer des pièces cachées connue d'elle seule... elle avait connu bon nombres de guerres, tué bon nombre d'ennemis. Elle avait vu son peuple grandir au file des siècles, elle avait vu les Roi et les Reine se succéder sur le trône sans jamais se proposer pour une telle place... alors qu'elle aurait pu a son tour devenir Impératrice. Elle avait finalement accepter de servir son Empereur avec dévotion. Elle vivait, et plus elle vivait plus le temps sécoulait, et plus il s'écoulait plus elle se rendait compte que les choses se répetaient. Elle avait perdu bon nombre d'amants... elle n'avait connu qu'un seul amour... et aujourd'hui elle se rendait peut être compte que si c'était pour en perdre un autre il était temps pour elle de tirer sa révérence. Elle avait fait la promesse de ne mourir que lorsqu'elle aurait trouvé un digne succésseur pour ses troupes. Elle ne l'avait pas trouvé, elle était resté a son poste fidèlement et loyalement! Mais... la lassitude qu'elle ressentait pesait lourdement sur ses épaules. Et elle n'était pas sur de pouvoir supporter le poids d'une perte suplémentaire...

Elle reprit ses esprits en entendant la voix d'Aekold qui venait de se lever devant elle, déclarant un "merci" qui la it légèrement grimacer. Elle relacha la main du démon une fois qu'il fut debout. Elle hocha simplement la tête.

"Arrêtes donc de remercier de la sorte ca ne te ressemble pas du tout... et ca me donne la nausée. Contentes-toi de rester tel que tu a toujours été... ca suffira."

Fit-elle en évitant soignesement de croiser son regard, les yeux poser sur le torse du démon, couvert de sang. Elle alla poser sa main sur la peau d'Aekold, effleurant son torse ensanglanté du bout des doigts avant de les ramener a ses propres lèvre, goutant de sa langue le liquide pourpre démoniaque.

"Tu.. ferais mieux d'aller te soigner... Quand tu seras reposé, viens dans mes appartements je te donnerais ton ordre de mission..."

Dit-elle en relevant un peu les yeux vers lui, l'observant en silence. Elle avait besoin de repos elle aussi.

_________________

Citation:
Ainsi donc ce n’était pas ce que voulait Abyss de son nouveau second ? Elle voulait donc le changer dans ses idées mais qu’il garde ce mordant qu’il avait. Cette manière si particulière d’envoyer bouler le moindre pecno qui pensait être supérieur à lui… Ou simplement qui avait pesé l’œil sur lui sans qu’il en est donné l’autorisation plus tôt ? Elle voulait un Aekold originel. Pas un faible d’esprit qu’il avait montré jusque là quand il avait signé sa rédition avec elle. Décidément, elle ne savait pas ce qu’elle voulait ce petit corbeau ? En y pensant, s’il n’avait pas offert sa personne à la générale. Elle aurait tôt fait de ramasser un revers de la main du déchu. Elle n’avait donc aucune limite pour le rabaisser plus bas que terre ? Montrez lui une faiblesse et elle semblait avoir le don de frapper fort. Mais ce n’était qu’une apprentie à coté du sir Sanath. Lui le savait et elle devait le savoir tout comme lui. Apparemment c’est ce qu’elle désirait revoir. Abyss semblait être attiré par son coté vaniteux. Il avait le sang chaud quand il était décidé. Que ce soit dans des décisions, au combat ou dans ses relations physiques avec le corbeau.

En tout cas. Abyss réussit à lui tirer un soupir de lassitude alors que les yeux du démon s’assombrirent légèrement. Devenant plus… Naturel si on considère qu’il était foncièrement méchant à la base. Il fixa ardemment la générale tout en secouant négativement la tête.

« Alors que cherches tu de moi ? Que je reste l’être abject selon tes termes mais que je sois ouvert aux idées que tu veux m’apporter. Que je sois capable de changer en… Bien ? Si on part du principe que je suis mauvais… Chose que je conçois. »

Non seulement, il reprit un timbre de voix des plus classiques et hautain. Il posa son regard sur les gestes d’Abyss. La stoppant dans son geste pour mener son doigt ensanglanté à ses lèvres. L’écoutant de nouveau. Elle semblait vouloir le materner. Se reposer ? Il aurait le temps plus tard.

« Considère moi réellement comme ton second. Je n’ai pas besoin de repos après un duel qui ne pas causer de blessures mortelles. Je suis prêt à entendre ta mission et à m’y engager. »

Il toisa du regard Abyss alors qu’il avança son visage vers cette dernière. Il la laissa finalement finir son mouvement mais étala légèrement son sang sur les lèvres de cette dernière pour, par la suite, libérer sa main et lui offrir un léger sourire. Aekold se pencha sur le coté. Ramassant son plastron de cuir pour le poser nonchalamment sur une de ses épaules. Tout en se redressant, il en profita pour admirer le corps de la générale qu’il n’avait guère vue depuis quelques temps. Hormis dans des prises de tête ou défi. L’adrénaline du combat, sa rage, tout cela avait excité son être et l’essence démoniaque qui l’habité. Mais restant sage, il ne fit rien hormis de se redresser totalement. Il croisa ses bras contre son torse alors qu’il gardait ce petit sourire amusé. Il semblait avoir reprit du poil de la bête et son regard était redevenu dur et distant comme il pouvait l’être dans son habitude.

« Considère que je suis un ancien général passé sous ton service et qui n’a plus besoin de faire ses preuves. Tu connais mes compétences, tu sais ce que je suis et ce que je vaux. Donne moi les missions que tu veux. Je les réussirais sans fléchir et entacher ta personne… Et encore moins la mienne ma petite générale Crow. »

Finalement, il laissa son instinct démoniaque prendre le dessus sur lui. Retirant un bras de son emplacement. Aekold vint se saisir du bas du dos d’Abyss. L’enlaçant de force pour l’approcher de lui.

« Et si nous allions dans tes appartements pour discuter de cette ordre de mission de suite ? Plus vite reçu. Plus vite je partirais régler tes soucis et tu ne m’auras plus dans tes pattes. Tu auras le temps de savoir ce que tu peux faire de moi. Je suis sur que cela te préoccupe… »

Il serra un peu plus Abyss contre lui. Effleurant la poitrine de cette dernière à l’aide de son corps avant de totalement la libéré et d’éclater d’un petit rire sarcastique. Levant une main, il regarda derrière lui.

« Je me laverai après ton ordre de mission. Ca me reposera un peu. Ne t’en fait pas pour moi. Ou alors fait le mais sans le dire. Ca ne te ressemble pas de te soucier tant que ça de moi. »


----------

Citation:
Cette simple pensée qu'il était peut être temps de partir et de laisser le temps s'écouler sans elle, montrait a quel point elle venait a être dégoutée de la vie. La lassitude qu'elle ressentait a faire sans cesse les même choses, commençait a lui donner un gout amer dans la bouche. Elle devait encore tenir un peu... car il était évident que son travail ici n'était pas terminé. Il fallait qu'elle termine les formation commencée, il fallait qu'elle entraine son Empereur en tant que Maitre d'Arme Impérial, le préparer pour la grande bataille. Et elle devait trouver un successeur pour Soul Edge, car l'épée, aussi détestable soit-elle, ne devait jamais disparaitre. Après quoi... elle se donnerait la mort, comme elle l'avait prévu. Mais pour le moment il fallait qu'elle songe a ce qui lui restait a faire. Et sa première priorité était Aekold, du moins pour le moment.

Il semblait un peu perdu dans les demandes de la jeune femme.Elle ne voulait pas le faire tourner en bourrique mais elle ne souhaitait pas le changer. Elle appréciait le fait qu'il devienne son Second mais ce n'est pas pour autant qu'elle voulait un traitement de faveur avec des ronds de jambes qui lui donnaient la nausée. Elle aimait le Aekold qu'il a toujours été jusque là: têtu, sarcastique et hautain. Elle aimait sa façon d'être et ce n'est pas un chien obéissant qu'elle voulait pour Second mais bien un démon capable de s'imposer et de se faire respecter par lui même et non par son titre! S'il voulait du respect... il allait pouvoir s'en donner a coeur joie et montrer a tous qu'il en était capable!

"Je ne te demande pas de changer ta façon d'être... mais ta façon de voir les choses, les gens. J'aime ton caractère, aussi détestable soit-il, j'aime la manière dont tu t'enerve, la façon dont tu me regardes lorsque tu as envie de me tuer, j'aime cette façon que tu as de te mettre en colère pour un rien... Tu veux du respect, tu te trouve supérieur? Alors prouves le moi, prouves le a tes hommes, prouves le a l'Empereur!"

Fit-elle en le fixant intensément, sa voix était calme, apaisée, sereine, elle disait simplement les choses au fur et a mesure que ca lui venait et sans chercher a faire attention a ses mots. Elle se devait d'être honnête et de ne rien lui cacher, du moins pour le moment elle pouvait bien lui dire les choses qu'il avait besoin de savoir.

"Je ne veux pas d'un ange a mes côtés.. je veux un appui, un soutient, quelqu'un en qui je puisse avoir toute confiance, a qui remettre des missions délicates sans me faire de soucis pour lui. Je connais tes capacités en combat, je sais de quoi tu es capable... ce que j'aimerais c'est que tout le monde s'en rende compte. Tes hommes te craignent... mais ne te respectent pas forcement. Le plus important c'est ca... le respect... si tu arrives a l'avoir... tu auras aussi ma place..."

Fit-elle en le regardant un instant avant de détourner les yeux. Aekold venait de l'enlacer.. mais la démone resta sereine, sans se sentir troublée, elle savait très bien ce qu'il attendait d'elle... comme toujours. Elle poussa un soupire discret avant le sentir s'éloigner d'elle, ne laissant qu'une vague chaleur et quelques traces de sang sur son corps. Il prit les devant et Abyss ne bougea pas... elle semblait réfléchir a quelque chose, et puis finalement elle se mit en marche elle aussi.

Au fur et a mesure qu'elle avancait dans le couloir, elle se rapprochait des torchères encore allumées. Son sentiment de bien être et de pleinitude disparu petit a petit, et quand elle revint a la lumière, elle était redevenu comme a son habitude. Les ombres ne l'entouraient plus. Elle suivait Aekold dans le couloir, jusqu'a l'escalier de pierre qu'il montèrent en silence jusqu'au quatrième étage, là où se trouvaient les appartements de la belle. Le couloir était plus large ici, et éclairé par des torchères plus finement décorées. Des gardes faisaient leur ronde, Abyss les salua d'un signe de la tête auquel ils répondirent avant de poursuivre leur ronde. Ils arrivèrent au bout du couloir, devant une grande porte de métal sculptée se trouvaient deux gardes qui ne quittaient jamais leur poste. Ils se mirent au garde a vous face a Abyss, jetant un oeil a Aekold derrière elle.

"Au Rapport"

"Les domestiques sont passés, votre bain est prêt. Un messager de l'Empereur vous fait dire qu'il vous donnera audience demain a la première heure, Seigneur Abyss."

Elle hocha la tête lentement en ouvrant la porte, invitant Aekold a entrer avant elle.

"Faites préparer ma monture pour demain matin, je repars si tôt mon entretient terminé.. je veux une garde permanente devant mes appartements pendant mon absence! Vous pouvez disposer"

Les gardes la saluèrent et repartirent. Abyss entra dans ses appartements et referma laporte a clé derrière elle, poussant un soupire, elle se dirigea vers le petit salon où Aekold devait l'attendre.

_________________

Citation:
Les mots, les phrases d’Abyss pourraient toucher un homme qui douterait de ses capacités, qui aimerait pouvoir être plus que ce qu’il est mais qui ne croirait pas en ses capacités. Elle avait le don de vous redonnez espoir, de vous élever, de vous surélever. Elle avait ce charisme qui fait de vous un leader né et unique. Le seul ennui c’est qu’Aekold, même si à l’extérieur, il ne l’était pas pour les gens qui l’entourait, intérieurement, il valait chacun d’eux. Pire, il les valait tous réunit. La vanité nourrissait se démon, certains se laisse à croire que s’il avait été nous sous une autre sphère d’influence démoniaque, la violence, il aurait été un de ses meilleurs représentant, malheureusement sa vanité, son orgueil, son amour pour sa petite personne étaient au dessus de toute chose vivante, elle semblait sans limite. Et non, il ne se trouvait pas supérieur… Il était supérieur. Intérieurement, il le savait, il le ressentait mais il n’arrivait pas à transmettre cette vérité aux êtres l’entourant. Il n’avait pas cette fibre qui traversé le corps d’Abyss. C’était ce qu’il voulait d’elle, ce petit plus qui ferait plier le premier soldat en entendant ses mots et ses vérités.

« Ce qui m’intéresse réellement Abyss. C’est moi et ce qu’eux j’accepte dans ma sphère. Les autres, soldats ou non… Ne m’intéressent guère. Ni eux et encore moins leur avis. »

Cela semblait des plus limpide quand on connaissait l’animal. Elle voulait automatiquement qu’il soit reconnu alors que lui. Ne vivait pas à travers les gens comme Abyss le faisait. Son image semblait être vitale, ce qu’il renvoyait aussi. Pour Aekold, il ne renvoyait rien de bien aguichant, de bien chaleureux et s’était ce qu’il voulait. Personne ne l’approche, personne ne l’emmerde… En l’occurrence, ce petit plan n’a jamais fonctionné sur la générale… Allez savoir pourquoi. Dans tout les cas, les derniers mots d’Abyss allaient résonner un petit moment dans le crâne de la vanité incarnée.

Maintenant c’était à lui de diriger, du moins la marche, c’était toujours mieux que rien, non ? Il fallait savoir se contenter de peu dans la vie, les petits plaisirs. Dans tout les cas, Aekold foulait le sol d’un pas sur mais lent, jetant un coup d’œil de temps à autre à Abyss. Par politesse… Non pour se rincer l’œil surtout. Aekold laissa la générale monter les marches la première. Surtout quand la vrai politesse évitait cela en laissant les hommes monter les premiers mais Abyss avait elle ce genre de rudiment ? Il ne voulait pas le savoir. Il voulait juste pour ce se déhancher et se fessier se balancé à chaque pas nécessitant à Abyss de lever la jambe. Quelques pas plus tard. Voilà qu’il arrivait dans un couloir qu’il connaissait de mémoire. Il menait à l’une des chambres des généraux. Oui, à l’époque il en avait une pareil. Mais ce n’était plus qu’un lointain souvenir. Il se stoppa devant les soldats, ne lâchant pas un mot, même pas un regard. Il fixait la porte alors que sa supérieure entra en dialogue avec les petits trouffions présents devant chez elle. Ils étaient tout de même plus pratiques que des chiens. On n’avait pas à les sortir. Ils le faisaient eux même. La respiration du géant démoniaque était lente, le regard était détaché, il semblait ailleurs. Il ne prêté pas l’oreille aux dire du corbeau. Il réagit juste quand la porte s’entrouvre. S’engouffrant dans la pièce quand son gabarit pu passer sans croiser le regard d’un garde. Aekold disparu dans les pièces avant d’aller se faufiler dans, justement, le petit salon.

Entendant Abyss fermer la porte, Aekold se colla contre un mur de la pièce. Attendant que sa proie se présente pour…La saisir au poignet. L’attirant vers et contre lui avec force mais sans aucune violence. Plaçant son bras libre autour de la taille du corbeau. Il relâcha le poignet pour finalement saisir la main du générale avec délicatesse entre ses doigts. Secouant la tête à trois reprises. Il compta pour lui-même avant d’engager ce qui semblerait être… Une valse improvisée sans musique. Le regard amusé et légèrement pervers du démon de la vanité se posa que sur celui de sa partenaire de fortune. Enchaînant les pas avec agilité et savoir faire. Effectivement, ce petit démon avait plusieurs cordes à son arc. Il aimait danser quand l’occasion se présenter et cela ne fut jamais le cas avec Abyss. Cette improvisation, que cela plaise ou non au corbeau, semblait ravir le déchu alors qu’il continuait à marquer le fameux 1…2…3. Ses yeux sans cessent fixer dans celui d’Abyss, après une longue minute, tout en dansant, il rompu son silence.

« Je te sais sincère dans ta proposition de me laisser ta place quand le temps sera venu…Mais… »

Dans un mouvement de hanche, le démon se plia en avant, posant Abyss dans une position légèrement indélicate. Le dos de cette dernière contre le bras. Le visage levé vers celui d’Aekold. Elle était en position du baiser romantique de film à l’eau de rose. Bien sur, le seigneur des ossements aurait pu, aurait du ? Concrétiser par, justement, un baiser, mais au lieu de cela. Il pencha un peu plus son visage pour venir cueillir de sa langue le sommet de la poitrine non voilé du corbeau, goûtant sa chaire avec plaisir.

« Je ne veux pas d’un don… Je veux le prendre à son possesseur. »

Continuant à valser avec Abyss, le sourire malsain du sir Sanath se faisait de plus en plus large. Il finit sa danse. Leur danse ? Par un mouvement ample. Laissant Abyss au bout de son bras tendu alors que ses rubis n’avaient pas quitté les yeux de la mignonne succube.

« Rajoute à cela que ton poste n’est qu’une marche pour atteindre le statut d’Empereur et tu sauras ce que je désire ma belle. »

Il était sans limite. On lui offrait une occasion d’avoir ce qu’il semblait avoir toujours désiré et voilà qu’il demandait plus. Il était plein d’arrogance… Il était plein de vanité. Il adorait cela.

Mine de rien, le bain fumait toujours à coté d’eux. Si Abyss voulait le prendre après lui avoir donné sa mission. Il faudrait qu’elle fasse vite car il va être froid…


----------

Citation:
La porte se referma et Abyss poussa un long soupire en avançant vers le petit salon. De plus en plus son esprit était assaillit de bien sombres pensées. Elle jeta un oeil a sa ceinture... mais Soul Edge était bien endormi, ce n'était donc pas elle qui lui torturait l'esprit. Alors c'était peut être que le temps était venu pour elle de tirer sa révérence, oui bientôt ce serait l'heure de s'abandonner a la facilité. Le sable dans le sablier commençait a manquer, les grains tombaient un a un dans le passé, son futur ne tenait plus que dans une petite pincée... et bientôt, se serait l'oublie. L'abandon...

Quand elle arriva dans le salon, elle sentit un frisson mais elle n'était pas suffisament sur ses gardes, elle n'esquiva pas, elle n'essaya même pas de l'esquiver. Aekold la saisit par le poignet et l'attira contre lui.. et elle ne chercha pas a s'en détacher, mais elle ne fit rien pour se rapprocher de lui non plus. Elle resta là, immobile a le regarder, le fixant sereinement et sans la moindre émotion dans le regard. La surprise étant passée elle se laissa entrainer dans la danse que Aekold venait d'improviser pour eux. Il lui semblait entendre une musique immaginaire, se laissant porter par son cavalier en suivant ses pas de danse sans rien dire, l'écoutant simplement parler.

A ce moment là.. elle aurait pu lui dire qu'il n'aurait pas besoin de lui voler sa place. Elle aurait pu lui dire qu'elle avait déjà prit sa décision, elle aurait même du le faire, le prévenir que bientôt il serait seul, comme il le souhaitait tant. Elle aurait pu dire qu'elle était épuisée, qu'elle avait perdu le gout de vivre et que l'histoire lui laissait un gout amer sur la langue. Abyss Crow, après 8000 ans d'existence... ne se sentait plus la force de vivre un siècle de plus. Mais elle ne dit rien, elle continua de danser, la première danse qu'ils s'offraient tout les deux depuis leur première rencontre. Il leur en aura fallut du temps...

Quand la danse prit fin, Abyss l'observa un moment en silence avant d'esquisser un léger sourire pour finalement lacher la main d'Aekold qu'elle tenait. Elle lui tourna le dos et se dirigea dans sa chambre, laissant la porte ouverte et se postant devant la grande armoire métalique qui trônait dans un coin de la pièce. Pas de serrures, pas de poignets, pas de moyens de l'ouvrir d'une quelconque façon. Elle passa sa main sur l'armoire et un cliquetis métalique se fit entendre, les portes s'ouvrirent et l'autel était là. Abyss y placa Soul Edge, l'oeil de l'épée était fermée. Elle referma les porte et repassa sa main dessus, un autre cliquetis se fit entendre... et l'armoire était fermée a double tour. Elle alla s'assoir sur son lit, épuisée de sa journée et de son voyage.

"Ta mission..."

Fit-elle en parlant assez fort pour que Aekold l'entende, sans savoir s'il était encore dans l'autre pièce d'ailleurs.

"Sera d'aller a la rencontre d'un peuple nommé les Draconides, a Faranor... Tu leur donneras une lettre, tu les inviteras a venir ici, dans le but de sceller une alliance. Tu devras les convaincre a n'importe quel prix mais ils doivent venir... n'importe quel prix Aekold...Prends le nombres d'homme que tu auras besoin, un bateau est mit a ta disposition, tu seras le commandant exclusif de cette expédition. Trouves-les, charmes-les et reviens... Ca ira?"

Fit-elle en s'allongeant sur le lit, les yeux fixés sur le plafond du lit a baldaquin, n'écoutant que sa respiration.

_________________

Citation:
Ahaha…Finalement, Abyss n’offrit aucune résistance à l’invitation un peu forcée de son second…Second… Ce terme, rien que d’y penser, donné des nausées à sir Sanath. Mais à l’heure actuelle. Aekold avait improvisé un petit moment entre eux et elle semblait réceptive. Du moins, elle en donnait l’impression puisque même quand ce dernier lui parler… Elle semblait être ailleurs. Loin de lui mentalement. A quoi pouvait elle penser pour ne pas se soucier de son cavalier. Mine de rien, cela était un peu frustrant, limite vexant à y regarder de plus près. N’importe qui qu’Aekold aurait invité. L’heureux ou l’heureuse élu(e) aurait au moins jeté un regard à sa petite personne, au moins un sourire mais là rien… RIEN… RIEN DE RIEN. Si cela l’emmerdé, elle n’avait qu’à le repousser. Une fois de plus ou une fois de moins. A ce stade, le sir Sanath ne voyait plus réellement la différence. Ces deux là avaient le don de mélanger les relations… Intimes. Le corps à corps, ils connaissaient… Dans tout les sens du terme.

Mais toute les bonnes choses ont une fin et voilà que cette musique imaginaire venait de jouer sa dernière note. L’instrument de leur esprit venait de jouer pour la dernière fois. Voilà… C’était finit et Abyss semblait elle aussi attendre sagement une suite à ce premier morceau mais rien ne vint. De ce fait, elle brisa ce qui pouvait rester d’eux en s’éloignant. Maintenant le corbeau s’éloignait sans même lui jeter un regard. Aekold haussa les épaules et jeta un regard vers la baignoire rempli d’eau encore légèrement chaude. S’approchant de cette dernière. Il jeta un œil à Abyss qui venait de se vautrer sur son lit.

Les mots d’Abyss furent accompagnés par un bruit assez sourd. Froissement, choc étouffé, Aekold était entrain de se déshabiller alors qu’il écoutait les tenants et les aboutissements de la mission qu’on lui offrait ou qu’on lui ordonnait de faire ? Il écouta juste les propositions que lui faisait Abyss alors que géant démoniaque se glissa au sein de la baignoire. Profitant de cette dernière pour se décontracter et fermer à demi les yeux. L’eau, bien que très propre, changea rapidement de teinte, elle passa du légèrement transparent à rosé. Le sang séché sur le corps du seigneur des os se dilué au coeur de l’eau. Aekold calla ses bras de chaque coté de la bassine. Attendant sagement qu’elle finisse de donner ses ordres. Quelques soupires d’aise et le démon s’était confortablement logé dans le bain.

« Je vais en prendre le minimum, je ne vais pas en guerre... Et je ramènerai tes… Gros lézards si c’est ce que tu désires et tu sais que charmer n’est plus un travail mais un art de vivre chez moi. Ne t'en fait pas... Il te mangeront dans la main et tu aimeras cela grâce à moi. »

Aekold réprima un bâillement à hauteur de sa gorge. Ne voulant pas étaler au grand jour sa fatigue. L’énervement, le combat, la marche, il était fatigué mais préférait garder cela pour lui. Abyss voulait mettre ses espoirs en lui, il se devait de ne pas la contrarier.

Aekold était décidé à ne se laisser que dix minutes de repos pour cette journée. Le corbeau semblait vouloir des résultats rapides mais surtout par touts les moyens. Le seigneur des ossements se devait de trouver aisément une solution pour cueillir les gros lézards qu’elle voulait. C’est ainsi, qu’au bout d’une dizaine de minutes, Aekold sorti de l’eau aussi vite qu’il était entré. Prenant une serviette qui avait du être préparé par les serviteurs. Il tenta d’entrer en communication avec Abyss, espérant qu’elle ne s’était pas endormi et… Si s’était le cas. Il prendrait ses affaires sans plus attendre pour partir pour cette destination qui suscité un léger intérêt chez lui. Juste le fait de bouger, le peuple en lui-même. Il ne le connaissait pas et il n’était pas plus que cela intéressé par leur culture ou ce qui l’entouré. Le seul inconvénient, c’est qu’il allait devoir faire semblant de porter à un intérêt à cela. Il noua la serviette autour de sa taille. Se dirigeant vers la chambre pour se poser légèrement au dessus d’Abyss mais en dehors du lit. Posant ses yeux sur le regard de cette petite. Il déclara juste.

« Je vais y aller de suite. J’ai énormément de chose à préparer pour le voyage. »

Abyss était réveillée ? Il ne le savait guère, si elle l’était et qu’elle ne voulait pas parler. Le corbeau était prévenu. Au pire, elle le saurait demain matin à la première heure de son réveil. Dans tout les cas, il s’étira tout en faisant craquer ses os multiples. Il était un peu décontracté, cela était déjà pas mal pour lui…


----------

Citation:
Elle était belle et bien réveillée, elle ne trouverait pas le sommeil si facilement et tout au plus elle ne dormirait que quelques heures, a peine, juste de quoi tenir une autre journée épuisante, puis une semaine de folie, un mois de dingue qui aboutirait a une année harassante de dur labeur. Entre la politique et les manœuvre militaire elle sentait de plus en plus le poids de ses responsabilité. L'Empereur lui donnait de jour en jour des mission de plus haute importance, ce qui était peut être une bonne chose, au moins elle avait la confiance de son Seigneur mais elle avait la lourde charge de ne pas le décevoir en contre partie. Elle poussa un léger soupire alors que son regard dévia un peu vers l'armoire de métal, recouverte de runes étranges, là où soul Edge reposait. Si Abyss mourrait... qui s'occuperait de l'épée? L'Empereur? Non... elle aurait tot fait de l'ennuyer, de semer le trouble et la discorde. Aekold? Entre ses mains se serait donner une arme a un ennemi et lui tourner le dos... trop risqué. Soul Edge savait trouver les mots juste, les mots exactes qui allaient toucher les gens, elle faisait naitre un climat de confiance fictive et quand le moment était venu.. elle vous assassinait joyeusement dans votre sommeil. Non il faudrait quelqu'un de plus rustre, de moins sensible ... et elle ne l'avait pas encore trouvé.

Quand elle remonta son regard vers le plafond de son lit, c'est le regard d'Aekold qu'elle croisa. Elle sourit légèrement, il avait prit un bain... et maintenant il allait partir. Elle se redressa un peu, prenant appuie sur ses coude pour le regarder un peu mieux. Une serviette nouée autour de sa taille, les cheveux ruisselants d'eau, le regard posé sur elle... Abyss l'observa en haut en bas sans la moindre gène avant de sourire en coin. Il ne fallait pas qu'elle pense a des choses trop dramatique, si elle commencait a montrer des signes de faiblesses, d'autres allaient en profiter, Aekold ne serait pas parmi les derniers a profiter d'une telle faiblesse. Alors jusqu'a ce qu'elle ne disparaisse simplement, elle allait garder l'image de cette Seigneur des Légions qu'elle avait toujours été et qu'elle serait a jamais!

Son regard s'arrêta sur la serviette d'Aekold alors qu'elle venait se remettre assise au bord du lit. Elle n'eut pas a se concentrer bin longtemps pour que son pouvoir ne defasse l'attache sommaire du linge et que la serviette ne tombe au sol. Laissant le démon complètement nu a ses yeux. Abyss esquissa un sourire, penchant sa tête sur le côté avec un regard appréciateur, venant se passer la langue sur ses lèvres avant de remonter ses yeux vers ceux du démon.

"Maintenant? Tu es sur? ...."

Fit-elle en se glissant hors du lit, lentement elle vint marcher autour du démon, sa main venant glisser sur sa peau démoniaque, effleurant son torse, puis son bras, son dos et revenant effleurer son ventre alors qu'elle avait effectué son tout complet, revenant en face de lui, en gardant le sourire aux lèvres. Elle l'observa un bon moment, caressant sa peau, descendant sa main sur son entre jambe qu'elle saisit doucement entre ses doigts. Et puis lentement elle vint poser sa langue sur son torse, commencant a se mettre a genoux devant lui, léchant chaque parcelle de peau du démon le long de son trajet. Quand elle fut a genoux devant lui, les yeux lever vers les siens, elle vint déposer un baiser sur la virilité d'Aekold qu'elle tenait toujours entre ses doigts. Le baiser se changea rapidement en coup de langue furtifs, donné de ci de là sur le mebre démoniaque, continuant toujours de le regarder avec un air taquin.... et provocateur.

_________________

Citation:
Décidément, Aekold n’avait pas prévu que la belle succube s’intéresse de nouveau à son corps comme elle le faisait à l’instant. Dans les gestes qu’il avait effectué. Se noyer dans son bain, se laver et en ressortir à demi nu. Les gouttes ruisselants sur son corps athlétique et élancé, le seigneur des ossements s’était présenté au pieds de sa supérieure pour l’informer de son départ pour cette… Calamiteuse mission. Aekold était moyennement motivé à devoir courir après les lézard à sang froid pour tenter vainement de les convaincre d’assister à un congrès ayant pour but de les faire fléchir et qu’ils accompagnent les démons dans une guerre frontale avec le reste du monde. C’était une mission des plus ardu, il fallait être diplomatique, ingénieux et se montrer supérieur face à eux mais sans leur montrer… La première serait facile… Pour l’avatar de la vanité la seconde partie risquerait d’être plus… Ardu. Effectivement, malgré le regard que lancé Abyss au corps du déchu, se dernier était plongé dans ses pensées. Essayant de préparer son expédition de manière optimal. On pouvait donc dire qu’il était intéressé par le travail qu’on lui demandait. S’était un bon point pour Abyss. Qui sait, peut être qu’un jour il comprendrait où elle veut l’amener, ce qu’elle qu’il devienne. Les chances de réussites étaient faibles… Limites inexistantes mais bel et bien présentes. Sans ouvrir la bouche pour rechigner le regard de prédatrice, Aekold la laissa faire comme si elle avait face à elle un morceau de viande. Le déchu ne rougit pas non plus à ce genre de liberté que le corbeau s’offrait avec lui. Ce n’était pas la première et même si cela avait été le cas. C’est un démon qui n’a pas dans son vocabulaire le mot « gêne ». La seule chose qui l’irrita un peu c’est ce maudit pouvoir qui l’avait écrasé contre un mur et qui venait… A l’instant même, laisser choir sa serviette de sa taille. Pas qu’il trouvait l’utilisation intensive mais il avait la dent dur concernant un peu et n’importe quoi.
Abyss assise face à lui. Aekold totalement nu devant sa supérieure sans ciller ou afficher une gêne apparente ou dissimulée. Il fléchit juste son visage vers le bas pour déposer son regard dans celui de la belle et sanglante. Le déchu ne put dissimuler un sourire du coin des lèvres en regard la générale se délecter de la vue qu’elle avait en passant sa langue sur ses lèvres. Aekold prêta l’oreille aux quelques mots de la générale sans les relevés dans l’immédiat.

Maintenant, voilà qu’Abyss se relevait pour le toiser du regard… Avec genre de chose, elle aurait bien pu déshabiller le démon si ce n’était pas déjà fait. Il se laissa faire comme… Comme un être passif, il voulait laisser la sanglante profité de son corps, la laissant seule juge pour savoir s’il était encore à son goût malgré toutes ses années de confits passés, présentes et futures. Pour lui faciliter sa visite de courtoisie. Quand la belle passa de torse à son dos. L’ancien général plaça ses mains à hauteur de sa propre nuque, tel un oreiller de fortune et s’étira de toute sa longueur et hauteur. Ses muscles se contractant alors qu’il était en extension. Sans le vouloir, quelques craquements osseux se firent entendre. Décidément, le pouvoir de manipuler les os ne les remettait pas toujours au bon emplacement. En tout cas, Abyss put profiter du corps de son second alors qu’il était contracté dans son ensemble. Le déchu soupira d’aise sous son étirement et sous le contact délicat des doigts du corbeau. Mine de rien, après le premier échange de regard à hauteur du lit. Abyss semblait déjà avoir une idée en tête et elle l’appliquait déjà. Du moins c’est ce que pensa Aekold quand il senti les doigts délicats se refermer sur sa virilité démoniaque. Les deux rubis ne purent quitter la langue de la générale qui semblait prendre un malin plaisir à ne laisser aucun centimètre de sa peau en paix. Se délectant de sa chaire alors qu’elle glissait de plus en plus bas vers ce que ses doigts tenaient.

Ma vue qu’Abyss offrit quand elle plia les jambes ne fut pas pour déplaire à son second. Elle était…A sa place, à genoux devant de lui et presque obéissante… Elle allait sûrement le rester tant qu’elle aurait ce qu’elle voudrait. Aekold décida enfin de briser son inactivité quand elle senti les lèvres d’Abyss contre son membre et le petit enchaînement qui suivit n’était pas pour le déplaire. Il senti à nouveau le contact de cette langue humide alors qu’il répondait avec malice et envi au regard provocateur de son… Amante ?

« Mais si tu en as décidé autrement… Je me ferais un plaisir de te tenir compagnie Abyss… Je n’aimerai pas te décevoir. »

Le sourire d’Aekold se fit un peu plus large alors qu’il venait saisir les cheveux de la générale, dégageant son visage alors qu’il masse. Pour cela il avait du plier légèrement son corps alors qu’il caressa la joue de la succube de son autre main libre. Le déchu plaça un pied entre ceux d’Abyss. Poussant légèrement pour ces derniers pour les écarter alors que le géant penché délicatement le visage pour s’offrir une vision des plus… onirique du corps de la belle. Se délectant de l’habitude de la sanglante de ne porter que peu de tissu.

-----------

Citation:
La voila bien docile la Seigneur des Légions, ainsi réduite a se mettre a genoux devant celui qui ne rêve que d'une seule chose: la détruire. Etrange relation que celle qu'ils entretenaient ensemble a mi chemin entre la haine féroce et l'attirance sauvage qui les réduisant a se hair autant qu'ils s'attiraient. Comme si elle n'avait déjà pas assez de soucis a se faire! Pas assez de problèmes a gérer! Enfin bon.. elle ne pouvait rien y faire de toutes façons, elle ne pouvait pas changer ses attirances ni même changer son jugement sur une personne comme Aekold. Elle aurait beau faire tout les efforts du monde ca ne changerait pas le fait qu'elle se méfiait de lui comme de la peste et qu'elle le désirait presque tout autant. Alors elle faisait avec, elle ne cherchait pas a se retenir face a ses pulsions se serait peine perdue, complètement.

La voila donc agenouillée devant lui, esquissant un léger sourire du bout des lèvres en continuant son oeuvre. Le membre du démon entre ses lèvres faisant de lent mouvements de va et viens alors que sa langue tournait doucement dans sa bouche pour accentuer la sensation, aspirant de temps un autre un peu de sa semence avant de la lapper conscencieusement pour repartir de plus belle. Les actions étaient finement calculées, dans le but ultime de lui donner le plus de plaisir possible. Elle écartant les jambes a sa demande silencieuse, obéissant a son moindre désir et continuant de lui lancer un regard des plus aguicheur et des plus provocateur qui soit. A croire que la fatigue la rendait plus gourmande, comme si elle cherchait a chasser le sommeil par la plus agréable façon qui soit. Elle relacha le membre tendu d'Aekold, y déposa un baiser a son extremité qu'elle sucotta de nouveau avant de le lécher avidement de quelques gouttes de semence qui y perlait déjà avant de le regarder.

"Et si pour une fois on inversait les rôles, hum? C'est toi qui ordonne... c'est moi qui obéit."

Fit-elle en se passant la langue sur les lèvres avant de venir lécher de nouveau l'extrémité de son sexe tendu en souriant.

"Fais ce que tu veux de moi... Aekold."

La chose était risquée elle le savait, elle ne cherchait pas amettre de limitation dans ce qu'elle venait de dire. Pour une fois, elle serait sa chose, elle répondrait au moindre de ses désirs, elle ferait le moindre de ses caprices et sans emmettre une seule objection... juste pour le plaisir de se sentir lui appartenir.

_________________

Citation:
Diantre ce qu’Abyss pouvait avoir le don de vous faire sentir vivant quand elle avait décidé d’employer un des arts qu’elle maîtrisait. Non, Aekold ne pensait pas à de l’entraînement armé mais au multiples mouvements de lèvres, de langue. Le corbeau était une digne représentante des succubes et le déchu ne pouvait qu’apprécier que l’on développe sur lui cette science naturelle. Heureusement qu’il était un guerrier des plus robustes et stables car il sentait ses jambes fléchir à chaque petit coup de langue sur sa virilité. Mais la suite écarta tout le reste. Abyss s’offrait à lui… A son second et surtout la sanglante semblait ne lui donner aucune limite dans l’imagination du seigneur des ossements. Mais l’idée lui plaisait, serrant un peu plus son étreinte sur la chevelure d’Abyss, il tira lentement dessus pour l’inviter à se relever. On pouvait dire qu’il avait déjà accepté cette offrande au vue de la manière de la lever face à lui, mais la délicatesse était présente dans ce geste. La générale face à lui. Il baissa ses yeux rubis sur elle pour la toiser alors qu’il ne perdait pas son sourire ravi.

« Premièrement, as-tu déjà cru avoir le dessus dans nos relations charnelles ma belle ? Deuxièmement, j’accepte volontiers cette offre. J’aurais un agréable souvenir de toi quand je serais dans le grand Nord. »

Et l’archi démon même savait qu’il aurait besoin de beaucoup de pensées positives pour se sortir de là. Heureusement que la belle succube était là pour se proposer à lui offrir un cadeau d’adieu. Ses quelques mots avaient été soufflé dans un courant d’air chaud, caressant et mourrant sur le visage d’Abyss. Aekold posa fermement ses mains sur le fessier de la générale alors qu’il déposa sans délicatesse aucune les lèvres sur celle de son amante. L’embrassant avec envi, dévorant pratiquement les lèvres de cette dernière alors qu’il s’invita de lui-même pour venir chercher la langue d’Abyss.

Oui, Aekold avait réellement envi de sa supérieure en cet instant précis. Est-ce le fait de savoir qu’il était libre de tout mouvement envers elle ? Le fait qu’il voulait avoir un souvenir d’elle avant son départ ? Juste un défouloir physique ? Qui sait… Dans tout les cas, Aekold referma la pression sur les fesses musclées du générale. La soulevant avec force avant de la repousser vers le lit, son propre lit. Totalement nu, le seigneur des ossements n’était pas limité dans ses gestes et c’est tranquillement qu’il vint se poser au dessus de la générale. Les poings fermés à hauteur du crâne alors que ses genoux se posaient près des genoux de la belle.

« Tout…Ce que je veux… »

Murmura le démon vers la fin de sa phrase. Penchant son visage, il passa avec aisance l’extrémité de sa langue sur la gorge de la succube. Mordillant la chaire alors qu’il descendait docilement vers la poitrine de la sanglante guerrière. Elle pouvait ressentir le souffle ardent de son amant contre sa peau. Décollant une main du matelas. Il posa cette dernière à hauteur de la poitrine. Ses doigts se refermant sur le soutien gorge qui compressé cette poitrine généreuse qu’il convoitait à cet instant précis. Mais ce rempart se brisa sous la force et la pression que l’ancien général appliqua. Il détacha, non, il déchira purement et simplement cette barrière qui fut rapidement remplacé par les baisers avides de sir Sanath. Replaçant sa main à son ancienne place alors qu’il baissait le visage en même temps. Passion, envi, plaisir, voilà tout ce les sentiments traduits par les multiples contacts de ses lèvres sur les seins de la démone. S’attardant de temps à autre sur les tétons de cette dernière pour les mordiller avec délicatesse, sa langue dessinant de petit cercle autour des mamelons avant de le suçoter de temps à autre.

Aekold garda sa position dominante sur le corps d’Abyss. Il n’avait montré aucune délicatesse dans ses gestes hormis ses baisers fiévreux dont il couvrait le corps de la succube. Il semblait avide d’elle et ses pulsions allaient sûrement aller de pire en pire pour la petite générale. Dans tout les cas, le déchu n’allait pas se priver de se servir du corps de la belle qui lui était libre pour cette nuit.


---------

Citation:
Qu'est ce qu'elle avait fait comme erreur? Il y avait bien une erreur de parcours, quelque part mais où? Comment elle avait fait pour se retrouver dans cette situation? Qu'est ce qu'elle avait fait de travers avec lui... pour en arriver a vouloir être sa chose a lui, plutôt que de garder un semblant de dignité a ses yeux? Et en sentant la poigne du démon sur refermer sur ses cheveux et l'obliger a se redresser, Abyss ne pensait pas a toutes ses choses qu'il était en train d'imaginer dans son esprit pervers, ni même a trembler devant se regard rempli d'ombres qu'il posait sur elle et encore moins a s'inquiéter de cet étrange sourire qui était né sur ses lèvres. Non .. a ce moment précis, alors que le démon venait de poser ses lèvres sur les siennes pour lui offrir un baiser des plus fougueux, juste a ce moment là, Abyss se demandait encore:où était l'erreur? A cet instant où elle aurait du s'inquiéter pour son joli petit cul, peut être essayer de revenir sur sa parole pour éviter des souvenirs traumatisants... Abyss se disait que les prochaines secondes, les prochaines minutes et peut être les prochaines heures qu'elles allaient vivre, allaient tout simplement être les plus extraordinaires de sa longue vie. Pas parce qu'elle allait s'envoyer en l'air, pas parce qu'elle se demandait si Aekold allait lui faire découvrir de nouvelles expériences, non. Ca allait être le moment le plus inoubliable parce que pendant ce temps là, aussi petit soit-il, elle allait être la seule préoccupation d'Aekold. La seule chose a laquelle il allait s'intéresser pendant les prochaines minutes, c'était elle et uniquement elle. Ca valait bien quelques sacrifices, non?

Alors elle se laissa aller, naturellement, trendrement, brutalement, fougueusement. C'est fou comme les sentiments ce mélange quand le coeur se perd, c'est fou comme l'esprit se tord quand le corps n'a plus de remords. Doucement, les chaines se resserent dans une douce douleur qui la rends vivante. Elle se sent prisonnière de la plus belle des prisons, elle opourrait supplier son geôlier de ne plus jamais la laisser partir. Incarcération a perpétuité derrière les barreaux de sa douce folie. Prends ce que je t'offre toi qui pilles les coeur comme on pille une tombe, prends tout ce que tu souhaites sinon personne ne le prendra. Il y a certaines chose qui ne peuvent pas, qui ne doivent pas rester dans l'ombre, dans fièvres qu'on se doit de partager a deux, des maladies incurables qui n'ont de remèdes que les baisers les plus sincères et les étreintes les plus fougueuses. Il y a des nuits que la lune ne peut éclairer, pudique elle se cache dans les voiles des secrets, des pensées qui ne trouveront jamais leurs mots, des souffles qui ne trouverons jamais leur lèvres, des larmes qui ne trouveront pas leur bourreau... des amours qui ne trouveront jamais leur lumière et que l'obscurité alimente.

Ses mains, ses lèvres, sa langue. Des caresses, des baisers, des sensations étranges qui se mêlent. Des gouts, des couleurs qui naissent, invisibles, qui guettent silencieusement le bon moment pour apparaitre. Des images qui se bousculent dans sa tête, des rires, des larmes et bizarement aucuns regrets. Elle se laisse faire, elle perd pieds au fur et a mesure qu'il l'entraine dans sa danse, au fur et a mesure elle apprends les pas, elle tente sa chance, elle se laisse conduire. Sa tête lui tourne, son souffle s'accélère... voila la nouvelle danse d'Aekold et de sa cavalière qui virevolte entre ses doigts.

"Tout..."

Fit-elle dans un souffle, laissant ses gémissements passer la barrière de ses lèvres sans tenter de les retenir. Empècherait-on l'oiseau de quitter sa cage quand la liberté lui ai offerte? Pourrait-on seulement le faire? La langue du démon ne faisait que réveiller d'avantage le désir de la démone, soumise a ses tortures et priant pour qu'il ne s'arrête pas.


_________________

Citation:
Par l'archidémon... Comment diable pouvait elle avoir autant de poésie alors que l'ancien général ne déployait aucune douceur, aucune tendresse, seul son instinct et ses pulsions perverses et bientôt malsaine parlaient pour son être. Heureusement que le déchu ne pouvait lire dans les pensées de sa douce amante sinon... Abyss serait capable de lui couper toute envie. Pas dans le sens de l'écœurement... Quoi que... Mais peut être se rendrait-il compte réellement qu'elle l'aime. Enfin, il fallait vraiment aimer un être pour avoir ce genre de penser, non ?

Dans tout les cas, même si cela l'aurait dépassé s'il l'avait deviné. Le seigneur des ossements était bien loin de penser que la belle sanglante avait tout ceci qui lui traversé par l'esprit. Le géant démoniaque était toujours dans cette " danse " qu'il s'offrait et à qu'il imposait les pas à Abyss. Car maintenant qu'elle avait confirmé qu'il était libre de tout faits et gestes. Ses poings fermés, il se redressa de toute sa hauteur, muscles tendus, il était toujours au dessus de la belle alors qu'il la toisa du regard une longue minute. Tentant de deviner le pourquoi de cette offrande. Tel une vierge sur un autel. Elle s'offrait à son bourreau pour espérer un sacrifice rapide... Sauf que dans le cas d'Abyss. Elle semblait espérer qu'il la fasse souffrir aussi longtemps que le déchu en avait envi et qu'elle était pleinement consentante pour cela.

Aekold ne se priva donc pas ce l'absence de réaction négative de la part d'Abyss. Il se mit en position assise sur les genoux. Laissant ses ongles glisser et griffer la chaire de la sanglante guerrière. Passant par la gorge, la poitrine, le ventre de plat et musclés de son amante et tout cela avec une extrême lenteur. Se stoppant à hauteur d'un rempart qui l'intéressait au plus au point. Bizarrement quand il n'y avait pas de réponse de la part de son supérieure. Aekold semblait plus presser. On ne sait jamais, si elle venait tout à coup à reculer, à fuir, à le repousser sous un ordre violent et une attaque télépathique. Ou alors, peut être donnait il cette impression et que le reste serait plus... Doux et tendre ?

NON ! Pour preuve. Les griffes du démon passèrent sur la barrière pour passer vers les cuisses de la démone. Les effleurant de ses ongles docilement alors que ses deux rubis ne quittaient jamais sa concubine. Usant de sa flexibilité de corps pour se pencher en arrière. Laissant ses mains continuaient le chemin et arriver au bout qu'ils s'étaient fixés. Abyss pouvait ressentir les cheveux de son amant caressaient sa chaire par un contact soyeux alors qu'elle pouvait ressentir les doigts du déchu se refermer tel des étaux sur ses chevilles. Remontant ses jolies gambettes, Aekold les redresse pour les mettre devant ses épaules. Usant d'une de ses grandes mains pour emprisonner ces dernières alors que son autre main libre se glisse sur les cuisses, effleurant, l'entre cuisse de la ravissante cornue à travers l'ultime barrière. Le déchu déposa plusieurs baisers sur les chevilles alors qu'il louchait toujours vers le regard de son esclave pour cette nuit.

Non, Aekold n'allait pas rompre son moment en demandant s'il était sure d'elle, si elle voulait faire marche arrière ou pire... Lui dire qu'il ne pourrait jamais la traiter comme un objet et qu'il restera tout ce qu'il y a de plus courtois. D'ailleurs, pourquoi le ferait-il ? S'il en faisait de même pour Abyss. Il serait persuadé que malgré les sentiments. Elle lui en ferait voir de toutes les couleurs et c'était donc bien cela qu'il avait prévu de faire avec Abyss et le corps de cette dernière. Pourquoi se priver quand on lui donnait la plus belle offrande sur un plateau d'argent.

Sa main se plaqua avec un peu plus de vigueur sur l'entre jambe de la démone. La caressant sans retenue mais sans la faire souffrir pour autant. Appuyant de son majeur dans ses mouvements pour caresser les lèvres intimes de la belle alors qu'Aekold ne peut dissimuler un sourire carnassier tout en guettant les réactions de la belle démone.

Beaucoup d'idées traversaient le cerveau dérangé du déchu... Mais par la quelle allait il commencer ?


----------

Citation:
Que le sacrifice commence. Voila ce que pensait la belle. Elle s'offrait corps et âme a Aekold. Il ne devait pas se douter du pourquoi de cette réaction chez elle et il ne devait pas le savoir pour le moment, c'était encore le début de la torture. Plus tard peut être qu'elle le lui dirait de vive voix, plus tard quand elle aura finit de régler certains détails elle lui dira pourquoi elle avait fait ca. Elle lui expliquera calmement et en douceur pourquoi elle ressentait tant de plaisir a être dans ses bras, pourquoi même si lui ne l'aimait pas ca ne l'empêchait pas de l'aimer a son tour et pourquoi envers et contre tout ca ne changera jamais. Elle avait aimé peu d'hommes dans sa vie, si elle devait donné un nombre exacte, ca serait tellement misérable pour 6000 ans d'existence que personne ne la croirait. Ca ne l'avait pas vraiment réussit a l'époque, elle était plus interessé par son devoir que par autre chose et quand elle s'en était rendu compte, il était mort. Pour une fois qu'elle s'en rendait compte avant la mort de l'interessé, voila que ce n'était pas partagé. La vie est vraiment bizarre parfois, ou bien elle avait juste la poisse... ou un peu des deux.

Toujours est-il qu'il est bien rare de tomber sincèrement amoureux d'un personne,vraiment extrêmement rare. Et quand ca arrive la probabilité pour qu'on vous aime ne retour est vraiment très faible. Alors il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, c'était dans l'ordre des choses et ca lui allait très bien comme ca. Elle ne demandait pas plus que ca, quelques marques d'attentions, sentir qu'il avait du désir pour elle, rien d'autre. C'était amplement suffisamment, peu importe le reste, temps qu'elle pouvait rester avec lui de temps en temps, elle se fichait pas mal de ce qu'il pouvait penser de son côté, ca ne serait jamais comparable avec ses sentiments a elle. Alors elle se laissait faire, consciente qu'elle ne faisait sans doute que se blesser un peu plus, mais au point où elle en était, une blessure de plus ou de moins ca avait bien peu d'importance.

Aekold semblait prendre un malin plaisir a jouer avec ses réactions alors qu'elle sentait ses mains se balader un peu partout sur son corps. Quand elle sentit les griffes du démon caresser sa chair elle ne put se retenir de gémir légèrement, sentant la faible douleur attiser sa peau, ne laissant de son passage que des traces rougeâtres. Pas de sang.. pas encore, juste une douleur légère qui faisait naitre en elle un désir qu'elle avait du mal a cacher. Quand la douleur se mêle au plaisir... c'est peut être pour ca qu'elle gardait autant de sentiments pour lui plutôt que de passer a autre chose, parce qu'au final elle appréciait de souffrir un peu. Enfin c'était valable pour les blessures physiques.. mais en réalité souffrir intérieurement c'était tellement plus douloureux que la plus affreuse des blessures physiques... mais ca elle se devait de le garder pour elle! Impérativement!!

Abyss sentait les doigts du démon descendre sans cesse de plus en plus bas, elle frissonna même quand il se rapprocha de son intimité et sembla se détendre en sentant qu'il descendait plus bas. Il jouait avec elle, comme un chat joue avec sa souris, s'amusant de ses réactions alors qu'elle sentait son corps devenir brulant. Elle aurait pu s'en offusquer, regrettait son offre et le repousser.; mais elle adorait cette façon qu'il avait de la regarder en ce moment. Il n'y avait que lui qui la regardait comme ca, et il n'y avait qu'avec lui qu'elle pouvait se permettre de temps a autres d'être vulnérable et inférieure. Elle le laissa donc faire ce qu'il souhaitait d'elle, faisant son possible pour ne pas lui donner une victoire trop facile. Elle gardait les lèvres closes, soutenant son regard même si sa respiration devenait plus forte.

Quand il passa sa main sur son intimité, appuyant légèrement, elle du faire un effort supplémentaire pour ne pas gémir trop fort, se contentant de soupire doucement d'aise en se cambrant un peu. Et plus il la caressait plus elle avait du mal a se contenir, bientot il pourrait aisément voir a quel point elle avait envie d'être sa chose, car même si elle pouvait essayer de se retenir, son corps ne mentait pas avec autant de talent. Bougeant faiblement son bassin au rythme des caresses de son bourreau, son souffle devenait de plus en plus fort et elle avait du mal a garder les lèvres scellées. Les yeux a demi clos elle semblait toujours le provoquer, comme si elle entendait qu'il fasse bien mieux que ca s'il voulait entendre les gémissements de la belle Seigneur des Légions.


----------

Citation:
Décidément, Abyss était totalement partagé entre ses sentiments et ses réactions purement physique qu'elle recevait de la part de son amant démoniaque. Quoi que, à l'instant même, le déchu était prêt à parier que la sanglante guerrière avait plus de pensées pour l'envi qu'elle espérait de lui appartenir et que cela devienne réciproque. Le corbeau avait l'art et manière de faire comprendre aux gens ce qu'elle voulait d'eux et surtout d'avoir le meilleur des gens. Qui sait, le géant démoniaque allait finir par céder tantôt et peut être allaient-ils vivre une idylle... Sincèrement, cela serait difficile à croire mais rien n'est impossible.

Ces quelques idées avaient traversés le cerveau dérangé du démon mais il n'avait pas retenu ces dernières, les laissant filer pour des pensées plus... D'actualité et en rapport avec la cambrure de la très belle et très satanique amante qui s'offrait à lui. Ce qu'il adorait par dessus tout était de la sentir réagir, vibrer, trembler sous ses doigts, sous ses multiples baisers et tout autre. Aekold sentait vivante Abyss dans ce genre de moment, il se permit même à penser que ce genre de la relation avec elle la faisait réagir comme si elle était en plein carnage pour défendre son peuple et le représenter... Quoi que, dans ce genre de situation, quand il y avait du sang, elle était beaucoup plus bestial que dans ses étreintes amoureuses. Du moins, dans les expériences qu'ils partageaient à deux... Note pour plus tard, demander aux amantes de la belle si elle est pire avec eux. Mais dans le cas actuel, ses nouvelles pensées venaient de partir aussi vite qu'elles étaient arrivées. Aekold était beaucoup trop occupé pour avoir des idées fixes... Et une seule restaient en place... S'offrir Abyss.

Le seigneur des ossements n'était pas dupe, même si elle avait un contrôle parfait de son être, il la connaissait suffisamment pour voir que le corbeau tentait vainement de cacher, de retenir ses réactions qui naissaient sous les caresses de son amant. Le corbeau instaura donc un petit jeu entre eux. A savoir qui des deux aller céder, Aekold ne pouvait que céder à la précipitation, bâclé le tout pour atteindre la finalité de la chose mais non, cela serait trop... Décevant, que ce soit pour lui ou la belle sanglante. D'ailleurs, si le corbeau avait décidé de le provoquer et d'espérer une réaction... Elle avait gagné sur ce point. Les deux rubis ne se détachèrent pas du regard de la magnifique démone, elle pouvait une lueur malicieuse et un petite touche de tendresse à cet instant. Le seigneur des os se saisit du dessous de la générale avec délicatesse, éternisant ces quelques secondes avant de le faire rouler le long de ses jambes galbées, profitant pour laisser errer ses doigts sur la peau délicate de la diablesse. D'une main victorieuse, Aekold approche le trophée de son visage, prenant un sourire amusé avant de le déposer... Le jeter serait plus réaliste, sur le sol derrière lui. Le seigneur déchu pencha le visage sur le coté, déposant un baiser sur la plante d'un pied de la démone pour descendre doucement, délicatement et inlassablement vers le mollet, la cuisse et se stopper à moins d'un centimètre de ce qu'il convoitait tant, le regard envieux n'avait pas disparu durant se chemin des plus délicat, Aekold avait envi de rompre ce jeu, de sauter sur le corps de la belle et d'assouvir son plaisir, c'était clair mais elle s'offrait à elle, il ne devait pas céder à la faciliter.

Le souffle du démon était brûlant alors que son plaisir était perceptible par son amante à travers se simple courant d'air ardent alors qu'il lâcha d'une voix chaude et faible.

" Je te veux Abyss... "

A la fin de ses mots, la langue humide et tiède se glissa lentement, très lentement sur le sexe de la succube tel un démon du sexe s'abreuvant d'un nectar divin.


----------

Citation:
Ca devenait de plus en plus difficile de résister a ses regards. Elle sentait son corps réagir au moindre de ses souffles, au moindre de ses regards insistants et elle savait qu'elle ne tiendrait pas longtemps comme ca. Son air rebelle, faire la femme forte que rien ne fait frémir... non ca ne marcherait pas sur Aekold. Il la connaissait beaucoup trop bien pour ca, il savait exactement où l'embrasser, où la caresser et comment la regarder pour que ca lui fasse de l'effet. Alors essayer de jouer a celle qui ne réagit pas.. non c'était vraiment pas possible face a lui. D'ailleurs il ne se passa pas très longtemps avant que la jeune fille ai du mal a serrer ses lèvres, elle retint de justesse un gémissement qui se transforma en souffle un peu plus fort que les autres. Mais le pire c'était ses regards. Elle était incapable de savoir ce qu'il pensait a ce moment, même si elle l'observait avec attention elle ne pouvait pas lire au travers de ses yeux là. Elle avait l'esprit puissant que n'importe quel démon ici, mais elle n'avait pas le pouvoir de Soul Edge. Elle avait hérité de la télékynésie, Soul Edge excellait dans la télépathie. Et elle devait bien admettre que pour une fois elle aurait bien aimé que l'épée soit là pour lui dire ce que Aekold pensait a ce moment là. Juste a s'amuser un peu sans doute, se faire plaisir avant de partir en mission, rien de plus.... Mieux valait ne pas se faire de faux espoirs.... même si elle était sur d'avoir vu quelque chose dans son regard a ce moment là. Pas de l'amour non.. mais une sorte de tendresse inhabituelle...

Lentement elle sentait les mains du démons glisser sur sa peau jusqu'a venir se saisir de son dessous. Elle se mordit légèrement la lèvre inférieure en entre ouvrant ses lèvres, laissant son souffle chaud passer, comme une invitation au démon pour qu'il continue son jeu pervers. Elle voyait doucement son unique rempart de tissus glisser sur sa peau, le long de ses jambes. Sa dernière protection qui s'en allait sans qu'elle ne proteste, au contraire, elle suppliait silencieusement le démon de poursuivre, de la mettre a nue autant qu'il le souhaiterait. Peu importe... ce soir elle était a lui. Aekold semblait être heureux de cette situation, il jouait, il semblait même s'amuser de voir la démone trembler légèrement et frémir. Car c'était le cas. Même si elle essayait de se retenir, elle n'arrivait pas a contrôler son désir aussi bien qu'elle le voudrait, et son corps ne lui obéissait déjà plus. Elle tremblait légèrement, elle frémissait de plaisir, elle le désirait ardemment et elle ne pouvait pas aller contre ca.

Il avait finit par obtenir son du, le frêle linge de tissus sombre fut ôté avec une douceur qu'elle n'aurait jamais cru possible de la part du démon. Elle esquissa un léger sourire en le voyant le jeter mais le sourire laissa place a un léger souffle vibrant en le sentant poser ses lèvres sur sa peau. Elle frémissait un peu plus fort, comme son corps réclamait la présence d'Aekold au plus près d'elle. Elle voyait dans ses yeux qu'il avait toujours autant envie d'elle et elle appréciait d'autant plus le fait qu'il prenne le temps de la "savourer". Plus les lèvres démoniaque approchaient de son intimité et plus elle sentait son coeur bondir dans sa poitrine, comme si elle était une condamnée a mort qui attendait impatiemment le moment où la lame du bourreau s'abattrait sur sa nuque. Elle aimait ca, cette sensation d'être désarmée, d'être complètement a sa merci, mais elle ne s'offrait ce petit plaisir qu'avec lui. Et quand elle entendit ses paroles... elle cru qu'elle allait en mourir de bonheur. Voila la seule chose qu'elle voulait entendre, qu'elle voulait savoir, juste le fait qu'il avait envie d'elle, qu'il la désirait... c'était ca le plus important, même si ce n'était qu'éphémère, même si ca ne durait que peu de temps, que le temps d'une nuit dans ses bras et qu'après il se mettait de nouveau a la haïr comme avant, ca lui convenait très bien.

La langue du démon se glissa doucement sur ses lèvres intimes et Abyss cette fois, malgré toute la détermination dont elle était capable, n'arriva pas a retenir le gémissement qui passa sans le moindre problème la barrière de ses lèvres. Se cambrant légèrement sous cette délicieuse caresse, Abyss laissa passer ses gémissements sans chercher a se retenir, maintenant c'était trop dur, et elle n'avait pas envie de le faire. Elle voulait qu'il entende, qu'il voit a quel point il la faisait frémir. Elle le laissa continuer doucement, toujours en se cambrant très légèrement. Les yeux a demi clos alors que ses doigts serraient la couverture du lit, et que son souffle devenait de plus en plus lourd, chaud, rapide. Finalement elle réussit a s'apaiser sous les coups de langue du démon qui ne faisait qu'attiser un peu plus son désir.

"Je suis a toi..."

Finit-elle par dire enfin, rouvrant les yeux pour le regarder, l'invitant a la rejoindre, enfin.


_________________

Citation:
Beaucoup de gens savent que quelques mots peuvent faire chavirer le cœur d’une personne, la transcender, vulnérable, ouverte. C’est ce qu’Aekold avait réussi à faire avec Abyss sans qu’il ne s’en rende compte. Comment pouvait il deviner que cette phrase aller retourner la succube aux multiples amants ? Non, ce n’était pas l’une des raisons pour la quelle le seigneur des ossements doutait d’elle. Le corbeau était une succube et elle vivait ainsi. S’était la rivalité qu’avait instaurée Aekold entre eux qui le faisaient douter. Mais la question n’était plus là. L’avatar de la vanité avait dévoilé le corps de la belle à ses deux rubis qui devenaient incandescent au moindre son, gémissement qui s’échappée des lèvres de son amante. D’ailleurs, se regard attisé croisaient régulièrement celui d’Abyss alors que le démon ne pouvait se détacher des lèvres intimes de la sanglante. L’extrémité de sa langue caressant avec douceur l’intimité de la splendide démone. De son regard de connaisseur, le corps de son amante était sûrement l’un de plus parfait qu’il avait pu percevoir, ressentir, humer, profiter. Et il ne se lassait jamais de leurs défis et de leurs jeux charnels. Effectivement, on pourrait croire qu’ils sont des opposés vus de l’extérieure mais bizarrement, une fois en tête à tête. Ces fameux opposés s’attiré tel des aimants. Et ce n’était pas pour déplaire ni à l’un et ni à l’autre.

Le démon détourna le regard de l’intimité de la magnifique quand il entendit les quelques mots de cette dernière. Cette phrase stoppa net le démon qui avait gardé un sourire tendre et malicieux. Durant cet instant, elle pouvait sentir le souffle brûlant de son amant contre sa chaire et son intimité.

« Je le sais…Et cela me plait. »

Le ton de sa voix était suave, presque sensuel. Etrange n’est ce pas ? On allait mettre cela sur l’euphorie de leur la scène. Le déchu se redressa délicatement du lit. Touchant finalement le sol. Il dominait à nouveau la guerrière. Ce fut sans gène qu’il déposa les mains sur sa ceinture qui rejoignit le sol dans un léger fracas métallique et le pantalon accompagna le reste dans un froissement bien distinct. Totalement nu. Aekold fit le tour du lit, une main tendu vers le corps d’Abyss qu’il effleurait alors que son regard envieux et prédateur se déposait sur la moindre parcelle de chaire de son amante. Pour sa part, le corbeau put voir le plaisir qui avait envahi le corps du démon ainsi que sa virilité. Il la scruta, la détailla comme il s’avait si bien le faire et comme il le faisait à chaque fois. La soif de désir concernant la démone ne semblait jamais être rassasié. Cela était tout de même étrange pour quelqu’un qui pouvait s’y vite s’ennuyer d’une chose ou d’un être et qui s’en détournait aussi vite qu’était né le sentiment d’intérêt. Le déchu devrait creuser ce manque d’explication de son coté quand il sera en voyage pour l’empereur.

Pour le moment, il n’avait qu’une envi à assouvir et il allait y arriver. Ses doigts passèrent successivement sur une cuisse, les doigts pour les entrelacés légèrement et sur le lèvres de la démone. Stoppant de temps à autres son tour de lit pour continuer à l’admirer comme une œuvre d’art pour finalement revenir à sa position initiale. Se remettant sur le lit, genoux en premier pour se retrouver aussi d’Abyss, le regard encré dans le sien alors qu’il soulève une jambe de cette dernière avec légèreté. Approchant son membre de l’intimité de la démone. Au fur et à mesure que l’espace diminuait, le regard se faisait plus concentrer, plus anxieux mais toujours aussi envieux. Son autre bras se faufila entre le dos et les draps, redressant le bassin de la diablesse. Malgré ses deux rubis perdus dans le regard de la magnifique. Il savait très bien ce qu’il faisait durant ce moment. Il voulait accentuer cet instant qui était de plus en plus proche.

« Tu es magnifique. »

Maintenant qu’il l’avait totalement examiné, il venait de rendre son verdict. Son jugement semblait sincère. Pourquoi mentirait-il en cet instant à Abyss ? Qu’aurait-il a gagné ? Rien du tout. Il était on ne peut plus sérieux. Mais la suite empêchera sûrement la succube de réfléchir à ses paroles car la virilité du démon se glissa avec lenteur en elle. Aekold ne put empêcher son corps de frémir dans son intégralité alors qu’il dévorait la moindre réaction d’Abyss alors que chaque centimètre de son être la pénétrer. La position qui lui avait imposé lui permit d’aller au plus profond de la succube. Et quand l’instant X arriva, le soupire d’aise, de plaisir se transforma en un râle à demi retenu alors qu’il serra un peu plus le corps de son amante. Commençant lentement ses mouvements de reins pour profiter du spectacle qui s’offrait à lui.


----------

Citation:
Plus les secondes passaient et plus elle attendait avec impatience qu'Aekold se serve d'elle comme bon lui semble. Elle tremblait presque de son impatience, elle fixait toujours le regard de son amant, sa poitrine se soulevant a chaque respirations qui devenait plus saccadée. Aekold se leva du lit, Abyss restant immobile, allongée sur le lit en ramenant ses mains au dessus de sa tête. Elle le suivait du regard et frissonnait a chaque fois que sa main se posait sur elle. Il jouait avec sa patience, et même si elle en avait beaucoup elle savait que face a Aekold elle n'arriverait pas a se contenir bien longtemps. Plus il jouait avec elle et plus elle devenait envieuse, elle en voulait toujours plus venant de lui, peut être plus que ce qu'il pouvait lui donner. Elle savait bien qu'espérer avoir autre chose que quelques attentions délicates de temps a autres. C'était déjà une chance qu'il soit avec elle en ce moment, elle ne voulait pas prendre le risque de le perdre en en demandant plus. Alors elle s'en contenterais, comme ce soir.

Elle le suivait du regard, le démon était nu et Abyss eu tout le loisir de voir quel effet elle avait sur lui, et pas des moindres. Elle en sourit faiblement, jusqu'a ce que Aekold ne revienne vers elle. Elle sentait son coeur battre plus fort comme au début d'une grande bataille. Elle soupira doucement d'aise en le regardant revenir vers elle, les mains toujours au dessus de sa tête, elle était complètement offerte aux volontés du démon, prête a le laisser faire ce qu'il souhaitait sans chercher a aller contre ses décisions. C'était ce qu'elle lui avait promis, et c'est ce qu'elle appréciait aussi. C'était bien le seul qui avait le droit de la dominer de la sorte en étant sur de survivre a la fin de leurs ébats. Et c'était aussi le seul avec qui elle acceptait de s'offrir aussi souvent que faire se peut.

Elle le laissa lui relever lentement la jambe, sentant ses doigts sur sa peau alors qu'elle se mordait doucement la lèvre, sentant que le moment tant attendu arrivait. Elle le regardait toujours, inlassablement, elle ne s'en lassait pas. Il y avait tellement de choses qu'elle aurait voulu lui dire, tellement de choses qu'elle devait se retenir de dire, sous peine de le mettre mal a l'aise, de le gêner.. de tout briser. Alors elle se contenta de le regarder et de sourire faiblement, se retenant de dire toutes ses choses qui se bousculait dans sa tête, dont la plus grosse idiotie qui dominait dans sa tête, le fameux "Je t'aime" qu'il ne voulait absolument pas entendre. Elle sourit un peu plus en l'entendant dire son compliment , c'était pourtant pas grand, ce n'était pas non plus la première fois qu'elle entendait ca mais... dans la bouche d'Aekold ca sonnait différemment, c'était bien plus important que tout le reste.

Elle sentait peu a peu la virilité du démon se rapprocher de la sienne et elle sentait son souffle devenir plus rapide. Quand enfin elle le sentit la pénétrer dans une douceur et une lenteur exceptionnelle venant de sa part, elle ne put retenir un léger cri a demi étouffé, de plaisir alors qu'elle serrait les draps entre ses doigts. Son dos se cambra de plus belle alors qu'elle laissait échapper quelques gémissements plus fort que le sprécédents au fur et a mesure qu'Aekold commençait ses mouvements lent du bassin. Elle suivit son rythme pour bouger elle aussi ses reins, le faisant entrer plus profondément en elle. Elle sentait sa poitrine bouger lentement sous les coups de bassin de son amant et ses gémissements se faisaient de plus en plus pressant et fiévreux.

________________

Citation:
Le seigneur des ossements pouvait se délecter du moindre gémissements de son amante, du moindre frémissements. Il bloquait toujours le dos de la succube. La gardant dans cette position des plus inconfortable mais des plus pratiques pour aller au bout... Des choses. Les mouvements de bassins étaient toujours aussi délicats et lents. Sa main libre se déposa sur le faciès de la démone, caressant du bout des doigts une joue pour finalement arpenter la gorge de la magnifique guerrière. Des mouvements circulaires des hanches commencèrent quand Aekold stoppa son va et vient en étant contre l'intimité de son amante. Accentuant les sensations alors que ses doigts se refermèrent sur un sein de la succube, le serrant délicatement dans l'étau de ses phalanges. Le regard dévorant le visage de la magnifique. Aekold soupirait longuement à chacun de ses gestes. Il avait décidé de prendre son temps, il voulait profiter cette étreinte avec le corbeau.

Pourquoi y aller aussi docilement quand on s'offrait à lui ? Originellement, il y serait aller comme un... Barbare. Ne cherchant que son plaisir en faisant vivre les pires actes à la pauvre qui aurait eu l'audace de s'offrir à lui en lui réclamant de faire ce qu'elle veut de son corps. Pour ce démon de la vanité, il lui arrivait de se conduire comme le pire pervers qu'il existait. Mais pas maintenant, pas avec elle, la situation était trop... sensuelle, trop à fleur de peau. Il ne pouvait pas faire cela. Il n'en avait pas envi car il avait besoin de la sentir vivante entre ses mains, sous ses assauts. Aekold ne désirait qu'une chose, l'amener là ou personne ne l'avait fait. Que l'Archidémon le dépèce sur place. Pourquoi vouloir lui offrir tout cela ? Ses sentiments étaient claires à son égard non ? NON... C'était bien le soucis ! La, maintenant, tout de suite, si on lui demandait, il serait incapable de répondre. Pourquoi diantre était-il impossible d'avoir les idées claires en ce moment précis. Dans ses habitudes, il ne sentait, il ne respirait, il ne vivait que pour lui et là, tout de suite maintenant, il lui était impossible d'avoir les idées claires sur lui. Aekold retint ses mots pour éviter de dire trop de chose... Adorable et fleur bleue. Il ne devait pas lui dire cela.

Reprenant ses esprits, il tira sur le bras qui se trouvait sous le dos d'Abyss pour la redresser face à lui alors que son autre main se cala sur la nuque de la succube pour s'aider. Le geste était rapide et assez violent dans l'acte. Dans ce mouvement des plus simple, l'avatar de la vanité râla de plaisir en sentant l'intimité de son amante glisser contre son membre. Une fois contre lui. Il se saisit des cuisses d'Abyss pour la forcer à enlacer sa taille sans lui demander son avis.

" Abyss... Ma magnifique générale. "

Sa voix était chaude et rauque, son regard ne trahissait pas ses mots, Aekold était sincère. Malgré sa gentillesse dans ses gestes et ses paroles. Il savait se montrer de temps à autres assez rustre avec le corbeau et ce fut le cas à ce moment précis. Prenant à pleine main le fessier de la guerrière pour la faire monter le long de son membre rempli du plaisir qu'offrait l'intimité de la magnifique succube. Soupirant d'aise, Abyss pouvait sentir le souffle ardent de son amant contre sa chaire, si elle avait été de cire, elle aurait fondu entre ses mains au sens propre du terme. Déposant ses lèvres sur celle de sa belle, le baiser était quelque peu acrobatique et mal assuré, le va et vient dirigé et assumé par le démon s'accentuait de plus en plus. Son membre glissant le long de l'intimité de la belle amante, remontant jusqu'à l'extrémité de sa virilité pour la redescendre rapidement plusieurs reprises. Son bassin claquant à maintes reprises contre celui de la guerrière sanguinaire. Cherchant vraisemblablement à arracher les gémissements de la gorge du corbeau. La chaleur du corps du déchu se mêlé à celui de la succube. Sentant la pression du corps de la démone qu'il exerçait contre le sien. Savourant, s'enivrant de sa peau, des sons qu'elle pouvait émettre. Il s'en abreuvait mais il n'était jamais rassasié.


----------

Citation:
Tout était si lent, si doux, si finement calculé et tendre qu'Abyss avait bien du mal a croire que c'était Aekold qui se trouvait dans son lit ce soir. Et pourtant c'était bien son visage qu'elle voyait en ouvrant les yeux, c'était bien son regard qu'elle croisait du sien, c'était bien son corps qu'elle voyait contre le sien, alors pourquoi diable n'était-il pas comme d'habitude? Pourquoi tant de soucis, de douceur dans ses gestes alors que d'habitudes il ne s'en souciait guère? Est-ce qu'elle pouvait espérer que c'était pour une raison particulière? Parce qu'il... Non! Pas de déduction hâtives! C'était pas le moment de croire au contes de fées, pas le moment de penser a des choses impossibles et encore moins espérer en attendant que ca arrive. Elle avait l'esprit un peu trop ouvert en ce moment, alors qu'elle devait se contenter d'être la chose du démon, voila qu'elle commençait a se perdre dans des rêveries illusoires qui étaient inutiles.

*Reste a ta place...*

Songea-t-elle a plusieurs reprises pour bien se mettre dans la tête que de toutes évidence Aekold ne faisait ca de cette manière que parce qu'il en avait envie, rien de plus. Elle sentit sa main venir caresser sa joue avec douceur, fermant un moment les yeux en laissant continuellement s'échapper son souffle brulant d'entre ses lèvres entre ouvertes, de temps a autre un gémissement léger venait ponctuer un coup de bassin du démon plus fort que les autres. Elle frissonna de plus belle en sentant ses doigts se refermer sur sa poitrine avec douceur, la faisant se cambrer d'avantage. Une chance que la belle démone soit souple. Elle même continuait a faire quelques mouvements de bassin, suivant le rythme imposé par le démon, pour l'exciter d'avantage. Elle se mordit un peu les lèvres pour retenir des mots trop pressant qui voulaient lui échapper, au risque de briser l'ambiance qui c'était mise en place naturellement, mieux valait les garder pour elle pour le moment.

Aekold la fit se redresser, et d'un seul mouvement Abyss vint se loger contre lui, enroulant naturellement ses cuisses autour de sa taille sans qu'il est besoin d'en faire la demande. Ses bras glissèrent doucement autour du cou de son amant, venant glisser son visage dans son cou qu'elle lécha avidement quelques secondes avant de lui rendre sa liberté. Elle déposa quelques baisers furtifs sur ses lèvres, entre deux gemissements avant de basculer un peu sa tête en arrière. Se callant au rythme du démon, elle ondula légèrement son bassin pour se glisser avec un peu plus de rapidité le long du sexe tendu de son amant. Les gémissements passaient sans peine la barrière de ses lèvres et Abyss devenait d eplus en plus envieuse, sentant son corps devenir brulant de désir alors que la voix chaude d'Aekold résonnait a ses oreilles. Elle sourit faiblement, venant prendre ses lèvres un instant, sa poitrine se collant a son torse au fur et a mesure qu'elle se serrait contre lui, son bassin se laissant guider par les mains du démon sur ses fesses.

Les échanges se firent plus brusques, alors qu'elle sentait son intimité se glisser de plus en plus rapidement en elle, avec plus de force, tirant des gémissements plus fort, voir même des cris de plaisir a la démone. Plus il allait vite, plus il devenait brutal et plus Abyss sentait son corps bruler. La chaleur née de leurs deux corps melé l'ennivrait de plus en plus, sa sueur se mélant a celle de son amant alors qu'elle se serrait un peu plus contre lui.

"A... Aekold je..."

Elle se mordit la lèvre de justesse avant de laisser sortir une idiotie, enfouissant son visage dans le cou du démon pour s'imposer le silence alors qu'elle donnait des coups de bassin plus fort également.

_________________

Citation:
Pourquoi devait-elle se torturer dans ce genre de moment ? Pourquoi était-elle incapable de se laisser porter par le jeu instauré entre eux. Par cet instant fort et pourtant fragile, intense et tellement facile à dissiper par une action, des mots mal placés. Abyss avait le don de transmettre son mal aise, ses pensées chamboulées par le rapprochement du corps de son amant qui, espérait-elle, allait devenir bien plus grâce à quelques mots qu’elle voulait entendre depuis des lustres. Mais non, Aekold, l’avatar de la vanité, était bien au dessus de ce genre de sentiment à ce moment précis. Il ne voulait, il ne pouvait par réfléchir à ce genre de chose. Les sentiments fleurs bleues n’effleuraient que rarement son cerveau instable et dérangé. Le seigneur des ossements avait bien des sentiments pour la succube mais il n’était pas définissable à l’heure actuelle selon sa petite personne. Et lancer les mots qu’elle voulait entendre serait surement le meilleur moyen de se vautrer dans un mur le jour où il lui avouerait que ses sentiments étaient légers et frivoles en ce qui le concernait. Et l’option du mur était ce qui serait certainement le plus doux et le plus aisé à s’en remettre.
Aekold était bien trop prit par ce qu’il imposait au cœur de son amante pour se laisser submerger par ces futilités et ces faiblesses sentimentales Le seigneur des ossements continuait à imposer le rythme qu’Abyss devait avoir. A aucun moment, le corbeau ne pouvait instaurer quoi que ce soit. Même accentuer le va et vient qui sembler la faire vibrer. Pour régler ce sentiment de liberté qui semblait naître du corps de son amante, il passa un bras autour de la taille pour l’enlacer et l’enfermer dans l’étau que devenait le membre qui venait de passer autour de son corps. Ralentissant les gestes de la démone pour être libre de la faire réagir comme lui le désirer. Elle était son jouet durant cet échange entre eux. La sanglante guerrière semblait l’avoir oublié mais Aekold ne perdait jamais de vue la domination qu’il pouvait avoir sur les autres. La lucidité de l’avatar de la vanité semblait toujours aussi aiguisée. Les mots qui se glissaient entre les gémissements et autres râles de plaisir n’échappèrent pas à l’attention de la personne a qu’ils étaient destinés. Même si Abyss voulait éviter la confrontation, le démon d’ivoire ne semblait pas en accord avec elle. C’est d’un geste brusque et légèrement violent qu’il délogea la magnifique du creux de son cou. Saisissant la chevelure ébène de son amante, il la força, l’intima à quitter son nichoir pour dévoiler son minois aux rubis de la Vanité.

« Ne brise pas ce moment… Je te prie. »

Ses quelques mots étaient dit dans un souffle entremélés de quelques râles de plaisirs. Malgré la faible puissance sonore de ces mots. Aekold venait d’imposer un ordre aux oreilles de sa générale. Elle devait jouer le jeu puisqu’elle lui était totalement offerte, non ? Abyss aura pu profiter de cet instant pour sentir le soupir brûlant de son amant. Signe que le plaisir qu’il progressait dans son corps était bien plus que présent à l’heure actuelle. La sueur qui se dégageait des pores de sa chaire se mêlée à celle de la belle et magnifique amante. Malgré le plaisir envahissant tout son être, le démon n’avait pas perdu de vue la démone. Gardant fermement la chevelure d’ébène de son amante. Il passa lentement sa langue sur une joue de la succube, s’abreuvant de l’eau salé qui perlé sur son faciès et de sa si délicate chaire. Cet élan de douceur se transforma bien vite en geste violent. Lâchant le fessier de la succube, le démon de la vanité recula le sommet de son corps pour libérer un espace entre eux. Déposant le plat de l’extrémité de son bras contre la poitrine de la démone Repoussant durement le corps de la succube pour la forcer à s’affaler sur le lit comme il lui avait incité à faire par ce mouvement.

« Tu es tout à moi, n’est ce pas ? »

Un léger sourire narquois et froid venait de briser ce visage empli de désir qui voilé Aekold. Levant les mains légèrement en l’air, les doigts écartés. Il se posa en position de prédateur quelques instants avant de fondre sur sa proie. La première main glissa sous une hanche de la succube pour la forcer à se mettre sur le ventre alors, qu’une fois la position imposée, l’autre main vint rejoindre les poignets du corbeau. Enfermant aisément les poignets légers de la guerrière dans l’étau qu’était les doigts longs de son amant. C’est sans retenue, sans aucune douceur et surtout sans respect pour sa supérieure que l’avatar tira sur les bras de la démone, la forçant à se cambrer dans une position qui pouvait, peut être, enfin lui faire regretter ses mots et son désir de soumission. La position était des plus indélicates pour elle mais pour Aekold… Abyss devenait des plus… Excitante et, c’est sans retenue aucun, que le premier coup de rein était des plus violent, brutal et sans aucune délicatesse. Le démon ne put retenir un léger rire sadique mêlé à un râle de plaisir.
Pauvre Abyss, pauvre générale… Pourquoi s’offrir à son pire ennemi ?


----------

Citation:
Se mordre la langue ou sauter directement par la fenêtre? Tel était le choix qui s'imposait dans l'esprit de la démone quand elle prit conscience a quelle point elle pouvait être idiote, abrutie et complètement a côté de la plaque. Elle garda donc les lèvres scellées, enrageant interieurement de se montrer si faible et si mièvre. Si Soul Edge avait été là, aucuns doutes que l'épée se serait fait un véritable plaisir de la rabaisser de la manière la moins douce qui soit.... mais Abyss faisait ca très bien toute seule. Entre les insultes qu'elle s'envoyait a elle même dans sa tête et les idées de meurtre qui lui traversait l'esprit, inutile de dire que la succube avait literalement envie de se mettre des baffes histoire de se reveiller un peu de sa connerie passagère. Finit les belles histoires a l'eau de rose, finit prince charmant et compagnie... Elle sentit les doigts du démon se glisser dans sa chevelure, sentant bien au fond d'elle que ce geste n'avait rien de doux ou de tendre, et elle eut bien raison, aussi ne fut-elle pas surprise en sentant le démon lui tirer la tête en arrière. Elle ne lui fit pas le plaisir de gémir de douleur, ni même le loisir de contempler un visage tordu de douleur. Elle resta neutre, froncant juste légèrement les sourcils en soutenant son regard. Les mots qu'il prononca... mirent définitivement un termes a sa petite rêverie d'adolescente. Elle garda le silence.. et dans son regard quelque chose semblait avoir disparu, comme un voile qui venait de se placer entre elle et lui, fin mais bien présent, et résistant aussi. Un souffle passa, un soupire de lassitude alors qu'elle le regardait toujours.

A quoi bon...

Elle connaissait les guerres, sur les champs de bataille elle n'avaient aucuns ennemis aussi puissant qu'elle.. mais pour cette guerre qui venait de s'engager entre elle et lui, elle déposait les armes, elle n'y participerait même pas. Qu'il se contente de faire ce qu'il voulait, elle ne s'y opposerait pas, car elle lui avait donné sa parole de rester a sa place. Mais les louves sont des compagnes bien versatiles... quand le vent les portent ailleurs, c'est sans hésiter qu'elle s'en vont. Alors qu'il joue... puisqu'il n'était question que de ca. Qu'il s'amuse, puisque ca n'irait pas plus loin. Qu'il la manipule, temps qu'il en avait l'autorisation... avant que le vent ne tourne.

Abyss ne chercha pas a lutter contre les geste d'Aekold, se laissant manipuler comme une poupée de chiffon, acceptant ses ordres et les éxécutant. Elle se retrouva bien vite sur le dos, le fixant toujours de cet étrange regard.. mort, avant de se faire retourner sans la moindre douceur. Gardant les lèvres scellées alors qu'elle sentait les mains du démon se refermer sur ses poignets et sa voix qui résonait dans son dos. Tout a lui? ... Oui... malgré elle. Mais elle travaillait déjà sur elle même pour faire en sorte de ne plus être a personne, tout était une question de temps. Quand l'arbre ne donne pas de fruits, il est bon de le couper... Elle se contenta de répondre le plus simplement du monde, la voix nullement saccadée par son souffle rapide ou par ses gémissements qui s'étaient tuent.

"Oui..."

Dit-elle avant de le sentir entrer en elle de nouveau, se mordant un peu la lèvre inférieure en se cambrant comme il le souhaitait, laissant bien malgrè elle un gémissement passer la barrière de ses lèvres alors qu'elle ne pouvait rien faire d'autre... qu'être sa chose, jusqu'a se qu'il se lasse, jusqu'a ce qu'il en ai finit avec elle. Autant profiter du moment non? Après tout... autant profiter de ce qui était a sa portée. Elle souffrait, un peu physiquement, anéantit moralement mais elle tenait bon. Elle gémissait de plus belle alors que la douleur se mélait a son plaisir car bien que son âme lui hurle de s'arrêter, son corps lui en réclamait d'avantage.


Revenir en haut
Publicité








MessagePosté le: Lun 26 Jan - 21:51 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Un retour de mission bien mouvementé ( Pv Abyss )[/!\]'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    etheria Index du Forum -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Voici les logos des Partenaires des Comptines d'Eckmül Votre logo ici ? Cliquez !
Si vous trouvez que le cadre du forum est trop petit, maintenez la touche Ctrl enfoncée puis avancez avec la molette de votre souris .
Les illustrations et textes présentés sur ce site sont ©. Ils sont exposés pour promouvoir le travail des auteurs. Tous les documents présentés sont l'exclusive propriété de leurs auteurs, éditeurs, ayant-droits et autres titulaires de droits divers. Je m'engage à retirer tout document litigieux sur simple demande de la part des personnes mentionnées ci-avant. © MC PRODUCTIONS / ARLESTON / TARQUIN / MOURIER / NIEUDAN
Cliquez ici pour voir les crédits complets.

Powered by phpBB © 2001, 2017 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. (All rights reserved.) and Rebuilded by RenArt .
Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation | Contacter Webmestre Traduction par : phpBB-fr.com